Mouche : la qualité des hameçons !

Posté par admin - 10/09/2015

Par LAURENT

Il est curieux de constater que peu de pêcheurs portent une réelle attention à la qualité des hameçons qu’ils utilisent pour leurs mouches alors que la réussite d’une prise est totalement dépendante de cet élément.

Le piquant d’un hameçon doit être irréprochable et le fer assez solide pour rentrer sans soucis dans les mâchoires d’une belle truite ! La pêche en nymphe et au streamer engendre des risques de pointes d’hameçons émoussées (pierres, dalles, sables…), j’ai donc en permanence sur mon gilet une petite lime qui permet à une mouche de retrouver en quelques secondes tout son piquant. Si cet état de fait est moins flagrant en sèche, il est aussi très courant dans la pêche au streamer où cet accessoire bien pratique rend vraiment de grands services ! Le choix d’un nylon ou fluorocarbone pour la pointe du bas de ligne va lui aussi faire la différence. Sincèrement je ne pense pas qu’il existe de mauvais produits sur le marché, en revanche je suis certain qu’il faut bien connaître le produit que l’on utilise en pointe afin d’être en totale confiance au bord de l’eau.

En totale confiance !

Ne vous attaquez jamais à un poisson trophée avec un nouveau nylon que vous n’avez pas encore testé. C’est le meilleur conseil que je puisse vous donner. Plusieurs parties de pêche avec un nouveau matériau sont nécessaires afin de connaître les limites d’un fil. De cette manière en présence d’une grosse truite par exemple vous saurez jusqu’à quel moment vous pourrez brider le poisson sans atteindre la rupture fatidique. Mais ce n’est pas tout, conservez toujours vos nylons à l’abri de la lumière dans un endroit frai et aéré c’est le meilleur moyen de prolonger leur longévité en conservant leur qualité. Dans la construction de votre bas de ligne, n’utilisez que deux produits au maximum : par exemple une marque pour le corps et une seconde pour la pointe. Trop de matériaux différents avec des propriétés parfois complètement opposées (raideur et élasticité) engendrent des points de ruptures qui peuvent conduire à la casse.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Lot de 400 hameçons Nymphe Mouche Direct
2) Lot de 400 hameçons Mouche sèche Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

Les bons postes : Où sont les truites ?

Posté par admin - 9/07/2015

Par LAURENT

Il est rare qu’un appât ou un leurre prenne une truite par hasard. Pour que le pêcheur ait une chance de réussir il doit apprendre à reconnaître les tenues du poisson.

La tête de courant s’étend vers l’aval en formant une sorte de langue souvent sur fond de petits cailloux. La surface de l’eau ondule à cet endroit et c’est la tenue des truites au plus chaud de la saison. L’oxygénation attire en journée des poissons de toute taille mais rarement de gros spécimens qui ont besoin de sentir une épaisse couche d’eau au-dessus de leur tête. Exception faite à la tombée de la nuit, moment où les grosses truites prennent parfois des risques. Les distorsions de surface constituent un vrai camouflage pour les salmonidés et les protègent des prédateurs. C’est un peu l’entonnoir du pool où toute la nourriture doit passer, une zone riche en vie aquatique.

Souvent le pool profond possède une berge creuse.

La profondeur de l’eau importante et la découpe de la roche sert de cache aux beaux poissons. Il leurs est facile d’économiser des forces simplement en se tenant contre la paroi qui voit le courant s’affaiblir. Il est rare que le pool ne soit pas encombré d’un arbre porté par les crues il y a quelques saisons ou de gros blocs de roches qui constituent de vrais caches à truites. Les poissons se postent tout autour de ces obstacles mais les plus beaux se tiennent généralement dans l’amorti à l’arrière. Dans la majeure partie des pools, le courant central prend son accélération à mesure que le fond diminue. On appelle « queue de pool » l’endroit où la surface lisse de la veine d’eau se mue en vaguelettes puis en vagues. Le point de cassure de la surface plane est un poste de choix. Légèrement en amont, les truites viennent s’installer pour cueillir quelques insectes. Cette partie est plus étroite que le pool. Attention, si le premier lancer est aléatoire, une seule truite alertée même de taille modeste peut ruiner tout le coup en s’enfuyant à toutes nageoires. Attaquez cette zone tôt le matin et tard le soir, vous mettrez toutes les chances de votre côté.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Epuisette Mouche Direct
2) Lunettes polarisantes Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

Ouverture à la mouche, une affaire de postes !

Posté par admin - 29/06/2015

Par LAURENT

Le pêcheur doit savoir que la truite est capable de migrations en fonction de la qualité de son habitat. Chez les salmonidés ces modifications de tenue se traduisent par l’alternance de période de recherche de nourriture et de période d’inactivité, au cours desquelles s’expriment les comportements de repos, de confort ou de cache.

Que vous choisissiez une grande rivière ou un cours d’eau plus modeste, sachez que certains postes sont bien meilleurs au mois de mars. Les truites sauvages se remettent doucement de la fraie et les secteurs au courant régulier assez profonds avec quelques bonnes caches comme de gros rochers ou des souches en bordure sont souvent propices dès l’ouverture ! Si vous souhaitez pêcher en sèche, il faudra être patient car les premières éclosions de « March Brown » (la fameuse brune de mars) ne viendront bien souvent qu’en fin de matinée. Je me souviens d’une journée où ces mouches providentielles sont arrivées sur l’eau vers 14h sur un grand courant uniforme le long de dizaines de racines. Ma patience avait eu gain de cause avec 3 jolis poissons dont un de 60cm alors que tous mes confrères avaient déserté le secteur pourtant très connu !

Soyez méthodiques…

En grande rivière ne vous laissez pas impressionner par la largeur du cours d’eau, focalisez plutôt votre attention sur un petit secteur qui vous semble favorable. J’aime beaucoup les courants en forme d’entonnoir qui concentrent toujours les mouches en un spot plus réduit et de ce fait rassemblent les truites sur des veines d’eau plus facilement exploitables ! C’est souvent deux ou trois rochers à fleur d’eau qui provoque ces phénomènes. Si le courant vient alors à s’élargir ensuite vers un goure profond vous avez toutes les chances d’y piquer une belle mémère que ce soit en sèche ou en nymphe ! A l’ouverture vous devez garder à l’esprit que les meilleurs postes sont ceux qui sont constitués à la fois d’une zone de confort mais aussi d’une zone d’activité. Soyez méthodiques lorsque vous évoluez le long d’une berge, et tentez votre chance dès que le courant forme un amortis, une retourne, en un mot dès qu’il est freiner par un obstacle ! Une berge effondrée ou une souche qui baigne dans l’eau constituent des abris potentiels. Dans les cours d’eau de taille plus réduite, les postes sont encore plus faciles à trouver, mais le niveau des eaux va encore davantage conditionner votre approche.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Lot de 36 nymphes + boîte Mouche Direct
2) Lot soie, backing, bas de ligne Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

Les bonnes mouches noyées de l’ouverture

Posté par admin - 30/03/2015

Par LAURENT

J’ai longtemps cherché des mouches capables de séduire de grosses truites éduquées dès l’ouverture de mars et après de nombreux essais j’ai mis au point des mouches simples, plutôt rustiques mais qui ont un énorme avantage, elles n’effraient pas les poissons.

Mon premier conseil sera d’éviter les matériaux clinquants ou brillants comme les casques d’or qui sont beaucoup trop utilisés à mon goût. Si ces mouches fonctionnent encore bien avec les ombres, il n’en ait pas de même avec les grosses farios sauvages. Un peu à la manière des saumoniers, j’aime calquer la couleur de mes artificielles avec le fond de la rivière que je pêche, c’est une méthode qui me réussit bien et je vous invite à faire de même. Concernant les teintes : le crème, le marron, l’olive, le brun me semblent tout à fait capables de séduire des truites dans un très grand nombre de situations.
Mes matériaux de montage sont avant tout naturels et vivants. Les plumes de flanc de cane, les fibres de paonne, le duvet de faisan ainsi que la bourre de sanglier ou les dubbings de lièvre naturels ou teints dans les tons précités sont de loin les plus efficaces sur les gros poissons que nous allons rechercher en mouche noyées. Côté hameçons, j’affectionne particulièrement les modèles lourds dans les tailles 12 et 10. Vous pouvez faire des essais avec des mouches plus petites mais il me semble que dans les grandes veines d’eau, les tailles citées sont les plus aptes à faire bouger les gros poissons. Au-dessus du 10, les mouches deviennent un peu trop « épaisses » pour des truites qui connaissent la musique. En revanche sur des parcours peu fréquentés, cela vaudra un coup d’essai. La noyée de pointe est la seule qui sera lestée au fil de plomb 5/10, son aile en plume ainsi que son corps crème ou jaune paille cerclé de cuivre me donne entière satisfaction. Seules des imitations qui se confondent dans leur environnement, qui ont la taille et l’allure des proies qu’elles consomment régulièrement pourront déjouer la méfiance des plus grosses truites.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Kit matériaux de montage Mouche Direct
2) Kit montage de mouches Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

La bonne distance pour l’ombre !

Posté par admin - 24/11/2014

Par LAURENT

En cette fin d’automne et début d’hiver, comme presque chaque année, je viens faire mon « pèlerinage » sur les immenses gravières de « l’ancien » Rhône…

Aujourd’hui le courant est soutenu mais les quelques mouches qui décollent lourdement de la surface sont un signe très encourageant.
D’autres pêcheurs sont déjà sur le poste à l’aval et fouettent avec insistance. Je ne vois rien sur l’eau qui nécessite une réelle précipitation. Au bout de dix minutes, devant moi, au beau milieu du courant, des mouches très foncées (des Baetis Rhodani visiblement) se mettent à descendre fièrement dressées à la surface. Plusieurs poissons de mettent alors en activité face à moi et de belles aspirations se produisent juste à l’amont de deux gros rochers qui contrarient les veines d’eau de surface. A l’aval, c’est la même chose mais comme les pêcheurs sont déjà dans l’eau, la tâche va être plus compliquée.

A quinze mètres de gobages…

L’un d’eux attaque franchement amont un beau poisson qu’il manque au premier passage sur une montée franche. Il se met dans l’idée d’insister lourdement sans même changer son artificielle mais l’ombre ne se manifestera plus. Le second pêcheur qui vise un ombre au centre de la rivière, se ravise rapidement car un gobage se produit à quelques mètres de ses waders. Son posé long et largement trop freiné en l’air devient un atterrissage paquet et le salmonidé refuse de revenir en surface. Dommage car il semblait que les « thymallus » prenaient lentement place sur ce poste. Incrédule, je regarde le dernier pêcheur faire volte-face rageusement, parce qu’un poisson vient de gober dans son dos. Pour ma part je prendrais 4 ombres en restant à 15 mètres des gobages et en ne pêchant que vers l’aval avec un très long bas de ligne et une imitation grise foncée qui me semblait bien correspondre à ce que je voyais sur l’eau. Je décrocherais aussi un joli poisson sur une montée très rapide, et un ferrage en léger retard, mais avec ce diable de poisson il est bien difficile d’obtenir la perfection tant son comportement peut être particulier et difficile à cerner.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble Fly Prestige 5/6 Mouche Direct
2) Lot 36 Ephémères + Boite Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

Mouche, problèmes de casses et décrochages

Posté par admin - 15/09/2014

Par LAURENT

Si vous avez parfaitement approché un poisson, bien choisi votre mouche en fonction des insectes sur l’eau et du stade qui intéresse les truites, il serait dommage de manquer une belle truite parce que votre ferrage trop appuyé a conduit à une casse retentissante !

Un ferrage doit toujours être ample mais sans brutalité ! J’ai vu des dizaines de pêcheurs casser des truites parce qu’ils sont surpris par le gobage, ceci simplement par manque d’attention. La pêche à la mouche peut être simple si l’on reste concentré sur la dérive de sa mouche. Si votre concentration n’est plus au top, faites comme moi, posez votre canne contre une souche et humez l’air. Vous allez vous ressourcer et pouvoir pêcher correctement dans quelques instants, inutile de s’imposer une cadence folle, la pêche à la mouche doit rester avant tout un plaisir ! Il se peut aussi que votre pointe soit trop fine : montez un 14 ou 16 centièmes pour pêcher avec vos plus grosses mouches (mouches de mai et sedges) ou un 12 centième pour les plus petites (oreille de lièvre taille 16, cul de canard, petites émergentes etc…). Vous pourrez pêchez encore plus fin et sans déboire quand vous aurez pris un peu d’assurance dans le geste. Si vous avez piqué le poisson, celui-ci peut encore se décrocher pendant la bagarre. Si c’est une petite truite, ramenez-la avec rapidité, si c’est un beau poisson qui passe 50 cm, laissez le travailler contre le nerf de votre carbone au début puis mettez lui de plus en plus de pression en tenant toujours votre canne à l’opposé de la direction de sa course. Ce déséquilibrage le fera venir plus vite dans l’épuisette qui doit rester accessible dans votre dos grâce à un aimant par exemple ! Les nylons modernes sont beaucoup plus résistants qu’on ne le pense et les casses en pleine bagarre sans obstacle sont assez rares si le frein du moulinet est parfaitement réglé ! Bien entendu, il ne faut à aucun moment relâcher la tension de la ligne ce qui provoque le décrochage, ou quittez la truite des yeux ce qui est la meilleure méthode que je connaisse pour perdre un poisson. Sachez aussi que plus une bagarre s’éternise, plus la truite peut vous fausser compagnie, veillez donc toujours à prendre les commandes !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Epuisette bois raquette Mouche Direct
2) Sélection 72 mouches indispensables Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

Truite, la lecture de l’eau !

Posté par admin - 4/08/2014

Par LAURENT

Lorsque l’on recherche la truite, il est bien rare qu’un lancer au hasard prenne une truite. Pour que le pêcheur ait une chance de réussir, il doit apprendre à reconnaître les tenues du poisson…

Un pool à truite typique se divise toujours en trois parties :
-       L’amont où le courant est vif et rapide sera appelé tête.
-       Plus en dessous, le courant se ralentit et la profondeur de l’eau augmente. C’est le corps, veine d’eau ou pool principal.
-       Enfin l’aval est baptisé queue ou fin de courant. L’accélération se fait ici à nouveau sentir. L’eau peu profonde est très oxygénée.

En tête…
La tête de courant s’étend vers l’aval en formant une sorte de langue souvent sur fond de petits cailloux. La surface de l’eau ondule à cet endroit et c’est la tenue des truites au plus chaud de la saison. L’oxygénation attire en journée des poissons de toute taille mais rarement de gros spécimens qui ont besoin de sentir une épaisse couche d’eau au-dessus de leur tête.

Dans le pool…
Souvent le pool profond possède une berge creuse, une « vorgine ». La profondeur de l’eau importante et la découpe de la roche servent de caches aux beaux poissons. Il leur est facile d’économiser des forces simplement en se tenant contre la paroi qui voit le courant s’affaiblir. Il est rare que le pool ne soit pas encombré d’un arbre porté par les crues il y a quelques saisons ou de gros blocs de roches qui constituent de vraies caches à truites.

En fin de courant….
Dans la majeure partie des pools, le courant central prend son accélération à mesure que le fond diminue. On appelle « queue de pool » l’endroit où la surface lisse de la veine d’eau se mue en vaguelettes puis en vagues. Le point de cassure de la surface plane est un poste de choix. Cette partie est plus étroite que le pool. Ce phénomène concentre la nourriture et donc les poissons.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble Truite Sportive Carnassiers Direct
2) Ensemble Prestige Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

Pêche à la mouche : le bon hameçon

Posté par admin - 21/07/2014

Par LAURENT

Il faut bien le reconnaître, en matière d’hameçons à mouche, le choix est vaste et l’abondance des références dans les magasins spécialisés n’a de cesse de croître.

Peu de pêcheurs savent qu’il y a approximativement 16000 ans l’homme inventait la ligne. Ce fût ensuite l’âge de la pierre polie, et l’hameçon qui nous intéresse était alors un crochet d’os d’ivoire ou de bois.

Une question de fer !

Commençons par les mouches les plus courantes, les mouches sèches. Celles-ci quelle que soit leur taille seront montées sur des hameçons fin de fer ou standard, afin que le poids de l’hameçon n’entraîne pas la mouche sous la surface. La finesse du fer détermine le poids de l’hameçon ainsi que sa résistance qui est liée au trempage de l’acier. De nos jours le pêcheur va trouver dans le commerce des hameçons à affûtage dit « chimique ». Ces hameçons sont très piquants et il est bien rare de devoir les affûter à nouveau. La fabrication d’un hameçon moderne à mouche dépend de son acier. En fait l’acier qui sert à cette réalisation est composé de cristaux de fer pur entre lesquels sont répartis des grains de carbone. Ce carbone provient de l’opération de brûlage par du coke dans le haut fourneau de l’oxygène du minerai de fer, un oxyde de fer.

Les poids lourds !Lorsqu’il faut monter des noyées, des nymphes ou des streamers, les hameçons dits « forts de fer » sont de rigueur surtout pour les modèles qui ne comporteront pas de lest au montage. Ces types d’hameçons ont de gros avantages, ils sont très solides, piquants et ne s’ouvrent pas sur de fortes tractions. En revanche, ils sont un peu moins discrets que les modèles pour les sèches mais ce n’est pas forcément un inconvénient pour les méthodes subaquatiques ! Lorsqu’il faut monter de grosses nymphes ou des streamers, les hampes plus longues sont utiles car elles permettent d’obtenir des mouches plus volumineuses parfois indispensables afin de déclencher la touche d’une grosse truite. L’essentiel étant que votre mouche corresponde parfaitement à vos attentes au bord de l’eau.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) 400 hameçons Mouche sèche Mouche Direct
2) 400 Hameçons Nymphe Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

Pêche de la truite en rivière

Posté par admin - 14/07/2014

Par GERARD

C’est du côté de Casteljaloux, située dans le Queyran et le Pays d’Albret, sur l’Avance que je décide de pêcher…

J’adore ce coin, partagé entre les Landes de Gascogne et ses forêts de pins. La rivière est assez étroite, boisée donc difficile de pêcher à la mouche. Mais avec du matériel adapté, on arrive à tirer son épingle du jeu. La rivière est classée en 1ère catégorie, mais pas partout. Il faut donc se renseigner. L’endroit est assez fréquenté, surtout le 1er mois de l’ouverture.
La profondeur est très faible, l’eau très claire et le fond sablonneux. Il faut donc ruser, pour être le plus discret possible. Muni d’une canne de 7 pieds en soie de 4, je longe le cours d’eau vers l’aval à la recherche d’un endroit assez dégagé. Ensuite il faut savoir observer, rechercher les pools plus profonds, les remous, les bois morts, les endroits plus calme, bref, exploiter toutes les caches. Inutile de fouetter, il suffit de déployer un peu de soie et de laisser filer la mouche au fil de l’eau, le long des bordures, là où se situent les meilleures caches. Je ne vois pas de gobage, je pêche en sèche, pas de succès. Inutile de m’obstiner, voilà deux heures que je pêche sans résultat, sans la moindre touche. Je change carrément de stratégie. J’essaie en noyée avec une seule mouche.

Encore faut-il trouver la bonne !

Je fouille dans ma boîte à mouches de « Mouche Direct » et mon choix se porte sur celle que j’affectionne le plus et qui m’a toujours donné satisfaction. Ma mouche fétiche. Je ne vous dirai pas laquelle, c’est mon secret !
Bon, d’accord, je vous mets sur la piste, elle possède un tag rouge et peut être montée en sèche ou bien en noyée. Je ferre enfin ma première truite, ce n’est qu’en fin de matinée que je sors à nouveau deux autres truites. De cette sortie, je retiendrai une leçon. Au début, j’ai voulu pêcher en sèche car c’est pour moi la plus belle pêche, mais il faut savoir être polyvalent et changer de technique lorsque les gobages ne sont pas au rendez vous.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Sélection 72 mouches indispensables Mouche Direct
2) Gilet de pêche Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

Quand les truites sont sous vos pieds…

Posté par admin - 5/05/2014

Par LAURENT

L’état de l’eau joue un rôle déterminant à l’ouverture, bien davantage que l’heure à laquelle on pêche selon mon expérience. J’ai souvent remarqué d’ailleurs qu’une montée d’eau à cause de fortes pluies, faisait sortir de belles truites et les grosses prises en bordure ne sont pas rares le jour J. 

Comme si ce changement de niveau les obligeait à changer de poste, et à se rapprocher des rives où elles trouvent une nourriture en plus grande quantité avec davantage de facilité. L’idéal serait d’être au bord de sa rivière lorsque le niveau monte, au moment où l’eau se teinte légèrement. Attention je ne parle pas ici des coups de barrage qui ne valent absolument rien ! Ils ont d’ailleurs l’effet inverse et calent tous les poissons du secteur car les eaux qui défilent alors en quantité proviennent du fond de l’ouvrage et sont beaucoup trop froides pour favoriser l’activité des insectes, des vairons et des truites ! Par eau tendue, la pêche se fera contre les bordures profondes. En action de pêche, il faudra tout d’abord parfaitement dégraisser sa pointe de bas de ligne sur une profondeur équivalente à la hauteur d’eau. Cette opération devra être effectuée plusieurs fois au cours de la partie de pêche afin que l’immersion des nymphes soit toujours optimisée. Si vous débutez dans cette pratique vous pouvez monter sur votre contre pointe un petit indicateur de touche ou une portion de fil fluorescent comme le fond les compétiteurs afin de détecter plus facilement les touches. En pointe le pêcheur nouera une imitation taille 12 précédée au-dessus d’une seconde de taille 14. Faites confiance aux mouches d’ensemble qui à l’ouverture parviennent la plupart du temps à décider une belle truite. L’astuce dans cette méthode de pêche consiste plutôt qu’à déceler la touche à induire l’attaque. Dès que les nymphes ont gagné le fond et qu’elles évoluent dans la zone favorable, le pêcheur doit imprimer dans la ligne de petites vibrations ou de légers relevés. Les truites sont particulièrement sensibles aux mouvements ascensionnels des nymphes dans l’onde et cette animation en dent de scie favorise grandement la perception du toc dans la ligne qui doit être sanctionnée par un ferrage vif mais sans violence.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble Voyage Pro 5/6 Mouche Direct
2) Lot 36 Nymphes + Boite Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

« Previous Entries