Carpe : pêche rapide d’une nuit…

Posté par admin - 28/05/2011

Par JORDAN

Disposant de peu de temps en cette période de l’année, je suis parti sans grande préparation pour une pêche de nuit sur une gravière assez technique…

Ma pêche a démarré assez tardivement en fin de journée, aux alentours de 17h, et après un rapide sondage j’ai décidé de placer deux cannes sur un haut fond, une autre proche d’un arbre immergé en bordure, quant à la dernière, elle sera régulièrement relancée, équipée d’un sac soluble !
Niveau amorçage, je me suis improvisé un spod mix à base de graines prêtes à l’emploie (blé, chènevis, maïs…) auxquelles j’ai ajouté des micro-pellets et des billes broyées. Je nappe le tout de CSL (liqueur de maïs) pour avoir une diffusion aussi bien horizontale que verticalement, dans toutes les couches d’eau. Pour lancer le coup, j’envoie 10 baits rockets par canne au niveau du haut fond que j’essaye de concentrer le plus possible.
Ma canne de bordure recevra trois frondes de noix tigrées, que j’ai préparées moi-même : trempage de 48h et cuisson d’une demi-heure dans l’eau bouillante sans oublier l’ajout de sucre…

Des tigers bien préparées: une arme infaillible !

Le temps se dégradant très vite, je monte rapidement mon abri, juste à temps pour m’abriter d’un terrible orage ! Le déluge passé, je m’inquiète de ne toujours pas avoir enregistré de départ, j’en profite pour replacer une canne que j’escherai d’un pellet à la moule verte et d’un sac soluble rempli de billes découpées le tout fortement boosté.

Les pellets sont idéaux pour prendre rapidement un poisson…

Une demi-heure plus tard cette canne démarre et une première commune de 6 kilos rejoint mon épuisette ! S’en suivra six poissons au cours de la nuit dont 5 sur la canne de bordure…
 Je prendrais soins après chaque départ de renvoyer quelques tigers sur mon poste avant de replacer ma pop up fluo de 16 mm aux épices sur montage KD-rig, ce qui à l’air de me réussir !
 Au petit matin, un départ violent me réveille en sursaut et après un âpre combat une commune vierge de toutes piqures et parfaitement proportionnée posera devant mon réflex.   
Après avoir subit de fortes pluies de 5h30 à 10h00 du matin, je remballerai mon matériel, satisfait du résultat de ces 15h de pêche…

Mon conseil matériel PECHE DIRECT:

1) Accessoire d’amorçage bait rocket CARPE DIRECT
2) Noix tigrées STAR PECHE

Mots-clefs :, , , ,

Test bacs à appâts Mission Peche

Posté par admin - 24/05/2011

Par JORDAN

Quoi de plus rageant que d’être limité en quantité d’appâts à cause d’un manque de place du à des récipients trop volumineux ?

 J’ai résolu ce problème en utilisant depuis l’hiver dernier les bacs à appâts Mission Peche qui m’offrent une multitude d’avantages que je vais vous dévoiler sans tarder.
Pour commencer, le principal avantage de ces bacs est leur souplesse. Cette caractéristique fait qu’il est possible de compacter les bacs de façon qu’ils ne prennent le volume que de ce qu’ils contiennent, il est ainsi possible d’en placer plusieurs dans un carry all, alors qu’avec des seaux de 5 litres, qu’ils contiennent 5 kilos ou 500 g de bouillettes, ils occupent toujours le même espace…
Niveau appât il est possible d’en stocker jusqu’à 5 kilos par sac et de par leur conception ils gardent leur forme d’origine quelle que soit la charge sans que les fermetures à glissière ne s’ouvrent inopinément.
Un autre avantage des bacs est leur étanchéité : d’une part on protège nos appâts des conditions météorologiques (soleil et pluie), sympathique lorsque l’on est limité en place dans un abri type shelter, mais aussi ils permettent le mouillage avant la partie de pêche des amorces sans risque de voir les différents attractants  s’écouler dans le coffre de la voiture… Il est aussi possible d’avoir un récipient d’eau sous la main ne serait-ce pour mouiller un tapis de réception ou se laver les mains après une prise.
Je n’oublie pas de vous citer que le tissu utilisé, du tétron, évite toutes moisissures en rendant le nettoyage hyper rapide et efficace !
Le couvercle du seau est muni d’une poignée recouverte d’une membrane plastique permettant un transport simple et confortable même avec beaucoup d’appâts. Cette poignée permet aussi de fixer le bac à des waders ou à une pique lorsque l’on se place dans l’eau pour amorcer à courte distance, super pratique ! 
Que vous souhaitiez transportez de grosses quantités d’appâts ou protéger vos stick mix de la pluie, les bacs Mission Peche vous rendront de précieux services!

Mon conseil matériel PECHE DIRECT:

1) Bacs à appâts MISSION PECHE

Mots-clefs :, , , ,

Truites sauvages au leurre dur

Posté par admin - 20/05/2011

Par LAURENT

Le mois d’avril est fabuleux pour traquer les grosses truites au leurre en grande rivière de première catégorie, les poissons sont vraiment en appétit et il faut en profiter sportivement !

Une fario de 70cm gueule ouverte !

Pêcher une grande rivière c’est tout d’abord s’enquérir de son niveau avant de partir. En effet les fluctuations sont souvent importantes et ces changements conditionnent totalement la pêche et le choix du poste. Le caractère territorial des grosses truites sauvages est un facteur important de la réussite d’une partie de pêche. Je me souviens encore de cette matinée où voyant fuir deux poissons de 3 livres à toutes nageoires j’étais persuadé de les avoir mis en alerte à cause de ma présence. Mais lorsque j’ai vu surgir une fario de 70 cm gueule ouverte qui les pourchassait, j’ai compris ce qui les chagrinait. Cette truite faisait le ménage sur son territoire et sanctionnait d’un bon coup de dent toutes celles qui osaient s’y aventurer. Lorsque les niveaux sont importants, la pêche au leurre dur permet une pratique intensive qui ressemble beaucoup à la recherche des grands saumons que certains connaissent sans doute.
Un poste à grosses truites est presque toujours constitué d’une zone profonde dite de repos et d’un secteur moins encaissé : une gravière zone de chasse. Les premiers lancers se feront sur la gravière en descendant régulièrement le courant. Des leurres coulants seront excellents à ce petit jeu. Un minnow coulant reste hyper réactif en twitching et jerking ce qui peut vraiment faire la différence certains jours. En récupération continue, à faible ou grande vitesse, il développe un rolling vraiment particulier. Si rien ne se produit, le pêcheur devra alors s’attaquer à la fosse et travailler plus en profondeur, soit en réduisant sa vitesse d’animation soit en passant à une bavette plus longue. Il existe de nombreux cranks sur le marché. Si la fosse n’est pas trop importante un crank standard fonctionnera bien. Mais s’il faut atteindre 4 ou 5m comme c’est parfois le cas en grande rivière une bavette longue et très inclinée sera plus convaincante. Ce type de leurre cumule aussi bien le rolling que le wobbling et les billes intérieures suivent le rythme effréné de la nage ce qui attire les truites de loin.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Sélection 12 leurres Crankbaits HOOK DISCOUNT
2) Sélection 12 leurres Mini Wobblers HOOK DISCOUNT

Mots-clefs :, , , ,

Sortie au brochet à Viletelle

Posté par admin - 16/05/2011

Par DOMINIQUE

C’était au début du mois d’octobre, aprés une forte journée d’orages en Basses Cévennes, et, bien entendu, une forte montée du Vidourle (pas d’inondations cette fois!)…

Une idée comme une autre : aller donner quelques coups de ligne au dessus du pont submersible de Viletelle (34). Aussitôt dit aussitôt fait, remorque attelée, c’est parti.
La décrue était entamée depuis plusieurs heures déjà, mais les eaux sont encore très fortes, charrient toujours pas mal d’embâcles, comme on désigne chez nous les différents matériaux emportés à folle vitesse par les rivières en crue.
J’avoue hésiter un peu à mettre la barque à l’eau, mais la configuration des lieux n’entraîne pas de redoutables dangers si l’ancre venait à déraper en pleine action de pêche, et le moteur électrique à vitesse moyenne suffira pour contrer le courant.
Dix minutes après, je suis à l’ancre au milieu de la retenue d’eau, en amont du pont. Vu le courant et la profondeur de l’eau, j’ai décidé de sortir les ondulantes, et très vite, je réalise que j’ai fait le bon choix.

Deux belles perches, en quelques minutes, se jettent dans mes bras…

Une troisième suit dix minutes après, alors que je lance au ras des berges, un peu risqué pour mes cuillers, car pas mal de troncs à moitié immergés se sont rajoutés à ceux qui y sont depuis des années, mais efficace !
Après la perte de deux ondulantes (pas question de faire l’acrobate avec la barque aujourd’hui, le Vidourle ressemble furieusement à un torrent alpin…) je me concentre sur les deux fosses qui se trouvent au milieu de la rivière.
Prospection méthodique, en ratissant soigneusement, du plus prêt au plus loin, sans grand résultat… Les sandres boudent, et les brochets ont certainement choisi le calme des rives.
Au moment où je décide de recommencer à pêcher les bordures, quitte à mettre la barque au sec et à longer les rives à pied, une bonne secousse dans la canne m’inquiète au départ, mais en une fraction de seconde je suis rassuré, ce n’est pas l’accrochage classique dans un tronc, trop d’inertie, c’est un poisson, mais pas un petit. J’ai déjà ferré, en redressant la canne à l’opposé, et perçoit immédiatement les premières tentatives de traction désespérée vers la rive opposée ! Pas question, trop de branches là-bas, je reste ferme, frein un peu trop serré, mais je suis monté un peu plus gros que d’habitude, aujourd’hui, par rapport à l’état des eaux, et, sauf si c’est un silure de taille respectable, ça tiendra…
En effet, la lutte est intense mais pas très longue, et, dix minutes après, maître Esox est au bout de la pince. C’est un beau bec, six kilos, une robe magnifique, et toujours ce corps d’athlète qui ne semble contenir qu’un seul muscle !
Allons, pour le lieu, et, surtout, par des eaux soi-disant impêchables, le résultat est somme toute très honorable, les perches sont relâchées, en pleine forme, je ne garde que le brochet, il nous permettra d’inviter quelques copains demain soir !

Mon conseil matériel PECHE DIRECT:

1) Sélection 20 cuillers ondulantes HOOK DISCOUNT
2) Sélection 232 leurres perche HOOK DISCOUNT

Mots-clefs :, , , ,

Ne manquez pas l’ouverture de l’ombre !

Posté par admin - 12/05/2011

Par LAURENT

Tous les spécialistes de l’ombre concordent sur le même avis : si le temps devient maussade, voir même pluvieux, il y a de fortes chances que la rivière se couvre de gobages. Alors à vos fouets !

Les mouches présentes seront en majorité des sedges, des baétidés de toute petite taille, des caenis, des chironomes et bien entendu des diptères comme les fourmis ailées. Les retombées de fourmis (essaimage), par temps chaud humide et orageux provoquent une activité de surface intense chez les ombres en pleine forme après le frai. Inutile alors de courir la rivière, le pêcheur doit trouver un coin où les ombres se sont mis à table en surface. Attention, bien souvent les gobages les plus discrets sont le fait des plus gros poissons. Sachez que ces insectes ne feront pas leur apparition sur les rapides mais sur de grands lisses. Cela ne facilite pas la tâche du pêcheur, je dois bien l’avouer mais je peux vous assurer que le jeu en vaut vraiment la chandelle.

Inutile de courir la rivière !

Dans ces circonstances l’ombre se pêche vers l’aval avec un bas de ligne très long et les poser « détendus ou foulards » seront de loin les plus efficaces afin d’éviter tout dragage bien suspect dans cet environnement sans la moindre ride. Une profondeur d’1m50 est généralement de bonne augure si l’on veut séduire les plus gros spécimens que ce soit à l’aide de petites éphémères ou d’imitation de sedges. Dans tous les cas, il faut prendre son temps, bien situer les poissons qui gobent afin de parfaitement leur présenter la mouche dans le bon axe. Encore une fois moins les lancers seront nombreux et plus ils seront précis, plus les résultats seront à la hauteur de vos espérances.
Je ne suis pas de ceux qui pensent que l’on peut lancer toute une journée sa mouche à ces poissons en espérant qu’ils continuent à se nourrir normalement. Bien entendu l’ombre reste sur son poste mais ce n’est pas pour cette raison qu’il reste actif. A l’ouverture, il faut éviter toute précipitation, et se positionner très lentement si l’on doit entrer dans l’eau. C’est à ce prix que les belles captures viendront récompenser les plus patients et les plus tenaces.

 Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Lot 36 Ephémères + Boite Mouche Direct
2) Lot 36 Emergentes + Boite Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

Poisson d’avril en kayak

Posté par admin - 8/05/2011

Par JULIEN

Cela fait deux semaines qu’il fait un temps radieux, et que les températures sont chaudes pour la saison. L’eau a pris quelques degrés, il est temps d’aller voir ce qu’il se passe sous l’eau…

Ayant une semaine de vacances, et le temps étant de la partie, une envie soudaine me prend d’aller faire une petite sortie kayak, pour voir si nos petits amis sont revenus. Le mardi, les prévissions sont bonnes, donc c’est parti…
Après quelques minutes sur l’eau, finalement le temps n’est pas aussi propice. Le vent de nord agite la surface et la houle rend compliquée ma sortie tant attendue, mais je vais faire avec. Après deux heures d’acharnement à essayer de trouver un poisson, toujours rien à ce mettre sous l’hameçon !

Il faut surement se résigner, c’est peut-être trop tôt !

Je m’obstine et après trois heures à pêcher l’eau, désespéré et me tâtant à rentrer, je sens que ma ligne s’alourdit, j’effectue un ferrage ample, et mon premier poisson de la saison en kayak est pendu, le tout c’est de ne pas le perdre ! Après un petit combat sympa, j’aperçois une lueur argentée me laissant croire à un bar, et de fait il fera 46 cm. Le moral requinqué, je continue du coup à prospecter mais je ne ferai qu’une aiguillette, et il est temps de rentrer.

Deux jours plus tard, je remets çà, mais avec un temps beaucoup plus calme…

Le vent est quasiment nul et la mer lisse, les dérives sont très lentes, un temps comme je l’aime pour pêcher léger. Pêche finesse de rigueur, des petits leurres de 10 cm, des têtes plombées de 5 et 7 grammes et feu. Après un moment les premières touches ont lieu, mais inferrables surement des petites vieilles qui viennent jouer avec mes leurres. Au bout de quelques instants suite à un « gratouillie », je rends la main et ferre une vieille.
Une autre vieille me fera l’honneur de monter à bord le temps de lui tirer le portrait, et de la remettre dans son élément.
Je change de crémerie et entre deux j’aperçois une chasse à la surface. Je lance dessus et ma ligne se tend aussitôt, et un maquereau m’indiquera que ce n’est pas du bar.
Arrivé sur la seconde zone, après plusieurs lancés, j’accroche au fond et après avec décroché mon leurre, alors que je le ramène rapidement pour voir s’il n’est pas encombré, je prends une cartouche qui stoppe net mon leurre et cintre ma canne d’un coup. Après un beau combat, ce sera un lieu qui arrivera en surface. Deux lieus suivront et après plus rien. Pour cette fois je ne verrai pas la queue d’un bar, en même temps  nous sommes qu’en avril et le meilleur moment est à venir, et vu que çà commence tôt, peut-être que la saison va être bonne, enfin je l’espère!

Mon conseil matériel PECHE DIRECT:

1) Lot 120 leurres souples 50 têtes plombées HOOK DISCOUNT
2) Pince à poissons digitale Fish Grip HOOK DISCOUNT  

Mots-clefs :, , , ,

Carpe : pêche de rivière hivernale

Posté par admin - 4/05/2011

Par JORDAN

Suite à une amélioration des conditions météorologiques influant positivement sur le débit de la rivière que je pratique, je me suis décidé de faire une pêche de 24 h en cette fin février.
Lors de cette session j’ai choisi un poste assez éloigné des accès pour fuir la pression de pêche qui s’installe sur le secteur depuis un petit moment. Mon poste, situé en sortie de virage, avait l’avantage d’être protégé du courant. La profondeur d’eau au niveau du lit de la rivière atteignait les 4m et j’avais une bordure peu profonde, bien encombrée où les poissons ne manqueraient pas de se nourrir sous les premiers rayons du soleil… Niveau amorçage, n’ayant pas eu le temps de préparer mon coup, j’ai amorcé 5 kilos de boules d’amorces remplies de graines et fragments de bouillettes pour rendre très rapidement mon spot attractif. Pour fixer les carpes j’ai envoyé deux kilos de billes aux crabes boostées au liquide de foie sur toute la zone en insistant sur les spots qui recevront mes montages.

Un amorçage qui attire vite le poisson est de rigueur lors de pêches rapides

Mes montages, composés d’un mètre de lead core, d’un clip plomb recevant des plombs de 170 à 200 g pour lutter contre le courant et d’un bas de ligne de 40 cm en fluoro terminé par un hameçon de 2, recevront un bonhomme de neige à connotation carné fortement boosté. Après avoir pris soin d’ajouter un sac soluble de pellet, je lance mes cannes en direction d’obstacles : deux pêcheront la bordure, les deux autres seront placées au niveau du lit de la rivière. Tout pêche à 16h et le premier poisson, un chevesne me rendra visite 20 min plus tard, j’augmenterais alors la taille des mes esches en passant sur deux billes de 24 mm !

Le poste est sympa, plus qu’à attendre le poisson…

Seuls quelques indésirables viendront animer ce début de soirée, et après un bon repas je prendrais la direction du duvet, la nuit va être fraîche… C’est à 3h30 que j’enregistrerais un départ sérieux, malgré le soin que je prends pour éviter que la carpe ne rejoigne les obstacles, ce qu’elle arrivera quand même à faire, je suis obligé d’enfiler les waders pour aller déloger le poisson d’un amas de branche en bordure… Le poisson est assez modeste, mais il est en pleine forme ! Plusieurs autres poissons du même calibre rejoindront mon tapis de réception dans la nuit avant l’arrêt de toute activité au lever du jour, je ne tarderais pas à remballer, satisfait d’avoir pu passer un moment fort agréable au bord de l’eau malgré ce maigre résultat…

Mon conseil matériel PECHE DIRECT:

1) Sac de couchage CARPE DIRECT
2) Waders néoprène CARPE DIRET

Mots-clefs :, , , ,

Préparer votre ouverture aux leurres !

Posté par admin - 1/05/2011

Par LAURENT

Le mois de mai va nous permettre de retrouver nos carnassiers préférés. Une bonne canne et quelques leurres c’est souvent de cette manière que je fais l’ouverture. Bien préparer son ouverture c’est souvent la réussir…

Comme j’aime voyager léger, je ne m’encombre pas le jour J. Un petit sac avec quelques leurres souples et durs, une canne de voyage en 3 brins. Un petit moulinet en lequel j’ai entièrement confiance et le tour est joué. Bien souvent c’est le choix des meilleurs postes qui va conditionner la réussite du pêcheur. Petite anecdote : Alors que je remonte la berge encombrée en wading à la recherche d’indices sur la présence de perches ou de sandres, un joli remous en surface se produit à 15 mètres de moi, une attaque en règle. Les perches ont repris du poil de la bête, et je prendrais 3 poissons identiques avec un petit jerkbait de couleur sombre. Beaucoup de pêcheurs ignorent ces moments magiques que l’on doit aux belles perches qui sont souvent assez simples à capturer pour peu que l’on respecte certaines règles de base : essayez de localiser les poissons, souvent les endroits encombrés, les criques, les arrivées d’eau et les barrières de végétation sont des secteurs favorables à cette époque de l’année. La meilleure méthode consiste à chercher les bancs de petits poissons, il y a fort à parier que les perches feront de même.

Quand le leurre souple vient gratter le limon !

Concernant le sandre, l’approche est différente et il faut toujours garder à l’esprit que ce poisson déteste cordialement la lumière du jour. Je me souviens d’un soir où ces poissons étaient comme fous. Je lançais mon leurre souple sur une pente régulière parsemée de 3 ou 4 blocs de roche à 7 ou 8 mètres du bord. Je laissais toujours bien descendre ma ligne avant de commencer une récupération saccadée. Lors des tirées, le souple vient gratter le limon et attire les poissons. 8 fois sur dix la touche se produisait lors de cette animation à proximité des rochers. Certains disent que le sandre n’est pas un valeureux combattant, c’est sûr que ce n’est pas un brochet mais les gros sandres de rivière connaissent assez de combines pour vous entortiller le bas de ligne dans des racines ou sous des roches.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Ensemble Voyage CARNASSIERS DIRECT
2) Sélection 12 leurres souples prêts à pêcher HOOK DISCOUNT

Mots-clefs :, , , ,