Les rivières calcaires sont les meilleures !

Posté par admin - 26/05/2014

Par LAURENT

Il est curieux de constater que peu de pêcheurs se penchent sur la question du type de rivière dans laquelle ils pêchent la truite. Les rivières qui produisent une grande quantité de nourriture sont de loin les meilleures car le grossissement des poissons y est beaucoup plus important qu’en milieu acide.

Voici quelques explications : le sol est un lieu d’échanges entre différents minéraux. Ces échanges se font au niveau des complexes argilo-humiques et de la solution du sol. L’argile est constituée de feuillets microscopiques superposés susceptibles d’accueillir les molécules d’eau et de fixer plus ou moins fortement les éléments minéraux. L’argile peut être donc considérée comme le garde-manger du sol. L’argile fixée avec l’humus forme un complexe qui augmente la stabilité du sol et en favorise une bonne structure. Si le sol est situé sur une roche-mère pauvre et acide comme le granite, la compensation du sol est faible, le sol s’acidifie et se dégrade. Alors que sur un substrat comme le calcaire, le sol s’enrichit en calcium qui maintient le complexe argilo-humique et neutralise le pH. Un grand nombre d’être vivants vont se développer, donnant une grande variété du biotope et des truites qui ont à leur disposition une nourriture riche et variée : éphémères, portes-bois, gammares, vairons, loches, chabots et petits cyprinidés qui sont le propos de cet article.
Pour le pêcheur, il est vrai qu’il n’est pas toujours facile de localiser la zone à truite, surtout lorsqu’on pêche dans différents cours d’eau, parfois aux quatre coins de la France. Pour simplifier, on peut se référer au classement des eaux et partir du principe que le domaine de la truite correspond à l’ensemble des cours d’eau et pièces d’eau classés en première catégorie. Mais attention dans ce paysage, les meilleurs coins seraient uniquement les eaux rugissantes d’un torrent de montagne courant au milieu d’une forêt de sapins ! Je pense personnellement que cette classification est désuète. Les grosses truites peuvent parfaitement se trouver dans des zones plus proches de celles classées « à barbeaux » c’est-à-dire plus à l’aval des cours d’eau, simplement parce que leur régime alimentaire a évolué avec le réchauffement climatique. D’ailleurs lorsque la pêche du brochet est ouverte, de très grosses truites sont prises au manié dans le Rhône ou dans l’Ain sur les secteurs de seconde catégorie !

Mots-clefs :, , , ,

Carpe : Pêche de précision

Posté par admin - 19/05/2014

Par ROMAIN

Avec ces beaux jours je décide d’aller pêcher pendant 72h un lac sauvage d’environ 5 hectares…

Arrivé sur le plan d’eau j’effectue un sondage minutieux de mon poste en marquant sur une feuille les différentes profondeurs que je trouve tous les 10 cm pour savoir exactement où mes cannes pêcheront. Je trouve un spot à 30 mètre le long d’une île avec un fond sablonneux. Je placerais deux cannes sur ce spot dans 80 cm d’eau et une en plaine eau à environ 80 m…

Mes techniques

C’est un plan d’eau très peu pêché, donc j’utiliserais une pêche technique avec des montages très discrets faisant appel à de la pâte plombée fixée sur mes bas de lignes pour bien les plaquer sur le fond. J’amorcerais mes deux cannes au spod avec uniquement des particules (chènevis, micro-pellets, stick mix) et des micro-billes avec comme esches des dumbels eschés sur des blowback rig. Après avoir tous mis a l’eau et amorcé, je « clip » mon fil dans la bobine de ma canne à spod pour ré-amorcer toujours aux même endroits. Ma canne qui se situe en plaine eau sera amorcée juste avec un stick lors du lancer et eschée d’une petite flottante fluo pour jouer sur le visuel.
Pour mes cannes j’utiliserais comme repère du marker élastique placé juste devant mes hungers. Je propulserais deux spods par heure pour habituer le poisson à ce nourrir avec le bruit.
La première nuit, seulement une carpe viendra rejoindre mon épuisette. Je reste confiant et le lendemain matin je renverrais mes cannes aux mêmes endroits avec un amorçage plus massif car je remarque que les carpes commencent à rentrer sur mon spot. Après chaque départ j’enverrais deux spods (même la nuit) pour que les poissons restent sur mon coup.
Cette persévérance m’a réussi car je totaliserais 10 poissons, tous d’une taille moyenne !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Canne spod Carpe Direct
2) Bait rocket Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Carnassiers : Comme un air de printemps

Posté par admin - 12/05/2014

Par OLIVIER

Début mars. Première semaine de soleil complète depuis bien trop longtemps! Suffisant pour réchauffer l’eau et permettre aux black bass de se dégourdir et de reprendre le goût de la chasse afin de s’alimenter correctement en sortie de l’hiver!

Période de fermeture du carnassier oblige, accompagné de mon ami et partenaire de pêche William, nous décidons de nous rendre un matin sur un étang privé, et d’utiliser mon annexe.
Je décide d’attaquer la session en casting pour lancer des leurres assez imposants dans le but de satisfaire l’appétit de beaux spécimens. Les lancers se multiplient. Rien, même pas une attaque !
Ça fait deux heures que nous passons au peigne fin les postes connus de notre ami achigan à grande bouche. Leurres souples, poissons nageurs, jigs… rien!  Et William ne fait pas mieux que moi.
Pas une brise de vent, le soleil de midi réchauffe la surface de l’eau. Toutes les conditions sont réunies ou presque, mais toujours rien!

Ok! Changement de stratégie…

Je délaisse la traque du black et recherche la perche. Je troque ma canne casting contre ma spinning 1-11g de marque Carnassiers Direct. Petit leurre souple monté en Carolina (petit plomb coulissant sur la ligne) qui a l’avantage de lester un petit leurre tout en lui laissant le coté planant lors de la descente.
Nous nous rendons en direction d’une branche immergée. Toute la gamme de leurres souples y passe, toujours rien!!! A croire que les derniers coups de vent et les mètres cubes d’eau que nous avons eu ces derniers temps ont perturbé nos chers camarades de jeu!
Mon partenaire décide de m’abandonner pour prospecter les bordures à pied. Je l’imite depuis mon bateau, un lancer à droite, un lancer à gauche … et là, grosse cartouche dans le poignet! Ça??? ce n’est pas une perche!!! Ma prise pointe sa gueule en surface: un black bass qui n’a pas l’air vilain du tout. Le fait d’avoir une canne light décuple les sensations. Je le ramène gentiment au bateau, j’ai espoir de voir une petite chandelle, mais non! Sûrement encore trop engourdi! Monté à bord, direction la berge pour la mesure et la pesée. Résultat : 41 cm pour 1,5kg… très belle bête qui m’aura procuré de belles sensations, et surtout qui aura sauvé la session!
La pêche n’est pas une science exacte. C’est ce qui en fait son charme! Avec des idées préconçues, du style « en hiver, gros leurres, gros poissons », on risque de passer à coté de belles prises en préférant l’utilisation de leurres de taille plus modeste.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Canne ultra light 210 Carnassiers Direct
2) Sélection leurres spinning light Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Quand les truites sont sous vos pieds…

Posté par admin - 5/05/2014

Par LAURENT

L’état de l’eau joue un rôle déterminant à l’ouverture, bien davantage que l’heure à laquelle on pêche selon mon expérience. J’ai souvent remarqué d’ailleurs qu’une montée d’eau à cause de fortes pluies, faisait sortir de belles truites et les grosses prises en bordure ne sont pas rares le jour J. 

Comme si ce changement de niveau les obligeait à changer de poste, et à se rapprocher des rives où elles trouvent une nourriture en plus grande quantité avec davantage de facilité. L’idéal serait d’être au bord de sa rivière lorsque le niveau monte, au moment où l’eau se teinte légèrement. Attention je ne parle pas ici des coups de barrage qui ne valent absolument rien ! Ils ont d’ailleurs l’effet inverse et calent tous les poissons du secteur car les eaux qui défilent alors en quantité proviennent du fond de l’ouvrage et sont beaucoup trop froides pour favoriser l’activité des insectes, des vairons et des truites ! Par eau tendue, la pêche se fera contre les bordures profondes. En action de pêche, il faudra tout d’abord parfaitement dégraisser sa pointe de bas de ligne sur une profondeur équivalente à la hauteur d’eau. Cette opération devra être effectuée plusieurs fois au cours de la partie de pêche afin que l’immersion des nymphes soit toujours optimisée. Si vous débutez dans cette pratique vous pouvez monter sur votre contre pointe un petit indicateur de touche ou une portion de fil fluorescent comme le fond les compétiteurs afin de détecter plus facilement les touches. En pointe le pêcheur nouera une imitation taille 12 précédée au-dessus d’une seconde de taille 14. Faites confiance aux mouches d’ensemble qui à l’ouverture parviennent la plupart du temps à décider une belle truite. L’astuce dans cette méthode de pêche consiste plutôt qu’à déceler la touche à induire l’attaque. Dès que les nymphes ont gagné le fond et qu’elles évoluent dans la zone favorable, le pêcheur doit imprimer dans la ligne de petites vibrations ou de légers relevés. Les truites sont particulièrement sensibles aux mouvements ascensionnels des nymphes dans l’onde et cette animation en dent de scie favorise grandement la perception du toc dans la ligne qui doit être sanctionnée par un ferrage vif mais sans violence.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble Voyage Pro 5/6 Mouche Direct
2) Lot 36 Nymphes + Boite Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,