Peche carpe : Parlons de la confiance

Posté par admin - 5/11/2017

Par MICHEL

En son amorçage, son matériel, ses montages…. Gage de réussite !

La confiance est un sujet peu ou pas abordé par les carpistes, mais tous, consciemment ou inconsciemment savons particulièrement qu’elle joue un rôle primordial dans notre pratique de la pêche de la carpe et surtout de notre satisfaction au bord de l’eau et donc de la réussite de notre session.
Comme toujours je ne prétends pas détenir la vérité, ni une vérité, mais basé sur une expérience solide, j’ai pu constater au fil du temps écoulé combien « faire la différence » n’était pas simplement qu’un élément subjectif, mais une réalité observée à maintes reprises.

Faire la différence…

Cette notion assez diffuse alors, m’est apparue à l’avènement, au moins pour moi, de la bouillette et du montage en cheveu. Pratiquant la pêche de ce magnifique poisson qu’est la carpe jusqu’en 1989 avec les appâts traditionnels tels que le maïs, la pomme de terre, le ver de terre ou l’asticot (la pêche de nuit n’étant pas pratiquée à cette époque), je n’imaginais pas changer mes habitudes, ma pratique, qui donnait d’ailleurs des résultats assez corrects. Mais à la faveur d’une amicale rencontre avec un carpiste (qui fait encore autorité aujourd’hui) au Réservoir du Bourdon dans l’Yonne, je me suis essayé à la bouillette montée sur un cheveu. Pêchant alors à 3 cannes et de jour, mes premiers résultats n’étaient pas au rendez-vous par rapport à la pêche que j’affectionnais particulièrement, il ne s’agissait à mon sens qu’un manque de confiance en moi, car juste à côté, ce  « carpiste moderne » sortait de magnifiques poissons avec ces scopex. Peu à peu convaincu de la redoutable efficacité de ce type de pratique, qui avait d’ailleurs l’immense avantage de pouvoir remettre les carpes à l’eau sans les abîmer, je mettais moi aussi un pied dans la modernité.

Le bon poste…

N’avez-vous jamais été obligés de vous installer sur un poste qui n’était pas votre premier choix ? Même dans un étang réputé au fort cheptel et peu difficile, votre session n’a pas été à la hauteur de vos espérances alors que d’autres un peu plus loin multipliaient les départs….et la mise au sec. Ne cherchez pas trop loin les explications, il s’agit sans doute du fruit de votre déception de ne pas pouvoir vous installer là où vous le souhaitiez, et la confiance avait totalement disparu, ce qui engendra votre déconvenue.

Côté  matériel…

Il en va de même après tout changement de matériel : cannes, moulinets, fils, etc.…, les réactions étant inconnues lors des premiers combats, vous font douter de leur efficacité et bien souvent, une décroche vient conclure notre action. Et puis le fait de s’interroger pour savoir si on a fait le bon choix, si le montage déposé est assez opérant, toutes ces petites choses qui font que nous ne sommes plus aussi performants, n’est qu’un problème de confiance.
Je ne sais pas si ces quelques exemples vous auront convaincus, mais à force de pratique et du temps écoulé, cet aspect a revêtu pour moi une dimension très importante, à tel titre que lors d’une compétition, si le tirage au sort du poste est très éloigné de mon imaginaire, je ne suis plus du tout dans la course, à l’inverse et même sur un plan d’eau difficile, si je suis en totale confiance, le résultat est là !
Bon, sans doute, faut-il moins s’impliquer afin de passer de bons moments au bord de l’eau, mais comme un sage disait « La confiance pousse aussi lentement qu’un cocotier, mais tombe aussi vite qu’une noix de coco ».

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Ensemble pêche de nuit Carpe Direct
2) Ensemble carpe Prestige Carpe Direct

Mots-clefs :, , , , ,

La carpe en canal avec nénuphars

Posté par admin - 30/10/2017

Par MICHEL

Une véritable galère mais de belles sensations !

Avec le beau temps et l’été qui reviennent, les plans d’eau, rivières ou canaux se couvrent de végétations diverses et notamment les nénuphars dont les belles fleurs jaunes deviennent des pièges redoutables pour nos montages, et faute d’une réaction plus que rapide de notre part, les carpes se tanquent et se décrochent.

Par trois fois lors de ma dernière session, c’est ce que j’ai subi. Ayant posé mes lignes au raz des nénuphars juste avant le coucher du soleil, les départs se sont enchainés pendant la nuit. S’agissant majoritairement de carpes sauvages, elles sont plutôt tatillonnent et n’aspirent pas directement la bouillette et à la moindre résistance, elles la recrachent immédiatement et comme elles foncent dans les nénuphars, elles se libèrent presque à chaque fois. Ceci dit, à cet endroit du canal, si vous déposez vos lignes en pleine eau ou de façon plus éloignées des herbiers, vous n’avez aucune touche de carpe. Seuls quelques carassins et brèmes se régalent de vos appâts, et vous passez une nuit agitée sans mettre au sec un seul poisson recherché.

Pour plus de réussite, il faut donc éviter le bed chair et rester le plus possible derrière les cannes avec des lignes légèrement bridées dans le but de réduire le temps de réaction et pouvoir combattre ces beaux poissons. Cela s’avère délicat au  niveau de la gestion du sommeil, mais à ce prix, on tire notre épingle du jeu.

Donc après mes échecs de la première nuit, j’ai changé ma façon d’aborder cette pêche et j’ai enfin pu prendre deux jolies communes très vives et combatives. Cette fois-ci j’ai opté pour un amorçage uniquement au stick avec un mix fruité garni de chènevis et brisures de tigers enrichi d’une liqueur aromatisée sucrée. Mon bas de ligne fluorocarbone souple et fin avec hameçon n°10 garni d’une unique bouillette artisanale fruitée de 16 mm.

Il est possible que cette approche ne vous paraisse pas la meilleure, je peux le concéder aisément, mais il s’agit pour moi, de multiplier les petites sessions avec des stratégies toujours différentes, afin de me préparer au mieux et de façon variée, pour les championnats à venir. Car ne connaissant ni les plans d’eau ni la configuration des postes qui nous seront attribués lors de ces finales, il convient de multiplier les scénarios afin de concourir de la meilleure des façons. Sans oublier jamais, qu’il s’agit de prendre du plaisir dans un esprit sportif et ce, quel qu’en soit l’enjeu.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Abri shelter Carpe Direct
2) Sac soluble Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Championnat France 2ème manche 2017

Posté par admin - 18/10/2017

Par MICHEL

Qualifications au championnat de France pêche sportive de la carpe : 2ème manche au lac de la Rougeraie à la Chartre sur le Loir

Nous ne nous attendions pas à une partie de plaisir…et nous n’avons pas été déçus. Effectivement avec une température de plus de 30°C sur l’ensemble de la compétition de 72 heures sans la moindre possibilité d’avoir de l’ombre du fait que nous étions en plein milieu d’un champ en bordure du lac, ce fut bien pénible.

Et que dire des conditions de pêche plus qu’aléatoires du fait d’un tirage de poste qui nous positionnait soit en pleine eau, soit dans une anse mais où une bordure était abordable. Nous avons choisi la deuxième, tout en sachant qu’en fonction du vent nous allions voir l’accumulation des pollens sur l’eau. Ce qui est vraiment contreproductif.

Comme nous avions gagné la première manche nous avions une avance intéressante pour pouvoir se qualifier, sachant que seules les trois premières équipes au bout des deux manches seront qualifiées pour la finale. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu, comme c’est souvent le cas dans ce type de rencontre. Les poissons ne sont pas montrés actifs et sur les 18 équipes en lice il n’aura été pris très peu de poissons. Et pour nous pas de carpe, seules quelques magnifiques brèmes et une grosse tanche sont venues à l’épuisette.

Voyant le capot arrivé nous pensions que notre score de la première manche ne nous suffirait pas pour faire partie des qualifiés pour la grande finale. Mais au bout des 72 heures nous avons découvert le classement final. Nous avons conservé la troisième place signifiant notre qualification. Ce qui pour nous, normalement vétérans, est un véritable exploit, au moins le ressentons-nous comme cela. Et c’est bien deux anciens qui vont aller en découdre avec les champions sélectionnés pour la finale du championnat de France de pêche sportive de la carpe dans la Creuse du 02 au 09 septembre 2017, lors des deux manches de 72 heures dans les étangs de la Cazine et de la Chaume proche de La Souterraine.

Quoiqu’il arrive lors de cette finale, nous avons décidé qu’il s’agissait de notre dernière compétition dans cette catégorie reine, car l’année prochaine nous nous inscrirons au championnat de France nouvellement créé par la Fédération Française de Pêche Sportive qui ne concernera que les carpistes vétérans à partir de 55 ans.

Pour finir, notre joie est immense même si nous ne mesurons pas encore totalement la hauteur du challenge qui est devant nous, mais que nous relevons avec une grande fierté, et je vous dirais tout !

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Ensemble amorçage Carpe Direct
2) Les Indispensables Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Championnat France 1ère manche 2017

Posté par admin - 9/10/2017

Par Michel

Championnat de France de pêche sportive de la carpe séniors 2017.
1ère manche qualificative de 48 heures lac de Verdon – La tessoualle 49 Maine- et-Loire : un résultat encourageant!

C’est par un temps plutôt moyen avec pas mal de vent froid que s’est déroulée cette compétition. Notre préparation à mon frère et moi a été beaucoup plus soignée que l’année passée où nous n’avions pas été très bons et les tirages au sort de postes assez défavorables. Cette fois-ci, la chance allait-elle nous sourire ? Nous tirons un des deux postes au pied du barrage avec une profondeur importante à distance et une belle cassure à environ 40 mètres du bord. Au niveau de l’amorçage nous avons choisi de faire uniquement un tapis de bouillettes artisanales que nous utilisons exclusivement au large et plutôt un mélange de graines derrière la cassure. 2 lignes à plus de 100 mètres et deux autres à la cassure. Le lac de Verdon est encore un peu bas à cette époque mais reste un géant de plus de 200 hectares, les postes étant bien dégagés qui permettent des lancers sans contraintes particulières.

L’après-midi se passe avec quelques bips et une petite tirette sur une ligne lointaine mais tout reste bien calme, aussi bien pour nous que pour les 17 autres équipes engagées. Seule une carpe de plus de 10 kilos est faire sur le secteur opposé au nôtre.

Il faut attendre 23 H 30, alors que quelques goutes de pluie commencent à tomber, pour connaître le premier départ sur la ligne lointaine de mon frère, c’est une magnifique commune à la bouche bien dure et pas abimée du tout qui rejoint le tapis et pesée par les commissaires à 9,4 kg, nous plaçant ainsi à la deuxième place du classement. Il faut savoir que seules les trois premières équipes seront qualifiées pour le championnat de France 2017 à la fin des deux manches qualificatives.

Le sommeil ne vient plus, mais nous nous recouchons, à 64 et 60 ans, ce type de challenge devient bien difficile ! Mais quel bonheur de pouvoir y participer encore.

A 02 H 20 nouveau départ sur ma ligne au large, une vraie furie ! Après un combat assez difficile parce que le poisson est parti complètement  de côté ce qui nous oblige à lever les lignes pour ne pas perdre le poisson, une carpe commune de toute beauté de 11,750 kg est acceptée par les officiels. Et nous voilà en première position provisoire, puisqu’il ne s’est fait qu’un seul poisson de 12 kg sur le secteur opposé et que notre poids total est de 21,150 kg. A cette heure, après avoir pris un café parce qu’il ne fait pas bien chaud et relancer les lignes nous décidons de nous allonger de nouveau mais le sommeil ne vient plus !

Mais en pleine somnolence quand même, à 04 H 30, nouveau départ de folie sur ma deuxième ligne de cassure, pour une troisième commune, aussi belle que les deux autres, qui sera pesée et comptabilisée à 8,430 kg nous consolidant ainsi provisoirement en première place avec un total de 29,580 kg.

Et puis, à part quelques petites touchettes sans suite, il ne se passera plus rien jusqu’à la fin des 48 heures. Et ce qui est pour nous l’est aussi pour la quasi-totalité des nos adversaires puisqu’il ne sera pris aucun poisson sur tout notre secteur et seulement trois poissons de plus sur le secteur opposé par des équipes différentes.

Pour le bilan il n’aura été pris que 8 poissons pour les 18 équipes présentes par 5 équipes et donc 13 équipes capot. Nous gagnons cette manche difficile et nous en sommes vraiment heureux car c’est la dernière année où nous serons confrontés directement aux plus jeunes qui peuvent atteindre des distances de lancer de prêts de 200 m, mais comme il n’existe pas encore de championnat de France pour les vétérans, la compétition est rude ! Mais il semblerait qu’en 2018 ceci devrait voir le jour.

Quoiqu’il en soit, nous voilà dans une position favorable pour aborder la deuxième manche qui se tiendra dans environ un mois dans la Sarthe 72 – Lac de la Rougeraie à la Chartre sur le Loir. Nous espérons vraiment se classer dans les trois premiers pour aller se confronter aux toutes meilleures équipes qui sillonnent la France. En tout cas….nous ferons tout pour réussir ce challenge si difficile pour nous, mais combien formidable!

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1)    Détecteurs de touche Carpe Direct
2)    Lit pliable Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

48 heures de pur plaisir, enfin presque !

Posté par admin - 3/10/2017

Par MICHEL

Un entrainement riche d’enseignements…

D’importantes compétitions arrivent, alors il est nécessaire de ne pas perdre les automatismes mais aussi de préparer diverses stratégies en fonction des nombreux aléas que nous allons rencontrer. Que ce soit la météo, le lieu, la nature de l’eau et tant d’autres facteurs sur lesquels nous n’avons aucune prise et que nous subissons plus ou moins, il est donc plutôt raisonnable d’anticiper plusieurs scénarios afin d’être le plus compétitif possible. Ceci ne devant pas nous interdire de prendre du plaisir lors de la session même si elle reste studieuse.

Et ce fut le cas cette fois-ci ! Arrivé au bord de l’eau vers midi, je m’occupe de suite à préparer mes lignes et faire un amorçage léger mais ciblé avec quelques boules de mix enrichi de graines et de chènevis sur des bouillettes préalablement lancées au cobra. Et hormis quelques billes renouvelées après chaque touche, il n’y a pas eu d’autres amorçages afin de ne pas déranger le poisson présent. Et cette stratégie a particulièrement fonctionnée car dès le premier jour ce fut 4 départs enregistrés. Et c’est là que les choses ne se sont pas passées comme prévu puisque je n’ai pris aucun poisson ! Effectivement, je devais avoir la tête ailleurs, comme si j’avais perdu ma  pêche habituelle car après des combats souvent longs sur de beaux poissons, j’ai cassé à deux reprises et enregistré deux décrochages de plus au ras de l’épuisette.

Mais les choses se sont arrangées le deuxième jour avec des poissons toujours bien présents et cinq poissons se sont laissés séduire par mes bouillettes artisanales fruitées. La première fut une carpe commune de 9,6 kg très vive au combat, et puis une autre commune de 8,1 kg alors qu’une averse orageuse m’arrosait copieusement. En début de nuit, après un départ de fou et un combat intense mais bref, je subissais une décroche due sans doute à un faux mouvement de ma part facilitant la libération du poisson sur l’hameçon n°6 sans ardillon. Pas cool !

Vers minuit et demi, nouveau départ et la première carpe miroir de 10,4 kg s’étalait sur le tapis pour ma plus grande satisfaction. J’ai attendu quatre heures du matin pour une nouvelle touche qui me valait d’amener à l’épuisette une belle miroir de 13,7 kg. Et puis plus rien jusqu’au moment de plier avec le sentiment mitigé d’avoir réussi à installer les poissons sur mon spot, mais aussi d’avoir vraiment très mal pêché depuis bien longtemps.

De tout ceci reste que jamais rien n’est acquis dans l’art de mener notre passion et qu’il va falloir redoubler tant de vigilance que d’humilité pour aborder les futures échéances au risque de payer cash la désinvolture….mais quel plaisir la pêche de la carpe !

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Hameçons Carpe Direct
2) Canne Prestige Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Peche de la carpe en NO-KILL

Posté par admin - 7/08/2017

Par MICHEL

Améliorons nos pratiques lorsque nous pêchons en NO-KILL

Cette pratique du NO-KILL chère à présent à la majorité des carpistes et l’on ne peut que s’en féliciter n’est pas qu’une philosophie, c’est aussi et surtout une façon toute particulière de respecter les poissons en évitant au maximum de les faire souffrir.

Car il ne suffit pas de dire « moi je remets les poissons à l’eau » pour maîtriser l’ensemble des gestes qu’il convient afin de faire en sorte que notre partenaire de jeu subisse le moins d’inconvénient possible lors de sa capture et du combat souvent terrible qu’il vient de mener et de perdre.

Les quelques conseils qui vont suivre ne se veulent pas, ni «  donneur de leçon » ni, les seuls gestes qu’il convient de faire pour protéger les poissons, mais tout au plus, la volonté d’éviter trop de désagréments voire pire aux poissons qui nous donnent tant de plaisir !

Cela commence par le poste que nous choisissons car même si les carpes ont tendance à préférer les endroits très encombrés il y a fort à parier qu’au moindre départ elles s’enfoncent directement dans les branches immergées et qu’elle se blessent irrémédiablement, il est donc préférable de ne pas poser ses montages trop près de ces endroits quitte à générer moins de touches. Concernant les montages, en cas de casse il est indispensable que le plomb puisse se libérer sans contrainte afin qu’elles ne le trainent pas et aillent se coincer et ne puisse facilement se libérer.

Lorsque le poisson arrive dans l’épuisette, attendre quelques instants qu’il se soit calmé et défaire la tête de l’épuisette pour replier les bras afin d’envelopper la carpe le plus délicatement possible pour aller la poser ainsi dans un tapis enveloppant, propre et sans adhérence tout en prévoyant toujours un seau d’eau propre à coté afin d’humecter le poisson si besoin.

Afin d’éviter de trop longues manipulations et une attente trop pénible, il est recommandé d’avoir tout mis en place préalablement pour l’éventuelle photo. Alors prendre le poisson délicatement et surtout rester à genou au dessus du tapis afin que le poisson, s’il s’agite, ne tombe à terre, ce qui lui causerait des blessures souvent fatales.

La remise à l’eau doit se faire aussi très progressivement sans heurt sans « jeter » le poisson à l’eau comme malheureusement je l’ai déjà vu faire.

Pour finir lors de l’élaboration de vos montages, vous pouvez privilégier les hameçons sans ardillons, micro-ardillons ou écrasés, c’est tout aussi efficace et cela réduit beaucoup les risques de blessure de la bouche des poissons. Et puis toujours avoir avec soi un antiseptique en gel ou de la bétadine afin de désinfecter la piqure de l’hameçon ou les éventuelles blessures du poisson.

Ces quelques précautions vous permettront sans nul doute de reprendre les plus beaux poissons avec quelques kilos en plus !

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Epuisette Flotteur Pelle Carpe Direct
2) Sac Soluble Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Carpe : Peche dans le Marais Poitevin

Posté par admin - 17/07/2017

Par MICHEL

24 heures dans le canal de dérivation de la Sèvre Niortaise à Marans 17, juste avant la fraie des carpes dans le Marais Poitevin …

Déjà dans quelques conches du Marais Poitevin les carpes commencent à se concentrer pour venir frayer, souvent dans un vacarme assourdissant. Il n’est donc pas utile d’aller poser des lignes dans ces endroits afin de laisser à nos magnifiques compagnons de jeu sauvages tout le loisir de se reproduire en paix afin de pouvoir les combattre, en pleine forme, à l’avenir.
Mais dans le canal de dérivation, ce n’est pas encore le cas, sans doute l’eau est plus profonde, plus froide encore et aucune activité apparente ne se manifeste.
Aujourd’hui il commence à pleuvoir, j’installe à la hâte un petit biwy afin d’y trouver refuge après l’installation des lignes car le mauvais temps est annoncé au moins pour la journée. De plus, il ne fait pas chaud avec un vent fort et bien désagréable.
Pour le canal, peu large à cet endroit, j’ai privilégié mes cannes 10 pieds Carpe Direct qui sont tout à fait performantes dans ces lieux. Il n’y a que très peu de courant alors je plombe assez légèrement et au cas, bien improbable par ce temps, qu’une embarcation passe sur mes lignes, je pose des back-leads de 20 g.
J’utilise des bouillettes artisanales tendres et fruitées, avec des sticks de parfum identique préalablement congelés afin de garder au mieux tous les parfums et de ne pas perdre de temps, surtout sous la pluie, pour tendre les lignes.

Les conditions sont difficiles…

La pluie tombe maintenant de plus en plus et le vent redouble, il fait froid, et il aura fallu attendre 18 H 30 pour un premier départ se dirigeant directement vers les nénuphars, c’est un petit poisson malgré une énergie digne de la rivière et voilà une petite commune de 3 kg dans l’épuisette. Je retends la ligne avec un nouveau stick puis je retourne au chaud avec un bon thé sucré au lait. Une heure après ; nouveau départ, mais le temps de réagir le poisson est déjà dans les herbiers, qui malgré le début de la saison, sont déjà bien présents. La voilà tanquée solidement et plus rien ne bouge, j’arpente la berge en faisant des relâchés pour essayer de la faire sortir de là sans l’abimer et au bout de plusieurs longues minutes, je sens le poisson tirer de nouveau, ça est, elle s’est libérée et après un beau combat je pose une magnifique carpe miroir de 8,450 kg sur le tapis et des passants que mon comportement avait intrigué me propose de prendre la photo.

La carpe est très vive…

Juste avant la tombée de la nuit, alors que la pluie vient de cesser, je retends toutes les lignes. A 3 h 00 quelques bips me sortent du sommeil, puis plus rien, je me lève à la hâte et je me poste derrière les cannes sans allumer la lampe frontale, et d’un coup la ligne déroule, le combat ne dure pas longtemps mais la carpe est très vive, c’est une commune pesée 6,1 kg que je remets bien vite dans son milieu. Il fait froid et j’ai du mal à trouver le sommeil. A 7 h 30, encore un départ mais là le poisson file par le milieu du canal, donc pas de grand danger, elle combat avec ardeur mais vient assez facilement à l’épuisette, c’est encore une belle commune linéaire sauvage de 5,2 kg, avec une belle robe légèrement dorée et manifestement jamais piquée. C’est vraiment superbe de prendre de tels poissons, globalement le domaine public et notamment le Marais Poitevin, offre bien souvent de ces moments magiques.
Je commence à plier, il est presque 10 h 00 le biwy est sec et le matériel aussi grâce au vent. Je suis très satisfait de cette petite session, qui me permet notamment de mettre au point des techniques qui vont m’être bien utiles pour de futures compétitions.
Maintenant, dans quelques jours, la fraie va aussi commencer dans la Sèvre et ses canaux, alors je ne vais pas venir les déranger et attendre que la nature fasse son œuvre avant de reposer mes lignes en ces endroits.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Canne carpe 10ft/3lbs Carpe Direct
2) Ensemble bait rocket Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Peche carpe 2016 : un bilan mitigé !

Posté par admin - 2/06/2017

Par : MICHEL

Des saisons aux contours mal définies et des poissons de plus en plus difficiles, mais aussi des comportements inadéquats…

Quelques mots sur cette année assez particulière où les conditions climatiques ont, à mon sens, beaucoup influé, sur le comportement des poissons et notamment des carpes, complexifiant à outrance, la pêche de jour comme de nuit.

Effectivement, après un hiver globalement doux où les températures ne sont jamais vraiment descendues négativement, permettant ainsi de profiter de  beaux et agréables moments au bord de l’eau, les carpes n’ont malheureusement pas été aussi attentives à nos appâts que l’on aurait pu s’y attendre. A mon sens ces contours saisonniers mal définis agissent négativement sur les poissons. Et il devient difficile de faire de belles sessions.

On sait que l’activité des carpes est notamment fonction de son besoin en énergie. Si pour diverses raisons, le climat défavorable par exemple comme ce fut malheureusement le cas en 2016, la carpe est peu active on peut en déduire qu’elle ne s’alimentera que très peu et encore avec ce qu’elle a l’habitude de trouver dans son milieu, sans faire le moindre effort. C’est aussi pour cela que si elle ne bouge pas elle peut se passer totalement de nourriture pendant bien longtemps. Donc ce qu’on peut lui proposer reste sans résultat et les sessions infructueuses ne sont plus exceptionnelles. Et puis, il ne faut pas le nier, les poissons s’éduquent il nous faut sans cesse ruser et améliorer notre pratique pour les séduire.

Le jour ou la nuit ?

Par ailleurs, un débat sans cesse renouvelé traverse le monde carpiste, il s’agit des meilleurs moments pour la carpe. Le jour ou la nuit ? Je dois dire n’avoir pas vraiment tranché la question en ce qui me concerne dans des conditions de pêche normales. Je m’explique. Ce que j’entends par conditions normales est le fait d’une grande discrétion au bord de l’eau, tant dans sa tenue (couleur d’habits sombre) que par les bruits que nous faisons les uns et les autres et que nous devons surtout le jour, à tout prix éviter. Bruits réalisés lors des amorçages, bruits dus à notre simple présence par nos va-et-vient incessants près de nos cannes, bruits de portière de voiture, bruits divers…. Faisant fuir les carpes bien loin de nos zones de pêche. Mais il y a aussi les bruits que de pseudo-carpistes génèrent sans vergogne. Il m’est arrivé lors d’une petite session d’automne dans un grand lac de l’ouest de la France, de voir sur un grand poste de la rive opposée à la mienne, s’organiser en toute bordure de l’eau, une partie de pétanque en plein après-midi. J’aime mieux vous dire que les carpes ont déménagé de toute la zone jusqu’à la fin de la session !

Alors il est vrai, que les carpes sont surement plus mordeuses la nuit que le jour, mais c’est certainement parce que c’est simplement plus calme et que la concurrence alimentaire avec les autres poissons blancs notamment est amoindrie.

Pour finir et dans ces conditions difficiles, j’éprouve toujours autant de plaisir à  aller au bord de l’eau dans l’espoir de combattre ce si magnifique poisson qu’est la carpe et ce, qu’elle que soit sa taille et gageons que nous allons profiter de futures belles sessions pour vivre à fond notre passion.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Ensemble carpe Bagagerie Carpe Direct
2) Chariot de transport Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Peche carpe: Le bon amorçage

Posté par admin - 27/03/2017

Par Michel

Réduire son coût en augmentant son efficacité !

Beaucoup d’entre nous utilisent plus ou moins régulièrement des mix industriels sous forme de boules d’amorce et/ou de sticks et sacs solubles généralement du même parfum que la bouillette proposée ou de la graine mise sur le cheveu, mais cela revient vite très, très onéreux pour un résultat pas toujours à la hauteur de l’attente. Alors comme beaucoup d’anciens qui prenaient pas mal de poissons, voila une alternative intéressante et productive.

Mais comme tout amorçage il va falloir s’adapter aux saisons, au milieu, etc…, afin d’en améliorer le rendement. Effectivement en hiver par exemple où les carpes sont moins actives il est plutôt conseillé d’être très prudent avec l’amorçage, sinon il est fort probable que les détecteurs restent totalement silencieux. Cela vaut aussi pour les périodes plus chaudes où certains spots peuvent être peuplés de nombreux poissons blancs qui viendront nettoyer l’endroit en quelques minutes, il faudra donc agir sur la granulométrie et la quantité, mais tout ceci j’imagine que vous le maîtrisez parfaitement.

La recette de base que j’utilise n’est évidemment pas unique mais elle me donne à moindre frais beaucoup de satisfaction et je la fais évoluer en fonction des lieux de pêche, rivières à plus ou moins fort courant, lacs, canaux et étangs. Une des variables principales sera l’ajout d’un produit neutre comme la terre de somme ou la bentonite (on peut utiliser de la terre des taupinières du moment où aucun véhicule motorisé ne l’a souillé, car sinon les traces d’hydrocarbure feront fuir les poissons les plus affamés). Pour ce faire il convient de bien choisir son fournisseur afin que les farines soient de bonne qualité tout en sachant que les plus chères ne seront pas forcément les meilleures !

Composition type en nombre de parts de chaque ingrédient à faire évoluer en fonction des conditions de pêche.

Farine de maïs : 3

Farine de soja : 3

Farine d’arachide : 1 ou 2 en fonction des saisons

Chènevis moulu : 1 à 1,5

Biscuit : 1

Pétales de maïs : 1 à 1,5

Bentonite : quantité en fonction du lieu de pêche et de la distance d’amorçage

Terre de somme : « même chose »

Asticots : (les prendre purs. Attention il est interdit de les utiliser de nuit ainsi qu’en compétition)

Graines : 1 à 2 (chènevis, blé, tigers, maïs, lupin….)

Parfum : ail, huile de chènevis, huile de poisson, fruits divers, liqueur de tiger, etc……  (au choix en fonction de l’appât proposé, ne pas surdoser et éviter de les mélanger).

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Canne Bait Rocket Carpe Direct
2) Tresse grise 300 m 50Lbs Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Session de 96 heures à Saint Fargeau

Posté par admin - 27/02/2017

Par MICHEL

Réservoir du Bourdon à la Calanque…

Avec mon Frère Yves, nous avons choisi de passer quelques jours à la Calanque suite au Championnat du monde de pêche de la carpe en privilégiant le fameux secteur C, si difficile aux compétiteurs internationaux. Comme à chaque fois que nous nous retrouvons, nous en profitons pour se mesurer l’un à l’autre, même si nous faisons régulièrement équipe lors de confrontations telles que les qualifications au championnat de France.
Cette fois-ci nous avons décidé de pratiquer deux manches de 48 heures chacune et d’inverser nos postes à la mi-temps. Donc armés de nos bouillettes artisanales et sous un ciel parfaitement dégagé où seule la température nocturne piquait quelque peu, nous nous sommes particulièrement amusés. La plus grosse difficulté rencontrée a été la présence très active des poissons chats de belle taille de 21h à minuit qui se régalaient de nos appâts, ce qui nous obligeait à varier les appâts et privilégier pendant ce laps de temps des tigers-nuts.

La première manche plus disputée que la seconde se concluait néanmoins par une avance assez confortable puisque je totalisais 32,64 kg contre 17,58 kg pour Yves. Ceci n’entama, ni la bonne humeur, ni la détermination de mon frère mais la seconde manche se révéla encore plus compliquée pour lui car, à la pesée, j’enregistrai 28,6 kg pour 6,9 kg à son compteur.

Au total nous comptabilisons 19 carpes de 1,6 kg pour la plus petite à 10,540 pour la plus belle pour un total de 85,720 kg, avec 5 décroches et une casse. De magnifiques Fully sont venues nous visiter, de pures merveilles !

Après avoir essayé plusieurs parfums, ce sont des Mulberry  (mûre) qui ont été les plus attractives, de vrais aimants à carpe ! Yves variait souvent avec des bonhommes de neige Mulberry et pop-up banane, très appréciée des gros chats notamment ! Mais c’est avec cette association qu’il a pris son plus gros poisson.

Donc que du plaisir ! Et merci encore à notre fournisseur et ami, pour des produits consommables d’une redoutable efficacité, mais aussi à PECHE DIRECT pour les ensembles Carpe Prestige de FISH#different que j’apprécie de plus en plus notamment en lac.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Accessoires Pêche de nuit Carpe Direct
2) Ensemble carpe Prestige Fish#Different

Mots-clefs :, , , ,

« Previous Entries