Ouverture à la mouche, une affaire de postes !

Posté par admin - 29/06/2015

Par LAURENT

Le pêcheur doit savoir que la truite est capable de migrations en fonction de la qualité de son habitat. Chez les salmonidés ces modifications de tenue se traduisent par l’alternance de période de recherche de nourriture et de période d’inactivité, au cours desquelles s’expriment les comportements de repos, de confort ou de cache.

Que vous choisissiez une grande rivière ou un cours d’eau plus modeste, sachez que certains postes sont bien meilleurs au mois de mars. Les truites sauvages se remettent doucement de la fraie et les secteurs au courant régulier assez profonds avec quelques bonnes caches comme de gros rochers ou des souches en bordure sont souvent propices dès l’ouverture ! Si vous souhaitez pêcher en sèche, il faudra être patient car les premières éclosions de « March Brown » (la fameuse brune de mars) ne viendront bien souvent qu’en fin de matinée. Je me souviens d’une journée où ces mouches providentielles sont arrivées sur l’eau vers 14h sur un grand courant uniforme le long de dizaines de racines. Ma patience avait eu gain de cause avec 3 jolis poissons dont un de 60cm alors que tous mes confrères avaient déserté le secteur pourtant très connu !

Soyez méthodiques…

En grande rivière ne vous laissez pas impressionner par la largeur du cours d’eau, focalisez plutôt votre attention sur un petit secteur qui vous semble favorable. J’aime beaucoup les courants en forme d’entonnoir qui concentrent toujours les mouches en un spot plus réduit et de ce fait rassemblent les truites sur des veines d’eau plus facilement exploitables ! C’est souvent deux ou trois rochers à fleur d’eau qui provoque ces phénomènes. Si le courant vient alors à s’élargir ensuite vers un goure profond vous avez toutes les chances d’y piquer une belle mémère que ce soit en sèche ou en nymphe ! A l’ouverture vous devez garder à l’esprit que les meilleurs postes sont ceux qui sont constitués à la fois d’une zone de confort mais aussi d’une zone d’activité. Soyez méthodiques lorsque vous évoluez le long d’une berge, et tentez votre chance dès que le courant forme un amortis, une retourne, en un mot dès qu’il est freiner par un obstacle ! Une berge effondrée ou une souche qui baigne dans l’eau constituent des abris potentiels. Dans les cours d’eau de taille plus réduite, les postes sont encore plus faciles à trouver, mais le niveau des eaux va encore davantage conditionner votre approche.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Lot de 36 nymphes + boîte Mouche Direct
2) Lot soie, backing, bas de ligne Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

Carpe: Pêche en rivière sauvage

Posté par admin - 25/06/2015

Par ROMAIN

Ma technique pour pêcher en rivière sauvage est d’amorcer pendant une semaine à l’avance pour optimiser mes chances…

Cet amorçage est constitué uniquement avec du maïs (10 kg par soir) et des boules d’amorces. Pour habituer les carpes à cette nourriture il est primordial d’amorcer tous les soirs à la même heure. Vu que les carpes de cette rivière sont extrêmement difficiles à attraper, j’amorce et je pêche avec du maïs cuit par moi même. 
Mes montages sont simples mais solides car je n’ai pas envie de perdre des poissons à cause de mauvais montages ! Mon bas de ligne est constitué de tressse en 25 lbs avec un hameçon fort de fer de taille 4 ou 6, je monte aussi du lead core environ 50 cm en 45 lbs et une tête de ligne en tresse pour pouvoir résister aux contraintes de la rivière. 
Après avoir amorcé pendant 4 jours (lundi, mardi, mercredi, jeudi), je décide d’effectuer un 24 heures du samedi au dimanche. Arrivé le matin de bonne heure, je ne remarque aucune activité sur mon spot de pêche. Je décide tout de même de m’installer. Une fois mes cannes lancées j’effectue un petit amorçage de rappel comprenant 3 pelles de maïs par canne. Mes cannes sont placées en extrême bordure proche de ronciers et d’arbres morts. Pour éviter que les carpes partent directement dans les branches, mon rod pod est attaché et les moulinets sur les cannes ont le frein serré car sinon je n’ai aucune chance…
Arrivée 7h du soir un bip puis un autre me fait sauter, je constate le départ sur une de mes cannes lancée le long d’un arbre mort. La carpe était en pleine forme et me causa du souci car sa seule idée c’était de ce réfugier dans les branches. Après plusieurs minutes de combat la voilà enfin dans l’épuisette. J’étais aux anges car mes efforts avaient payés.
Durant la nuit je mettrai 7 poissons au sec pour une taille de 5 à 10 kilos. Pour une première sortie sur cette rivière j’étais très satisfait et cela m’encouragea d’y retourner par la suite et de refaire plusieurs poissons toujours avec du maïs car elles ne répondaient pas à la bouillette. La morale de l’histoire : ne négligez pas le maïs en rivière !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Epuisette, flotteur et pelle d’amorçage Carpe Direct
2) Shelter et lit pliable Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Ouverture de la truite aux leurres

Posté par admin - 22/06/2015

Par OLIVIER

Le mois de mars est un moment que j’apprécie énormément… fin de l’hiver et retour sur les berges afin de retrouver quelques sensations et préparer cette nouvelle saison halieutique…

Pour cette ouverture de la truite, je me rends dans le sud de la Charente maritime sur une petite rivière de première catégorie où l’on a encore de la chance de trouver quelques rares truites encore sauvages. Ou du moins, qui le sont devenues en échappant aux pêcheurs ou tout simplement en ayant la chance de rencontrer des « no-killeurs ». Cette rivière est chaque année ré-empoissonnée pour assouvir l’appétit de pêcheurs ne pensant qu’à amortir le coût de plus en plus élevé de la carte de pêche !
8 heures c’est parti, mes petits poissons nageurs que je réserve principalement pour les perches vont prendre leurs premiers bains de la saison. J’ai avec moi quelques gros poissons articulés également car des brochets sont  présents et échappent à la législation quant à la fermeture jusqu’au 1er mai. Tout ceci car ils ont le malheur d’évoluer en 1ere catégorie et afin de  préserver les salmonidés !
La première attaque ne se fera pas attendre et rapidement j’arrive à trouver LE leurre du jour :  un petit poisson nageur signé Pêche-direct.com. Sur un même poste, je me fais littéralement assaillir à chaque lancer mais je n’arrive pas à piquer le poisson. Combien sont-elles en dessous ? Est-ce le même poisson qui se jette sur mon leurre ? Pur réflexe de défense de territoire, en donnant simplement des coups de nez dedans ? Je veux en avoir le cœur net et décide de réduire en taille le leurre proposé. Et là plus rien… 15 lancers plus tard je remets le PN précédent… rien… Frénésie matinale ???

Je repère le coin pour y revenir plus tard…

Je continue ma remontée de la rivière et aperçois une très jolie silhouette  sur le fond à contre courant… je lance en amont et laisse dériver le poisson nageur à sa hauteur… une mini animation et bing ! Le poisson est pendu. Je ferai une autre truite sur le même poste également mais celle ci à la cuiller. Je décide de retourner sur le premier poste et de tester à la cuiller… rien ! Tous mes petits PN y passent…toujours rien… Je décide de passer aux choses sérieuses en dégainant ma canne casting et un gros leurre articulé de 16 cm.  Je lance et le laisse dériver puis commence la récupération à contre courant. Arrivé quasiment dans mes pieds il se fait attaquer gloutonnement… et le frein de mon moulinet commence à travailler. C’est lourd, ça ne se débat pas plus que ça… mais refuse tout de même de se laisser ramener… L’avantage d’utiliser une canne puissante c’est aussi de pouvoir sortir un poisson rapidement sans l’épuiser afin qu’il retourne dans son élément dans les meilleures conditions. Epuisette de rigueur,  je sors la bête : un très joli chevesne de 56 cm, un record pour moi !
La saison est bel est bien lancée, j’attends tout de même le mois de mai avec impatience, pour m’éclater sur le lac d’Hourtin avec les perches, faire mes débuts à la mouche et découvrir des spots cachés en float tube avec mon poto William.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Sélection leurres spinning light Hook Discount
2) Sélection leurres souples prêts à pêcher Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Les effets de la surpopulation

Posté par admin - 17/06/2015

Par LAURENT

Les effets de la surpopulation ponctuelle sur nos rivières : chaque été les vacanciers envahissent certaines zones propices et font que la population explose littéralement pendant plusieurs mois. Si ceci est une aubaine pour le commerce et l’hôtellerie au sens large, la tâche est difficile en matière de gestion d’eau.

Comme la consommation explose et les rejets d’eau usée aussi, les infrastructures de traitement ne sont pas toujours adaptées. En clair, la petite station d’épuration de campagne est vite saturée. Conséquence, au premier orage violent, tous les rejets finissent dans la rivière déjà mal en point par manque d’eau. La solution passe bien souvent par un remaniement technique et une vraie prise en compte de la consommation d’eau. Citons par exemple certains campings qui font de gros efforts dans ce sens : production solaire d’eau chaude limitant la consommation d’énergie fossile, récupération des eaux de pluie pour l’arrosage, stockage et  réutilisation des eaux de lavage de piscine, installation de dispositifs de limitation de la consommation (notamment le remplacement des temporisations par des déclenchements à infrarouge), utilisation de produits d’entretien Bio, audit énergétique, programme de restauration permanent utilisant des espèces locales, et programme de formation continue des collaborateurs de l’entreprise incluant systématiquement la dimension environnementale et sécurité.
C’est à ce prix que nous pourrons préserver l’eau indispensable à notre avenir. Mais quand je vois chaque été tout près de chez moi ces centaines d’hectares de maïs arrosés jour et nuit en dépit de la moindre logique, je pense qu’il est grand temps de prendre des mesures pour arrêter ce gaspillage. D’ailleurs bien souvent, au moment de la récolte, le maïs se vend mal parce qu’il y a surproduction. Résultat, on accorde aux plus gros consommateurs d’eau français un peu plus de subventions. Pendant ce temps nos poissons tentent de survivre dans le peu d’eau qui reste bien souvent envahie par les algues, où le braconnage est devenu facile ! C’est sur le terrain, que nous pêcheurs prenons conscience de la qualité de nos rivières.

Mots-clefs :, , , ,

L’ouverture des carnassiers

Posté par admin - 15/06/2015

Par WILLIAM

Pour ceux qui souhaitent faire l’ouverture sur un lac ou un étang, il faut se diriger vers les endroits peu profonds…

La « friture » ou poissons blancs et les carnassiers recherchent des eaux plus chaudes, là où il y a plus de végétaux nécessaires à la reproduction. Favorisez les zones abritées du vent, elles se réchauffent beaucoup plus vite. Et c’est encore plus vrai par vent froid du nord.
Après avoir passé l’hiver dans les grandes profondeurs, les carnassiers remontent progressivement sur les différents secteurs et c’est précisément le moment d’agir.
C’est une des meilleures périodes de l’année pour capturer les femelles brochets. Après leur cycle de reproduction, ces jeunes mamans perdent beaucoup de poids, elles restent longuement sur leurs zones de fraie. Et quand elles pointent le bout de leur bec, ce n’est pas pour tricoter… elles ont faim, très faim même !!!

Gros leurre = gros poisson !

Et comme pour le début de l’hiver, n’ayez pas peur de sortir du lourd, gros poissons nageurs ou gros leurres souples.
Grâce au moment de tranquillité accordé par la fermeture annuelle, les carnassiers sont un peu moins méfiants, ça fait plusieurs mois qu’ils n’ont pas vu passer le moindre leurre devant eux.
Si il fait chaud, vous pouvez attaquer avec des leurres de surface. Les brochets, perches et black bass s’en réjouiront et vous aussi. C’est la saison des têtards et petites grenouilles qui  représentent une bonne partie de leur alimentation. Donc les leurres de surfaces auront le succès recherché. Mais ATTENTION pour le black-bass, d’avril à juin il est en pleine période de fraie. Donc on évite de le traquer. D’autant plus que ce n’est pas encore les grosses chaleurs, et les blacks ne sont pas encore au top de leur activité.

Bonne ouverture à tous !

En revanche, le sandre est plus actif. Lorsque les sandres ont fini de frayer au mois d’avril dans la logique des choses, ils ne pensent qu’à manger et sont encore plus « agressifs », recherchez les cassures ou la proximité de hauts fonds. Les leurres à forte vibration offrent de bons résultats (spinnerbait, cuiller…).
Avec des eaux froides, le brochet et la perche sont les plus actifs. Par contre, toutes les espèces sont susceptibles de prendre à un moment ou un autre votre leurre. Avec des eaux plus chaudes, le black bass sera très, très actif.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Leurres spinnerbaits Hook Discount
2) Sélection leurres carnassiers Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Peche carpe : Session en Seine-et-Marne

Posté par admin - 11/06/2015

Par MICHEL

Des poissons très difficiles, mais des cannes et moulinets FISH DIFFERENT au top !

Malgré un temps épouvantable, une pluie incessante et un vent tempétueux pratiquement toute la semaine en Ile-de-France, le soleil ne s’étant montré qu’une journée, je n’ai absolument pas renoncé à tester mes cannes et moulinets de marque FISH DIFFERENT récemment acquis chez Peche-direct.com. Il aura fallu beaucoup d’inventivité pour réveiller les carpes totalement inactives pendant cette semaine, et seules quelques très belles tanches de 2 kilos environ, de grosses brèmes et d’imposants gardons se sont laissés tenter.
Mais au quatrième jour, une de mes cannes Carpe Prestige 390 CFD27 Fish Different associée au moulinet débrayable carpe MFD16 de même marque, m’a permis, sans aucun effort, de poser un montage à grande distance où j’avais remarqué un marsouinage lointain. Les bouillettes s’avérant inefficaces, j’optais pour un panaché « maïs-pâte cuite ». Trente minutes plus tard le détecteur s’emballe pour un départ rapide et continu, je me saisis de la canne et après un beau combat avec le poisson je mettais à l’épuisette une magnifique commune pesée 10,3 kg.
Je voudrai mettre l’accent sur la qualité des sensations et la forte impression de sûreté que cet ensemble FISH DIFFERENT m’a apporté, pour les lancers d’une part, pour les combats d’autre part. Je ne doute pas dès à présent que je vais, comme tous ceux qui feront le choix de ce super matériel, améliorer sensiblement mes performances et surtout la qualité de ma pêche. Et j’imagine que beaucoup de beaux poissons seront pêchés avec un plaisir immense et pour ceux qui sont plutôt adeptes de compétition ou d’enduros, ils auront à coup sûr, un avantage certain au niveau des distances à atteindre ainsi que de la maîtrise des poissons jusqu’à l’épuisette.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Canne à carpe Fish Different
2) Moulinet débrayable Fish Different

Mots-clefs :, , , ,

Truite : Réussir ses premières sorties

Posté par admin - 8/06/2015

Par CHRISTOPHE

Combien de pêcheurs se sont dit qu’il n’y avait pas de truites dans une rivière et n’y reviennent jamais, puisque déçus de leur journée de pêche en se demandant « pourquoi? »…

En début de saison, il y a un paramètre très important à prendre en compte pour réussir à capturer DAME FARIO, il est évident que cette variable disparaît au fil de la saison.
En effet, la température corporelle de la truite est liée à celle de l’eau, plus elle est froide plus son activité est réduite, voici quelques petites explications pour optimiser votre début de saison.
En dessous de 8°, l’activité est très réduite puisque son système digestif est plus lent, elle commence à augmenter aux environs de 8° pour atteindre son apogée entre 11° et 15°.
Les températures d’une rivière varient de l’amont vers l’aval (souvent l’eau est plus chaude en aval), la température varie aussi dans la journée donc en début de saison, les meilleures pêches seront très souvent effectuées en aval et le meilleur créneau se situera en milieu de journée.
Chacun a sa propre stratégie de pêche et même si on n’est pas obligé de mettre un thermomètre dans son panier, le critère de la température n’est pas à prendre à la légère et permet souvent de réussir sa sortie de pêche en début de saison.
Nombreux pêcheurs croient que la rivière est déserte mais ce n’est pas le cas, il suffit de revenir quelques temps après la température de l’eau ayant augmentée et l’activité de ces dames a reprise. Le métabolisme de la truite est lié à la température de son environnement donc l’eau.
Au fil des années, et surtout si l’on fait les ouvertures en altitude (je fais les ouvertures à environ 1000 mètres), j’’ai abandonné la pêche aux appâts naturels le premier mois et privilégie la cuillère ou poisson nageur. Cette dernière pratique donne de meilleurs résultats en début de saison. N’oubliez pas que c’est Dame Nature qui commande !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Panier et musette truite Carnassiers Direct
2) Sélection leurres truite Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Truite, un peu de patience…

Posté par admin - 1/06/2015

Par LAURENT

Je sais que nous vivons dans une société qui va à cent à l’heure, mais les salmonidés suivent le rythme des saisons, l’influence du soleil, de la lumière tout comme celle des pluies.

Vous-vous souvenez encore de ces truites que vous avez fait « décamper » en vous approchant trop vite de la rivière ! Cette saison vous avez un avantage, vous savez parfaitement où elles se tiennent et on ne vous y reprendra pas ! Progressez lentement au bord des cours d’eau, observez les différents postes, faites des pauses et scruter un courant qui vous semble bon. Si vous pouvez voir les poissons parce que l’eau est transparente c’est l’idéal, sinon surveillez les premières manifestations en surface, les remous. Ces indications sont capitales pour votre réussite !

Soignez vos approches…

Choisissez toujours le secteur où les insectes sont présents en grand nombre mais ne soyez pas sectaire, une fraie de vairons au mois de mai, finira tôt ou tard par attirer plusieurs grosses truites que vous pourrez tenter. Vous avez déjà fait ce constat : ce sont toujours les bons pêcheurs qui sont au bon endroit ! C’est tout simplement parce que leur capacité d’analyse, leur connaissance du cours d’eau et leur expérience font qu’ils savent plus facilement déceler des indices qui passent inaperçus aux yeux du néophyte ! La « mode » est maintenant aux pêcheurs qui « courent » presque au bord de l’eau sans vous dire bonjour puis pêchent sans prêter la moindre attention à votre présence. J’ai appris à pêcher à une période bien différente où il était de bon ton de saluer un confrère, bien souvent de discuter et d’échanger quelques conseils sur l’état de la rivière le jour J ou sur l’appétit des truites. Croyez-moi, faire preuve d’un peu de patience avant de lancer, bien observer le comportement des salmonidés et la manière dont ils se nourrissent est une attitude qui finit toujours par payer, même si lorsque vous avez une belle truite au bout de la ligne, le confrère très pressé vous soutient que vous avez eu de la chance ! Curieux tout de même que la chance ne frappe qu’un petit cercle de pêcheurs, bien souvent les mêmes d’années en années comme une main divine !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Sélection leurres truite Hook Discount
2) Sélection mouches truite Mouche Direct

Mots-clefs :, , , , ,