Carpe : La pêche au zig-rig

Posté par admin - 26/09/2011

Par JORDAN

Malgré des températures qui tardent à monter dans certains départements, l’été est bien et bel installé. Beaucoup d’entres nous voient leur temps de pêche démultiplié, mais la température de l’eau élevée, le manque d’oxygène ou la baisse du niveau d’eau sont certains des facteurs qui rendent la pêche à la carpe plus délicate que voulue en cette saison.

En ces période de fortes chaleurs il n’est pas rare de voir une bonne partie de la journée nos camarades de jeu réaliser de folles acrobaties sur nos plans d’eau et rivières favorites ou encore se dorer la pilule en plein soleil. Pas mal de pêcheurs se contentent de patienter avec une impression d’impuissance, jusqu’à des moments plus propices, le plus souvent la nuit. Personnellement, je fais parti de ceux qui profitent un maximum du temps passer au bord de l’eau et essayent de rentabiliser au mieux leurs sessions de pêche. Il est donc hors de question de passer 8 heures dans la journée sans départ ou du moins sans essayer de provoquer un départ.

Je sors donc dans ces moments là un zig-rig…

Ce montage ou plutôt cette technique de pêche qui peut sembler, tout autant que son nom, biscornue, nous vient tout droit d’outre-manche et consiste à présenter au poisson un appât non pas posé sur le fond mais très largement décollé. En effet, on ne va pas se contenter de décoller une pop-up de 5 ou 10 cm mais présenter un appât flottant jusqu’à une dizaine de centimètre sous la surface ! Croyez moi, le plus dur, lorsque l’on pêche avec une ligne eschée d’une pop up sur un bas de ligne de 1m50, n’est pas de prendre un poisson mais d’avoir assez confiance en sa technique pour laisser suffisamment longtemps sa ligne pêcher. Fort heureusement il ne faut en général pas très longtemps pour déclencher un premier départ…

Mes cannes équipées de zig-rig ont un montage classique avec plomb en dérivation…

Je prends juste soin de couper un peu mon clip plomb afin que le lest puisse se détacher au moindre accros. Mes bas de ligne sont réalisés en fluorocarbone et le plus souvent terminés par un hameçon de 8. Mes cheveux réalisés avec l’excédent de fluoro sont très courts, en effet la carpe n’aspire pas l’esche comme sur le fond mais la « gobe » – il est donc essentiel qu’elle se pique instantanément. Concernant les esches tout ce qui flotte peut être utilisé (pop up, mousse, imitation de maïs…), en privilégiant les petites tailles bien plus prenantes à mon goût.
Il peut être  nécessaire d’amorcer ces cannes avec cette technique, pour cela l’utilisation de bouillettes et graines très finement broyées pour couler doucement, couplées à des farines traçantes comme le lait en poudre sont parfaites. Il suffit ensuite de mouiller en soupe le mélange et de le propulser avec un bait rocket sans trou, le but étant de créer un perpétuel nuage qui attirera les carpes de loin.
Je place en général deux cannes sur le même spot à des hauteurs différentes : 50 cm sous la surface et 1m50 en dessous afin de trouver plus rapidement la profondeur gagnante pour pouvoir m’adapter et trouver la profondeur gagnante.
N’hésitez plus à essayer cette technique de pêche alternative, vous verrez que les journées fortement ensoleillées peuvent quand même vous rapporter du poisson…

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble accessoires & bouillettes Carpe Direct
2) Ensemble jumelles & lunettes Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Des kilomètres pour des carpes…

Posté par admin - 22/09/2011

Par ROMAIN

Nous avons prévu depuis une semaine de pêcher un lac en haute Garonne avec un ami…

Samedi midi à l’heure de partir nous décidons de rejoindre des amis sur la goutte dans le Tarn. Arrivés sur place après une heure de route nous constatons avec désespoir qu’il y a déjà 3 carpistes sur le secteur et que l’espace de pêche est trop restreint pour accueillir deux pêcheurs de plus.
Donc c’est reparti pour notre première idée, après avoir traversé les départements du Tarn et de l’Aude, nous arrivons vers 19 heures sur ce fameux lac de la haute Garonne. Le temps de gonfler et charger le bateau, nous sommes partis pour se poster sur un secteur que nous avions déjà pêché il y a quelques années. Nous avons juste le temps de s’installer, de sonder le poste et de jeter les cannes avant que la nuit tombe.
Je décide de pêcher à la graine à cause des indésirables qui sont présents sur le lac et Franck pêchera avec des bouillettes blindées carnées. La nuit se passe sans le moindre bip !
Dimanche 10 heures, nous ne sommes pas confiants et décidons de plier pour retourner sur un lac qui se trouve à 40 minutes de là, réputé pour ces jolis poissons. Franck décide d’abandonner en cours de route, mais moi je continue jusqu’ au lac ou je vais rejoindre deux autres amis à qui nous avions donné rendez-vous pour pêcher l’après midi. A 13h nous sommes tous les trois installés. Je suis le premier à avoir un départ : une jolie miroir de 19,4 kg viens nous rendre visite sur le tapis. Vers 19h je décrocherai sur un départ digne d’une voiture de formule 1, la canne pourtant bloquée sur les supports et le frein du moulinet bien ouvert c’est vue faire un bond d’un mètre et a failli disparaître au fond du lac… mes amis ferons deux poissons de 13 kg.
Le lac n’étant pas en secteur de nuit je décide de rentrer à la maison au coucher du soleil, je reviendrai le lendemain matin avec Franck. La journée sera animée avec 10 départs dont 3 poissons décrochés, une casse et 6 poissons allant de 11 a 19kg. J’ai parcouru au moins 400km ce week-end mais notre détermination a payé, nous avons trouvé du poisson et passé un week-end avec des prises hors normes. Il faut juste que je pense à remettre de l’essence dans la voiture avant de tomber en panne !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1)  Fourreau prestige Carpe Direct
2) Sac carry all Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Pêche du brochet à l’ultra léger

Posté par admin - 18/09/2011

Par JULIEN

Mon plaisir étant de pêcher de plus en plus light et fin, je m’attaque à un étang pour voir si je peux trouver quelques  poissons pour m’amuser.

Je m’arme de ma canne UL et de quelques  micros leurres durs et souples, et je vais à l’étang. En arrivant, je vois plusieurs chasses à différents endroits. Tout énervé, je monte par habitude un petit leurre souple avec une petite tête plombée de 1g en montage texan car l’étang est rempli d’herbiers, et au deuxième lancer je prends une cartouche et de plus, au ferrage je suis coupé net .Tiens je crois que j’ai eu à faire à un bec !!!
Du coup je remonte  le même leurre, et se suit un grand moment de solitude qui me fait croire que le seul poisson de la partie m’est passé sous le nez.
En réfléchissant un petit peu, je me dis qu’un leurre de surface ne saurait pas si mal. Je regarde ce que j’ai sous le coude et  que ma canne peut lancer: un petit leurre de 6 cm. Je le lance et m’aperçois qu’il va beaucoup plus loin qu’un leurre souple, et atteint quasiment les chasses du milieu. Après plusieurs lancers, je vois que les perches boudent, mais  un gros remous engloutie littéralement mon leurre que je promenais agressivement au-dessus des herbiers, je ferre, il est pendu, c’est un brochet  et pour le moment ça tient, je suis monté en 18/100, donc je tends le dos. Après une belle chandelle, ne pouvant le brider, celui-ci se met dans un herbier et d’un coup je ne sens plus rien. En fait, le deuxième triple c’est pris dans l’herbier et mon camarade en a profité pour ce faire la mal. Je récupère mon leurre et change de coin. Au premier lancer, rebelote, ma canne plie, mais encaisse  sans broncher, cela tombe bien car je resserre le frein pour brider un peu et le sortir des herbiers.  Je le ramène doucement et je l’aperçois, il n’est  pas bien gros mais sur ce type de matériel on prend beaucoup de plaisir. Je vois le leurre en dehors de sa gueule, ce qui me rassure, je le saisis et le mesure, verdict : 56 cm. Après quelques photos, il repartira dans son élément. Je reprendrai par la suite un autre brochet de 50cm et une perche, tout au leurre de surface. 
Comme quoi de remettre sa technique de pêche en question, peut faire basculer une partie de pêche. Et que l’on peut pêcher plus ou moins n’importe quel type de poisson avec du petit matériel, au risque bien sûr,  de tomber sur un pépère. Mais c’est le jeu ma pauvre Lucette !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Sélection 12 mini leurres souples Hook Discount
2) Sélection 12 mini poissons nageurs Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Biotope: Rivière et ripisylve

Posté par admin - 13/09/2011

Par LAURENT

La ripisylve est constituée par l’ensemble de la végétation qui vit au bord des rivières. C’est un lieu de vie qui constitue abri et nourriture pour toute la faune dans la complexité de ses chaînes alimentaires. Mais c’est aussi une barrière contre les crues, les pollutions ou les fortes chaleurs.

La ripisylve c’est quoi ?

Les berges constituent l’espace séparant le lit mineur du lit majeur. Elles sont colonisées par une végétation dite rivulaire ou ripisylve en bordure de berges par exemple. Les rives sont l’interface entre le milieu aquatique et terrestre. Cette position fait qu’elles sont soumises à des phénomènes naturels forts tels que l’érosion, accentuée notamment en cas d’absence ou de mauvais entretien de la végétation. De multiples espèces végétales spécifiques parfois à un bassin versant peuvent y être dénombrées, ce qui est souvent un gage de valeur.
La ripisylve offre une résistance et une protection importante contre les agressions. L’intervention sur ces milieux permet de préserver, voire d’améliorer l’ensemble des fonctions de la ripisylve en ayant le souci de n’intervenir que lorsque cela est réellement utile. En améliorant l’état de la ripisylve et en prévenant le risque de formation d’embâcles par exemple. Les formations végétales en bordure de rivière peuvent avoir des tailles variables qui sont malheureusement la plupart du temps dictées par l’action de l’homme sur la nature.

Un lien qu’il faut protéger

On parle ripisylve en référence à une sorte de bande végétale en bordure d’un cours d’eau et de forêt alluviale lorsque celle-ci s’étend à toute la zone inondable. Si l’intérêt de la ripisylve pour les cours d’eau a été mis en lumière il y a peu de temps, ce ne sont pourtant pas les exemples d’erreurs commises depuis de très longues années qui manquent en France !
Pendant très longtemps les rives ont été abandonnées à elles même puis soudainement totalement rasées à grand renfort de tronçonneuses alors que la bonne marche à suivre se trouve bien évidemment entre ces deux actions trop radicales. De fortes érosions des berges sont alors constatées. Cette situation est alors jugée incompatible avec notre « maudite » agriculture intensive, les rivières sont recalibrées et la végétation totalement supprimée. C’est alors l’époque des rivières rectilignes à fort débit en cas de pluie où il n’y a plus âme qui vive. En été l’eau s’y réchauffe trop vite pour permettre aux salmonidés d’y vivre et l’augmentation de la vitesse du courant en cas de crue a totalement supprimé les zones de frayères en faisant rouler les cailloux vers l’aval. La bêtise de l’homme engendre alors de nombreuses catastrophes écologiques.

Mots-clefs :, , , ,

Carpe: 24h d’initiation sous la pluie

Posté par admin - 11/09/2011

Par DOMINIQUE L.

En cette période estivale, je décide de prendre mon frère Pascal et son fils Enzo (mon filleul), pour une session de 24 heures sur un étang du Nord.

Après un rapide coup d’œil sur les prévisions météorologiques, la session s’annonce humide et froide. Peu importe, la date était retenue, nous ne reculerons pas.
Le poste choisi sera en partie à l’abri du vent. Cet étang subit une pression de pêche très importante. Nous décidons d’amorcer avec des farines mélangées avec des asticots à une dizaine de mètres du bord. Nous espérons déjouer la méfiance des carpes en pratiquant un amorçage comme le font les pêcheurs au coup.
Malgré une pluie et un vent soutenu la stratégie retenue semble être la bonne. Les départs ne se font pas attendre. Ce festival de départs durera une bonne partie de la nuit ! Au final nous enregistrerons une douzaine de départs, avec des poissons allant de 5 à 14,5 Kg. Nous pêchions à trois sur la même batterie et la pluie toujours aussi présente, nous oblige à remballer le matériel plutôt que prévu. Peu importe,  nous avons pris tout les trois du poisson.

Les commentaires d’Enzo (12 ans) sur sa première sortie à la carpe :
Pour une première fois, la pêche à la carpe était assez difficile,  il faut beaucoup de patience quand il y a un départ. J’ai très bien aimé en remonter surtout la prendre dans mes bras et prendre une photo avec la carpe ou une tanche… J’ai aussi aimé remettre le poisson dans l’eau. Dans l’attente d’un départ  j’ai bien aimé aussi pêcher le poisson blanc,  et j’étais surpris de sortir une tanche sur ma canne au blanc.  Je me suis découvert une nouvelle passion mais j’ai été déçu par le temps de pluie, c’est pour ça que je suis pressé d’y retourner très vite avec du soleil cette fois ci !!!

Petit conseil pour nos amis carpistes :
N’hésitez pas à déposer vos montages où les pêcheurs au coup déposent leur ligne. Cette stratégie est payante ! Maintenant largement oublié par les pêcheurs de carpe en batterie, les amorces à base de farine font des miracles.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble Pro 3 cannes Carpe Direct
2) Ensemble confort Pro Cannes Direct

Mots-clefs :, , , ,

Cet été n’oubliez pas le chevaine !

Posté par admin - 6/09/2011

Par LAURENT

Méprisé par les « chapeaux à plumes », le chevesne est pourtant un adversaire sympathique, plutôt robuste quand il atteint une bonne taille et particulièrement amusant à pêcher à la mouche au cœur de l’été…

Je me souviens de ce pêcheur britannique sur la « Wye river » qui criait de joie en faisant glisser un gros poisson dans son épuisette. Alerté par le vacarme, j’allais à sa rencontre et il me montra fièrement un chevesne de près de 4 livres qu’il venait de prendre en sèche. « It’s a big chub » (c’est un gros chevesne) me dit-il en souriant largement. Oui, les pêcheurs britanniques ont une belle considération pour ce poisson et cette prise contenta davantage notre pêcheur qu’une belle zébrée aurait pu le faire.
Chez nous les choses sont différentes. Bien souvent les gros « cabots » ou « têtes de meuniers » comme je l’entendais parfois des anciens sont peu considérés par les moucheurs de « haute voltige » que nous rencontrons tous, un jour ou l’autre au bord de l’eau. L’élitisme semblant être le mot ordre, ces « tartarins » ne lanceraient pour rien au monde leurs mouches extraordinaires (en comparaison des nôtres) à un tel adversaire. Lorsqu’ils tentent le coup c’est bien souvent à couvert et sans grande réussite ! Car notre poisson est malin, loin d’être facile par moment et diablement sélectif s’il le décide. Je fais partie de cette génération de pêcheurs qui considèrent que tout ce qui porte des écailles peut prendre une mouche et je trouve nos gros chevesnes bien sympathiques à pêcher en été.

Sauterelles, scarabées et chenilles

Pendant la période chaude, je remonte doucement une berge à l’ombre, en marchant lentement dans l’eau. C’est bien souvent à cet endroit que se tiennent les cabots, tout près de la surface prêts à se saisir de tous les insectes qui passent à leur portée. Je monte au bout de mon 12/100 soit une imitation de scarabée en foam soit une petite sauterelle qui fonctionne bien en bordure des grandes prairies. Sous certains branchages les imitations de chenille noire ou brune avec un tag rouge font fureur. Il n’y a pas vraiment de mouche universelle pour ce poisson. Une fois équipé, je pêche alors plein amont en déposant ma mouche sèche un bon mètre devant le poisson repéré. La pêche du chevaine est passionnante lorsqu’elle se pratique à vue, ce qui permet de sélectionner les plus gros sujets.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1)  Ensemble Eco Mouche Direct
2)  Sélection 50 mouches Rivière +Box Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

A la découverte de la Loire…

Posté par admin - 3/09/2011

Par JORDAN

J’ai eu la chance il y a quelques semaines de partir pour pêcher la carpe à la découverte du fleuve majestueux qu’est la Loire…

Habitué à mes étendues d’eau calmes et restreintes, j’ai été surpris pas les dizaines de kilomètres de berges sauvages bordant ces eaux vives en cette période de l’année qui donne une impression de solitude prononcée.
Motivé à l’idée de pouvoir taquiner quelques carpes mythiques de Loire,  j’ai  cherché, après avoir parcouru les 400 Km séparant mon domicile de mon poste, une zone qui serait susceptible d’abriter quelques sujets et c’est non sans mal que j’ai trouvé une partie large d’environ 200 m où la profondeur plus importante a l’air d’être moins exposée au courant du au faible niveau d’eau, qui pourra recevoir mes montages. J’ai déposé le jour de mon arrivée une dizaine de kilos de billes au poisson en 24 mm en guise d’amorçage sur une large zone pour en  fixer le plus possible dans la nuit et c’est après quelques heures de repos afin de récupérer de mon voyage que je me suis attaqué à pêcher ces eaux.

Les plaisirs de la pêche…

J’ai misé sur l’attractivité en enrobant mes plombs grippa de 220 g de method mix et en eschant mes montages de pop up fluo au calamar. J’ai disposé mes cannes de façon à barrer le passage des poissons jusqu’au milieu de la rivière mais j’ai vite été rappelé à l’ordre par les dizaines d’herbiers dérivant qui faisaient bouger mes lignes les rendant inopérantes.  Après avoir raccourci mes distances de pêche pour pouvoir pratiquer proprement, j’ai pris une première commune « hyper active » de quelques kilos  qui après un combat de folie dans les herbiers et une petite photo rejoindra rapidement son habitat. Quelques unes de ces congénères me rejoindront ainsi qu’un banc de barbeaux avant que mon coup ne soit envahi par les silures qui feront d’impressionnantes chasses en surface…
Ce voyage m’a aussi permis de redécouvrir les plaisirs de la pêche au coup avec de belles bourriches de gardons et d’ablettes, il n’y a plus à en douter, la Loire est bien un des fleuves les plus poissonneux en France !
J’ai déjà prévu pour la fin de cette année, une fois que le niveau d’eau aura remonté, une nouvelle session sur ces eaux courantes. En attendant je vous invite à en faire autant….

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Biwy Luxe Carpe Direct
2) Ensemble Confort Luxe Carpe Direct 

Mots-clefs :, , , ,