Retour dans la Sèvre Niortaise

Posté par admin - 24/10/2016

Par MICHEL

Petite session après une longue et tardive période de fraie…

Faute d’un beau printemps, j’avoue avoir négligé cette rivière dont le fort débit charriait quantité de plantes, de branches arrachées au fur et à mesure des intempéries qui furent notre lot ces derniers temps. Comment poser une ligne « pêchante » dans ce dédale d’objets flottants ? Alors à la faveur du beau temps retrouvé me voilà au bord de la Sèvre Niortaise pour quelques heures d’un bonheur retrouvé.
Armé des mes nouvelles bouillettes artisanales parfum fraise-poisson, je tire mes lignes en bordure opposée, là où il n’y a aucun passage et où j’ai repéré quelques sauts intéressants. Manifestement les carpes sont présentes mais seront-elles actives ?

Un départ de fou…

A part quelques tirettes dues aux carassins et brèmes toujours intéressés par les appâts proposés, rien ne se passe les premières heures, aucune carpe ne visite mes lignes malgré un magnifique saut juste sur au-dessus de mes bouillettes. Comme j’ai tendu en bordure où il n’y a que très peu de fond (environ 80 cm dans les herbiers), je laisse tout en état afin de ne pas effrayer les poissons présents.
Et puis, vers 12 H 30, un départ de fou ! Je saisis immédiatement la canne pour un ferrage léger, la carpe est déjà en train de foncer dans les algues qui alourdissent la ligne. Avec autorité, je la dégage et enfin elle vient en pleine eau au milieu de la rivière. Après un combat vif, elle arrive à l’épuisette, non sans avoir tenté de plonger dans les nénuphars du bord de rive.
Une magnifique commune sauvage de 7,88 kg à la robe rougeoyante se repose sur le tapis. Une photo et délicate remise à l’eau pour ce beau poisson, quel plaisir, mais elles se méritent les belles !
Faute d’ombre, la température et le soleil ont raison de ma détermination et je décide d’en rester là pour aujourd’hui, content de voir que mes bouillettes sont tout aussi performantes en rivière qu’en lac ou étang et surtout pour des carpes difficiles

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1)  Hameçons Carpe Direct
2)  Monofilament Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Pêche truite : L’impatience

Posté par admin - 10/10/2016

Par CHRISTOPHE

Après la fermeture de la pêche de Dame Fario, la plupart des passionnés de la truite se retournent vers les carnassiers pour se procurer des sensations en attendant le mois de mars de l’année suivante et enfin retrouver leurs paysages favoris et leurs Reines des Cours d’Eau…

De Septembre à Janvier, les perches, sandres et brochets nous permettent de nous aérer et de se retrouver entre copains au bord de l’eau mais comme notre passion nous obstine, elle crée un manque et lors des sessions de pêche aux carnassiers, les discussions tournent essentiellement autour de la Truite.
Mais bon, il faut bien patienter et s’occuper et surtout garder le moral en attendant de se retrouver dans notre univers. Plus dur est le mois de Février puisque là pas moyen de se retourner vers un carnassier (fermeture oblige), donc chacun occupe ce vide comme il le peut mais là encore l’occupation va se diriger vers notre passion : la Fario.
Certains vont déjà préparer leur matériel, d’autres en acheter du nouveau, quant à moi je commence à faire des réserves de vers de terre pour toute la saison puisque dans le sud ouest il est rapidement impossible de creuser la terre et il est hors de question que j’en achète alors que la nature nous procure tous les appâts que ce soit en terre, dans l’air ou dans l’eau.
Partir taquiner la Fario sans appâts est possible, il suffit de regarder et ramasser sur votre lieu de pêche, essayez c’est un réel plaisir.
L’impatience est grandissante au fil des jours, la longue attente diminue de jours en jours pour enfin retrouver le chemin de nos rivières à Truites.
Cette Dame que l’on appelle Fario nous hante mais on l’adore car elle nous procure Joie et Bonne Humeur.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Accessoires Carnassiers Direct
2) Epuisette et panier truite Carnassiers Direct

Mots-clefs :, , , ,

Carnassiers: Quand monte l’orage

Posté par admin - 3/10/2016

Par OLIVIER

Début Août après le travail, je décide d’aller rendre visite à un ami possédant un étang à carpe où brochets, black bass, sandres, cohabitent également sans problèmes…

Il fait beau, chaud, peut être trop même, mais bon, le coup du soir est un moment que j’apprécie particulièrement même si je n’ai jamais fait de pêche exceptionnelles, la tombée du jour sur l’eau est très plaisante.
J’opte pour le mode float tube, histoire de changer un peu le mode d’approche et de me concentrer sur le black bass en bordure. Je suis équipé d’une petite canne light 3/11g et j’utilise comme leurre pour démarrer ma session, un simple twist blanc monté sur une petite tête plombée. Cet artifice, peut être le plus connu au monde, est LE leurre à posséder absolument. Les sandres en raffolent, les black bass ne lui laissent aucune chance, seul le brochet peut être pourrait faire la fine bouche… et encore…
Bref, une heure et demie que je multiplie les lancers et rien. Je change de leurre à multiples reprises mais non,  rien y fait !  Je remarque aussi qu’il n’y a pas beaucoup d’activité en surface, le calme plat. Même dans une zone de nénuphars où habituellement les black bass nous font quelques beaux remous, c’est calme !
Au loin le tonnerre gronde, et une brise commence à se lever. Je stoppe ma prospection des bordures et me tourne vers les nénuphars. Je fais nager mon leurre un bon 1/4h. Aucune attaque, aucune activité trahissant la présence de poissons. Je me donne encore une heure avant de rentrer.  Enfin, une chasse sur ma droite me rassure. Il y a encore du carnassier ici ! Je tente un lancer à droite donc… mon leurre fait fuir 3-4 petits gardons qui sautent à la surface, et dans le même temps,  un gros remous à la surface… il n’y a pas beaucoup d’eau ici, peut être 40 cm maximum. Je laisse le leurre au fond et remarque ma tresse  partir. Je n’ai ressenti aucune attaque ! Mais la tresse se balade bien. Avant quelle n’atteigne des branchages immergés, je décide de ferrer… Loupé, un sandre sûrement,  m’ayant coupé la queue du twist.
La surface de l’eau commence doucement a se mettre en activité, des gobages par ci, par là se font entendre… cela correspond avec la montée de l’orage qui finalement passera à coté de moi. Les nénuphars se font remués les tiges… ça y est, enfin, de la vie !!! J’opte pour un gros leurre souple rose fluo de 11cm  monté sur un hameçon anti herbe. Je le fait évoluer en surface, le faisant glisser sur les feuilles et le laissant plonger tranquillement. Le leurre se fait happer par un black qui se décroche aussi sec suite à une jolie chandelle. Pas bien gros mais bon, je vois que mon choix de leurre paie ce coup là ! À 10 min de rentrer, ça sera finalement un joli black de 40cm qui clôturera cette session qui aura succombé aux charme du leurre souple.
Pour moi cela restera toujours une énigme, le fait que les poissons passent d’un état semi léthargique à un regain d’activité en l’espace d’un 1/4h ! Le changement de pression atmosphérique y est sûrement pour quelque chose. Merci à cet orage qui m’a sauvé d’un capot assuré !

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Canne Peche Sportive Carnassiers Direct
2) Lot 50 leurres souples avec têtes plombées Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,