Carnassiers : Peche du Black bass

Posté par admin - 16/06/2017

Par CHRISTOPHE

 

Le black bass est une espèce qui est avant tout recherchée pour le combat, c’est le plus rude des adversaires que vous allez rencontrer en eau douce, et avec lequel vous passerez des moments d’une grande intensité !

Attention pour la pêche en deuxième catégorie du Black Bass, la date d’ouverture est différente de celle des autres carnassiers, vous pourrez le pêcher environ 7 mois.
Il peut se pêcher avec une multitude de techniques, aux appâts naturels, aux leurres et à la mouche.
En période estivale, vous pourrez le pêcher soit au bouchon avec un petit vif style ablette ou vairon, entre deux eaux ou aux leurres de surface. Les endroits à privilégier se situent au milieu ou aux abords de la végétation aquatique dans des eaux de faible profondeur. Les plus gros Black Bass seront plutôt réfugiés à l’ombre à proximité des bois morts, embarcations ou sous les arbres bordant l’eau. A cette période de l’année il est très méfiant.
En période automnale, les Black Bass commencent à se rassembler pour affronter les rigueurs de l’hiver et emmagasiner des réserves, ils deviennent donc moins méfiants mais limiteront leurs dépenses d’énergie ce qui impactera sur votre façon de pêcher aux leurres, en effet il vous faudra faire des animations plus lentes et moins agressives qu’à l’habitude. 

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Pince digitale Fish Grip Carnassiers Direct
2) Sélection de leurres Black Bass Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Peche carpe 2016 : un bilan mitigé !

Posté par admin - 2/06/2017

Par : MICHEL

Des saisons aux contours mal définies et des poissons de plus en plus difficiles, mais aussi des comportements inadéquats…

Quelques mots sur cette année assez particulière où les conditions climatiques ont, à mon sens, beaucoup influé, sur le comportement des poissons et notamment des carpes, complexifiant à outrance, la pêche de jour comme de nuit.

Effectivement, après un hiver globalement doux où les températures ne sont jamais vraiment descendues négativement, permettant ainsi de profiter de  beaux et agréables moments au bord de l’eau, les carpes n’ont malheureusement pas été aussi attentives à nos appâts que l’on aurait pu s’y attendre. A mon sens ces contours saisonniers mal définis agissent négativement sur les poissons. Et il devient difficile de faire de belles sessions.

On sait que l’activité des carpes est notamment fonction de son besoin en énergie. Si pour diverses raisons, le climat défavorable par exemple comme ce fut malheureusement le cas en 2016, la carpe est peu active on peut en déduire qu’elle ne s’alimentera que très peu et encore avec ce qu’elle a l’habitude de trouver dans son milieu, sans faire le moindre effort. C’est aussi pour cela que si elle ne bouge pas elle peut se passer totalement de nourriture pendant bien longtemps. Donc ce qu’on peut lui proposer reste sans résultat et les sessions infructueuses ne sont plus exceptionnelles. Et puis, il ne faut pas le nier, les poissons s’éduquent il nous faut sans cesse ruser et améliorer notre pratique pour les séduire.

Le jour ou la nuit ?

Par ailleurs, un débat sans cesse renouvelé traverse le monde carpiste, il s’agit des meilleurs moments pour la carpe. Le jour ou la nuit ? Je dois dire n’avoir pas vraiment tranché la question en ce qui me concerne dans des conditions de pêche normales. Je m’explique. Ce que j’entends par conditions normales est le fait d’une grande discrétion au bord de l’eau, tant dans sa tenue (couleur d’habits sombre) que par les bruits que nous faisons les uns et les autres et que nous devons surtout le jour, à tout prix éviter. Bruits réalisés lors des amorçages, bruits dus à notre simple présence par nos va-et-vient incessants près de nos cannes, bruits de portière de voiture, bruits divers…. Faisant fuir les carpes bien loin de nos zones de pêche. Mais il y a aussi les bruits que de pseudo-carpistes génèrent sans vergogne. Il m’est arrivé lors d’une petite session d’automne dans un grand lac de l’ouest de la France, de voir sur un grand poste de la rive opposée à la mienne, s’organiser en toute bordure de l’eau, une partie de pétanque en plein après-midi. J’aime mieux vous dire que les carpes ont déménagé de toute la zone jusqu’à la fin de la session !

Alors il est vrai, que les carpes sont surement plus mordeuses la nuit que le jour, mais c’est certainement parce que c’est simplement plus calme et que la concurrence alimentaire avec les autres poissons blancs notamment est amoindrie.

Pour finir et dans ces conditions difficiles, j’éprouve toujours autant de plaisir à  aller au bord de l’eau dans l’espoir de combattre ce si magnifique poisson qu’est la carpe et ce, qu’elle que soit sa taille et gageons que nous allons profiter de futures belles sessions pour vivre à fond notre passion.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Ensemble carpe Bagagerie Carpe Direct
2) Chariot de transport Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Bien s’équiper pour la pêche au toc

Posté par admin - 18/05/2017

Par CHRISTOPHE

Pour passer de bonnes journées de pêche sans s’énerver avec des petits détails qui vous gâchent vos sessions…

En plus de la canne, moulinet et waders ou cuissardes, le petit matériel ou accessoires est également essentiel pour rendre vos parties de pêche agréables.

Je vous conseille de disposer des effets suivants :
– une paire de gant pour le début de saison
– une paire de ciseaux ou coupe fil
– une pince multifonction (pour décrocher les poissons et serrer les plombs)
– une boite de plombs extra doux, du fil, des hameçons, indicateurs
– accessoire pour mesurer vos prises
– un panier
– une épuisette
– un gilet de pêche
– une paire de lunettes polarisantes
Et surtout vos lunettes de vue si vous en avez besoin car si vous les oubliez c’est la catastrophe !

Ce sont tous ces petits détails qui vous feront passer d’agréables sorties de pêche au toc.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Ensemble Truite Luxe Carnassiers Direct
2) Lunettes Polarisantes Carnassiers Direct

Mots-clefs :, , , ,

Carnassiers : Une pêche particulière

Posté par admin - 12/04/2017

Par OLIVIER

Fin  octobre, j’ai profité de cette chaleur exceptionnelle pour tenter le black bass en surface. Je m’équipe de ma canne casting pour les gros poppers ainsi que de ma canne light spinnig pour les leurres souples. Pour le montage, j’ai opté la version light : uniquement le leurre monté avec un hameçon texan, sans plombée particulière.

Malgré les températures estivales de l’après midi, l’eau n’ est pas bien chaude. J’espère  avoir vu juste en m’équipant de la sorte et de ne pas avoir à regretter mes têtes plombées, laissées à la maison.
Je connais bien le secteur et je me dirige en float tube vers le fond de l’étang dans un coin où les nénuphars sont encore bien vivaces.
Je peigne la zone de fond en comble. Passant mes poppers au raz des feuilles. Utilisant les leurres souples en plein cœur des nénuphars. Autour de moi c’est la zénitude à son apogée. Pas de mouvement particulier trahissant la présence de poissons. De plus, je suis pénalisé par l’oubli de mes lunettes polarisantes, c’est quand on ne les a pas sur le nez qu’on aperçoit réellement de leur utilité. Je n’arrive pas à voir si les black bass sont présents en surface.
Je repère malgré tout un petit tronc d’arbre qui effleure la couche superficielle de l’eau. J’y  lance mon leurre souple type double twist blanc.  Je perçois un mouvement dans l’eau au moment où mon leurre passe au dessus de la zone repérée.
Cette fois ci, je laisse le poids du leurre faire le travail et j’attends patiemment qu’il coule avant de le faire évoluer par de courte tirée de ma ligne. L’animation ainsi recherchée permet au leurre de se décoller du fond par bond de 30cm   puis de planer tout doucement jusqu’à redescendre sur le fond.   C’est une animation que j’opte particulièrement sur des poissons peut actifs, soit engourdis par le froid, soit n’ayant pas spécialement un appétit débordant. Je recherche plus alors l’attaque reflexe , de défense de son milieu.
Au premier passage rien, au suivant, je laisse le leurre un peu plus longtemps au niveau du tronc, en le faisant vibrer grâce à l’action du bout du scion de ma canne. Je perçois dans le poignet comme une attaque, mais rien de bien franc. Dans le doute je ferre. Il y a bien quelque chose de pendu au bout. Ce n’est pas bien gros et ça tire bizarrement. Je me dis que j’ai dû piquer un petit bass par autre chose que la bouche.
Arrivée à la surface je m’aperçois qu’en fait il s’agit d’une petite tortue, une cistude d’Europe pour être précis. Mon hameçon est venu se planter sur sa patte arrière gauche… Les montages texans sont sensés être  anti herbe, mais pas anti tortue apparemment.   Prise pas très conventionnelle, mais au moins je ne serai pas bredouille me dis-je.
Le froid commençant a se faire sentir au travers de mes wadders. Je décide de rebrousser chemin et de faire les bordures. L’avantage du float tube ou de toute autre embarcation est de pouvoir avoir une approche complètement différente de la pêche sur les bordures. Il s’agit de lancer le leurre (toujours monté sur un système anti accroche) volontairement sur la terre ferme et de le laisser plonger dans l’eau. Technique très souvent payante, la preuve, un petit bass  n’ayant pas de pattes, a bien pris mon leurre dans  sa gueule. Restant sur cette dernière attaque… je plie les gaules.
Une sensation très agréable avec un beau soleil, pas riche en poissons mais bien loin des tracas de la vie quotidienne. Une prise peu conforme… chaque session est différente voilà ce que j’aime !

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Sélection leurres black bass Hook Discount
2) Sélection leurres peche au casting Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Peche carpe: Le bon amorçage

Posté par admin - 27/03/2017

Par Michel

Réduire son coût en augmentant son efficacité !

Beaucoup d’entre nous utilisent plus ou moins régulièrement des mix industriels sous forme de boules d’amorce et/ou de sticks et sacs solubles généralement du même parfum que la bouillette proposée ou de la graine mise sur le cheveu, mais cela revient vite très, très onéreux pour un résultat pas toujours à la hauteur de l’attente. Alors comme beaucoup d’anciens qui prenaient pas mal de poissons, voila une alternative intéressante et productive.

Mais comme tout amorçage il va falloir s’adapter aux saisons, au milieu, etc…, afin d’en améliorer le rendement. Effectivement en hiver par exemple où les carpes sont moins actives il est plutôt conseillé d’être très prudent avec l’amorçage, sinon il est fort probable que les détecteurs restent totalement silencieux. Cela vaut aussi pour les périodes plus chaudes où certains spots peuvent être peuplés de nombreux poissons blancs qui viendront nettoyer l’endroit en quelques minutes, il faudra donc agir sur la granulométrie et la quantité, mais tout ceci j’imagine que vous le maîtrisez parfaitement.

La recette de base que j’utilise n’est évidemment pas unique mais elle me donne à moindre frais beaucoup de satisfaction et je la fais évoluer en fonction des lieux de pêche, rivières à plus ou moins fort courant, lacs, canaux et étangs. Une des variables principales sera l’ajout d’un produit neutre comme la terre de somme ou la bentonite (on peut utiliser de la terre des taupinières du moment où aucun véhicule motorisé ne l’a souillé, car sinon les traces d’hydrocarbure feront fuir les poissons les plus affamés). Pour ce faire il convient de bien choisir son fournisseur afin que les farines soient de bonne qualité tout en sachant que les plus chères ne seront pas forcément les meilleures !

Composition type en nombre de parts de chaque ingrédient à faire évoluer en fonction des conditions de pêche.

Farine de maïs : 3

Farine de soja : 3

Farine d’arachide : 1 ou 2 en fonction des saisons

Chènevis moulu : 1 à 1,5

Biscuit : 1

Pétales de maïs : 1 à 1,5

Bentonite : quantité en fonction du lieu de pêche et de la distance d’amorçage

Terre de somme : « même chose »

Asticots : (les prendre purs. Attention il est interdit de les utiliser de nuit ainsi qu’en compétition)

Graines : 1 à 2 (chènevis, blé, tigers, maïs, lupin….)

Parfum : ail, huile de chènevis, huile de poisson, fruits divers, liqueur de tiger, etc……  (au choix en fonction de l’appât proposé, ne pas surdoser et éviter de les mélanger).

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Canne Bait Rocket Carpe Direct
2) Tresse grise 300 m 50Lbs Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Carnassiers: Les leurres métalliques

Posté par admin - 13/03/2017

Par OLIVIER

Chaque année, lors des visites des différents salons de pêche, nous pouvons constater que les fabricants de leurres innovent de plus en plus, à la recherche du mimétisme parfait entre le produit en plastique et l’animal qu’il représente….

On va jusqu’à rechercher la ressemblance dans sa nage. Cependant, il serait une erreur de laisser de coté à mon avis l’utilisation de leurres métalliques qui dans bien souvent des cas peuvent nous tirer d’affaire lors d’une session mal embarquée.
La cuiller, est aux leurres métalliques ce que le twist est aux leurres souples. Avec sa petite (ou grande) palette tournant autour d’un axe, terminé bien souvent par un hameçon triple… voilà la base du pêcheur aux leurres. 
D’une animation enfantine (lancer-ramener en linéaire) ce petit (ou grand) morceau de métal ne laisse indifférent aucun carnassier. Les vibrations que provoquent sa ou ses palettes se font ressentir par le poisson à des mètres à la ronde.
La cuiller ondulante est un bel atout également dans la boite à leurres. Lors des sessions de pêche dans des milieux où le poisson est éduqué (habitué à voir passer devant lui des dizaines de leurres du plus sombre, au plus fluo, du popper au jerkbait… ) l’ondulante disposant d’une nage des plus désordonnée fera l’objet de convoitise à coup sûr !
Pouvant être animée en linéaire, ma technique favorite et d’effectuer un tirée sèche dès l’entrée dans l’eau puis de la laisser couler un peu, en fonction de la profondeur recherchée, tout en récupérant le fil. Et ainsi de suite. En pêche  verticale, ce leurre permet d’atteindre rapidement le fond. En le dandinant au dessus du substrat il sera vite happé si un poisson est dans les parages.
Autre leurre à mettre en avant : La lame vibrante. Redoutable également, avec une animation  simple telle la  cuiller.
Concernant les leurres aux noms barbares, nous retrouvons les spinerbaits, buzzbaits et chatterbaits. Ce dernier n’est ni plus ni moins qu’un jig auquel on a ajouté une palette carré à l’avant. La palette vibre lors de la récupération et fait également office d’anti accroche… plus ou moins efficace.
Le buzzbait et  le spinerbait sont des jigs avec une armature métallique munie d’une hélice pour l’un et d’une ou plusieurs palettes pour l’autre. Le premier est un leurre de surface où l’hélice doit venir fleureter avec la surface de l’eau provoquant de gros remous. Le spinner lui est plus polyvalent et sois disant passe partout. Le Brochet ou Black bass en sont friands.
Malgré l’arrivée sur le marché de poissons nageurs de plus en plus réalistes, de leurres souples plus de plus en plus convaincants, les leurres métalliques ont encore de beaux jours devant eux. Ce sont des leurres à utiliser en général dans des milieux peu encombrés car leur triples sont (bizarrement) attirés par tout obstacle devant eux.
Pour la perche par exemple je ne jure que par eux ! A partir du moment où ça brille… c’est gagné !

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Sélection cuillers carnassiers Hook Discount
2) Sélection spinnerbaits Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Session de 96 heures à Saint Fargeau

Posté par admin - 27/02/2017

Par MICHEL

Réservoir du Bourdon à la Calanque…

Avec mon Frère Yves, nous avons choisi de passer quelques jours à la Calanque suite au Championnat du monde de pêche de la carpe en privilégiant le fameux secteur C, si difficile aux compétiteurs internationaux. Comme à chaque fois que nous nous retrouvons, nous en profitons pour se mesurer l’un à l’autre, même si nous faisons régulièrement équipe lors de confrontations telles que les qualifications au championnat de France.
Cette fois-ci nous avons décidé de pratiquer deux manches de 48 heures chacune et d’inverser nos postes à la mi-temps. Donc armés de nos bouillettes artisanales et sous un ciel parfaitement dégagé où seule la température nocturne piquait quelque peu, nous nous sommes particulièrement amusés. La plus grosse difficulté rencontrée a été la présence très active des poissons chats de belle taille de 21h à minuit qui se régalaient de nos appâts, ce qui nous obligeait à varier les appâts et privilégier pendant ce laps de temps des tigers-nuts.

La première manche plus disputée que la seconde se concluait néanmoins par une avance assez confortable puisque je totalisais 32,64 kg contre 17,58 kg pour Yves. Ceci n’entama, ni la bonne humeur, ni la détermination de mon frère mais la seconde manche se révéla encore plus compliquée pour lui car, à la pesée, j’enregistrai 28,6 kg pour 6,9 kg à son compteur.

Au total nous comptabilisons 19 carpes de 1,6 kg pour la plus petite à 10,540 pour la plus belle pour un total de 85,720 kg, avec 5 décroches et une casse. De magnifiques Fully sont venues nous visiter, de pures merveilles !

Après avoir essayé plusieurs parfums, ce sont des Mulberry  (mûre) qui ont été les plus attractives, de vrais aimants à carpe ! Yves variait souvent avec des bonhommes de neige Mulberry et pop-up banane, très appréciée des gros chats notamment ! Mais c’est avec cette association qu’il a pris son plus gros poisson.

Donc que du plaisir ! Et merci encore à notre fournisseur et ami, pour des produits consommables d’une redoutable efficacité, mais aussi à PECHE DIRECT pour les ensembles Carpe Prestige de FISH#different que j’apprécie de plus en plus notamment en lac.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Accessoires Pêche de nuit Carpe Direct
2) Ensemble carpe Prestige Fish#Different

Mots-clefs :, , , ,

Truite : Sortie Hautes Pyrénées

Posté par admin - 13/02/2017

Par CHRISTOPHE

La fermeture de la première catégorie est arrivée, de passage en Hautes Pyrénées, je décide de faire une petite sortie de pêche sur un parcours de deuxième catégorie qui est dans la continuité de la première catégorie…

Cette petite session en NO KILL se fera avec un lancer ultra léger et à la cuiller tournante.
Le niveau de l’eau est correct et le débit parfait, le fond de l’eau est en galets.
Dès les premiers lancers, quelques petits chevesnes suivent mais n’attaquent pas la cuiller.
Je décide donc de remonter un peu plus le cours d’eau et là changement de programme, je prends quelques chevesnes de 30 à 35 cm. Un peu plus haut toujours dans ma progression, une belle attaque se produit ayant pour résultat une perche de 42 cm, c’est une belle surprise !
Il ne me reste plus longtemps pour pêcher, je décide de finir ma session en effectuant des lancers à proximité des arbres dont les branches tombantes recouvrent le cours d’eau, cela est très souvent payant. Ce type de poste est à privilégier car les poissons y sont très souvent à l’affût des insectes qui tombent dans l’eau.
Quelques lancers sont effectués et d’un coup une grosse attaque. Dès le ferrage effectué le poisson prend de suite le courant et effectue une chandelle, après quelques minutes de combat quelle surprise quand je prends en main cette magnifique truite de 42 cm !

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Sélection cuillers carnassiers Hook Discount
2) Sélection leurres Perche Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Initiation aux carnassiers

Posté par admin - 30/01/2017

Par OLIVIER

Le temps d’une belle et chaude après-midi  ensoleillée, je me suis improvisé guide de pêche, en initiant ma fille de 5 ans à la pêche aux carnassiers ainsi qu’un collègue de travail et ses  deux filles qui souhaitaient découvrir de « nouvelles sensations fortes ».

Pour cela, nous nous rendons chez un ami qui possède un étang pas loin de la maison. Adepte de la pêche aux leurres, j’ai voulu aussi multiplier les chances en pêchant également au vif.

Première étape : faire du vif !

Après une présentation du matériel et des appâts, j’équipe chaque enfant d’une petite canne au coup dans l’espoir de sortir du gardon ou de la brème. Et là… le sport commence !!! Démêler la canne de droite, changer le ver sur celle de gauche, décrocher l’hameçon dans l’arbre sur la dernière, empêcher ma fille de lancer des pierres dans l’eau, et entendre toujours la même question que je cite: « c’est quand que les poissons vont mordre ? ». Je n’ai pas vu l’après midi passer…
Bref… vu que les gardons n’avaient pas faim, je sors ma canne casting pour tenter d’aller chatouiller les blacks bass. Je redonne un petit cours théorique sur cette canne  et laisse mon collègue s’amuser un peu à découvrir les joies du tambour tournant. Après quelques perruques, il maîtrisa mine de rien assez rapidement la technique. Les enfants aussi ont eu droit à leurs lancers et le coup du freinage de la bobine fut un jeu… d’enfants!
Apparemment ça les a un peu plus botté qu’un bouchon qui danse au gré du vent. Et ce fût la tactique gagnante puisque un black bass d’un joli gabarit happa le leurre souple.

Manipulation du poisson et remise à l’eau…

Nouvelle petite explication technique de manipulation du poisson et d’une remise à l’eau dans les règles de l’art. Les filles sont ravies de voir repartir l’animal sain et sauf dans sont élément.   Ouf, la session est sauvée, et même validée en fin de journée par la prise d’une petite brème qui finira en vif pendant une petite demie- heure. Après avoir promené le bouchon, nous avons pu  relâcher la brème à l’instar de son colocataire black bass. J’avais opté, en effet, pour un piquage  du vif par le nez.
Nous en resterons là pour cette journée, les températures trop hautes  de ces derniers temps associées à un petit vent de nord n’ont pas valorisé les choses. Mais bon, ce partage d’expériences fût fort agréable même si les poissons n’étaient pas forcement au rendez vous. Cela a permis également de faire découvrir la pêche aux leurres et ainsi  donner une autre image encore trop ancrée, du pêcheur assis sur son siège à attendre patiemment que son bouchon coule.  Tout le monde fût content… Aurai- je réussi à transmettre ma passion à la nouvelle génération ?   

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Canne au coup Mission Pêche
2) Ensemble casting Carnassiers Direct

Mots-clefs :, , , ,

Carpe: observation et technique

Posté par admin - 16/01/2017

Par MICHEL

C’est aussi l’amour et le respect de l’environnement et de la nature !

Loin des clichés trop souvent habituels et rémanents du carpiste vautré dans son level-chair, un verre à la main et des lignes qui pêchent toutes seules, il existe heureusement une autre figure de ce pêcheur si particulier. Attentif, observateur et respectueux du milieu qu’il fréquente, il met en œuvre une véritable stratégie pour décider les carpes de plus en plus difficiles à venir s’intéresser à ses lignes et ses appâts.
Il n’est pas rare de voir ce personnage si mystérieux regarder pendant de très, très longs moments le plan d’eau ou la rivière choisis avant de se mettre à pêcher ; de le voir aussi sonder méticuleusement tout l’espace qui s’offre à lui afin de trouver, selon lui,  l’endroit le plus propice à la dépose de ses lignes.
Et puis, un sac poubelle à la main, faire un ménage méticuleux de tout son poste avant et après sa session. Oui ! Ceux-là existent bel et bien ! Car pour eux, l’important est dans le détail, et la seule prise d’un poisson, traité avec beaucoup de respect et promptement remis à l’eau, ne suffit pas à l’intégralité de leur bonheur.
Le partage de cette nature, la vue des changements permanents de lumière au gré du temps qui s’écoule dans l’attente du départ, des lueurs de l’aube aux assombrissements du crépuscule où la vie animale vous oublie l’espace de ces instants. Effectivement qui n’a pas lors de ces longs moments d’attente, admiré les va-et-vient incessants des foulques, des canards et des grèbes qui peuplent nos eaux ? Qui, par chance, ne s’est pas retrouvé sur le passage de ce magnifique martin-pêcheur à la robe bleue et orangée si particulière ? Ou, le soir venu, la nage silencieuse et régulière des ragondins qui fendent l’eau en un ballet sans cesse renouvelé ?
En ces instants, précieux, mais de plus en plus rares, n’a-t-on pas le sentiment de faire parti de cet environnement, d’être accepté non pas comme un prédateur, mais comme un acteur conscient de sa responsabilité dont l’objectif est de partager son plaisir…sans déranger, ou alors le moins possible ?
Oui, la pêche de la carpe, c’est aussi cela, et quoique carpiste confirmé, il faut bien avouer que je passe plus de temps à observer la nature qu’à faire venir les belles dames dans l’épuisette !
Maintenant l’automne arrive, même si une certaine canicule est encore bien présente, je prépare avec beaucoup de plaisir ma future session dans l’Yonne au Réservoir du Bourdon, juste après la tenue des championnats du monde de pêche sportive de la carpe qui s’y déroulent, j’imagine déjà cette explosion de couleurs automnales et les derniers préparatifs des animaux qui l’habitent afin de passer l’hiver qui vient. Je vous raconterai…..

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Jumelles et Lunettes Carpe Direct
2) Level chair avec shelter Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

« Previous Entries