Bien débuter la pêche à la carpe

Posté par admin - 27/03/2012

Par DOMINIQUE L.

Il n’est pas forcement évident de commencer la pratique de la pêche à la carpe de façon dite moderne. La première chose évidente est de s’équiper correctement…

Le piège à éviter est de vous laisser enrôler par un commerçant peu scrupuleux qui vous proposera sans aucun doute du matériel dernier cri et bien évidemment très onéreux, il se souciera plus de sa marge que de vos besoins réels. Avant de foncer tête baissée, dites-vous bien que ce n’est pas le matériel qui fait le pêcheur, et que seuls les derniers centimètres de votre ligne feront la différence.
La prise d’une carpe n’est pas le fruit du hasard, mais le résultat de longues heures au bord de l’eau pour parfaire vos connaissances sur nos si cher cyprinidés. Et beaucoup d’entre nous baisseront les bras avant même d’avoir touché leur premier poisson. Plus qu’une philosophie, la pêche de la carpe est un art de vivre ! Sans aucune prétention, je vais ici vous proposer un ensemble complet prêt à pêcher sans vous ruiner (j’ai moi-même acquis ce matériel que je prête à mon frère et mon filleul lorsqu’ils m’accompagnent en session qui sont eux aussi débutants dans la pratique) et d’excellente qualité.

Ensemble 3 cannes

Pour commencer, un ensemble Carpe Direct Eco 3, composé de :
- 3 cannes Carpe Direct CCD01 12’ et 3lbs avec un blank en carbone haute résistance. D’un poids de 490g et d’un encombrement de 186cm et de part leur action parabolique, elles sont les cannes idéales pour débuter sereinement.
- 3 moulinets Carpe Direct en taille 50 frein avant avec une contenance de 300m de fil (moulinet déjà garni) en 35/100. Avec son système Long Cast, ce moulinet autorise des lancers à grande distance.
- 1 rod pod en alu 3 cannes stable et qui s’adapte sur tous les types de sol.

Détecteurs de touches

Un ensemble de 3 détecteurs de touches DC08 Carpe Direct, très simple d’utilisation mais parfaitement efficace. Les 4 aimants les rendent particulièrement sensibles, le réglage de la tonalité et du volume s’effectue le plus simplement du monde. Autre critère de choix et non négligeable, leur résistance aux intempéries, ils sont parfaitement étanches. Ils sont équipés de deux Led très lumineuses (très appréciable de jour comme de nuit) dont une à temporisation de 20 secondes !
Rajoutez un jeu de trois écureuils plats Carpe Direct, qui jouent leurs rôles à la perfection ainsi qu’une épuisette Carpe Direct.

Un ensemble pour un peu moins de 200€

Tout carpiste qui se respecte pratique cette discipline en NO-KILL, pour se faire je vous propose l’ensemble réception pesée Carpe Direct, composé d’un peson, d’un tapis de réception et d’un sac de pesée.
Avec ce magnifique ensemble 3 cannes,  vous serez parfaitement équipé pour aborder votre nouvelle activité pour un peu moins de 200€, un rapport qualité/prix exceptionnel et surtout à portée de toute les bourses. Dans un prochain billet blog, je vous parlerais des montages de bases pour taquiner la carpe en toute quiétude…

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble ECO 3 cannes Carpe Direct
2) Détecteurs & Ecureuils Carpe Direct
3) Ensemble réception pesée Carpe Direct
4) Epuisette Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Postes à truite : il y a du changement !

Posté par admin - 22/03/2012

Par LAURENT

Alors qu’il va être l’heure de reprendre le chemin de sa rivière préférée, il est bon de s’interroger sur les postes de nos chères farios sauvages. Le réchauffement du climat, les coups de barrages mais aussi les pollutions conditionnent largement le comportement de nos salmonidés et leurs déplacements.

Le jour se lève sur cette jolie petite rivière et la bonne humeur de l’ouverture est contagieuse. Premier lancer le long des quelques cailloux, tous les sens en éveil. Curieusement la dérive est très courte. Pourquoi, parce que votre petite casque d’or n’en finit pas de s’accrocher sur le fond. C’est étonnant, vous connaissez bien le secteur et vous auriez parié que l’eau était beaucoup plus profonde. La saison passée, le courant était soutenu et les truites bien présentes sur ce secteur. A y regarder de plus près, il semblerait effectivement que l’eau circule au ralenti devant vous. Vous ne percevez plus le joyeux clapotis des courants vifs qui circulait entre les rochers. D’ailleurs, l’eau ne semble pas très fraîche au travers des waders et le fond est comme couvert d’une algue brune. Le réchauffement climatique est passé par-là. Pas une touche sur ce secteur pourtant très réputé, et pas le moindre gobage ou signe d’activité. Un confrère qui pratique au vairon est lui aussi dépité, il n’a pas vu la queue d’un poisson. Comme si les truites avaient levé le camp ! Mais la sonnerie de votre mobile retentit, bien en amont, les nouvelles sont meilleures, vos copains ont fait de belles prises. Ici plusieurs ruisseaux rejoignent le cours principal beaucoup plus encaissé, les gros blocs alternent avec les goures profonds. La fonte des neiges a visiblement pallié au manque de pluie et les truites sauvages sont présentes en bonne quantité. Un petit tour en voiture et vous y êtes, le sourire est revenu !
Selon le scientifique de l’Inra J M Roussel : « chez la truite fario les variations temporelles de préférences d’habitat restent pratiquement inconnues. Bien sûr les rythmes d’activité journaliers existent, mais ils sont très difficiles à traduire en termes de déplacement dans l’habitat. » Le pêcheur doit savoir que la truite est capable de migrations en fonction de la qualité de son habitat, mais aussi tout simplement pendant une même journée.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble Truite Sportive Carnassiers Direct
2) Ensemble Fly Prestige 5/6 Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

Carpe : enrobage multicouches

Posté par admin - 18/03/2012

Par JORDAN

On traverse actuellement la période de l’année la plus délicate à aborder pour pêcher nos chers cyprins. Si certains d’entre nous préfèrent passer l’hiver bien au chaud à préparer la saison à venir, d’autres continuent d’arpenter les berges dans l’espoir de toucher un poisson ayant abordé sa magnifique robe hivernale !

Pour réussir ce but ultime, différentes techniques bien différentes de celles utilisées habituellement sont à privilégier, je vais vous présenter ma préférée : enrobage multicouches pour pêches hivernales…
Tout le monde sait qu’en eaux froides, l’activité des carpes est fortement ralentie. Ces dernières réduisent au maximum leur déplacement et se nourrissent qu’au strict minimum, il apparait donc fortement illogique d’amorcer lourdement un poste même s’il m’est arrivé d’avoir de bons résultats en procédant de la sorte, mais seulement avec des conditions très particulières en rivière…
Pour ces conditions spéciales j’utilise comme beaucoup d’entre nous l’important panel de produits solubles à notre disposition. Cependant en eaux très froides ils mettent un temps très long à se dissoudre (pouvant dépasser 10 min ! Essayez, vous risquez d’être surpris…) et ils sont utilisés en grandes quantités tout au long de l’année pouvant éveiller la méfiance des poissons sur les lieux surpêchés.  C’est pour ces raisons qu’il m’arrive d’utiliser d’autres méthodes d’amorçage étant au moins toutes aussi efficaces ! Ma favorite consiste en un enrobage multicouche hyper attractif assurant une constante diffusion des attractants sur quelques heures.
Pour cela, j’utilise tout d’abord une pâte d’enrobage assortie à mes bouillettes. Si vous roulez vous-même vos billes, rien de plus simple, il vous suffit de conserver une partie de votre pâte à bouillettes non cuite, de faire une grosse boule avec et de l’ébouillanter un cours instant. Ainsi vous aurez un morceau de pâte cuite à l’extérieure favorisant la conservation et il vous suffira de l’ouvrir pour prendre de la pâte crue et hyper attractive pour enrober votre bille ! Une fois ma bouillette enrobée, je la plonge dans un booster, non formulé à partir d’huile pour qu’il y ait une bonne diffusion, puis la saupoudre d’un stick mix très souvent basé sur des épices. Après quelques minutes de séchage, je recommence l’opération et si votre booster est assez visqueux vous pouvez appliquer jusqu’à 3 couches et créer des mélanges surprenants. J’ai récemment trouvé dans le commerce un booster sous forme de gel qui a l’avantage de « caraméliser », j’arrive ainsi à fixer des copeaux de pellets donnant de supers résultats ! Prenez cependant soin au fait qu’avec toutes ces couches votre montage doit toujours rester pêchant car les touches peuvent intervenir très rapidement…
J’espère que cette petite astuce vous donnera l’inspiration pour toucher de magnifiques poissons en cette saison !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Accessoires Carpe Direct
2) Tresse Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Réservoir : le temps des chironomes

Posté par admin - 12/03/2012

Par LAURENT

Au cœur de l’hiver, la technique reine en réservoir c’est la pêche au chironome. Passionnante et diablement efficace, la méthode est beaucoup plus simple qu’il n’y paraît !

Il doit être 9h, lorsque notre barque glisse sur les eaux limpides du lac. Sans faire de bruit, je pointe simplement du doigt la grande roselière qui se dresse face à nous et notre barque se stabilise à environ 30 mètres de la berge encombrée de végétation. Quelques marsouinages trahissent la présence des truites dans cette zone favorable et le sourire sur les lèvres de l’ami Christian en dit long sur nos intensions. Comme nous sommes tous deux droitiers nous prenons chacun un côté du bateau ! Il est encore tôt et je monte sur ma soie flottante un train de trois mouches afin de pêcher assez profond. En effet les imitations couvertes d’epoxy que j’utilise peuvent facilement descendre à 2 ou 3 m en position statique à l’aide d’un bon fluorocarbone ! Ma sauteuse est un modèle shuttle cock en CDC que j’ai rapporté de mes virées dans les îles britanniques. Comme plusieurs poissons marsouinent en surface, cette mouche peut être décisive. Le lac est peu fréquenté aujourd’hui et nous avons prévu de pêcher en dérive, à moins que nous ne tombions sur une « mine de truites » où que le vent forcisse un peu trop. Christian lance près de la roselière, il retend un peu son bas de ligne et laisse couler lentement ses mouches. La sauteuse en cul de canard file alors en surface, la première truite de la journée est au bout. Bagarre, sondée sous le bateau, j’en passe et des meilleures et une arc en pleine forme se fait cueillir par l’épuisette ! Elle a pris le chiro olive de pointe. Excellent début l’ami ! De mon côté, rien ne se passe pour l’instant, mais soudain un gros remous se produit sous ma sèche. La mouche n’a pas bougé, je me retiens de ferrer ! Puis le CDC disparaît, je lève la canne sans violence et ma première prise d’environ 50 cm rejoint elle aussi l’épuisette. Après plusieurs captures du même accabi ainsi qu’une paire de truites « gold » qui adorent les chironomes, une légère brise se lève. Les conditions de pêche sont encore plus favorables ainsi et les prises d’insectes en surface sont maintenant parfaitement visibles.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble Voyage Luxe 7/8 Mouche Direct
2) 36 Mouches réservoir + Boite Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

L’entretien du matériel carpe

Posté par admin - 7/03/2012

Par ROMAIN

Je ne supporte pas le fait que mon matériel  de pêche comme toutes mes affaires personnelles soit souillé. Une belle canne ne prendra pas plus de poissons qu’une canne sale, mais pour moi c’est une question de respect des choses qui nous sont chères…

Les cannes
Il est possible de pêcher pendant des années avec la même canne sans jamais passer le moindre coup de chiffon dessus et sous les saletés elle est presque comme neuve. Mais personnellement, je ne supporte pas le fait que mon matériel  de pêche comme toutes mes affaires personnelles soit souillé. Une belle canne ne prendra pas plus de poissons qu’une canne sale. Mais pour moi c’est une question de respect des choses qui nous sont chères.
Pour le blank, on utilisera du liquide vaisselle, puis ensuite il faut rincer la canne et l’essuyer avec un chiffon doux. Quant au spigot, il faut être attentif lors de chaque emboîtement et chaque déboîtement à toute anomalie, le moindre grain de sable peut faire de gros dégâts si l’on ne fait pas attention. Certains pêcheurs n’hésitent pas à talquer ou à enduire de paraffine la partie mâle de l’emmanchement pour parfaire l’assemblage des deux parties de la canne. Les anneaux sont très faciles à nettoyer, avec du papier absorbant on forme une mèche plus ou moins importante suivant l’anneau et on fait plusieurs allers et retours à l’intérieur de l’anneau avec cette mèche. Normalement cela se fait à sec, si le dépôt est un peu gras, on peut s’aider d’un peu de liquide vaisselle.

Le moulinet
Encore plus important que la canne, le moulinet doit fonctionner parfaitement, pour les plus expérimentés le démontage du moulin peut être fait mais personnellement je ne m’aventure pas dans un chantier de mécanique minutieuse. L’essentiel est que les tours de manivelle se fassent en douceur sans accrocs et sans crissements. Il faut tout comme la canne utiliser du liquide vaisselle pour nettoyer la partie extérieure. Il est également important de démonter la bobine puis lubrifier avec de la graisse prévue a cette effet le rotor pour conserver la souplesse lorsque l’on mouline.

Le nylon et la tresse
Le nylon doit être changé tous les ans car il se vrille et s’abîme à cause des éléments naturels tels que l’eau et le soleil. La tresse doit être retournée sur le moulinet de façon à utiliser la tresse qui se trouve au fond de la bobine. Il est important aussi de dévriller la tresse pour éviter les perruques lors des lancés. Le système est simple, des petits plombs prévus à cet effet sont disponibles chez bon nombre de commerçants et le principe est de dévider entièrement la bobine du moulinet puis de tout rembobiner avec ce fameux plomb miracle qui va tourbillonner jusqu’à réaligner la tresse.     

Le reste…
Pour ma part, mon image de pêcheur soigneux doit être flagrante, car un carpiste qui respecte son matériel est un carpiste qui respecte les poissons. Toute la bagagerie sale ou moins sale a un moment ou un autre pris l’humidité, la pluie, la boue, et j’en passe… les tissus absorbent quantité de saletés, de mauvaises odeurs et de microbes… un petit tour en machine à laver ne peut leur faire que du bien ! Il en est de même pour le filet de l’épuisette, le sac de pesé et le sac de conservation.
L’abri a également besoin de beaucoup de soins, en effet quoi de plus désagréable que de se retrouver en pleine nuit le duvet imbibé, arrosé par une gouttière en plein milieu de la toile… il existe dans le commerce de nombreux produits imperméabilisants sous forme de spray.
Pour finir, je peux vous dire que si vous voyez une forte lumière qui vous éblouit au bord d’un lac, il se pourrait bien que ce soit mon matériel que vous apercevez, n’hésitez pas à venir me rendre visite, quand il y a du café pour un il y en a pour deux… 

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Cannes Carpe Direct
2) Moulinets Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Micros leurres, maxi plaisir

Posté par admin - 2/03/2012

Par JULIEN

Je trouve que plus le matériel est léger  et plus le plaisir est grand quand on tient un poisson, surtout quand il s’agit d’un beau !

En eau douce, j’aime la pêche du carnassier aux leurres, mais particulièrement celle de la perche en ultra léger. Quand le temps est trop mauvais pour aller en mer, je m’équipe de ma canne UL ainsi qu’une poignée de micros leurres, et je me rends dans un étang afin de m’amuser avec des petites zébrés.
Je sais plus ou moins où ce trouve le banc dans ce plan d’eau, et je commence à me mettre à leur recherche. Je monte un petit leurres souple sur une tête plombée de 1,5g,  mais pas trop petit non plus, afin de voir si il y a du monde actif ou pas et d’essayer de sélectionner les plus gros poissons, quitte à redescendre en taille pour trouver de plus petits afin de ne pas rentrer capot.
Ma prospection commence et dès le premier lancer, je perçois des touches, je ferre et mon premier poisson est pendu, une mini perche qui n’a peur de rien ! Remis illico-presto dans son élément, je relance au même endroit et rebelote, c’est la même chose, et comme çà plusieurs lancés d’affilé.
Je me décale un peu et essaye de lancer au raz des branches d’un arbre immergé en face sur l’autre bordure, mais lancer un si petit grammage, même avec des cannes appropriées n’est pas toujours évident. Après plusieurs tentatives sans aucune touche, je réussis à placer mon leurre et je laisse couler, commence mon animation légèrement saccadée et avec des pauses pour reprendre contact avec le sol. D’un coup je reçois une grosse touche franche, et étant surpris j’en loupe mon ferrage, qui s’en suit d’un décroché dans les règles. Je me remets de mes émotions et essaie de replacer mon leurre à nouveau au même endroit, et coup de bol, j’y arrive du premier coup. La concentration est à son maximum. Même joueur joue encore, je laisse couler, j’anime, je relaisse couler, puis le leurre arrive à mes pieds, et rien. La  déception est au rendez-vous, mais je réattaque aussi sec.
Sur le lancé suivant, mon leurre est un peu décalé, presque dans les branches, j’anime mon leurre un peu plus en linéaire, et banco je me fais stopper net et marche arrière, mon moulinet chante (quelle douce mélodie !!!), ayant desserré un peu mon frein au vu des pin’s de tout à l’heure, mon ami qui est à l’autre bout s’en fait à cœur joie. Il est temps de contrôler la situation avant qu’il ne soit trop tard, je resserre le frein et c’est la canne qui encaisse les coups de mécontentement et après plusieurs petits rushs et un rapide camouflage dans la branche qui est devant moi, cette jolie perche se laisse cueillir comme une fleure. Un petit tirage de portrait et zou à l’eau…
Quelques lancés plus tard, il est temps pour moi de les laisser tranquilles et de rentrer, en attendant la prochaine sortie et surtout maintenant la prochaine ouverture de la deuxième catégorie !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Sélection leurres perche Hook Discount
2) Sélection Spinning Light Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,