Découvrez l’anguille, un redoutable adversaire

Posté par admin - 30/12/2013

Par LAURENT

L’anguille est considérée comme un poisson d’eau douce car c’est là qu’elle passe une grande partie de sa vie. Cependant on la trouve aussi en eau salée comme en Méditerranée, Manche, Atlantique et mer du Nord. Découverte d’un redoutable adversaire…

Personnellement j’ai fait à plusieurs reprises de belles pêches d’anguille par temps maussade ou couvert. Sa pêche traditionnelle se pratique à l’aide d’une canne forte type « carpe » et d’un montage sur ligne de fond avec plomb coulissant. Cette méthode reste efficace même si je lui préfère une approche plus légère largement possible avec les cannes « feeder » de dernière génération. Les saisons propices sont l’automne et l’hiver lorsque la lumière est la plus faible c’est-à-dire au lever ou au coucher du soleil. Concernant les appâts, la réputation du gros vers lombric n’est plus à faire mais le poisson mort fonctionne aussi parfaitement pour peu que son pouvoir attractif soit augmenté à l’aide d’attractant. Certains pêcheurs ne jurent que part la lanière de sardine ou de maquereau qui attire l’anguille de très loin.

Par temps couvert!

De couleur brune avec un ventre jaune, elle devient ensuite argentée avec un dos noir à l’âge adulte. Elle a de petits yeux ronds et des branchies qui lui permettent de sortir de l’eau pour s’aventurer dans les hautes herbes des marais. Son alimentation est très variée et va des larves ou des vers aux mollusques et crustacés en passant par les grenouilles et les poissons. Ce qui surprend toujours le pêcheur c’est la puissance de la bagarre avec une grosse anguille, toujours capable de briser le bas de ligne dans les anfractuosités du fond. D’ailleurs je vous conseille de pêcher ce poisson là où les caches naturelles sont les plus nombreuses, ce prédateur aime particulièrement les éboulis, les blocs de roche mais aussi les troncs d’arbres et autres déclivités soudaines du fond. Ne vous fiez jamais à la touche d’une anguille bien souvent discrète, c’est un adversaire redoutable au bout du fil !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble débrayable Télé Carpe Direct
2) Lot pour 60 montages Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Perche à la mouche en étang

Posté par admin - 23/12/2013

Par GERARD

De tous les carnassiers, la perche est à coup sur la plus active durant la mauvaise saison. Comme elle ne fait l’objet d’aucune protection particulière, sa pêche reste constamment ouverte…

Pour les trouver en dehors de ces fameuses « chasses » qui les rendent repérables de loin, je n’ai pas d’autres solutions que de pêcher tous ces postes possibles jusqu’à ce que j’enregistre ma première touche.
Comme elles vivent en groupe, je suis certain d’être enfin sur le bon poste, mais attention, le moindre raté peut entraîner la fuite du banc tout entier.
Sa taille assez réduite, permet l’utilisation d’un matériel classique comme pour la truite. Personnellement, je me sers de ma canne à mouche 9 pieds soie de 5.
Je monte une potence sur mon bas de ligne exactement comme si je pêchais en mouche noyée, je fixe soit des petites nymphes ou des petits streamers ou alors de minuscules leurres souples sur lesquels je fixe quelques poils de chevreuil pour imiter un chabot.
Quelquefois, il y a des bancs d’alevins tellement denses qu’ils forment un nuage presque opaque à la surface de l’eau. S’ensuivent des perches de toutes tailles, qui chassent dans le tas. Mais attention ! D’autres carnassiers s’invitent au repas, brochets et sandres.
L’action de pêche consiste à passer les mouches à proximité d’une troupe de perches ou au milieu d’un banc, en donnant une animation saccadée, accélération brutale, puis arrêt, comme un alevin apeuré. La touche est généralement forte, il n’y a pas besoin de ferrer.
L’étang est pour moi un lieu d’entraînement que j’affectionne particulièrement à la mauvaise saison, et me permet d’expérimenter toutes sortes de mouches aussi farfelues les unes que les autres en attendant la prochaine ouverture de la truite.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Sélection mouches carnassiers Mouche Direct
2)  Gilet de pêche Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

Essayez la pêche au feeder !

Posté par admin - 16/12/2013

Par LAURENT

La pêche moderne au « feeder » permet de toucher de beaux poissons dans presque tous les coins de pêche et en toute saison. C’est le moment de l’essayer !

La pêche au « feeder » est une pêche en plombée qui permet à l’aide d’un amorçoir installé sur la ligne d’apporter régulièrement de la farine ou des appâts au poisson ce qui décuple son envie de mordre. Très souvent l’amorçoir en forme de cage pour les farines, ou fermé pour les esches comme l’asticot attire de beaux poissons comme carpes, tanches, barbeaux et chevaines en rivière.

Une canne longue est indispensable lorsque le courant est fort !

Selon les lieux où vous pêchez, votre canne ne sera pas tout à fait la même. Elle sera courte en courant faible ou étang et à distance rapprochée. Une action douce semi parabolique est alors conseillée pour une plus grande sensibilité. Une canne longue de 3m90 est indispensable lorsque le courant est fort et la distance de pêche supérieure. Les meilleures ont une action de pointe prononcée. Les cannes sont équipées en général de 3 scions : un light (blanc), un medium (vert) et un hard (rouge ou orange fluo). Trop de pêcheurs hésitent à changer de scion en action de pêche alors que cela est indispensable lorsque l’on augmente le poids du feeder, ou tout simplement si le courant forci. Un bon scion doit être à peine courbé pour que la détection des touches soit à son apogée !
Concernant l’amorce (le ground bait pour les anglais), elle doit être collante pour tenir dans la cage feeder et pouvoir se diluer rapidement dans l’eau sur le coup de pêche. Il ne faut pas lancer des boules d’amorces comme lorsqu’on pêche à l’anglaise, c’est le feeder en se vidant qui effectue l’amorçage. Je vous invite donc en première partie de pêche à relancer très souvent afin de bien amorcer le coup. Dès que les premières touches vont survenir vous pourrez facilement ralentir la cadence ! Prendre un repère visuel qui ne bouge pas et marquer son fil à la distance de pêche avec un feutre indélébile sont aussi de bonnes astuces pour parfaitement disposer son amorçage.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1)    Ensemble Feeder Prestige Mission Peche
2)    Lot 24 feeders plombés coup Mission Peche

Mots-clefs :, , , ,

Postes d’automne pour l’ombre

Posté par admin - 9/12/2013

Par LAURENT

L’ombre se déplace beaucoup plus qu’il n’y paraît et certains facteurs sont à prendre en compte pour réussir sa pêche en automne.

Au cours d’une même journée l’ombre est capable de modifier son comportement en fonction des variations du niveau d’eau. De ce fait le pêcheur ne sait plus sur quels postes il se tient et ne parvient pas à le retrouver. Cela est particulièrement vrai sur des rivières à débit variable et contrarié. En fonction des montées d’eau ou des baisses, l’ombre peut très bien se nourrir sur le fond, puis entre deux eaux. Ensuite des gobages vont apparaître sur une fin de lisse ou un grand plat comme s’il s’agissait d’un banc de poissons qui n’arrête pas de se déplacer. L’ombre peut aussi promptement stopper toute activité alimentaire sans que l’on sache vraiment pourquoi, simplement parce que les conditions hydrauliques ne lui conviennent plus.

Lorsque les conditions hydrauliques ne lui conviennent plus !

En général pendant le turbinage (eau forte), l’ombre collecte ses proies sur le fond dans un courant soutenu mais pas forcément violent. Il garde toujours une prédilection pour les courants cassés par de grosses pierres où les veines d’eau sont entremêlées et favorise le draguage de nos mouches. S’il est vrai que les fonds importants le rassurent, dès que le débit redevient normal il apparaît sur les gravières à fond moyen (70 cm d’eau) et vient chiper de petites nymphes de caenidés, de chironomidés ou d’éphéméroptères. Dès lors que la rivière prend son niveau minimum, ils retournent vers les fosses plus profondes en s’alimentant de moins en moins. Cet état de fait est d’ailleurs catastrophique pour ces superbes poissons comme pour nous, car sa pêche ne revêt plus aucun intérêt.
Chaque année qui passe, ces migrations se vérifient sur le Doubs, la Loue, la Dordogne, l’Ain et le vieux Rhône. Il serait un peu exagéré d’avancer que la pression de pêche grandissante entraîne des migrations chez l’ombre mais il est certain que le degré d’éducation à la pêche à la mouche joue un grand rôle sur son comportement. Il y a une quinzaine d’années on prenait des ombres dans le moindre courant, aujourd’hui même dans les grandes fosses ils sont plus difficiles à capturer. Dans certains cours d’eau, les gros ombres sont tellement collés au fond des courants soutenus dès les premières chaleurs, qu’il est parfois très compliqué de leur faire parvenir une petite nymphe à la bonne hauteur !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble mouche Prestige 5/6 Mouche Direct
2) Lot 36 Ephémères + Boite Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

Une sortie entre amis: la pêche à soutenir

Posté par admin - 2/12/2013

Par GILBERT

En toutes saisons, les pêcheurs en mer peuvent pratiquer leur plaisir favori : la pêche à soutenir en bateau, une journée de détente et de convivialité.

La pêche à soutenir en bateau est appelée en Méditerranée « pêche à la palangrotte » et « pêche au mouillage » en Atlantique, Manche et Mer du nord.
Quand vous utilisez un lest aussi léger soit-il, vous pêchez à soutenir. La seule condition requise est de pêcher à l’ancre. Vous pouvez vous mesurer à tous les poissons, des plus faciles comme les poissons de soupe en méditerranée, aux prises les plus difficiles (pageot, sar, marbré) voire exceptionnelles (Dorade, pagre) ou toute autre espèce inattendue.
Chaque espèce vit sur un terrain spécifique : poissons plats sur les fonds sablonneux ou sablo-vaseux,  dorades grises et pagres sur les veines de sable et de roche, dorades royales sur les sols recouverts de moules avec des trouées sableuses. Il est impératif de connaitre la nature du sol, souvent la lecture de cartes marines y suffit, vous pouvez alors localiser vos prises potentielles, mais la lecture du sondeur facilite la compréhension des fonds marins.
L’instinct du pêcheur est primordial, il n’est pas rare de constater des différences entre des pêcheurs se trouvant sur le même bateau. La zone ou évoluent les bas de lignes est pourtant très réduite, malgré des montages et des appâts identiques, un pêcheur peut prendre du poisson, son voisin non, pourquoi ? Parce que l’intuition est primordiale !
Un bas de ligne exige une animation permanente, il doit donner  une impression de réalité pour que le poisson confonde l’appât  piégé  et l’esche qu’il trouve habituellement.
Animez le montage en le soulevant de quelques centimètres et en le rabaissant, ou encore en le laissant filer sur le fond en déroulant quelques mètres de fil.
Observez, comparez, analysez vos  sorties en mer, la pêche n’est pas seulement un exercice physique, c’est aussi un exercice mental, et le mental compte pour plus de 50 pour cent dans la réussite. QUE VOS MOULINETS CHANTENT HAUT ET FORT !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble Stand Up Mag Mer
2) Ensemble pêche verticale Mag Mer

Mots-clefs :, , , ,