Une sortie en float-tube

Posté par admin - 31/07/2015

Par WILLIAM

Ca y est, mon ami Olivier et moi-même avons sauté le pas. Nous sommes les heureux propriétaires de petites embarcations gonflables, le float-tube.

Le gros avantage de cette grosse bouée est de pouvoir accéder à des zones difficiles d’accès depuis la berge, et y arriver en toute discrétion. Sa mise en œuvre ne nous prend que quelques minutes et son encombrement, très réduit, facilite son transport. Je dirais que le float tube présente tous les avantages de l’embarcation traditionnelle sans les inconvénients. Il y a très peu d’entretien et à l’achat c’est beaucoup moins cher qu’un bateau.
Son maniement est très simple, il suffit de chausser des palmes, et en avant, ou plutôt en arrière. ;-)
Effectivement sa forme triangulaire, et son « nez » pointu nous permettent de glisser sur l’eau en deux petits coups de palmes. Il en existe en « U » et en « O », mais pour le premier la glisse est moins rapide et pour le deuxième il n’y en a pratiquement plus, car pas très pratique à diriger.  Les larges poches de part et d’autre de l’assise, nous assurent la possibilité d’emporter un maximum de matériel.
Il est préférable de s’équiper un minimum. Aussi des cuissardes sont un achat nécessaire, préférez les en 4mm d’épaisseur, ce qui permet de se jeter à l’eau, même l’hiver.
Pour les petits plus, une ancre est bien pratique. Lorsque vous tombez sur un poste qui à l’air prometteur, mais que le vent et le courant vous font glisser un peu trop vite, vous serez le plus heureux de pouvoir dégainer une ancre, elle vous assurera de pouvoir prendre le temps de présenter les leurres comme bon vous semble.
N’oubliez pas d’investir dans un gilet de sauvetage, ce n’est pas obligatoire mais en cas de problème quelconque, c’est très pratique. Il est très simple d’ajouter à votre float tube un porte canne, porte sondeur…
Un dernier avantage à pêcher en float tube, vous diminuerez les pertes de leurres, il est franchement très facile de tenter un jet au milieu d’un arbre immergé, en cas d’accrochage il suffit de s’approcher gentiment et de le récupérer.
Voilà pour ceux qui hésitent entre rester tranquille dans leur fauteuil ou aller à la pêche, achetez un float, c’est pareil…

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Cuissardes Carnassiers Direct
2) Sac à leurres avec 4 boîtes Carnassiers Direct

Mots-clefs :, , , ,

Transfert de poissons entre deux étangs

Posté par admin - 26/07/2015

Par OLIVIER

Les belles rivières manquant par chez moi, je suis contraint de pêcher le plus clair de mon temps en eaux mortes. Soit en lac, mais surtout en étangs. J’affectionne particulièrement les domaines privés car il existe une « politique » respectueuse du poisson. Le No Kill y règne en maître à quelques exceptions où l’on a besoin de réguler de temps en temps la population piscicole.

C’est le cas dans un des étangs tout proche de la maison. Le propriétaire possède deux pièces d’eaux. Un étang assez conséquent riche en carpes, brèmes et  gardons et question carnassiers le sandre y est le roi, vivant en copropriété avec des black bass et brochets.  Le deuxième étang, beaucoup plus petit, est lui aussi peuplé de brèmes et gardons, de quelques  jolis bass et de petits sandres. Cet étang est en cours d’entretien, car le propriétaire souhaite le réserver pour faire des lâchers de truites. Avant de le vider totalement il demande aux pêcheurs de carnassiers d’essayer de prendre du poisson et de le relâcher ensuite dans le grand étang d’à coté.
D’une profondeur de moins d’un mètre on y fait le tour en 3 minutes… je suis équipé de mes deux cannes fétiches, une ultra light PECHE DIRECT que je ne présente plus, ainsi qu’une casting pour mes leurres plus gros.
Début de session en ultra light, montage drop shot, armé d’un petit leurre souple (LS) de 4cm. Beaucoup d’activité de petits Bass en surface, et il me faudra pas longtemps pour sortir une petite dizaine de poissons d’à peine 20 cm. Transfert effectué, je change de canne pour m’attaquer cette fois-ci aux « parents ». Je repère un joli black qui fait des allers et retours sous la surface. Ma panoplie complète de leurres y passe… même pas un léger intérêt ! Je fais le tour de l’étang et rien, pas une seule attaque sur mes LS pourtant si efficaces sur les grandes bouches. Je reviens sur ma canne ultra light et change de montage. Un joli LS de 8 cm monté en direct sur un hameçon texan : gros avantage car montage anti herbe et le fait de ne pas plomber la ligne permet au LS de « planer » dans l’eau. Choix gagnant ! Au premier lancer une belle attaque … avec l’expérience on commence à deviner rapidement le poisson qui est au bout… petit moment d’hésitation que j’adore… mais au final c’est le poisson qui apparaîtra à mes yeux par une jolie chandelle… un black bass d’un beau gabarit.
Résultat : 2 fish de près de 45cm et un 3ème bass de 35 cm  succombant à  un petit spinnerbait ainsi qu’un petit sandre de 25 cm.
Cet étang, je ne le pêche quasiment jamais car « trop petit »… mais il y a de très beaux poissons dedans.  2h30 autour d’une marre qui m’auront fait prendre plus de poissons que 4h sur un lac lors de l’ouverture. Affaire à suivre avant la vidange complète…

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble ultra light Carnassiers Direct
2) Moulinet lancer Prestige Fish Different

Mots-clefs :, , , ,

L’état d’une rivière à truites !

Posté par admin - 22/07/2015

Par LAURENT

Les études menées par les chercheurs de l’INRA, du CEMAGREF et du CNRS, ont permis de définir trois grands contextes concernant l’état d’une rivière.

Le premier contexte est celui d’une rivière non perturbée, possédant une bonne qualité d’eau, des secteurs alternant des zones de reproduction et des zones de croissance et où la pression de pêche ne semble pas affecter le peuplement naturel de truites. Dans ce contexte la sélection naturelle fera que le nombre de truites reviendra systématiquement à son niveau d’origine. Selon les chercheurs, il ne sert à rien d’introduire dans le milieu plus de poissons qu’il ne peut en accueillir. Ce cas est bien entendu, une solution idéale pour les pêcheurs à la mouche à condition que la règlementation soit à la hauteur afin de ne pas voir le cheptel se dissiper dans les paniers ! Forte maille et limitation à une prise par jour semblent ici une bonne solution.

Le second contexte est celui d’une rivière perturbée. C’est-à-dire qu’une ou plusieurs des fonctions vitales du cycle des salmonidés sont compromises. Les frayères de la rivière sont par exemple colmatées par des matières organiques provenant d’une station d’épuration, et compromettent la reproduction naturelle des truites. Le président de l’AAPPMA concernée possède alors différentes options de gestion mais il est souhaitable surtout de rechercher les moyens permettant de rétablir la fonctionnalité du milieu. Ceci étant effectué, il est possible d’envisager des soutiens d’effectifs avec des poissons, sans impact sur la population encore en place. Le repeuplement avec des alevins libres ou des truitelles est alors envisageable surtout dans le cas de colmatage des fonds.

Le troisième et dernier contexte défini par les chercheurs est celui d’une rivière dégradée. Dans la plupart des cas il s’agit d’un cours d’eau dans laquelle un ou plusieurs des paramètres essentiels au cycle de vie de la truite sont impossibles. La restauration d’une population de truites nécessite avant tout une complète restauration du milieu avant toute opération de repeuplement.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Cuissardes Mouche Direct
2) Waders respirant Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

Test : Moulinet carpe Fish Different

Posté par admin - 20/07/2015

Par ROMAIN           

Le moulinet débrayable MFD16 FD10000 de marque FISH DIFFERENT a été conçu pour pouvoir subvenir aux besoins des carpistes confirmés.

Grâce à sa bobine conique j’ai pu atteindre de très longues distances avec du fil en 10 lbs. Ce moulinet est très robuste et il est capable de surmonter n’importe quel test. Je l’ai mis dans toutes les situations possibles, dans l’eau, sous la neige… et rien ne c’est dégradé sur celui-ci. Son frein micrométrique permet de rester tout le temps maître lors d’un combat en force. J’aime l’utiliser car il est très pratique mais aussi car il a un look sublime, discret et s’adapte sur tout type de cannes à carpe. Je le conseille à chaque pêcheur.
J’ai eu l’occasion de parler avec un pêcheur autour d’un plan d’eau, on parlait de matériels de pêche, que c’était de plus en plus cher, je lui expliquais que celui-ci était à un prix très raisonnable pour sa qualité. Puis il m’a demandé s’il pouvait le voir de plus près, alors j’ai relevé ma canne pour qu’il puisse l’essayer. Il est tout de suite devenu fan est m’a demandé ou il pouvait s’en procurer…
Pour ma part, au début j’utilisais ce modèle comme moulinet de pêche normale mais maintenant je l’ai placé sur ma canne marker car grâce à son système de débrayage, il me permet de gagner du temps pour connaître rapidement à quel profondeur est situé mon marker sondeur. Avec un moulinet basique, il m’aura fallu desserrer le frein pour mesurer la distance de profondeur et le resserrer pour mouliner… C’est trop long, car dans ma façon de procéder j’aime sonder avec précision  mais en vitesse afin d’éviter de perdre de temps dans ma pêche. Croyez-moi, ce moulinet fait partie des meilleures dans la catégorie des modèles  long cast !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Moulinet carpe débrayable Fish Different
2) Ensemble carpe canne et moulinet Fish Different

Mots-clefs :, , , ,

Quelle tête plombée dois-je utiliser?

Posté par admin - 15/07/2015

Par WILLIAM

Avec le succès grandissant des leurres souples, les pêcheurs ont à leur disposition un panel assez large, et essentiel : les têtes plombées !

Ce n’est pas simple de faire son choix. Il y en a de très basiques et des plus sophistiquées, avec des formes, des tailles et même des couleurs différentes, le choix est vaste. Comment les choisir ?

Pour commencer, à quoi sert une tête plombée ?

Elle permet d’alourdir un leurre souple pour le lancer plus aisément, et en fonction de son poids, de pêcher à une profondeur souhaitée. Avec l’évolution des techniques la tête plombée va nous servir à pratiquer une approche différente du leurre ou prospection plus large suivant les postes. Il faut arriver à choisir la bonne tête pour la bonne situation.

Quel poids, et pourquoi ?

Le choix du poids de sa tête plombée est sûrement le plus compliqué au début. Cela va dépendre de la profondeur de pêche recherchée, de la force du courant, du type de leurre. De la distance de lancer. Il faut généralement compter un gramme par mètre pêché, mais tenir compte des éléments (le courant, le vent…)

La forme de la tête plombée !

Les formes des têtes plombées sont différentes et ce, pour une bonne raison : elles vont avoir une action différente.
- La tête plombée ronde : certainement la forme la plus utilisée. C’est parfait pour la pêche en linéaire, et c’est aussi la moins chère.
- La tête plombée football : une tête ovale qui permet de gratter le fond, sans se coincer dans les roches.
- La tête plombée sabot : très pratique pour pêcher le fond, elle ne bouge pas et permet de faire des petites vibrations.
- La tête plombée stand-up : pour une pêche de fond avec des pauses. Elle est faite de telle façon que le leurre a la tête en bas et la queue plus haut à peu près à 45°, simulant un poisson qui fouille le fond.
- La tête plombée poisson : pour augmenter le réalisme du leurre, dans les secteurs sur-pêchés.
- La tête plombée plate et incurvée : donne un effet de leurre qui plane, avec une descente très lente.
Chaque année de nouvelles têtes font leur apparition avec bavette, articulée, anti-herbe, avec hameçon texan…
Un petit « truc » consiste à coller la tête au leurre, ça évite que le leurre ne glisse.
Pensez à limer de temps en temps les hameçons, surtout ceux qui cherchent le sandre et son palais rustique;-).
Et pourquoi pas écraser l’ardillon pour moins abîmer nos prises, avant de les relâcher…

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Têtes plombées Hook Discount
2) 120 Leurres souples + 50 Têtes plombées Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Les bons postes : Où sont les truites ?

Posté par admin - 9/07/2015

Par LAURENT

Il est rare qu’un appât ou un leurre prenne une truite par hasard. Pour que le pêcheur ait une chance de réussir il doit apprendre à reconnaître les tenues du poisson.

La tête de courant s’étend vers l’aval en formant une sorte de langue souvent sur fond de petits cailloux. La surface de l’eau ondule à cet endroit et c’est la tenue des truites au plus chaud de la saison. L’oxygénation attire en journée des poissons de toute taille mais rarement de gros spécimens qui ont besoin de sentir une épaisse couche d’eau au-dessus de leur tête. Exception faite à la tombée de la nuit, moment où les grosses truites prennent parfois des risques. Les distorsions de surface constituent un vrai camouflage pour les salmonidés et les protègent des prédateurs. C’est un peu l’entonnoir du pool où toute la nourriture doit passer, une zone riche en vie aquatique.

Souvent le pool profond possède une berge creuse.

La profondeur de l’eau importante et la découpe de la roche sert de cache aux beaux poissons. Il leurs est facile d’économiser des forces simplement en se tenant contre la paroi qui voit le courant s’affaiblir. Il est rare que le pool ne soit pas encombré d’un arbre porté par les crues il y a quelques saisons ou de gros blocs de roches qui constituent de vrais caches à truites. Les poissons se postent tout autour de ces obstacles mais les plus beaux se tiennent généralement dans l’amorti à l’arrière. Dans la majeure partie des pools, le courant central prend son accélération à mesure que le fond diminue. On appelle « queue de pool » l’endroit où la surface lisse de la veine d’eau se mue en vaguelettes puis en vagues. Le point de cassure de la surface plane est un poste de choix. Légèrement en amont, les truites viennent s’installer pour cueillir quelques insectes. Cette partie est plus étroite que le pool. Attention, si le premier lancer est aléatoire, une seule truite alertée même de taille modeste peut ruiner tout le coup en s’enfuyant à toutes nageoires. Attaquez cette zone tôt le matin et tard le soir, vous mettrez toutes les chances de votre côté.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Epuisette Mouche Direct
2) Lunettes polarisantes Mouche Direct

Mots-clefs :, , , ,

Le carnassiers en No Kill : Tresse ou nylon ?

Posté par admin - 6/07/2015

Par OLIVIER

Voici une question qui ne vient pas spécialement hanter le pêcheur qui cherche a s’équiper au début. Posséder une belle canne et un bon moulinet et déjà toute une histoire de recherche de bon compromis. Le moulinet sera garni de fil nylon…c ‘est une évidence !

Par la suite, lors de rencontre avec d’autres passionnés ou en discutant sur les forums, on se rend vite compte que bon nombre d’entre nous utilisons de la tresse. Alors ? Effet de mode ou véritable atout?
Le nylon possède des caractéristiques non négligeables, comme sa discrétion, sa facilité d’utilisation et sont faible coût.
La tresse elle, possède une plus forte résistance que le nylon à diamètre égale. Ceci va permettre de garnir le moulinet d’un fil plus fin et qui dit plus fin dit gain en distance de lancer. Plus solide également, la tresse va permettre aux pêcheurs de ne plus être réticent à l’utilisation de poissons nageurs en milieu encombré. Si le leurre reste accroché on pourra plus facilement le dégager !
L’avantage majeur de la tresse est le fait qu’il n’existe pas de phénomène d’élasticité comme le nylon. Lorsque le poisson tape le leurre, sensation garantie dans le poignet. La tresse nous met en contact direct avec le milieu aquatique. Avec de l’expérience on pourra même déterminer la texture du fond (pierre, sable, herbe,…) on percevra également les vibrations d’un petit crankbait.

Oui, mais…

Ce manque d’élasticité peut être à l’origine de décrochages plus nombreux car le fil n’absorbe pas les coups de tête des carnassiers.
Il est important de choisir une bonne tresse surtout si vous pêchez en casting. Bon nombre de perruques en casting (et par conséquent abandon de cette méthode) est du au mauvais choix de tresse qui viendra garnir le moulin.
La tresse est loin d’être discrète. Ajouter un bas de ligne (en fluoro de préférence) compris entre 1et 2m est indispensable sur des poissons éduqués. Le fluoro aura un double emploi car il protègera la tresse d’une abrasion prématurée lors du contact avec les pierres et les branches. Son prix peut être un sacré frein également. Maintenant si vous pêchez qu’occasionnellement elle pourra vous faire plusieurs saisons!
De par sa simplicité d’utilisation, son faible coût et sa longévité, le nylon gardera toujours ses adeptes. La tresse, quant à elle, vous fera découvrir des sensations inédites qui vous feront redécouvrir la pêche. L’essayer… c’est l’adopter!

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Tresse et nylon jaune fluo Carnassiers Direct
2) Monfilament  Carnassiers Direct

Mots-clefs :, , , ,

Carnassiers : Les bons gestes

Posté par admin - 2/07/2015

Par WILLIAM

Lorsque nous sortons un poisson de l’eau et que nous décrochons l’hameçon, le prendre en photo, le relâcher en « bonne santé », autant de manipulations anodines, d’apparence, et pourtant il y a des choses à faire ou pas…

Nous avons tous déjà vu des manipulations catastrophiques qui compromettent les chances de survie d’un poisson. Respectons quelques règles simples:
- Sortir le poisson de l’eau et le prendre en photo doivent se faire dans le respect du poisson (notre compagnon de jeu), il faut être responsable. ;-)
- Un combat très long avec le poisson, plus une manipulation qui durent trop longtemps, diminuent les chances de survie après la remise à l’eau, le poisson est trop épuisé. Mais un combat trop court rend encore plus difficile la manipulation du poisson. Ce dernier sera très vigoureux et cela augmente la difficulté pour décrocher le leurre.
- Attention, alors, à ne pas le serrer comme un ours qui a trouvé son déjeuner, à ne pas le faire tomber, favorisez le travail accroupi, essayez (mais ça ce n’est pas toujours facile) de ne pas trop le laisser au contact de l’herbe ou même d’un chiffon, ça risque de lui enlever sa couche de mucus indispensable à sa protection.
- Et pour finir gare à vos doigts, un coup de tête est vite arrivé et avec lui l’hameçon bien planté dans la main. L’idéal étant de sortir le poisson quand il commence à fatiguer.
- Il faut éviter les montages trop fins, on risque de casser et laisser le poisson avec un vilain hameçon dans la gueule.
- Favorisez les hameçons sans ardillon.
- Le shooting photo indispensable, bien évidemment doit se faire le plus rapidement possible et encore plus vite pendant les périodes estivales et leurs grosses chaleurs.
- Pour relâcher votre poisson dans les meilleures conditions, remettez le délicatement à l’eau, ne le jeter pas comme si vous tentiez le record du monde du lancer de poids. Si le poisson ne s’en va pas immédiatement, tenez le bien droit (dans l’eau naturellement) gueule ouverte et faites lui faire un lent va et vient pour qu’il puisse se réoxygéner.
- Pensez à vous équiper, ce n’est pas très évident de mettre sa main dans la gueule d’un brochet ou d’un sandre. Pour les blacks bass et les perches pas trop de soucis. Personnellement j’utilise une longue pince assez fine, c’est pratique, rapide et efficace, et une épuisette.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Pince digitale Fish Grip Carnassiers Direct
2) Epuisette Carnassiers Direct

Mots-clefs :, , , ,