La bonne distance pour l’ombre !

Posté par admin - 24/11/2014

Par LAURENT

En cette fin d’automne et début d’hiver, comme presque chaque année, je viens faire mon « pèlerinage » sur les immenses gravières de « l’ancien » Rhône…

Aujourd’hui le courant est soutenu mais les quelques mouches qui décollent lourdement de la surface sont un signe très encourageant.
D’autres pêcheurs sont déjà sur le poste à l’aval et fouettent avec insistance. Je ne vois rien sur l’eau qui nécessite une réelle précipitation. Au bout de dix minutes, devant moi, au beau milieu du courant, des mouches très foncées (des Baetis Rhodani visiblement) se mettent à descendre fièrement dressées à la surface. Plusieurs poissons de mettent alors en activité face à moi et de belles aspirations se produisent juste à l’amont de deux gros rochers qui contrarient les veines d’eau de surface. A l’aval, c’est la même chose mais comme les pêcheurs sont déjà dans l’eau, la tâche va être plus compliquée.

A quinze mètres de gobages…

L’un d’eux attaque franchement amont un beau poisson qu’il manque au premier passage sur une montée franche. Il se met dans l’idée d’insister lourdement sans même changer son artificielle mais l’ombre ne se manifestera plus. Le second pêcheur qui vise un ombre au centre de la rivière, se ravise rapidement car un gobage se produit à quelques mètres de ses waders. Son posé long et largement trop freiné en l’air devient un atterrissage paquet et le salmonidé refuse de revenir en surface. Dommage car il semblait que les « thymallus » prenaient lentement place sur ce poste. Incrédule, je regarde le dernier pêcheur faire volte-face rageusement, parce qu’un poisson vient de gober dans son dos. Pour ma part je prendrais 4 ombres en restant à 15 mètres des gobages et en ne pêchant que vers l’aval avec un très long bas de ligne et une imitation grise foncée qui me semblait bien correspondre à ce que je voyais sur l’eau. Je décrocherais aussi un joli poisson sur une montée très rapide, et un ferrage en léger retard, mais avec ce diable de poisson il est bien difficile d’obtenir la perfection tant son comportement peut être particulier et difficile à cerner.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble Fly Prestige 5/6 Mouche Direct
2) Lot 36 Ephémères + Boite Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

Pêche carnassiers : Session waders

Posté par admin - 17/11/2014

Par WILLIAM

Lors de ma dernière sortie sur ce nouvel étang, j’ai remarqué que l’eau était peu profonde sur plusieurs mètres. Ce qui me permettrait, en m’avançant dans l’eau, de lancer sur les bordures de la petite île, qui se tient au milieu de l’étang. Je pense que les poissons qui s’y trouvent ne sont pas souvent sollicités…

J’enfile mes waders, il fait très beau et déjà bien chaud. Première bonne nouvelle le sol est relativement dur, je n’ai pas de mal pour me déplacer et garde une certaine stabilité, donc discrétion.
Ca descend doucement,  mais d’un coup une cassure. C’est parfait, je ne suis qu’à quelques mètres de l’île. Je peux prospecter tranquillement toutes ces bordures. Il y a des arbres tout le long avec de belles branches à fleur d’eau. Le résultat ne se fait pas attendre, au bout de quelques lancers j’ai un retour favorable de la part d’un black-bass. Petite bagarre, comme toujours quand il s’agit de se battre messire Bass est au rendez vous ! Je veille à bien garder ma ligne tendue, et malgré ses rush et chandelles le poisson reste solidement accroché. Il doit faire une trentaine de centimètres, et a de belles couleurs bien vives. Je le relâche sans tarder, en me disant que la sortie commence bien.

Je continue ma traque

Ma technique est simple, un leurre souple monté sur un hameçon texan que je lance dans les branches,  et à petit coup de scion je laisse tomber dans l’eau. L’exercice n’est pas simple, malgré avoir délicatement piqué l’hameçon dans le leurre, pour éviter qu’il ne s’accroche, quand il entre trop profondément dans les branches, ça devient difficile de le laisser tomber sous l’arbre. Ça demande patience et précision. 
Mais le résultat est là, biiimmmm… ou je suis accroché sur une racine ou c’est bien un poisson que j’ai au bout de ma ligne. Mais comme à ma connaissance, une racine ne se ballade pas dans l’eau ça doit bien être un poisson.
Le combat n’est pas le même qu’auparavant, il n’y a pas de gros à-coups  mais plutôt un poisson qui utilise tout son poids pour rester dans l’eau. Pas de doute ça doit être un sandre. Mon idée se confirme quand j’aperçois sa belle robe rayée faire un rapide virage à la surface. Je le ramène gentiment jusqu’à moi, le décroche, le mesure….il est maillé de quelques centimètres.  Je lui rends sa liberté.
Je finis mon tour de l’île avec quelques black bass, dont deux plus malins que moi ;-) . Il est temps pour moi de rentrer. C’est pas mal de pêcher de temps en temps les pieds dans l’eau…

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Waders néoprène Carnassiers Direct
2) Waders respirant Carnassiers Direct

Mots-clefs :, , , ,

Quand les perches sont « tatillonnes » !

Posté par admin - 10/11/2014

Par LAURENT

C’est parfois en modifiant un tout petit détail que la pêche des perches peut basculer du fiasco au succès. Voici le récit d’une petite aventure toute récente !

Il est 9h du matin et nous pêchons en dérive à la verticale sur un fameux coin à grosses perches. Nous pratiquons à deux en float-tube car j’adore ce moyen à la fois léger et très discret qui permet de se placer sans bruit sur les meilleurs secteurs. Je m’efforce de maintenir mon shad juste décollé du fond et je laisse le vent faire le reste. Un petit tremblement de la tresse, je ferre énergiquement, rien c’est raté. Après quelques mètres un léger toc, encore un ferrage dans le vide. Je remonte mon leurre, en replace un autre différent parfumé d’attractant et je reprends ma dérive. Cinq minutes plus tard une nouvelle touche, encore loupée ! Je commence à sérieusement pester contre ces maudites « zébrées » et mon collègue en est au même point, il me signale trois touches vives manquées! Je connais bien ce secteur, j’y ai pris de nombreuses perches et sandres et je n’arrive pas à m’expliquer ses attaques courtes ! Je modifie mon montage, rallonge le positionnement de mon petit triple « voleur » et recommence. Une jolie touche, je pique le poisson qui se décroche instantanément, ce qui me met en rage ! Encore un essai, une belle tape, mais toujours rien au bout de la ligne ! Je me dis que je vais finir par affoler tout le banc qui se trouve sous mes palmes et qu’il faut vraiment changer mon fusil d’épaule avant qu’il ne soit trop tard.

Un shad plus petit!

Je choisis un shad bien plus petit, une tête plombée plus légère et je me remets en action de pêche. Alors que le leurre touche le fond je pique une belle perche d’une livre qui finit cette fois dans l’épuisette ! Je recommence l’opération et une seconde prise identique vient compléter le tableau. Incroyable, nous prendrons alors une vingtaine de perches à deux toujours à la descente avec un petit shad bleu monté sur tête plombée 7g. Au bout de 45 minutes, les touches ont stoppé net ! Mystère de la pêche mais quel poisson passionnant, la perche !

Mon conseil matériel Peche Direct : 

1) Ensemble Ultra Light Carnassiers Direct
2) Sélection Spinning Light Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Carpe : La pêche de rendement

Posté par admin - 3/11/2014

Par ROMAIN

La pêche de rendement est une pêche où il faut avoir le plus de touches le plus rapidement possible, peu importe la taille du poisson, le tout c’est d’en avoir !

Cette pêche ne peut pas être pratiquée à toutes les saisons, il faut que l’eau se soit réchauffée à au moins 16° pour que les poissons de petite taille se nourrissent en grande quantité. L’été est pour moi la meilleure saison pour mettre en œuvre cette pêche et je vais vous décrire comment je la pratique.
J’exercerai cette technique sur une durée de 13 heures sur un lac que je connais plutôt bien. Je commencerais à pêcher à 15h jusqu’à 4h du matin avec deux cannes pour m’investir à fond dans cette pêche rapide. Tout d’abord, j’effectue un repérage mais mon choix est vite fait puisque je consacrerai ma pêche sur une bordure d’île et devant des herbiers dans environ 70cm d’eau car c’est là où elle est la plus chaude pour les carpes.
Je commence par propulser 1kg d’amorce avec du pellet de différentes tailles pour varier le temps de dissolution, du maïs et des micros bouillettes humidifiés avec du booster sur mes deux postes à l’aide de mon bait rocket. Mon amorce est tout simplement de l’amorce à carpe mélangée avec différentes farines, chènevis, poisson,  et de krill pour apporter des ingrédients excitants dont les carpes raffolent et qui rendent mon mélange encore plus attractif.
Pour cette pêche rapide j’utiliserai mais cannes 10’ Carpe Direct car elles procurent des sensations hors du commun sur les petits poissons ainsi que sur les gros bien sûr.

Après mon amorçage…

Après mon amorçage, je propulse mes cannes et c’est ainsi que l’attente commence. Elle durera 1h car un poisson de petite taille me rendra visite. Mon amorçage commence à faire effet, je relance ma canne avec un stick et renvoie de bait rocket d’amorce pour garder les poissons sur le coup. Les départs s’enchaînaient, même les grosse brèmes étaient de la partie car les esches que j’utilise sont de petite taille. J’utilise des petits appâts car il est plus facile d’attraper des petits poissons. En revanche, si je pêchais avec des grosses billes, je ne ferais pas de petites carpes et ce n’est pas mon but.
Lors de mes lancers, je mets un flocon soluble sur mon hameçon pour ne pas m’accrocher dans des petites branches, herbes ou autres, je suis donc sûr de l’efficacité de mon montage.
Durant cette pêche je totaliserai 14 poissons, une dizaine de brèmes et plusieurs décrochés. Je suis satisfait car j’ai atteint mon objectif.
Essayez cette méthode, vous ne serez pas déçus !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Canne à carpe 10ft / 3lbs Carpe Direct
2) Ensemble carpe amorçage Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,