Pêche carpe : A l’aventure !

Posté par admin - 30/12/2011

Par JORDAN

En plein cœur de l’automne, mon camarade de session et moi-même avons décidé de partir pour 3 nuits prospecter une gravière de 50 hectares inconnue pour nous jusqu’à ce jour. La pression de pêche n’y est pas forcement élevée, mais d’après nos sources, il y a peu de poissons et énormément de nourriture naturelle, l’équation semble complexe mais plus que prometteuse…

A notre arrivée sur le plan d’eau, on se rend compte que l’été et plus particulièrement la sécheresse, ont fait pas mal de dégâts, avec un niveau d’eau relativement bas. On peut s’apercevoir qu’il manque un bon mètre d’eau par rapport au niveau habituel, ce qui a pour effet de dégager des arbres immergés en bordure qui auraient pu être de bons postes… Les postes identifiables visuellement n’étant pas pêchables, nous allons consacrer plus de deux heures à un sondage à la canne en règle.
Au final on trouve un haut fond à 50m avec 1m50 d’eau alors que les fonds environnants sont de 2m50. Celui-ci est recouvert de sable et de graviers, et un passage en bateau nous montrera la présence en quantité d’anodontes et d’autres mollusques. Les carpes étant difficiles à détourner de leur nourriture naturelle, surtout sur ce type d’eau, nous placerons  deux cannes en single, avec des montages en fluoro pour éviter que les nuisibles n’emmêlent nos lignes, eschées de pop up pour leurrer les carpes qui passeront forcement sur ce poste d’alimentation.
A une centaine de mètres, on a trouvé une tâche de vase très molle, la plupart du temps les pêcheurs évitent ces substrats, mais ici les zones vaseuses sont si rares qu’elles doivent être obligatoirement visitées  par les carpes pour la quantité de vers de vase qui y vivent. Une ligne armée d’un stick PVA sur un montage coulissant léger, pour éviter que le montage s’enfonce trop profondément, rejoindra cette petite tâche.
Nos dernières cannes seront placées en bordure, où est présent un chenal avec un fond dur. Chaque canne recevra 2 Kilos de billes épicées en 20 et 24 mm…
Le premier départ fut long à arriver et n’interviendra qu’à la fin de la deuxième nuit sur la tâche de fond mou. Constatant par de multiples fouilles que les poissons se nourrissent principalement sur ces zones, nous placerons la majorité de nos montages sur ce type de spot à des distances allant de 20 à 130m.
Le changement de stratégie opère alors et on sortira la dernière nuit 8 poissons dépassant tous les 10 kilos suite à leur prise de poids importante avant la période hivernale. Une fois encore notre façon de s’adapter à la situation du moment nous a permis de sauver notre pêche. En espérant qu’il en soit de même pour cette fin de saison…

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble accessoires d’amorçage Carpe Direct
2) Ensemble réception pesée Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Perches au leurre, c’est la saison !

Posté par admin - 25/12/2011

Par LAURENT

Chaque automne, je ne peux m’empêcher de parcourir les sentiers aux couleurs orangées qui mènent à des chasses impressionnantes provoquées par de belles perches !

Depuis mon enfance je traque les belles perches au moment magique où les feuillus se parent des plus belles couleurs de l’année. Non seulement la nature revêt des nuances chatoyantes mais c’est de loin la meilleure saison pour tenter quelques belles perches au leurre dur ou souple. C’est tout gamin que j’ai fait ma première rencontre avec ce poisson zébré alors que je suivais mon père dans sa quête de carnassiers. Lors d’une conversation au bord de l’eau, un vieux pêcheur qui pratiquait toujours la même « retourne » me tendit fièrement une grosse perche qui devait bien avoisiner ses 3 livres. La belle avait englouti un joli goujon disposé sous un petit flotteur. J’étais fasciné par ce beau poisson, sans doute l’une des plus belles parures d’eau douce avec la truite bien entendu.
Il est tout juste 8h30 lorsque je prends le chemin de la rivière. Comme bien souvent, les berges sont désertes, seuls quelques colverts qui se méfient des chasseurs font leur toilette. Sur ce secteur de seconde catégorie, elle se divise en deux bras distincts dont l’un est très encombré, un excellent poste à perches. Pour traquer ces diables de « perchaudes » en rivière il faut d’abord repérer les bancs de poissons fourrage. Il y a fort à parier que les perches viendront les assaillir à un moment donné. Mention toute spéciale aux petites ablettes qui sont de loin les proies qu’elles préfèrent sans doute à cause de leur incroyable brillance dans l’eau. Pour l’instant rien ne bouge mais les poissonnets sont rassemblés dans le secteur le plus calme du bras ce qui me semble de très bonne augure. Un premier remous le long de la berge attire mon attention. Les ablettes jaillissent hors de l’eau comme de petites flèches d’argent. Mon petit leurre souple manié vigoureusement sous la surface est violemment attaqué. Les coups de tête sont très marqués et une belle perche se laisse glisser vers l’épuisette. Je prendrais lors de cette matinée une bonne dizaine de perches avec beaucoup de plaisir, avec une canne et quelques leurres !

Mon conseil matériel PECHE DIRECT :1)  Sélection leurres Perche Hook Discount
2)  Ensemble Spin 240 Prestige Fish Different

Mots-clefs :, , , ,

Carpe: Des goûts et des couleurs…

Posté par admin - 19/12/2011

Par ROMAIN

Qui a dit que l’automne était la meilleure saison pour la pêche à la carpe ?!! Je profite en effet de deux semaines de congés pour partir traquer les mémères qui rodent dans mes secteurs de pêche favoris…

La surprise fut de taille lors de chaque sortie qui se sont avérées improductives autant les unes que les autres. En effet j’ai mis tous les atouts de mon coté en passant un bon nombre de nuits au bord de l’eau. J’ai tout essayé : étangs, lacs, rivières, canaux, mais le nombre de poissons ne s’élève qu’à trois pour deux semaines de pêche quasiment à temps complet sans compter les quelques décrochages et les obstacles qui se sont montrés particulièrement de mèche avec les poissons. Uniquement trois poissons entre 3kg et 12,5kg se sont montrés coopératifs  durant ces 15 jours!
Mes approches ont été particulièrement minutieuses avec des amorçages précis et des déposes en baraque et en bateau amorceur. J’ai péché avec deux types d’appâts différents : carnés  sur  deux spots et fruités sur deux autres spots. Le résultat est le même et me laisse penser que les carpes sont indifférentes aux goûts et aux couleurs, si elles n’ont pas faim même la meilleure bouillette du monde ne l’intéressera pas !
Mon amorçage était constitué de pellets, bouillettes, poissons coupés en morceaux, le tout trempé dans un bain de viandox pour les deux spots carnés.
Des bouillettes fruitées de 10mm, 20mm, 24mm et des morceaux de bouillettes coupés, le tout arrosé d’un boosteur fruité pour les deux autres cannes.
Dans un premier temps sur les lacs, j’ai effectué un amorcage sur une zone d’une cinquantaine de mètres de large avec ces mélanges puis en y ajoutant des graines (maïs, chènevis, blé, pois chiche, noix tigrée). Les résultats sont critiques : le poisson rentre peu, voir pas du tout sur le poste.
Dans un deuxième temps ma stratégie qui c’est avérée être la meilleure en lac comme en canal, c’est la pêche au spot avec une dépose précise de la ligne sur une assiette de quelques centimètre d’amorcage. Et surtout j’ai banni les graines car elles  attirent les petits poissons blanc sur le poste et les maintiennent  trop longtemps à l’exception de la noix tigrée qui n’est appréciée que par les brèmes mais après une longue accoutumance qui ne se voit encore que très peu dans nos eaux.
La pêche au spot m’a permis de faire que quelques poissons de passage mais les carpes ne se sont pas bousculées pour profiter de mon amorçage pourtant préparé avec conviction.
Alors est-ce le climat qui n’est pas de saison et qui perturbe nos chers cyprins ? Possible ! Le temps du mois de novembre laisse à penser que nous sommes en septembre mais les journées en sont des plus courtes, les poissons doivent en être déboussolés. Enfin, la pêche n’est pas une science exacte, je reste sur mes positions : si le poisson n’a pas faim il ne mange pas, même pour le meilleur carpiste du monde avec la meilleur bouillette qui existe !      

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble canne & moulinet voyage Carpe Direct
2) Ensemble biwy Luxe Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Fin de saison : vive les gros bars!

Posté par admin - 15/12/2011

Par JULIEN

En général,  en octobre et novembre, la saison de la pêche au bar est bien avancée. Mais c’est à cette période que l’on peut espérer piquer les plus beaux spécimens.

Fin octobre, nous décidons de faire un tour pour voir si quelques jolis poissons sont dans le coin. Nous partons du port à la levée du jour, pour prospecter un plateau rocheux non loin de la côte. Près d’un îlot à la première dérive, au troisième lancé, mon partenaire m’annonce un poisson, ça commence fort. Après quelques instants nous voyons arriver un joli bar d’environ 55 cm. Peu de temps après, en laissant mon leurre évoluer presque sans aucune animation dans le courant, c’est à mon tour de piquer un bar de 57 cm. Nous changeons de poste, et prospectons une veine de courant qui se forme sur une remontée de plateau. Mais nous ferons rien à cet endroit, la houle étant très marquée nous ne pouvons approcher les postes car les têtes de roches forment des déferlantes. Suite à cela, on se décale plus  haut, et tombons sur un banc de petits bars entre 40 et 45 cm en activité à la tombée du plateau, que nous nous amusons à piquer en quantité, et qui seront placés en vivier en attendant de rejoindre leur milieu et leurs amis. L’amusement est là, mais la frustration s’installe, et nous aimerions bien trouver plus gros…
Je décide de partir un peu plus au large sur un plateau  d’entre 10 et 15 mètres de profondeur, avec 3 ou 4 pavés  découverts à marée basse. Une fois sur la zone de pêche, les quelques roches sont émergées vu que nous sommes en début de montante, et le courant commence à s’installer. Les deux premières dérives près d’une tête ne donnent rien, à part quelques mini tapes. Nous nous décalons et passons entre deux roches. Arrivés au niveau de l’une d’entre elles,  mon ami ferre un joli poisson qui en s’appuyant sur le courant, passe sous le bateau et malmène son matériel. Je saisie l’épuisette, et nous mettons au sec  ce joli poisson de 62 cm qui apporte de la joie à bord…
Pendant que mon collègue s’occupe de mettre Sir Labrax au vivier,  je relance juste derrière la roche qui commence à recouvrir. Je laisse couler, reprends contact, fais une animation et perçois quelques tocs tocs… mais rien au bout. Quand soudain je reçois une décharge dans la canne, je ferre tant bien que mal un peu surpris, et c’est pendu ! S’en suivent quelques coups de boules rageurs et des démarrages puissants que je ne peux brider, je tends un peu le dos car le poisson se dirige vers la tête de roche, mais le bateau s’éloigne, donc nous sommes plus ou moins sortis du piège qu’il essayait de me tendre. J’annonce le poisson de la saison, il monte en surface au loin, et nous apercevons ce gros poisson que je pompe en douceur afin d’éviter de le perdre. Après quelques tentatives pour nous faire faux bond, nous hissons à bord  ce joli bar de 77 cm, que nous admirons et qui repartira rejoindre son milieu après quelques photos.
La saison n’est pas finie, mais elle est bien entamée, et pourquoi ne pas espérer capturer un poisson encore plus gros avant la fin. Affaire à suivre… 

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble sport Prestige Mag Mer
2) Pack lançons montés Mag Mer

Mots-clefs :, , , ,

Billet d’humeur : Coup de gueule

Posté par admin - 6/12/2011

Par ROMAIN

Ce mois-ci, pas de poissons, pas de technique, je vous parlerai seulement de quelque chose qui commence à sérieusement agacer une minorité de carpistes…

Je vais parler au nom de ceux qui pêchent pour la passion et dont le principal but est de pêcher le mieux possible pour traquer le plus de poissons possible et passer un bon moment au bord de l’eau. Un moment souvent incompris des gens qui nous entourent, j’ai souvent entendu des amis me dire  »…mais tu es complètement fou de passer la nuit dehors a 5°C tout ça pour des poissons ! » Je réponds avec le sourire :  » Oui ! Mais j’aime ça ! » Nous avons tous une passion incomprise par les gens qui nous entourent. Bref, je ne le répéterai jamais assez : on naît pêcheur, on ne le devient pas !

Vous avez déjà sûrement remarqué des  »carpistes » qui débarquent sur un bon petit carpodrome avec du matériel dernier cri acheté à un vendeur arnaqueur qui a promis à l’apprenti pêcheur des carpes grosses comme des maisons, dignes des magazines spécialisés. Toujours est-il que si le cheptel du lac est représenté par des carpes de 10 kg en moyenne, vous ne ferez pas un mammouth de 30 kg… Et je vous rassure, le matériel ne fait pas le pêcheur, je prends un plaisir cynique à écouter nos amis les apprentis carpistes à faire la promo de leur matériel super ultra performant. Et lorsqu’ils voient mon matériel que je traîne depuis plusieurs années et que j’ai acheté à moindre coût ainsi que mon album photo, ils comprennent que le matériel ne joue pas un rôle primordial dans la qualité de la pêche. Un ami me dit toujours : le plus important ce sont les derniers centimètres de la ligne et l’endroit ou elle est placée.

Pour en revenir à nos moutons…noirs ! Je dirais que beaucoup trop de  »soi disant pêcheurs » se prennent pour des organisateurs de soirées sauvages. Je vois régulièrement des booms parties au bord des étangs ou la musique, l’alcool et le barbecue sont invités à la fête. Eh, messieurs les fêtards, il y a des boites de nuit pour ça, essayez de réfléchir au dérangement que vous causez aux autres pêcheurs et surtout à l’image que vous donnez des carpistes qui passent aujourd’hui pour les pêcheurs les plus irrespectueux de l’environnement.

J’entends souvent dire qu’il n’y a pas assez de secteurs de nuit, je réponds que forcement si le carpiste respectait un peu plus son prochain ainsi que le lieu que la nature lui offre pour s’affaire à son hobby favori, les fédérations de pêche feraient des efforts et écouteraient un peu plus les besoins de ces pêcheurs.
Cette année je pêche beaucoup un lac réputé pour ces poissons hors norme, heureusement pour ces pauvres carpes il n’est pas en secteur de nuit (sinon les poissons seraient sûrement dans en état lamentable…) et connaissant bien les gardes de pêche qui y contrôlent tous les jours j’apprends chaque fois que j’y vais le nombre de PV délivrés dans la semaine. Toujours les mêmes raisons : pêche de nuit, camping sauvage, cannes hors de portée, récidive… Bref, moi je dis que c’est dommage que des pêcheurs ne respectent pas les lois, mais tant mieux, qu’ils se fassent régulièrement verbaliser (ça fait de l’argent pour les fédérations de pêche, elles en ont besoin!).

Enfin pour finir je dirais, amis carpistes, profitez et respectez les faibles richesses de notre dame nature ainsi que les derniers endroits de calme qui nous restent à ce jour, et dites vous que si vous ne respectez pas ces cadeaux de la nature vos enfants ne les connaîtrons jamais et ce serait bien dommage…

Mots-clefs :, , , ,

Carpe : essayez les particules…

Posté par admin - 1/12/2011

Par JORDAN

Particules, petites par la taille, grandes par les résultats… Essayez de varier vos approches aussi bien en terme d’appâts que de stratégie d’amorçage, les résultats n’en seront que meilleurs !

Je vois très souvent au bord de l’eau des pêcheurs se contenter de lancer leurs cannes et de les amorcer classiquement d’une vingtaine de billes en assiette au cobra. Même si cette technique d’amorçage basique permet de prendre quelques poissons, il existe aujourd’hui beaucoup d’outils qui permettent de varier et d’adapter nos amorçages afin de piéger des poissons de plus en plus difficiles.

Il existe de nombreuses sortes de particules !

Je vais tenter de vous présenter mon approche lorsque j’utilise des particules comme amorçage. Pour commencer il est judicieux de définir ce qu’est une particule : pour moi il s’agit d’un appât de petite taille qui peut être de nature différente. En effet le terme particule ne s’arrête pas seulement à du bird food (petites graines destinées aux canaries) mais aussi aux micro-bouillettes (inférieure à 10 mm), aux petits pellets, à toutes sortes de graines broyées ou de petites tailles (chènevis, blé…). Même si séparément ces appâts sont destinés à la pêche des petits poissons blancs, combinés ensemble et bien utilisés ils permettent de sortir son épingle du jeu dans beaucoup de situations !
Les particules sont intéressantes car elles permettent de part leur faible taille de couvrir de larges zones et donc de tenir plus longtemps les carpes sur le coup : elles vont s’obstiner à chercher toutes les particules cachées entre les graviers ou enfouies dans la vase, mais attention car il peut arriver que les carpes se focalisent sur ces micro-appâts et délaissent nos esches !
Pour cela il faut judicieusement mélanger ces différentes particules afin de cibler les carpes ! Le plus souvent j’utilise une base d’un kilo de chènevis, celui de la marque Star Pêche, de part sa taille et son prix, il est parfait, auquel j’adjoins un kilo de bouillettes broyées grossièrement. Différents types de pellets de petites tailles (4 à 10 mm) rejoignent l’ensemble pour assurer une dilution continue. J’ajoute ensuite quelques graines comme du bird food, du maïs doux (pour la couleur) et des noix tigrées entières et broyées (pour être sûr que les carpes trouvent des appâts à consommer). Pour finir de l’amorce à carpe vient lier légèrement l’ensemble et quelques attractants liquides boostent l’action du mélange.

Les poissons de toutes tailles s’intéressent aux particules

Ce mélange est envoyé à l’aide d’un bait rocket à hauteur de 10 spods par montage en début de pêche et 3 après chaque touche ou lorsque l’activité baisse. J’utilise comme esche des petits appâts denses ou flottants de petits diamètres, tels des micros pop-ups, des imitations de maïs, une noix tigrée, en gros tout ce qui se rapproche d’une particule ! Même s’il faut avouer que de jouer la démesure, avec une bille de 30 mm par exemple, peut être payant sur ce type d’amorçage ou à sa périphérie…
Essayez de varier vos approches aussi bien en terme d’appâts que de stratégie d’amorçage, les résultats n’en seront que meilleurs !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Chenevis n°2 Star Peche
2) Mais jaune sans OGM Star Peche

Mots-clefs :, , , ,