Carpe : pêcher en no-kill

Posté par admin - 26/02/2012

Par DOMINIQUE L.

La pratique du no-kill consiste à relâcher les poissons capturés. Plus qu’une pratique, c’est un état d’esprit ! Mais le fait même de pêcher en no-kill, ne signifie pas seulement « ne pas tuer », mais de relâcher les prises dans les meilleures conditions possibles.

Pour ce faire, un tapis de réception est primordial pour accueillir le poisson qui mérite toute votre attention et d’être traité avec respect. Pour ma part, j’utilise le tapis de réception Prestige Carpe Direct. Simple et solide, il est extrêmement facile d’emploi et a tout pour plaire. Avec ses dimensions généreuses de 113*120 cm, il ne prend quasiment plus de place une fois rouler dans son sac de transport. On trouvera sur les côtés du tapis deux fermetures éclair, qui une fois fermées transformeront le tapis de réception en véritable sac de pesée.
Le petit plus de ce tapis, ce sont les quatre œillets d’arrimage fixés à chacun des coins du tapis (le tapis est livré avec un jeu de sardines), ils vous seront d’un grand secours surtout lors de vos pêches par grand vent.
Ce petit bijou est un must, non pas seulement pour le respect et la sécurité du poisson, mais aussi pour le confort du pêcheur.

Quelques conseils pour la pratique du no-kill : 

  • Utilisez des montages qui permettent à la carpe de se libérer du plomb lors d’une casse.
  • En cas de pêche d’obstacles, réglez vos freins en conséquence et surtout, restez proche des cannes.
  • 1 seul poisson par sac de conservation (à éviter si possible, sauf record).
  • Bien réoxygéner le poisson durant la remise à l’eau.
  • La pesée et la photo se feront le plus rapidement possible.
  • Utilisez une épuisette la plus large possible.
  • Evitez le treuillage du poisson.
  • Préférez des ferrages en douceur.
  • Utilisez toujours un tapis de réception.
  • Pêchez avec des hameçons où l’ardillon sera parfaitement écrasé.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Tapis de réception Prestige Carpe Direct
2) Sacs de conservation Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Test ensemble Street Fishing

Posté par admin - 21/02/2012

Par LAURENT 

Nouvelle mode, nouvelle tendance. Pas si sûr…Il semblerait que l’envie de pêcher juste en bas de chez soi tienne plus d’un tout nouveau comportement sociologique que d’une vague éphémère. Cet ensemble tombe à pic ! 

L’état d’esprit du street fishing n’est pas de viser telle ou telle espèce mais bien de partir à la pêche avec un minimum de matériel et de faire face à la situation qui se présente. Certains se déplacent en vélo, en scooter, en métro, seul ou en petit groupe dans les grandes villes comme Paris où Lyon. C’est bien souvent à pied dans les villes plus restreintes que l’on gagne facilement les coins de pêche. Je me souviens de très gros chevesnes capturés sur les quais de la Saône de la ville Macon, à la surprise de bons nombres de touristes qui ne savaient même pas qu’il y avait de si gros poissons dans ce fleuve. 

Le reflet de notre société 

Dès sa prise en main, l’ensemble se montre léger et nerveux, avec ces 3 brins et son encombrement faible de 85cm, sa conception est parfaitement adaptée à la pêche en ville. J’ai suggéré un modèle en 4 brins pour la saison prochaine afin de le glisser encore plus facilement dans un petit sac à dos. Dès les premiers lancers, on se rend compte que le blank permet d’atteindre de longues distances sans forcer et sa réserve de puissance est adaptée à de belles prises comme un joli brochet par exemple. La canne ne génère pas de vibration parasite ce qui est de plus en plus rare. Le look de la poignée jaune donne un bon coup de jeune à l’ensemble. Côté moulinet, légèreté, précision, et bon équilibre sont les principaux atouts. Le frein progressif et très sensible permet un réglage pointu et facilite les combats. Je peux vous assurer que certaines belles perches s’en souviennent encore. Le street fishing est le reflet de notre société, où celui qui sort du bureau n’a que 2 ou 3 heures pour s’évader du stress quotidien qu’il faut supporter dans les grandes agglomérations. Les précurseurs de cette nouvelle façon de pratiquer la pêche sont les pêcheurs au leurre et avec cet ensemble l’entreprise PECHE DIRECT a visé juste ! 

Mon conseil matériel Peche Direct : 

1) Ensemble Street Fishing Carnassiers Direct
2) Sélection Multipêche Hook Discount 

Mots-clefs :, , , ,

Esches animales pour pêches hivernales

Posté par admin - 16/02/2012

Par JORDAN 

Les eaux commencent à bien se refroidir en cette fin d’année malgré un temps plutôt clément. A l’approche de cette période hivernale, redoutée de beaucoup, certaines techniques permettent d’obtenir des résultats corrects malgré les conditions de pêche difficiles.

Je vais vous présenter la technique qui m’a permis en cette fin d’année de prendre le plus gros poisson de ma saison…
Nous sommes début Décembre et j’ai devant moi 3 jours et 2 nuits sur une belle gravière du Sud Ouest. Les températures sont relativement élevées pour la saison mais les eaux ont pris un bon coup de froid, ce qui n’a pas manqué de ralentir l’activité des poissons. A cette période de l’année je prépare avec minutie mes sessions, notamment au niveau du choix des appâts qui sont primordiaux pour espérer toucher quelques poissons. Connaissant le lieu de ma session, suite à un repérage/sondage  en fin d’automne, je m’attends en toute logique à une pêche difficile sur des poissons peu enclins à se nourrir. J’ai donc prévu pour l’occasion quelques kilos de billes personnelles à base d’épices et de foie en petits diamètres (10-14 mm) mais surtout 2,5 l d’asticots !
En effet je vais privilégier une pêche au spot en misant sur l’attractivité de ces petites bêtes dont les carpes raffolent ! Utilisées en quantité toute l’année par les pêcheurs au coup, ces esches sont infaillibles, mais trop rapidement consommées par les indésirables à la belle saison. Or avec une eau à moins de 10°C on peut sans soucis les utiliser en quantité pour séduire quelques poissons ornés de leurs plus belles couleurs …
Lors de cette session, j’ai utilisé des sacs PVA remplis d’asticot mélangés à du stick mix sur un montage léger esché d’un maggot clip remplit d’asticots et d’imitations en plastique flottant afin d’équilibrer mon montage pour qu’il se place, une fois le sac fondu, juste au dessus de ce spot plein de vie. Préparé à l’avance et avec minutie  (en évitant de piquer des asticots sur la pointe de l’hameçon), vous pourrez changer vos lignes et relancer vos cannes rapidement, sans être gêné par le froid et l’humidité.
Ainsi j’ai pu lors de cette session, en prenant grand soin au placement et à la présentation de mes lignes, vérifier une fois de plus la supériorité de ces petits appâts à cette saison en sortant 3 poissons dont la plus grosse commune de ma saison dépassant les 40 livres !
Je conclurai ce récit en vous rappelant que la législation interdit la pêche aux appâts vivants de nuit, donc soyez responsable et pensez à troquer vos asticots contre quelques grains de maïs doux ou une micro-bille boostée durant la nuit…

Mon conseil matériel Peche Direct :

1)  Ensemble réception pesée Carpe Direct
2)  Hameçons Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Les belles truites Gold en sèche

Posté par admin - 11/02/2012

Par LAURENT

Très proche de la truite arc-en-ciel, cette truite jaune orangé (Oncorhynchus aguabonita) est originaire de Californie où elle se reproduit dans les rivières. Dans les réservoirs français où elle est introduite régulièrement, elle est passionnante à pêcher en mouche sèche.

Facile à repérer du fait de sa couleur vive, elle est souvent sollicitée par les pêcheurs de lac mais sa recherche systématique en mouche sèche est à la fois technique et subtile. La taille modeste des plans d’eaux en France que les Britanniques surnomment plus volontiers « fisheries » en comparaison aux immenses lacs de plusieurs centaines d’hectares permet l’utilisation d’un matériel tout à fait comparable à celui conseillé pour la rivière. Votre 9’ soie 5/6 sera donc parfaite pour traquer les belles jaunes qui se nourrissent ça et là des insectes terrestres portés par le vent. Le pêcheur habitué à la rivière possède sans le savoir de sérieux atouts afin de tromper ce magnifique poisson : précision, rapidité, discrétion et finesse. Dans nos réservoirs le no kill est largement répandu et les truites jaunes sont averties.

Une défense exceptionnelle

Une approche discrète suivie d’un lancer court et maîtrisé rapportera toujours quelques poissons mérités. Le pêcheur aura tout intérêt à se concentrer sur une approche réaliste (mouches imitant les insectes du moment), et à tirer le meilleur parti de son équipement notamment finesse et dextérité. Observer les éclosions, et ne jamais sous estimer son adversaire en s’appliquant au mieux, c’est souvent la clé du succès. Dans les parcours que je fréquente comme celui du Martinet dans le Jura, les truites « gold » peuvent dépasser les deux kilos. Ces truites ne sont pas stériles et il est fréquent en période froide de les apercevoir en groupe. L’avantage pour le moucheur c’est que cette truite n’hésite pas à monter en surface et c’est certainement de cette manière qu’elle est le plus facile à séduire en comparaison avec ces cousines plus sombres qui préfèrent nymphes et streamers. La défense de cette truite est tout bonnement exceptionnelle, alors à vos cannes !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) 36 mouches Sèches + Box Mouche Direct 
2) Ensemble mouche Luxe 5/6 Mouche Direct 

Mots-clefs :, , , ,

Stratégie d’approche d’un lac inconnu

Posté par admin - 6/02/2012

Par ROMAIN

J’ai entendu parler d’un lac non répertorié par la fédération de pêche. C’est un plan d’eau appartenant à plusieurs propriétaires agricoles qui s’en servent pour l’irrigation. Il est peu connu et peu pêché et surtout il est très difficile d’y attraper une carpe selon les pêcheurs autochtones. Mais selon certains, des poissons de plus de 15kg y auraient été capturés…

Pour ma part, cela ne m’étonne pas étant donné toutes les infos recueillies sur place. J’ai décidé d’effectuer un gros repérage sur ce plan d’eau de façon à connaître les secrets cachés de ce lac, et surtout ses points faibles. Pour cela j’ai besoin de pas mal de matériel et une journée complète devant moi. Et j’espère moi même ne pas me faire repérer par d’autres carpistes en mal de commérages… 

Le contexte

Ce lac fait environ 40 hectares, les accès sont limités, car des barrières empêchent l’accès à tout véhicule. La digue située au nord-est du plan d’eau mesure environ 150 mètres, une île fortement arborée abritant une horde de cormorans est située au centre de la partie ouest du lac. Une forêt dense borde la berge au sud-ouest, elle est composée en partie de chênes et autres grands arbres à fruits. La route à proximité du lac s’avère être peu fréquentée car elle ne dessert  aucun grand axe, elle n’est empruntée que par les agriculteurs du coin et quelques mamies qui viennent promener leur chien au bord de l’eau ! L’alimentation en eau se fait par un petit ruisseau à l’ouest qui est à sec pendant l’été, ainsi que par les eaux d’écoulement souterrain étant donné que le lac est enclavé au milieu des champs. En fin de saison le niveau de l’eau diminue énormément surtout lorsque les étés sont secs et que les agriculteurs sont dans l’obligation de pomper pour arroser les champs de céréales.

Les profondeurs

Pour connaître les profondeurs, le moyen le plus simple et le plus fiable c’est l’échosondeur. La façon  de sonder pour une lecture optimum du fond est de partir de la berge jusqu’à la digue (sur la  largeur  du plan d’eau) à vitesse réduite, plus on avance doucement avec le bateau plus l’echo de fond est juste. Après plusieurs heures de sondage, je me suis bien rendu compte qu’il n’y a pas de grosse différence dans le fond, pas de haut fond, pas de fosse. La bordure coté sud descend en pente douce jusqu’à atteindre 5 mètres à une quarantaine de mètres du bord, ces 5 mètres sont stoppés net par une grosse cassure à environ 5 mètres de la digue (cassure qui ma révélé une forte densité de poissons sur toute la longueur de la digue). Le reste du plan d’eau ne révèle pas grand chose de plus à part que les profondeurs sont moins importantes (entre 2 et 3 mètres) avec une cassure franche autour de l’île mais aucune présence de poissons qui se justifie je pense par l’alliance de la faible profondeur et de la température extérieure qui avoisine les 10°C en ce moment. A noter également que le substrat du fond n’est que de la vase sur une petite épaisseur sur tout le plan d’eau.

Les éléments naturels

Lors de mon étude, le niveau de l’eau était plus bas de 1m50 environ, se qui m’a permis d’étudier tous les éléments naturels présents sur le site. A en juger par le nombre de coquillages mort sur la vase séchée (moule d’eau douce, corbicule, anodonte) la nourriture naturelle crée une forte concurrence à nos chères bouillettes, il va falloir se montrer précis et efficace sur les amorçages. Pas de souches, pas de grosses pierres, aucun élément susceptible de me porter préjudice lors d’un combat.
En sillonnant  les bordures, j’ai aperçu une forte population de poissons chats qui vont prendre un  malin plaisir à me dépouiller les bouillettes (bouillettes béton obligatoire!). 

En conclusion

La réputation de ce lac n’est pas un hasard étant donné la difficulté à localiser le poisson, à pêcher sans en faire profiter les nuisibles et à concurrencer la nourriture naturelle, un défi de taille que je vais relever avec enthousiasme en espérant pouvoir dire que moi j’ai réussi à capturer une carpe dans ce lac.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble voyage Carpe Direct
2) Ensemble bagagerie Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Stratégie pour éviter les nuisibles

Posté par admin - 1/02/2012

Par JORDAN

Lorsque les eaux dépassent les 10°C, il n’est pas rare de voir nos zones de pêche envahies d’indésirables en tout genre. Pour lutter contre, il convient d’utiliser une stratégie d’amorçage spécifique à cette situation.

On peut citer par exemple les poissons chats, écrevisses, brèmes et on peut ajouter, pour ceux qui recherchent les spécimens, les carpeaux de moins de 5 kilos (même si personnellement  cette catégorie de poissons ne me rebute absolument pas).
On peut voir chez nos détaillants une multitude d’appâts soit disant miracle qui repoussent, soit par leur composition ou de par leur consistance, les indésirables. Après avoir essayé ces types d’appâts sur le long terme, je n’ai pas pu mettre réellement leur efficacité en évidence. Je préfère maintenant utiliser une stratégie d’amorçage spécifique à cette situation.

Lorsque les eaux dépassent les 10°C, il n’est pas rare de voir nos zones de pêche envahies d’indésirables en tout genre. Pour lutter contre, il convient d’utiliser une stratégie d’amorçage spécifique à cette situation.

Les particules attirent à coup sûr les indésirables…

Pour commencer Il faut être conscient qu’outre l’utilisation d’appâts démesurés, qui réduisent aussi le nombre de carpes capturées (surtout sous les eaux sous pression), on prendra toujours un indésirable. Cependant ma stratégie d’amorçage réduit considérablement les dérangements et permet souvent de toucher de gros poissons. Cette stratégie est basée sur le fait que les petits poissons sont attirés en priorité par les amorçages de particules lourds et que les carpes se rapprochent de cette sûr-activité d’indésirables tout en restant à distance de cette agitation.
En tenant compte de ces comportements, qui je l’avoue ne sont pas toujours vrais (la pêche est loin d’être une science exacte), on peut mettre en place une stratégie convenable. Pour commencer je prépare un mélange de petites particules ayant la particularité d’avoir un faible coût, on ne va pas se ruiner pour nourrir les brèmes non plus… Je mélange pour une session d’un weekend 5 kilos de maïs, 5 kilos de blé et 5 kg de bird food ainsi que quelques kilos de pellets de 5 mm. Après cuisson, je me sers d’un bait rocket pour expédier ce mélange (ou d’une embarcation si elle est autorisée) en étalant dès mon arrivée 7 ou 8 Kg de graines sur une surface de 15 m² afin de rapidement fixer les poissons blancs. La subtilité vient du placement des lignes, en effet ces dernières ne sont pas placées sur l’amorçage (et donc au milieu des indésirables) mais en périphérie de celui-ci, entre 5 et 10m, où les poissons curieux mais méfiants stationnent. Mes lignes ne reçoivent aucun amorçage pour éviter de délocaliser la horde d’indésirables et c’est largement suffisant pour piéger une grosse carpe loin d’être méfiante à l’égard d’un appât isolé !
Pour conclure, osez utiliser cette approche lorsque vous voulez sélectionner la taille de vos captures ou pour éviter d’être dérangé inutilement. Cette stratégie prend aussi tout son sens en plan d’eau sur-pêché où les poissons stationnent autour des amorçages massifs qui sont synonymes de danger…

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Bac à appât & pellets Carpe Direct
2) Pack eschage & bouillettes Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,