Réservoir, la zone de confort !

Posté par admin - 31/12/2012

Par LAURENT

Le succès de la pêche en réservoir est intimement lié à la profondeur à laquelle évolue votre artificielle car les truites ont bien souvent une « zone de confort » qui leur procure sécurité et vivier alimentaire !

Dans notre pays la grande majorité des pêcheurs en réservoir a fait « sa formation » en commençant par la rivière. Certaines habitudes ont été prises qui ne sont pas toujours compatibles avec tous les cas de figures que l’on peut rencontrer en lac. L’utilisation presque exclusive de soies flottantes en est un bel exemple. Cette soie de base nous rend de précieux services, je le concède, mais certains jours elle complique la prise de quelques truites, tout simplement parce qu’elle ne permet pas de pêcher à la bonne profondeur. Il est alors possible de lester davantage les mouches pour compenser cette état de fait, mais les lancers deviennent peu académiques voir physiquement dangereux pour la tête. Les truites de lac sont des salmonidés qui ont des préférences de température d’eau qui vont largement conditionner leur activité alimentaire. Les variations de température ont un effet important sur le métabolisme des salmonidés car ce sont des animaux à sang froid. Le principal problème est que ces effets thermiques sont souvent très subtils et difficiles à quantifier ou simplement à mettre en évidence. La zone de confort coïncide donc parfaitement avec la couche d’eau dont la température favorise le meilleur métabolisme des truites dans un lac.
Il y a peu de temps lors de l’ouverture d’un plan d’eau de 6 hectares dans mon département, cette zone favorable s’est située toute la journée aux alentours de 8 mètres de fond. En compagnie de l’ami Eric nous avons découvert la zone favorable en comptant jusqu’à 40 avec une soie S8 qui descend de 20cm par seconde ! Je lançais ma soie au diable vauvert avant d’entamer mon décompte méticuleux. Bien souvent en commençant ma récupération vers 8 mètres de fond de petits tocs se faisaient sentir dans la soie. Comme si plusieurs truites suivaient ma mouche, la goutant avec retenue ! Une ou deux bonnes accélérations de la main gauche et une tirée nettement plus franche était sanctionnée par un ferrage très ample. Grosse bagarre dans les profondeurs avant de faire monter vers l’épuisette une truite en pleine forme.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Ensemble Voyage Luxe 7/8 Mouche Direct
2) Sélection 85 mouches + Box Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

Carpe : Le calme avant la tempête

Posté par admin - 27/12/2012

Par JORDAN

La fin de saison approche, les berges se vident peu à peu des pratiquants saisonniers, la nature prend ses couleurs les plus chaleureuses, il est temps pour moi de me rendre sur un lac landais pour effectuer une session de 4 nuits en toute tranquillité.

Le lac choisi a subit une forte mortalité il y a quelques années, il en découle une population hétérogène avec une forte proportion de petits poissons fraichement introduis et quelques gros spécimens de souche connus pour leur extrême méfiance.
Pour espérer prendre une de ces carpes j’ai pris avec moi une bonne dose d’appâts très attractifs riches en protéines et lipides, éléments très recherchés à cette époque. J’ai donc quelques kilos de bouillettes de ma confection en 25 mm et une dizaine de kilos de pellets sur une base carnée.
Le choix du poste est crucial à cette saison, je me suis tourné vers une zone d’alimentation profonde de 3m50 avec une cassure très marquée à 80m du bord. Je placerai mes montages dans des profondeurs différentes pour cibler les passages de poissons. 1,5 kg de billes et autant de pellets sur chaque canne dès mon arrivée. Je remettrais la même dose après chaque départ.
Pour l’occasion j’ai préparé des montages très agressifs avec hameçons flottants. Ce montage provenant d’Angleterre a l’avantage d’équilibrer le poids de l’hameçon et de permettre une piqûre profonde dans la lèvre inférieure. Il sera parfait pour piéger les poissons sédentaires qui peuplent le lac.
Le premier poisson à se faire prendre est une commune dépassant les 10 kg, elle aura attendu la deuxième nuit pour provoquer un départ fulgurant.  Une tempête violente a compliqué la pêche les deux derniers jours, j’ai tout de même sorti une dernière miroir massive la dernière journée. Il me tarde déjà de retourner au bord de l’eau …

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Lot 400 hameçons Carpe Direct
2) Fourreau court Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Pêche sportive: stratégie hivernale

Posté par admin - 24/12/2012

Par NICOLAS

Les premières difficultés de l’hiver commencent à se faire sentir, comment faire sortir les poissons de leurs repaires?!!

Il est vrai que l’hiver est arrivé vite, très vite! Nous devons alors ruser de plusieurs manières afin de faire sortir nos amis à écailles de leurs cachettes.  En effet, les rigueurs de l’hiver obligent les poissons à économiser leurs forces et de ce fait bouger le moins possible.
Pour ma part j’utilise deux méthodes pour sortir son épingle du jeu. La première consiste à jouer à la « tirette » avec leurre souple ou poisson d’étain que l’on laisse descendre pour toucher le fond puis que l’on anime avec quelques coups de scion.
La deuxième méthode consiste à pêcher aux leurres souples en prenant au maximum son temps, faire des pauses et ramener doucement. Même si les perches sont des poissons très vifs, la froideur de l’hiver calme quelques peu leurs ardeurs.
Alors prendre son temps et ramener doucement, voilà les solutions pour les adeptes de la pêche sportive au lancer.
Il y a aussi la technique du drop shot, technique concluante surtout dans en rivière.
En vous souhaitant bonne chance !

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Lot 370 leurres souples Hook Discount
2) Sélection leurres perche Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Rencontre avec l’aspe… aux leurres!

Posté par admin - 20/12/2012

Par LAURENT

 

L’aspe est un poisson encore méconnu des pêcheurs français et c’est pourtant un vrai concentré de dynamite qui prend leurre et mouche comme les meilleurs chasseurs marins… C’est dans les environs de Strasbourg que j’ai fait connaissance avec cette flèche d’argent…

Intrigué par les mœurs de ce grand cyprinidé carnassier qui prend très bien leurres et streamer j’avais pris rendez-vous avec le meilleur guide en la matière dans la région de Strasbourg. En effet afin de mieux comprendre le caractère parfois déconcertant de l’aspe et surtout de découvrir les zones favorables, j’avais besoin d’un expert. Un «check up» rapide du matériel chargé dans notre véhicule et nous partons vers l’extrême est de Strasbourg, que l’aspe affectionne particulièrement. Dans la voiture, tout en slalomant entre les véhicules, mon guide m’explique que ce qui caractérise le plus l’agressivité de l’aspe c’est la violence de la touche qui vous arrache la ligne des mains. S’il est actif, ce poisson peut provoquer d’énormes explosions en surface en saisissant votre mouche ou votre leurre.
Nous pêchons une large gravière qui me rappelle un peu celles de ma rivière d’Ain en plus urbaine mais bien moins glissante. Nous insistons sur les zones où des blocs de roches freinent le courant mais aussi tout contre les piles de pont. Au second lancer Ken qui nous a rejoint touche un beau poisson mais la ligne se détend, le bas de ligne vient d’être sectionné par un beau brochet. Dommage il y aurait eu un peu d’action. Au moment où je scrute la dérive de ma sink tip Jim Teeny, un violent coup de boutoir m’arrache la ligne des mains, le poisson tient le fond et tente de rester dans le courant. Je fais pression pour qu’il se décale et ma canne amortit bien les premiers coups de boutoir. Notre guide vient saisir avec son fish grip mon premier aspe qui fait environ 60 centimètres. C’est un petit selon le spécialiste mais il aura tout de même les honneurs du photographe.
Nous continuons à peigner les courants alors que l’ami Alex à quelques mètres de moi fait monter coup sur coup avec sa soie flottante un gros aspe qui provoque une belle gerbe d’eau derrière sa mouche. Il remplace son streamer blanc dos bleu par un popper mais le poisson ne revient pas. Dommage car ce spécimen avait l’air d’être vraiment gros !

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Ensemble Leurres Pro Carnassiers Direct
2) Ensemble Voyage Pro 7/8 Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

Carpe : Montage hélicoptère

Posté par admin - 17/12/2012

Par DOMINIQUE L.

L’emmêlement est un véritable cauchemar pour les carpistes, surtout lorsque l’on pêche à très longue distance. Il existe plusieurs types de montages, plus ou moins élaborés. Mon préféré pour ce type de pêche est sans aucun doute, le montage hélicoptère.

Le montage hélicoptère est utilisé pour la pêche de la carpe à grande distance (long cast). Lors du lancer le bas de ligne tourne autour de la ligne telle une hélice d’hélicoptère.
Il s’agit d’une technique permettant de propulser un montage très loin sans risque d’emmêlement lors du lancer.
Le montage hélicoptère consiste à placer directement le bas de ligne sur l’anti-emmêleur. L’inertie du montage provoquera un auto-ferrage lors de la touche.
Le plomb est accroché au bout de la ligne et entraîne avec lui le reste du montage. On trouve juste au dessus une perle amortisseur qui protège le nœud, puis le tube anti-emmêleur (ou lead core) assez long (au moins 50cm). Le bas de ligne doit être beaucoup plus court que l’anti- emmêleur sous peine d’emmêlement inévitable.
Il est conseillé d’utiliser un plomb de type missile d’environ 100g dont l’aérodynamisme permet un lancer efficace.
Il faut également éviter de pêcher trop fin, 30/100 minimum, afin d’éviter que la ligne ne soit rompue et que le montage soit éjecté lors du lancer.
Malgré l’autoferrage assuré par le montage il est bon de rappeler qu’un ferrage manuel est obligatoire pour assurer sa prise.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Accessoires de montage Carpe Direct
2) Plombs Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

La frénésie de l’été chez les brochets

Posté par admin - 13/12/2012

Par FRANK

Il fait beau et chaud, Mrs Esox sont en chasse !

Par un beau jour de juillet, les températures chaudes qui rendent nos amis brochets très actifs me titillent d’aller à la pêche. Il est 14h, il fait pas moins d’une trentaine de degrés, entre une tonte de pelouse en plein soleil et une partie de pêche au frais sous les arbres, le choix ne fut pas long.
Le temps d’un petit briefing avec Madame, j’appelle mon cher binôme qui tout comme moi préfère la fraicheur du bord de rivière à l’entretien des extérieurs en pleine chaleur et, me voilà en pleine préparation.
J’opte pour un équipement léger, je ne prends que la canne à lancer, l’épuisette et une sélection d’une vingtaine de leurres souples accompagnés de quelques têtes plombées légères.
15 h, nous voilà sur site, une petite rivière que je connais parfaitement pour avoir habité pendant 7 ans à 150m. Je sélectionne plusieurs postes à l’ombre des arbres mais pêchants et surtout, avec des herbiers très accessibles malgré les branches surplombantes.

Nous nous équipons et en route pour la prospection…

J’opte pour un petit leurre souple de couleur rose car je pense, que vu la luminosité qu’il y a et ce, malgré une eau un peu trouble, nos amis prédateurs n’auront aucun mal à le détecter.
Mon choix fut le bon, à peine 5 ou 6 lancers plus tard, voilà la première perche qui se présente. Je continue ma prospection sous les mêmes nénuphars et, une seconde perche se joint à la fête, puis une troisième.
Me trouvant manifestement sur un banc de perches, je décide d’opter pour un poste où un arbre mort, tombé dans l’eau, s’entremêle avec un champ de nénuphars.
Au bout d’une demie heure à insister sur un poste qui fut productif par le passé, un premier brocheton d’à peine 25 cm mord sur le leurre, puis un autre d’une quarantaine de cm, puis un plus gros de 65 cm pour environ 1,50 kg qui sera aussitôt remis à l’eau, tout comme ses autres congénères après photo.
En résumé ce ne fut pas une sortie mémorable par la taille des prises mais force est de constater que, si on a le courage de braver les chaleurs estivales, de belles pêches sont possibles car, avec la chaleur de l’eau, nos amis poissons sont très actifs hormis le sandre qui lui, préfère la fraîcheur des nuits pour sortir.
Quoiqu’il en soit, une belle journée ensoleillée comme on les aime. A très bientôt pour de nouvelles aventures halieutiques !

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Ensemble Predator Presige Carnassiers Direct
2) Lot 120 leurres souples boostés & 50 têtes plombées Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

La remise à l’eau des poissons

Posté par admin - 10/12/2012

Par LAURENT

Après la prise d’un beau poisson, une manipulation convenable et une remise à l’eau dans les règles améliorent les chances de survie des poissons. Vous préserverez ainsi la qualité des pêches à venir et vous serez fier d’être un pêcheur ou une pêcheuse écologique.

L’utilisation d’hameçons « barbless » sans ardillon ou dont celui-ci a été écrasé proprement à la pince permet de décrocher rapidement son poisson en le blessant superficiellement. Certains pêcheurs ont tendance à pêcher trop fin, la bagarre s’éternise et le poisson arrive à l’épuisette dans un état proche de l’asphyxie. Il sera difficile de le relâcher ensuite dans les meilleures conditions. Le pêcheur doit comprendre que le stress dû à la pêche et le taux de mortalité des prises relâchées augmentent beaucoup avec la hausse de la température de l’eau. En général, plus l’eau est froide, plus les poissons relâchés ont une bonne chance de survivre. Il peut être particulièrement éprouvant pour un poisson d’être pris en eau froide profonde et ramené dans l’eau plus chaude de la surface. Il faudra donc être prudent aux heures les plus chaudes de la journée ou pendant la saison estivale qui génère bien souvent un taux d’oxygène dissout dans l’eau assez faible. 

Il faut toujours faire vite !

Dans tous les cas gardez le poisson dans l’eau autant que possible et manipulez-le doucement. Évitez toujours de serrer ou de toucher les ouïes des poissons, ces parties vitales sont très fragiles. Retirez l’hameçon rapidement avec des pinces à long bec sans blesser ou déchirer la gueule du poisson. Pour les gros poissons comme les carpes notamment un matelas de réception est conseillé afin de ne pas blesser un poisson qui est lourd et parfois difficile à maîtriser lorsqu’il se débat. Si vous prenez des photos souvenirs, faites toujours très vite afin de préserver votre trophée. La remise à l’eau se fera en douceur en faisant avancer puis reculer le poisson tranquillement dans l’eau. Ne lâcher votre prise que lorsque celle-ci décide de partir, c’est le plus sûr moyen de lui rendre sa liberté.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Epuisette Carpe Direct
2) Epuisette Carnassiers Direct

Mots-clefs :, , , ,

Test : lot 24 cuillers tournantes

Posté par admin - 6/12/2012

Par DOMINIQUE L.

La cuiller ou plutôt les cuillers, tournantes et ondulantes, sont des leurres à toujours avoir avec soi. La cuiller est certainement le leurre le plus connu pour pêcher le brochet !

Cependant, même si sa réputation n’est plus à faire, il faut bien admettre que de nombreux pêcheurs ignorent encore toutes les possibilités qu’elle propose. Tournante ou ondulante, elle possède un grand pouvoir attractif sur les prédateurs.
La cuiller tournante est le leurre universel par excellence. Sous son apparente simplicité, elle cache une technologie bien au point. Car pour être efficace, la palette doit tourner comme une horloge, sous peine de perdre une grande partie de ses pouvoirs attractifs. A ce sujet, la mise au point des pièces mécaniques entrant dans la confection d’une cuiller tournante n’est pas le fruit du hasard, mais répond à des critères bien précis.
Pour ma part, j’affectionne particulièrement le lot de 24 cuillers taille N°3 (8 or, 8 argent et 8 cuivre) proposé par la boutique Hook Discount. Elles offrent un angle de rotation de 60° par rapport à l’axe central. Le lest situé à l’arrière permet des lancers sans bouclage et d’une grande précision. Le cœur de la cuiller a la forme d’une cloche creuse. Lorsque le lest vient frapper la cloche creuse, il émet des ondes sonores régulières et continues qui éveillent l’attention et agressent les prédateurs. On pêche ici avec une cuiller qui renvoie des effets visuels et sonores ! Un outil formidable pour déclencher les attaques de prédateur même en période d’inactivité.
Le seul petit bémol de ces cuillers est  le triple qui s’oxyde rapidement. Néanmoins, à moins de 24€ le lot de 24 cuillers, on peut difficilement discuter du problème qui n’empêche en rien le bon fonctionnement de la cuiller.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Lot 24 cuillers tournantes Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Peche Carpe : Installation de nuit

Posté par admin - 3/12/2012

Par JORDAN

Pour pratiquer au mieux en cette fin de saison, où les jours raccourcissent fortement, je vais vous présenter deux approches que j’utilise lorsque je suis contraint de m’installer une fois la nuit tombée.

La première approche consiste à utiliser une même canne pour effectuer plusieurs opérations différentes en aveugle. Pour cela, j’ôte le bas de ligne de mon montage et n’y laisse que le plomb. Je lance ensuite en direction d’un repère visible de nuit sur la berge d’en face (colline, arbre, poteau électrique) et bloque la sortie du fil de mon moulinet afin que mon plomb touche le fond avec la ligne tendue. De la sorte je serai capable de ressentir l’impact de ce dernier sur le fond. Si l’impact est peu marqué, il y a de grandes chances que je sois tombé sur une zone herbeuse ou envasée. Je ramène mon montage et recommence l’opération jusqu’à trouver une zone « propre ». Par ailleurs, avec cette technique, il est aussi possible d’estimer la profondeur en comptant le nombre de secondes qui séparent les impacts du plomb en surface et sur le fond, un plomb seul descend environ un mètre d’eau par seconde…
Une fois ma zone repérée, je bloque ma ligne dans le clip du moulinet et ramène mon montage. J’utilise systématiquement un clip rapide pour relier mes bas de ligne, ce dernier me sert aussi à fixer un bait rocket de petite taille. Ainsi en relançant en direction de mon repère visuel je peux amorcer précisément la zone propre repérée préalablement. Il ne me reste plus qu’à ramener le bait rocket après la séance d’amorçage, de le troquer pour un bas de ligne esché et de recommencer l’opération avec les autres cannes.
La seconde technique est plus aléatoire au niveau du placement des lignes mais assure tout de même un montage pêchant quelque soit la nature du fond. Pour cela j’utilise un sac PVA rempli d’amorce très attractive. 
Je fais en sorte de toujours avoir des bas de ligne préparés dans des sacs déjà remplis pour être opérationnel le plus rapidement possible. Pêchant souvent qu’à deux cannes, j’ai toujours au moins 2 sacs PVA prêts à être reliés à mes cannes. Et dès que je ramène un montage, je prépare un sac PVA dans la foulée pour la fois suivante…
Cette approche est aussi plus discrète. Si en arrivant sur place on entend un saut dans une zone, il sera plus discret d’y lancer un sac PVA, qu’un plomb et un bait rocket à plusieurs reprises.
En espérant que cet article vous fournisse quelques astuces assez motivantes pour vous donner l’envie d’aller au bord de l’eau même s’il fait déjà nuit !

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Accessoires d’amorçage Carpe Direct
2) Accessoires pêche de nuit Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,