Carpe : Souvenir de vacances

Posté par admin - 27/10/2011

Par DOMINIQUE L.

Il me faudra une grosse demie heure pour mettre le poisson au sec : c’est une jolie carpe cuir de 18 kg, ouf, ma session est sauvée…

A l’époque, mon épouse était en début de grossesse (après 7 longues et laborieuses années), le calme et le repos étaient donc vivement recommandés. Nous décidons de limiter la route et de partir une semaine pour « Le Lac des Hérons », ancienne base de loisirs, située à Ghyvelde, autour d’un lac, dans un écrin de verdure où nous pourrons profiter sans réserve de calme et de confort.
En quelques minutes, nous sommes au bord de la mer où nous aurons tout loisir de nous promener le long de la plage.
Ghyvelde se situe juste à côté de la frontière franco-belge à un jet de pierre de Bray-Dunes et de La Panne à environ 80 km de notre domicile. La destination était idéale. D’autant plus que le jardin de la maison donne directement accès sur les berges du lac (une trentaine de mètres).
Je croise quelques locaux qui auront bien du mal à  me renseigner sur la population de poissons présente dans ces eaux. Il faut préciser que le domaine est privé et seuls les heureux propriétaires des maisons peuvent y tremper leur ligne !

Impossible de ramener le poisson…

Restant sur le secteur une semaine, je décide de pêcher uniquement aux pellets, et j’effectuerais un amorçage lourd le premier  jour (5 kilos de pellets sur une zone de 50m carrés environ). Par respect pour le voisinage la batterie sera retirée de l’eau le soir. Les trois premiers jours les détecteurs resteront totalement mués. Il faudra attendre le quatrième jour pour enregistrer le premier départ. Une jolie brème de 4kg rejoint le tapis de réception, mais ce n’est pas le poisson recherché ! Quelques heures plus tard, nouveau départ sur la même canne, au ferrage, un coup de tête violant sur la canne, et je me retrouve collé sur le fond, impossible de ramener le poisson ! Je laisse la canne quelques instants à mon épouse, le temps de mettre le bateau à l’eau, j’effectue une approche avec le bateau, j’essai en vain de contrer le poisson, il est littéralement collé au fond, impossible de le faire bouger. Après trois quarts d’heure de combat, il faut se rendre à l’évidence, il restera sur le fond (le poisson est surement dans une souche). Je tente le tout pour le tout et serre le frein du moulinet à son maximum, le fil de 35/100 finira par céder. Le jour suivant restera tout aussi improductif que les précédents !

Le combat s’engage avec la belle…

La veille du départ à l’heure de l’apéro, un magnifique saut de carpe hors de ma zone de pêche se fait entendre (le premier de la semaine !). Je décide de jouer au snipper et dépose avec précision un montage sur la zone de la belle. Une fois les réglages effectués, je regagne la terrasse et mon transat, tout juste le temps de me verser un verre et là,  départ mémorable sur la canne, le combat s’engage avec la belle, c’est du lourd et le lac à une profondeur moyenne de 15m, il me faudra une grosse demie heure pour mettre le poisson au sec : c’est une jolie carpe cuir de 18 kg, ouf, ma session est sauvée ! Ce sera la seule carpe de la session, mais que de souvenirs !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble 3 cannes Luxe Carpe Direct
2) Ensemble nuit Luxe Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Stratégie carpe : Pêche éclair

Posté par admin - 22/10/2011

Par ROMAIN

Je pêche toujours les même postes, de façon à ce que mes pêches rapides fassent office d’amorçage à long terme et incitent les poissons à assimiler le poste comme un lieu où la nourriture est omniprésente…

La société d’aujourd’hui fait que les gens n’ont pas, ou ne prennent pas le temps d’assouvir leurs besoins et leurs envies à travers des activités qui leur sont chères… Pour ma part, étant donné mon emploi du temps assez chargé, j’ai trouvé le moyen de m’organiser de façon à pouvoir me retrouver régulièrement au bord de l’eau et subvenir à mon besoin de pêche et de nature… Mes pêches s’effectuent sur quelques heures que j’ai de libre avant ou après le travail la semaine sous conditions (vie de famille oblige) !

Le matériel

Qui dit pêche rapide dit qu’il faut être installé rapidement et efficacement. Pour ce faire, je n’utilise que deux cannes qui sont dans la voiture prêtes à être utilisées avec la bouillette déjà eschée ! Une pique ou le rod pod prêt à l’emploi avec les détecteurs et l’écureuil déjà en place, une épuisette, un tapis de réception, quelques bouillettes d’amorçage et une petite boite qui contient une aiguille à bouillettes, des stop-bouillettes, deux back lead et deux montages complets prêts à pêcher pour pouvoir remplacer si il y a une casse.

La technique

Il faut attirer le poisson rapidement car je n’ai que quelques heures devant moi. Pour ce faire, je vais tout miser sur l’attraction des appâts, je vais booster préalablement la bille que se trouve sur mon cheveu en la laissant tremper dans du liquide de trempage ou booster. Pour que le booster fasse effet correctement, il est recommandé de laisser l’esche une bonne douzaine d’heures dans le liquide afin que celui ci pénètre jusqu’au cœur de la bouillette. Cette méthode permet de rendre la bouillette plus attractive et de la démarquer de celles d’amorçage. Ce n’est pas une science exacte mais la curiosité des carpes les incitera peut être à s’intéresser d’autant plus à cet appât très attractif.

Le poste

Evidemment il faut être rapidement sur place, donc il faut choisir un poste avec un accès facile voir même avec la voiture au bord de l’eau. Je pêche toujours les même postes, de façon à ce que mes pêches rapides fassent office d’amorçage à long terme et incitent les poissons à assimiler le poste comme un lieu où la nourriture est omniprésente (quand j’ai faim je sais ou se trouve le frigo!), espérons que les carpes ont la même vision que moi…     

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Canne et moulinet Voyage Carpe Direct
2) Epuisette Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Essayez le barbeau à la mouche !

Posté par admin - 17/10/2011

Par LAURENT

Il arrive souvent de prendre un barbeau en recherchant la truite ou l’ombre mais ces captures sont anecdotiques. A la mouche les gros « barbus » valent la peine que l’on se penche un peu sur leurs habitudes alimentaires, leurs tenues et leur quête spécifique !

Peu d’adversaire sont capables en rivière de vous procurer autant de touches, de captures et de sensations fortes. Démarrage « en trombe », moulinet sur le backing, remontées en force du courant, traversée complètes de cours d’eau, casses…Le barbeau est un adversaire passionnant pour le moucheur qui n’aiment pas s’ennuyer au bord de l’eau. Il est l’un des rares poissons à avoir donné son nom à la zone des rivières de plaine qui fait le lien entre la zone à ombre (amont) et la zone à brème (aval). Il est présent partout, sur les fonds caillouteux et sablonneux des rivières. Adversaire d’eau vive et de fond par excellence, le barbeau fluviatile a une tête conique et un corps élancé, couvert de petites écailles dorées. Ses nageoires anales et pelviennes sont orangées. Dans certains cours d’eau, il n’est pas rare de capturer des sujets de 80 centimètres et plus, atteignant facilement 6 à 8 kilos !

A la mouche : c’est comme ferrer le fond de la rivière !

Larves, vers, mollusques, crustacés (gammares, petites écrevisses) ainsi que végétaux et même poissonnets, tout y passe ! Sa bouche infère (placée sous la tête) pourvue de lèvres charnues et de quatre barbillons est très adaptée à sa recherche de nourriture. Barbus barbu (en latin) est un adversaire hors du commun pour le moucheur tant la bagarre qu’il livre est puissante, coriace et semble souvent presque interminable. Dans les rivières, il est d’abord très présent et comble du bonheur, pêchable presque partout à vue. Un peu à la manière des ombres (ils partagent souvent les mêmes secteurs), les troupes de barbeaux patrouillent collées au raz du fond. A l’écart, un ou deux spécimens plus gros généralement, se régalent de tout ce qu’ils trouvent. Certains pêcheurs affirment qu’un gros barbeau peut rester collé à une pierre grâce à sa bouche faisant ventouse pour casser le bas de ligne après avoir été ferré. Je n’ai personnellement pas vécu cette expérience, mais il est vrai que parfois, malgré la pression forte de la canne, plus rien ne bouge ! Comme si on venait de ferrer le fond de la rivière ! Difficile d’arrêter ces têtus  bolides, que rien ne semble pouvoir faire revenir vers l’épuisette. La violence de la bagarre avec un barbeau lui vaut le surnom de « Bonefish d’eau douce » ! Alors à vos nymphes et tentez l’expérience !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble mouche Luxe 7/8 Mouche Direct
2) Lot 36 Nymphes + Boite Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

Test biwy Luxe Carpe Direct

Posté par admin - 12/10/2011

Par DOMINIQUE L.

Le biwy Luxe Carpe Direct est rapide et simple à monter. Il assure une protection optimale contre les intempéries pour le carpiste et son matériel, le tout dans un espace intérieur très spacieux.

Ses dimensions généreuses, largeur 260cm * profondeur 230cm * hauteur 145cm, laissent un maximum d’espace au pêcheur. On y place un bed chair dans le sens de la profondeur sans aucun problème. Tout simplement hallucinant pour un biwy 1 personne !
Conçu dans un tissu synthétique 190T PU revêtu, il est parfaitement étanche aux intempéries. L’ensemble de la structure est maintenu par 3 arceaux de 16mm en aluminium noir, avec des points d’ancrage renforcés. On y trouve également un tapis de sol amovible en PE renforcé de 120gr/m2.

Deux faces avant à fermeture éclair sont vendues avec le biwy, ce qui vous donne 3 possibilités:

- Lorsque la face avant est enlevée, vous aurez devant vous un brolly qui vous offrira un maximum de vision.

- Lorsque vous montez la face avant en moustiquaire, il vous protègera efficacement contre tous les insectes très actifs en périodes estivales tout en gardant un maximum de vision.

- Et enfin, pour augmenter la protection de votre matériel et l’isolation thermique, il vous suffira de mettre le deuxième panneau de face avant.

Pour être parfait, il manque à ce biwy une surtoile en option pour les pêches hivernale ainsi qu’un jeu de sardine à vrilles qui pourraient remplacer le jeu de piquet de tente fourni. Un rapport qualité/prix exceptionnel !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Biwy Luxe Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Pêche électrique, ça sert à quoi ?

Posté par admin - 7/10/2011

Par LAURENT

Peu de pêcheurs savent exactement ce que recèlent leurs rivières. Certains parlent de truites grandes « comme ça » d’autres disent qu’il n’y en a plus ! Il n’existe qu’un seul moyen fiable de parfaitement répertorier le cheptel piscicole d’un cours d’eau : la pêche électrique.

Il est 8h00 du matin et tout le monde s’équipent de waders et de gants en caoutchouc afin de se prévenir non pas du froid, il fait 20 degrés ce matin, mais d’éventuelles « chatataignes électriques » lorsque certains objets métalliques traînent dans la rivière. Voici un petit inventaire du matériel qui est maintenant déployé : une génératrice de 600 V/7KW qui reste sur un véhicule et en permanence sous la surveillance d’un technicien. Une bobine de fil sécurisé qui sera mise en place dans l’eau et transportée par un technicien à l’arrière du cortège. La longueur de celui-ci doit permettre de pêcher de 2 à 300 mètres de rivière. Ce rôle n’est pas des plus simples, car l’alimentation devra en permanence suivre les mouvements des deux pêcheurs qui délogent les poissons et qui portent les anodes et cathodes. Ce sont des perches avec cercle métallique conducteur, pôle plus et pôle moins.
Enfin les épuisetiers qui sont au nombre de 6, trois par perches et qui sont chargés de récupérer très rapidement les poissons pris dans le champ électrique. A l’arrière 4 autres personnes suivent avec de grandes poubelles pour le stockage des prises transferrées ensuite dans un grand vivier oxygéné à l’arrière d’un pick up mobile ! Le but étant de parfaitement quadriller tout le cours d’eau afin que les poissons soient prélevés sans oubli, même si un second passage est systématiquement effectué !

Le principe de la foudre !

Tout le monde est à son poste et la génératrice est lancée ! Un courant électrique va maintenant circuler entre l’anode et la cathode. Tout comme le principe de la foudre, ce champ va provoquer des lignes de tension dans l’eau. Immédiatement l’électricité agit sur la musculature des poissons et leur système nerveux. C’est ce que les techniciens appellent dans leur jargon : la galvanotaxie !
Au contact du champ électrique la nage des poissons est comme forcée en direction de l’anode car plus on se rapproche de celle-ci, plus l’intensité du champ électrique augmente. Rassurez-vous ceci est sans danger. D’ailleurs s’ils ne sont pas épuisetés rapidement, ils repartent à l’aval vers leur cachette, car les effets sont très courts. A mesure que l’anode est approchée des caches, le courant électrique tétanise la musculature des truites et des ombres qui se laissent venir comme attirés par un aimant.

Mots-clefs :, , , ,

Test filet soluble Carpe Direct

Posté par admin - 4/10/2011

Par JORDAN

Que vous cherchiez un moyen d’amorcer léger mais précisément ou que vous souhaitiez simplement rendre votre esche plus facilement détectable sur un large amorçage, les filets solubles Carpe Direct vous rendront de précieux services !

De nos jours, une multitude de méthodes d’amorçage sont à la disposition des pêcheurs pour rendre le plus rapidement possible un poste attractif, ce que l’on a déjà pu voir sur le blog via plusieurs sujets, notamment ceux concernant  l’amorçage au bait rocket.
Cependant les produits solubles, utilisés de plus en plus au bord de l’eau pour de multiples raisons, n’ont toujours pas été présentés. Je vais remédier à cette absence en mettant en avant à travers cet article le filet soluble Carpe Direct en évoquant dans un premier temps ces caractéristiques puis les utilisations que j’en fais.

Un produit aux multiples utilisations…

Pour commencer le filet PVA est présenté sous forme de deux bobines de 5 m dans deux emballages plastiques distincts qui permettent de garder la bobine non entamée à l’abri de l’humidité. Le diamètre de ce filet est légèrement supérieur à 35 mm, une taille passe partout qui permet d’utiliser aussi bien des grosses particules telles des pellets que des sticks mix (mélanges de farines). L’ensemble n’est pas livré avec un tube de remplissage, mais il est très facile de s’en fabriquer ou récupérer un, d’autant plus qu’il est inutile pour insérer des bouillettes ou pellets.
Le filet est tressé de façon très dense, ce qui nous donne la possibilité de pouvoir tasser fortement les appâts sans risque de déchirement, c’est idéal pour avoir un effet explosif une fois immergé et posé au fond… Ceci apporte l’avantage de donner aux sticks PVA une très grande résistance aux lancers appuyés, ce qui nous permet de concentrer quelques appâts très attractifs autour de notre montage même lorsque celui-ci est lancé trop loin pour être amorcé de façon classique.
Concernant l’utilisation de ces filets PVA, je me sers en priorité d’un mélange d’épices, de farines de Krill et de micro pellets que je mouille délicatement à l’aide d’huile de saumon en eau chaude ou de liquide de foie en eau froide (pour améliorer la diffusion). J’insère ce mélange dans mon filet soluble que je tasse fortement avant de le nouer. Mes sticks font en moyenne 5 cm et sont enfilés directement sur le bas de ligne ce qui offre les avantages d’éviter les emmêlements et d’être sûr que le stick ne se décrochera pas en vol…

Le filet PVA peut être utilisé avec toute substance dénuée d’eau !

J’ai dit précédemment que ces filets PVA pouvaient aussi  être utilisés avec de plus grosses particules telles des bouillettes ou pellets mais depuis peu j’utilise, lorsque les poissons sont difficiles, ces filets avec des graines. En effet une petite poignée de graines disposée autour d’une micro bouillette fruitée équilibrée fait malheur en ces périodes de canicules ! Il va de soit que d’insérer directement les graines dans le filet le dissoudrait instantanément. Pour palier à ce problème j’essore fortement mes graines dans un chiffon (le plus souvent du chènevis mélangé à du blé et du maïs doux) ce qui absorbe la majorité de l’eau et fait éclater les graines. Je place ensuite cette « bouillie » dans un récipient et saupoudre le tout de sel (en effet l’eau très salée ne dissout pas le PVA…) puis d’un mélange d’épices avant de tout emballer sous forme de sticks… Essayez, vous m’en direz des nouvelles !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Filet soluble Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Bonne idée: Le label Ain Pêche !

Posté par admin - 2/10/2011

Par LAURENT

A l’initiative de la fédération de pêche de l’Ain (01) et de l’agence de développement touristique du département, le label Ain Pêche qui regroupe plus de 30 prestataires labellisés, a vu le jour. Sa vocation est de satisfaire les pêcheurs français mais aussi étrangers.

Avec plus de 900 km de rivières de première catégorie, 1300 km de seconde catégorie et près de 1150 hectares de plans d’eau et lacs, le département de l’Ain est un lieu privilégié pour la pêche : truites, ombres, carnassiers, carpes et autres poissons blancs sont pêchables dans ce département. Bordé par deux fleuves (Rhône et Saône), entouré de lacs et plans d’eau naturels ou artificiels, le département de l’Ain offre tous les plaisirs de la pêche en eau douce : En Bresse et Dombes, quelques belles rivières telles que la Veyle et la Chalaronne, se partagent le territoire avec les nombreux étangs. Plus de mille selon la légende ! Sur l’ensemble du Bugey, à l’Est du département, des rivières de première catégorie comme l’Albarine, la Valserine, l’Oignin, le Furans font depuis de longues années la réputation du département avec leurs ombres magnifiques et leurs truites de souche. Quand au Rhône et la Saône qui délimitent naturellement les frontières de l’Ain, ils offrent aux passionnés une grande diversité piscicole : des brochets énormes, de très gros sandres, des perches mais aussi deux destinations de choix pour la traque des grands silures ! En définitive, la quasi- totalité des espèces d’eau douce est présente dans l’Ain. Le département comprend actuellement 76 AAPPMA dont 49 en réciprocité.

Le succès d’une bonne idée…

Ce label rouge de la pêche est le fruit d’une étroite collaboration entre la fédération de pêche du département et l’agence Ain tourisme. Les adhérents du label « Ain Pêche » sont divisés en 3 catégories : les guides de pêche professionnels, les sites de pêches ou domaines et les hébergements comme les hôtels, les campings, les gîtes et les chambres d’hôtes. Tous les hébergements « Ain pêche » sont situés à proximité de rivières ou plans d’eau particulièrement intéressants sur le plan halieutique : L’information sur place est permanente, les horaires souples pour les repas, casse-croutes et informations locales (météo) sur la pêche en générale. Le pêcheur passe ainsi plus de temps au bord de l’eau sans perdre son temps dans des démarches compliquées. Un seul objectif : faciliter la pêche !

Mots-clefs :, , , ,