Pêche du brochet: ultime sortie!

Posté par admin - 29/03/2011

Par DOMINIQUE

Profitons du temps relativement beau pour une ultime sortie de pêche du brochet, au poisson mort cette fois.

Aujourd’hui, je mets la barque à l’eau sur l’Hérault, fleuve de 164 kilomètres de long, qui prend sa source à 1560 mètres d’altitude, sur le mont Aigoual (Cévennes Gardoises) pour se jeter dans la Méditerranée.
J’ai opté pour un de mes parcours préférés, en rivière, un peu en amont de Bessan. Les carnassiers sont tous présents ici, avec une prédominance de black-bass et de perches, de très bonnes populations de sandres et l’omniprésence du brochet. Le silure, lui aussi, est très présent, avec de beaux spécimens dans les fosses pouvant atteindre quinze mètres de profondeur.
Le brochet, sur ce fleuve, est de taille modeste, mais en nombre suffisant. On prend régulièrement des poissons de 60 à 80 centimètres, et, exceptionnellement, un beau bec qui dépasse le mètre.
Quant au silure, ses effectifs se sont multipliés en quelques années. Les prises sont nombreuses, entre 80 et 120 centimètres, avec un record officieux de 2,40 mètres voici deux ans.
Gardons et ablettes de belles tailles frétillent encore dans le seau à vif, le soleil se décide à me réchauffer un peu, tout est réuni pour une belle partie de pêche.

Décidément, j’ai bien fait de venir!

J’attaque au ras des arbres morts immergés, et, presque tout de suite, mettons après sept à huit lancers, c’est la touche franche… Décidément, j’ai bien fait de venir! Immédiatement après un ferrage sec, je bride au mieux le poisson (sandre, brochet ? Impossible à reconnaître pour l’instant) et mouline énergiquement. Changement de direction du fil, et soudain, le frein se fait entendre… Tant pis, il y a trop de bois là-dessous, je bloque le frein, pompe à grands coups en moulinant « à la descente »… Une résistance plus perceptible, puis plus rien : cassé, mon partenaire d’un instant s’est débrouillé pour faire le tour d’une grosse branche, et le fil de son destin s’est rompu… Tant pis pour moi, et quant à lui, j’espère que la période de calme obligatoire que nous allons traverser lui permettra de se débarrasser de la monture…
Je continue cinquante mètres en amont, ratisse soigneusement les bordures, frôle les branches, et au bout de vingt minutes ma patience est récompensée : touche énergique, puis inertie relative, un bec est au bout… Il se défend mollement, et arrive assez vite au bordé de la barque. Je faufile un côté de ma pince à poisson dans sa gueule béante et soulève : 2,8 kg. Le corps est allongé, nerveux et relativement long pour ce poids. Sans aucun doute un mâle, attendant que les eaux se réchauffent pour accomplir son rôle avec fébrilité. Pas question de décevoir ses espoirs, la hampe du triple est serrée entre les mâchoires de mes pinces d’électricien, deux coups de poignet, et il repart, un peu sonné, vers d’autres profondeurs… Nous ne mangerons pas de brochet ce soir, il faudra maintenant attendre le mois de mai, et, promesse faite à la cuisinière, le premier bec de plus de trois à quatre kilos sera conservé pour le régal de nos papilles !

Mon conseil matériel PECHE DIRECT:

1) Canne Predator 240/10-40g Carnassiers Direct
2) Moulinet MCD04 Carnassiers Direct

Mots-clefs :, , , ,

Récit d’une pêche miraculeuse

Posté par admin - 25/03/2011

Par JEAN-GUILLAUME

Il était une fois, au mois d’aout 1995 ! Journée qui encore me poursuit et que je ne suis pas prêt d’oublier: la pêche aux leurres au bar…
J’affectionne particulièrement ce poisson. Sa pêche est en soi une véritable aventure car, pour la réussir, il faut aller traquer directement l’animal sur ses postes de chasse, bien souvent dans très peu d’eau, au ras des roches et des plages. Il est bon de préciser que l’usage d’un sondeur est vivement conseillé en bateau, surtout lorsque la houle se manifeste.
Il est 17 heures, quand Stéphane et moi-même préparons minutieusement le matériel. A savoir: 2 cannes de leurres armées de leurre rigide de 9 cm et 10 cm.
18h30, appareillage, cap au large, moteur pleine puissance. Les passes franchies, mise en œuvre de la technique… Quelques minutes seulement après le début de la pêche, un moulinet se met à chanter: « Ah ! que j’adore ce son comme d’autres préfèrent celui du cor de chasse au fond des bois.
Je tiens ma canne bien en main, je ferre le poisson. J’en suis certain, j’ai à faire à un bar, car ses coups de tête sont très reconnaissables vraiment significatifs. Je l’amadoue le mieux possible, je tente de le récupérer par une manœuvre simple et sereine… Mais il se décroche. Ce n’est pas encore pour cette fois !
La pèche se poursuit et les postes susceptibles d’abriter nos célèbres carnassiers qui est le bar sont prospectés tour à tour. Une heure passe et toujours pas de touche. L’inquiétude nous gagne. La côte devient triste, nos visages aussi. Puis soudain, un moulinet donne l’alerte: « tout le monde aux postes de combat » crie-je !

Tout le monde aux postes de combat…

Je prends ma canne bien en main et d’un geste ample et appuyé, je ferre le poisson. Vite ! Vite ! Vite ! Je sens le poisson sur la défensive. Il est puissant et travaille tout en finesse. Plusieurs fois, il coupe son effort, puis il repart de plus belle, emballant littéralement le moulinet, prenant au passage une vingtaine de mètres de fil. Il se bat farouchement: ce n’est plus un bar, c’est vrai poisson tracteur !
Mon cœur embraye la vitesse supérieure, le sang afflue à mes tempes, l’excitation me gagne… C’est surement une superbe pièce, d’au moins 4 kg. Rude combat… Mais mon adversaire demeure toujours invisible. Je scrute la surface de la mer, mais sans résultat, j’essaie de deviner les pensées du bar pour anticiper ses réactions.
La réalité reprend ses droits, le carnassier semble arrêter ses efforts, en fait il se précipite vers le bateau, m’obligeant, par cette action, à reprendre au plus vite le mou de la bannière. « Petit malin », me dis-je, en serrant encore plus fort ma canne dans mes jeunes mains. La lutte se poursuit jusqu’à son but final. Dans un effort étourdissant, le bar libère son agressivité finale et profite de cet éclat pour reprendre plusieurs mètres de fil. Le scion de ma canne plie sous l’action, mais mon frein relativement bien réglé, annule cette manœuvre… Le combat est acharné.

La plus belle prise de bar jamais réalisée…

Le poisson apparaît fatigué en surface, nageoire dorsale à ciel ouvert: « ventre Gris souris! Voilà la bête ». Estimation rapide de son poids: entre 4 et 5 kg. C’est sans doute la plus belle prise de bar jamais réalisée depuis toutes mes dernières prises… Mon plaisir est intense. Je viens de réaliser le rêve de tout pêcheur, prendre un superbe poisson, et quel poisson !
Moment de grâce, rêve pratiquement réalisé dans la vaine conquête de l’impossible pour mon jeune âge… je viens de réussir la pêche miraculeuse. L’émotion est à son paroxysme ! Mon gros bar est là, à quelques mètres du bateau, offrant au jour déclinant, le scintillement de ses écailles argentées.
Stéphane, épuisette en main, le regard dur, fixé sur la proie, est paré… le poisson enfin maîtrisé, tendant son souffle court vers l’embarcation. Le voila dans l’épuisette enfin à bord du bateau, nous en croyons pas nos yeux.
Ce jour la, nous somme rentrés au port, après cette prise miraculeuse, trop pressés de montrer notre belle prise.
Il est 19h20, nous filons droit sur le port. C’est le retour au bercail. Le jour déclin lorsque nous amarrons le bateau. Ce jour la, je suis rentré au port avec dans les yeux le bonheur d’avoir pris un si beau poisson de 4 kilos, le bar roi reste pour moi le roi des poissons.
Voila, en espérant vous avoir fait un petit peu rêver, et que cela vous arrive un jour, rendez vous sur l’eau…

Mon conseil matériel PECHE DIRECT :

1) Sélection 38 leurres bar Mag Mer
2) Sélection 10 poissons nageurs Mag Mer

Mots-clefs :, , , ,

Test canne carpe Fish Different

Posté par admin - 21/03/2011

Par JORDAN

J’ai pu vérifier il y a quelques jours que l’optique de l’entreprise PECHE-DIRECT.COM est bel et bien de proposer les meilleurs produits au meilleur prix, aussi bien pour le matériel de débutant que le haut de gamme ! Voici le résultat du test de la canne carpe Fish Different CFD27 13’ 3,25lbs…

Dés la prise en main on est impressionné par la finesse du blank, du talon au scion on a l’impression d’avoir entre les mains un véritable fleuret. Le talon est recouvert d’une fine couche de duplon noir qui assure une bonne préhension malgré sa finesse et qui est très agréable au toucher quelque soit le temps. Ce talon est terminé par un pommeau antichoc en aluminium aussi esthétique qu’efficace.

Une canne aussi fine que puissante…

Le porte moulinet est fin et offre une bonne prise en main tout en permettant d’y fixer n’importe quel big peet. La longueur de la poignée est optimale pour le lancer tout comme le combat.
 Au vue de cette finesse on peut douter des capacités et de la résistance de la canne, j’ai donc choisi de pratiquer pour ce test une pêche à longue distance avec des sacs solubles histoire de tester le nerf de la canne sur des lancers lourds et répétés et il faut avouer qu’elle s’en est très bien sortie.
La puissance de 3,25 lbs m’a permis de lancer des sacs de 120g à plus de 90m sans problème, et j’ai réalisé des lancers à plus de 130m avec un simple plomb de 110g. L’action est vraiment rapide mais je trouve que cette canne est plus semi-parabolique que d’action de pointe pure ce qui n’est pas plus mal au vu des sensations sur le poisson…
La partie supérieure de la canne est vraiment souple et sensitive évitant les décroches mais on a une grosse réserve de puissance dans la poignée permettant de brider sans problème les carpes de toutes tailles !

Les ligatures sont soignées et du plus bel effet

Les anneaux tri-pattes sont bien répartis tout au long du blank assurant une courbure homogène sous la compression et des frottements limités lors du lancer même si leur diamètre gagnerait à être plus important.  On peut aussi se réjouir de la qualité des ligatures et du spigot renforcé par une bague métallique qui ne casse pas la courbure de la canne.
La canne est dans son ensemble très sobre avec une finition mate du blank sans vernis,  elle est livrée dans un fourreau en tissu  résistant et le tout est placé dans un tube rigide pour éviter tous chocs lors du transport, une belle innovation.
Au final vraiment que des points positifs à retenir, on regrettera seulement que ces cannes ne soient pas disponibles dans d’autres configurations : une 12 pieds 3 lbs pour les sensations et une 13 pieds 3,5 lbs pour la longue distance compléteraient la panoplie !   Vraiment un beau produit…

Mon conseil matériel PECHE DIRECT :

1) Canne carpe Prestige FISH DIFFERENT

Mots-clefs :, , , ,

Gros lieux au leurre souple

Posté par admin - 17/03/2011

Par LAURENT

Pendre un gros lieu au leurre souple à la sortie de l’hiver est une expérience inoubliable. Alors à vos cannes et cherchez les épaves !

Le lieu jaune (pollachius pollachius) de la famille des gadidés est une espèce qui vit dans des profondeurs qui varient de 0 à 200m selon la saison et la taille des individus. Pour ceux qui ne connaissent pas cet adversaire, le lieu jaune est un poisson qui peut atteindre 1,2 m de long. Son corps est allongé et aplati latéralement. Il possède trois nageoires dorsales et deux nageoires anales. Sa mâchoire inférieure est plus grande que sa mâchoire supérieure. La ligne latérale est bien visible : elle est incurvée au-dessus des pectorales. Sa coloration est variable : le dos est généralement brun-vert, le ventre et les flancs sont clairs avec des taches jaunes de forme irrégulière. En dehors de la période de reproduction, le lieu jaune ne forme pas de grands bancs, rarement solitaire vivant en petits groupes dispersés en pleine eau ou près du fond. Les jeunes vivent à la côte les deux premières années, puis migrent vers le large (40-100 mètres) vers 3 ans.

Essayez les couleurs vives !

En février et mars sa pêche est passionnante car les plus gros sujets sont prenables à l’aide de gros leurres souples montés sur de fortes têtes plombées dont le poids varie en fonction du courant. Les poissons sont souvent positionnés à proximité du fond mais attaquent parfois les leurres quelques mètres au-dessus avant que ce qu’ils pensent être une proie ne vienne à leur échapper. Les couleurs vives sont vraiment très efficaces : citons le rouge, l’orange, le jaune mais aussi le chartreuse (vert fluo) qui reste de loin ma couleur préférée que ce soit pour le lieu ou le gros bar. Le lieu se recherche en profondeur bien souvent dans les endroits où le sondeur a détecté une épave. En effet les restes de vieux bateaux sont de loin les meilleurs postes pour toucher de très gros spécimens très bagarreurs. Parfois le leurre est pris au moment de la descente d’autres fois il faudra savoir le conduire dans les anfractuosités des roches, mais la touche est toujours lourde et sans équivoque !

Mon conseil matériel PECHE DIRECT :

1) Ensemble mer Jigging Mag Mer
2) Sélection 6 Leurres souples Big Mag Mer

Mots-clefs :, , , ,

Pêche en mer : Session rockfishing

Posté par admin - 13/03/2011

Par JULIEN

L’hiver est installé et nos amis labrax sont partis se reproduire, afin d’assurer la ressource pour permettre de pouvoir encore  s’amuser . Le rockfishing est pour moi le moyen d’assouvir mon appétit halieutique !

 A cette époque de l’année, les conditions météorologiques qui permettent de pêcher avec des minis leurres sont plus ou moins rares. Donc quand on le peut il faut foncer !
Donc j’arrive au port le matin en cette belle matinée  très fraiche, une heure avant la fin de montante. Le vent est quasi nul, c’est mieux pour pêcher avec des têtes plombées de 1 à 3 grammes, et des leurres de 3 à 5 cm, c’est même recommandé.
Après quelques lancés, pas grand-chose, même rien du tout pour le moment. Tant pis, je vais persister  encore avant de jeter mon matériel à l’eau…
Et là au moment où l’on n’y croit plus, une touche timide vient me réveiller. Après un ferrage réflex, loupé !!! Rha, c’est pas possible !!!
Je relance au même endroit et après plusieurs peignages dans les règles, on sonne à nouveau au bout du fil. Dring-dring, je décroche un ferrage, et là c’est pendu. Je ramènerai une petite vieille. Ensuite plus rien, même pas un lieu qui en général est notre compagnon de jeu du moment.
Bon c’est pas le tout, mais vu l’euphorie de poissons autour de mes leurres, je vais me rentrer et retenter ma chance ce soir. La nuit est souvent plus propice pour le rockfishing.
12 heures plus tard, c’est le moment de voir si les poissons seront plus présents et actifs que ce matin.
Quelques lancés m’indiqueront qu’il y a plus d’activité, car j’ai régulièrement des touches mais difficilement concrétisables, surement de tout petits lieus qui tirent sur le bout de mon leurre. J’essaie de trouver des poissons un peu plus conséquents pour pouvoir les piquer. Quelques instants plus tard, je ressens une bonne secousse  que je sanctionne aussitôt par un ferrage, et çà y est, c’est bon, le premier lieu de la soirée et même de la journée. Plusieurs lancés par la suite me vaudront 3 autres petits lieus.
Maigre butin, mais le meilleur reste à venir car les lieus vont pas tarder à ce rapprocher des côtes. En attendant, je m’amuse avec les quelques poissons qui le veulent bien…

Mon conseil matériel PECHE DIRECT :

1) 120 Leurres souples 50 Têtes plombées Hook Discount
2) Sélection 12 leurres souples montés Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Mouche: comment préparer l’ouverture?

Posté par admin - 9/03/2011

Par LAURENT

Si pour ma part l’ouverture reste une tradition que je perpétue, je n’ai jamais d’idées préconçues sur la manière dont je vais pêcher. Les éléments et les poissons doivent dicter nos choix et non pas l’inverse.

Je rencontre encore trop souvent au bord de l’eau des pêcheurs qui essaient des techniques qu’ils maîtrisent mal le jour de l’ouverture. Sur l’Ain l’année dernière, j’ai croisé plusieurs pêcheurs qui s’essayaient tant bien que mal au streamer alors que les truites étaient attablées sur de belles March Brown non loin du bord. Ces pêcheurs avaient visiblement été influencés selon leurs dires par des forums sur le net où certains vantaient le mérite de cette technique à l’ouverture. Bien sûr que le streamer est très efficace au mois de mars, à la seule condition que les truites concentrent leur activité alimentaire sur le fourrage et non pas sur des insectes ailés qui descendent au fil de l’eau.

Une question d’organisation

Le gilet de pêche est sans doute l’une des pièces maîtresses de l’équipement avec la canne, le moulinet et la soie. Commencez par faire le vide de votre gilet, que vous choisirez confortable. Trois boites de mouches suffiront pour l’ouverture et même peut être pour le reste de l’année si vous connaissez bien vos parcours. Une boîte garnie de sèches, une boite de nymphes et une boîte mixte noyées et streamers. Sélectionnez vos mouches avec précision, inutile d’encombrer vos poches d’artificielles qui ne seront jamais nouées au bas de ligne.
Pour les sèches de l’ouverture, les March Brown, Baetis Rhodani et petits sedges type Brachycentrus seront d’excellents choix accompagnés de quelques chironomes en CDC. Les nymphes type Pheasant tail, Oreille de lièvre et Filoplume seront parfaites pour la pêche à vue, quelques imitations lestées serviront à la pêche au fil.
Une petite sélection de noyées sombres, noires et marron, quelques montages espagnols ainsi que des streamers en lapin naturel, olive et noir complètement la dernière boite.
Côté nylon, six diamètres allant du 10 au 20 centièmes seront suffisants pour toutes les techniques. Mon système de stockage consiste en un cordon que je porte autour du coup sur lequel j’ai enfilé mes bobines de nylon protégées par des chouchous. Elles sont parfaitement identifiées à l’aide d’un marqueur par ordre croissant. En un coup d’œil je trouve la pointe qu’il me faut sans chercher dans mes poches. Un gain de temps précieux  le jour J !

Mon conseil matériel PECHE DIRECT :

1) Gilet de pêche Mouche Direct
2) Epuisette Prestige Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

Test mouches carnassiers & mer

Posté par admin - 6/03/2011

Par LAURENT

Il est parfois bien difficile de sélectionner 6 mouches efficaces, que ce soit pour les carnassiers ou pour la mer. L’entreprise Peche Direct propose deux sélections adaptées à toutes les situations.

Sélection Spéciale Pêche des Carnassiers : 6 mouches

1 – Weedless Conehead Wer – Coloris Marron – Taille 2 :
voici une mouche parfaite pour le brochet et le black bass dans les herbiers, facile à lancer, elle est très solide, plusieurs becs n’en sont pas venu à bout. J’aurais aimé un hameçon plus gros, ceci sera modifié rapidement.

2 – Souris – Coloris Naturel – Taille 2 :
incontournable pour traquer le taimen en Mongolie, mais aussi le brochet. Je l’ai emmené en Suède, elle a été très efficace.

3 – Boyd’s Swing Poppers – Coloris Vert – Taille 6 :
parfaite pour le black bass sur soie de 7 ou 8. Un grand classique pour la pêche des nénuphars !

4 – Bendback Minnows – Coloris Noir/Blanc –Taille 1/0 :
très bon choix pour le sandre et la perche, surtout pour les pêches profondes où le montage inversé évite bien des accrochages ! Du costaud !

5 – Sri Conehead Bonkers – Coloris Olive – Taille 2 :
sans doute la mouche de la série qui m‘a le plus convaincu, pourquoi, c’est simple elle prend de tout, même des grosses truites dans ma belle rivière d’Ain. Extra !

6 – Guerelers – Coloris Vert/Blanc – Taille 2/0 :
superbe mouche de surface pour le black et le brochet. De très bons résultats aussi en soie très plongeante avec un bas de ligne très court. Un atout dans votre gilet !

Sélection Spéciale Pêche en mer : 6 mouches

1 – E-Z Prey – Coloris Bleu/Blanc – Taille 2/0 :
excellente mouche pour le bar, mais je vais l’emmener aussi au Panama pour les carangues bleues !

2 – Bendback Minnows – Coloris Gris/Blanc – Taille 1/0 :
mouche passe partout très utile !

3 – Deceivers – Coloris Bleu/Blanc – Taille 2/0 :
un standard très solide. Excellent piquant de l’hameçon, bon choix pour le bar, le lieu etc…Sur nos côtes !

4 – Mini Puffs – Coloris Tan – Taille 4 :
 j’ai fait un malheur avec cette mouche aux Seychelles sur les bonefishs. Superbe imitation de Peche Direct !

5 – Boyd’s Swing Poppers – Coloris Blanc – Taille 1/0 :
très bon popper pour le bar, les carangues, carpes rouges et autres !

6 – Fighting Crab – Coloris Tan – Taille 4 :
voici la mouche à permit, facile à lancer. Les snooks de Cuba l’aiment aussi beaucoup !

Avec ces deux sélections, partez en confiance à la pêche, vous ne serez pas déçus !

Mon conseil matériel PECHE DIRECT :

1) Sélection 6 mouches carnassiers Mouche Direct
2) Sélection 6 mouches mer Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,