Peche carpe : Parlons de la confiance

Posté par admin - 5/11/2017

Par MICHEL

En son amorçage, son matériel, ses montages…. Gage de réussite !

La confiance est un sujet peu ou pas abordé par les carpistes, mais tous, consciemment ou inconsciemment savons particulièrement qu’elle joue un rôle primordial dans notre pratique de la pêche de la carpe et surtout de notre satisfaction au bord de l’eau et donc de la réussite de notre session.
Comme toujours je ne prétends pas détenir la vérité, ni une vérité, mais basé sur une expérience solide, j’ai pu constater au fil du temps écoulé combien « faire la différence » n’était pas simplement qu’un élément subjectif, mais une réalité observée à maintes reprises.

Faire la différence…

Cette notion assez diffuse alors, m’est apparue à l’avènement, au moins pour moi, de la bouillette et du montage en cheveu. Pratiquant la pêche de ce magnifique poisson qu’est la carpe jusqu’en 1989 avec les appâts traditionnels tels que le maïs, la pomme de terre, le ver de terre ou l’asticot (la pêche de nuit n’étant pas pratiquée à cette époque), je n’imaginais pas changer mes habitudes, ma pratique, qui donnait d’ailleurs des résultats assez corrects. Mais à la faveur d’une amicale rencontre avec un carpiste (qui fait encore autorité aujourd’hui) au Réservoir du Bourdon dans l’Yonne, je me suis essayé à la bouillette montée sur un cheveu. Pêchant alors à 3 cannes et de jour, mes premiers résultats n’étaient pas au rendez-vous par rapport à la pêche que j’affectionnais particulièrement, il ne s’agissait à mon sens qu’un manque de confiance en moi, car juste à côté, ce  « carpiste moderne » sortait de magnifiques poissons avec ces scopex. Peu à peu convaincu de la redoutable efficacité de ce type de pratique, qui avait d’ailleurs l’immense avantage de pouvoir remettre les carpes à l’eau sans les abîmer, je mettais moi aussi un pied dans la modernité.

Le bon poste…

N’avez-vous jamais été obligés de vous installer sur un poste qui n’était pas votre premier choix ? Même dans un étang réputé au fort cheptel et peu difficile, votre session n’a pas été à la hauteur de vos espérances alors que d’autres un peu plus loin multipliaient les départs….et la mise au sec. Ne cherchez pas trop loin les explications, il s’agit sans doute du fruit de votre déception de ne pas pouvoir vous installer là où vous le souhaitiez, et la confiance avait totalement disparu, ce qui engendra votre déconvenue.

Côté  matériel…

Il en va de même après tout changement de matériel : cannes, moulinets, fils, etc.…, les réactions étant inconnues lors des premiers combats, vous font douter de leur efficacité et bien souvent, une décroche vient conclure notre action. Et puis le fait de s’interroger pour savoir si on a fait le bon choix, si le montage déposé est assez opérant, toutes ces petites choses qui font que nous ne sommes plus aussi performants, n’est qu’un problème de confiance.
Je ne sais pas si ces quelques exemples vous auront convaincus, mais à force de pratique et du temps écoulé, cet aspect a revêtu pour moi une dimension très importante, à tel titre que lors d’une compétition, si le tirage au sort du poste est très éloigné de mon imaginaire, je ne suis plus du tout dans la course, à l’inverse et même sur un plan d’eau difficile, si je suis en totale confiance, le résultat est là !
Bon, sans doute, faut-il moins s’impliquer afin de passer de bons moments au bord de l’eau, mais comme un sage disait « La confiance pousse aussi lentement qu’un cocotier, mais tombe aussi vite qu’une noix de coco ».

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Ensemble pêche de nuit Carpe Direct
2) Ensemble carpe Prestige Carpe Direct

Mots-clefs :, , , , ,

La carpe en canal avec nénuphars

Posté par admin - 30/10/2017

Par MICHEL

Une véritable galère mais de belles sensations !

Avec le beau temps et l’été qui reviennent, les plans d’eau, rivières ou canaux se couvrent de végétations diverses et notamment les nénuphars dont les belles fleurs jaunes deviennent des pièges redoutables pour nos montages, et faute d’une réaction plus que rapide de notre part, les carpes se tanquent et se décrochent.

Par trois fois lors de ma dernière session, c’est ce que j’ai subi. Ayant posé mes lignes au raz des nénuphars juste avant le coucher du soleil, les départs se sont enchainés pendant la nuit. S’agissant majoritairement de carpes sauvages, elles sont plutôt tatillonnent et n’aspirent pas directement la bouillette et à la moindre résistance, elles la recrachent immédiatement et comme elles foncent dans les nénuphars, elles se libèrent presque à chaque fois. Ceci dit, à cet endroit du canal, si vous déposez vos lignes en pleine eau ou de façon plus éloignées des herbiers, vous n’avez aucune touche de carpe. Seuls quelques carassins et brèmes se régalent de vos appâts, et vous passez une nuit agitée sans mettre au sec un seul poisson recherché.

Pour plus de réussite, il faut donc éviter le bed chair et rester le plus possible derrière les cannes avec des lignes légèrement bridées dans le but de réduire le temps de réaction et pouvoir combattre ces beaux poissons. Cela s’avère délicat au  niveau de la gestion du sommeil, mais à ce prix, on tire notre épingle du jeu.

Donc après mes échecs de la première nuit, j’ai changé ma façon d’aborder cette pêche et j’ai enfin pu prendre deux jolies communes très vives et combatives. Cette fois-ci j’ai opté pour un amorçage uniquement au stick avec un mix fruité garni de chènevis et brisures de tigers enrichi d’une liqueur aromatisée sucrée. Mon bas de ligne fluorocarbone souple et fin avec hameçon n°10 garni d’une unique bouillette artisanale fruitée de 16 mm.

Il est possible que cette approche ne vous paraisse pas la meilleure, je peux le concéder aisément, mais il s’agit pour moi, de multiplier les petites sessions avec des stratégies toujours différentes, afin de me préparer au mieux et de façon variée, pour les championnats à venir. Car ne connaissant ni les plans d’eau ni la configuration des postes qui nous seront attribués lors de ces finales, il convient de multiplier les scénarios afin de concourir de la meilleure des façons. Sans oublier jamais, qu’il s’agit de prendre du plaisir dans un esprit sportif et ce, quel qu’en soit l’enjeu.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Abri shelter Carpe Direct
2) Sac soluble Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Carpe : Peche dans le Marais Poitevin

Posté par admin - 17/07/2017

Par MICHEL

24 heures dans le canal de dérivation de la Sèvre Niortaise à Marans 17, juste avant la fraie des carpes dans le Marais Poitevin …

Déjà dans quelques conches du Marais Poitevin les carpes commencent à se concentrer pour venir frayer, souvent dans un vacarme assourdissant. Il n’est donc pas utile d’aller poser des lignes dans ces endroits afin de laisser à nos magnifiques compagnons de jeu sauvages tout le loisir de se reproduire en paix afin de pouvoir les combattre, en pleine forme, à l’avenir.
Mais dans le canal de dérivation, ce n’est pas encore le cas, sans doute l’eau est plus profonde, plus froide encore et aucune activité apparente ne se manifeste.
Aujourd’hui il commence à pleuvoir, j’installe à la hâte un petit biwy afin d’y trouver refuge après l’installation des lignes car le mauvais temps est annoncé au moins pour la journée. De plus, il ne fait pas chaud avec un vent fort et bien désagréable.
Pour le canal, peu large à cet endroit, j’ai privilégié mes cannes 10 pieds Carpe Direct qui sont tout à fait performantes dans ces lieux. Il n’y a que très peu de courant alors je plombe assez légèrement et au cas, bien improbable par ce temps, qu’une embarcation passe sur mes lignes, je pose des back-leads de 20 g.
J’utilise des bouillettes artisanales tendres et fruitées, avec des sticks de parfum identique préalablement congelés afin de garder au mieux tous les parfums et de ne pas perdre de temps, surtout sous la pluie, pour tendre les lignes.

Les conditions sont difficiles…

La pluie tombe maintenant de plus en plus et le vent redouble, il fait froid, et il aura fallu attendre 18 H 30 pour un premier départ se dirigeant directement vers les nénuphars, c’est un petit poisson malgré une énergie digne de la rivière et voilà une petite commune de 3 kg dans l’épuisette. Je retends la ligne avec un nouveau stick puis je retourne au chaud avec un bon thé sucré au lait. Une heure après ; nouveau départ, mais le temps de réagir le poisson est déjà dans les herbiers, qui malgré le début de la saison, sont déjà bien présents. La voilà tanquée solidement et plus rien ne bouge, j’arpente la berge en faisant des relâchés pour essayer de la faire sortir de là sans l’abimer et au bout de plusieurs longues minutes, je sens le poisson tirer de nouveau, ça est, elle s’est libérée et après un beau combat je pose une magnifique carpe miroir de 8,450 kg sur le tapis et des passants que mon comportement avait intrigué me propose de prendre la photo.

La carpe est très vive…

Juste avant la tombée de la nuit, alors que la pluie vient de cesser, je retends toutes les lignes. A 3 h 00 quelques bips me sortent du sommeil, puis plus rien, je me lève à la hâte et je me poste derrière les cannes sans allumer la lampe frontale, et d’un coup la ligne déroule, le combat ne dure pas longtemps mais la carpe est très vive, c’est une commune pesée 6,1 kg que je remets bien vite dans son milieu. Il fait froid et j’ai du mal à trouver le sommeil. A 7 h 30, encore un départ mais là le poisson file par le milieu du canal, donc pas de grand danger, elle combat avec ardeur mais vient assez facilement à l’épuisette, c’est encore une belle commune linéaire sauvage de 5,2 kg, avec une belle robe légèrement dorée et manifestement jamais piquée. C’est vraiment superbe de prendre de tels poissons, globalement le domaine public et notamment le Marais Poitevin, offre bien souvent de ces moments magiques.
Je commence à plier, il est presque 10 h 00 le biwy est sec et le matériel aussi grâce au vent. Je suis très satisfait de cette petite session, qui me permet notamment de mettre au point des techniques qui vont m’être bien utiles pour de futures compétitions.
Maintenant, dans quelques jours, la fraie va aussi commencer dans la Sèvre et ses canaux, alors je ne vais pas venir les déranger et attendre que la nature fasse son œuvre avant de reposer mes lignes en ces endroits.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Canne carpe 10ft/3lbs Carpe Direct
2) Ensemble bait rocket Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Peche carpe: Le bon amorçage

Posté par admin - 27/03/2017

Par Michel

Réduire son coût en augmentant son efficacité !

Beaucoup d’entre nous utilisent plus ou moins régulièrement des mix industriels sous forme de boules d’amorce et/ou de sticks et sacs solubles généralement du même parfum que la bouillette proposée ou de la graine mise sur le cheveu, mais cela revient vite très, très onéreux pour un résultat pas toujours à la hauteur de l’attente. Alors comme beaucoup d’anciens qui prenaient pas mal de poissons, voila une alternative intéressante et productive.

Mais comme tout amorçage il va falloir s’adapter aux saisons, au milieu, etc…, afin d’en améliorer le rendement. Effectivement en hiver par exemple où les carpes sont moins actives il est plutôt conseillé d’être très prudent avec l’amorçage, sinon il est fort probable que les détecteurs restent totalement silencieux. Cela vaut aussi pour les périodes plus chaudes où certains spots peuvent être peuplés de nombreux poissons blancs qui viendront nettoyer l’endroit en quelques minutes, il faudra donc agir sur la granulométrie et la quantité, mais tout ceci j’imagine que vous le maîtrisez parfaitement.

La recette de base que j’utilise n’est évidemment pas unique mais elle me donne à moindre frais beaucoup de satisfaction et je la fais évoluer en fonction des lieux de pêche, rivières à plus ou moins fort courant, lacs, canaux et étangs. Une des variables principales sera l’ajout d’un produit neutre comme la terre de somme ou la bentonite (on peut utiliser de la terre des taupinières du moment où aucun véhicule motorisé ne l’a souillé, car sinon les traces d’hydrocarbure feront fuir les poissons les plus affamés). Pour ce faire il convient de bien choisir son fournisseur afin que les farines soient de bonne qualité tout en sachant que les plus chères ne seront pas forcément les meilleures !

Composition type en nombre de parts de chaque ingrédient à faire évoluer en fonction des conditions de pêche.

Farine de maïs : 3

Farine de soja : 3

Farine d’arachide : 1 ou 2 en fonction des saisons

Chènevis moulu : 1 à 1,5

Biscuit : 1

Pétales de maïs : 1 à 1,5

Bentonite : quantité en fonction du lieu de pêche et de la distance d’amorçage

Terre de somme : « même chose »

Asticots : (les prendre purs. Attention il est interdit de les utiliser de nuit ainsi qu’en compétition)

Graines : 1 à 2 (chènevis, blé, tigers, maïs, lupin….)

Parfum : ail, huile de chènevis, huile de poisson, fruits divers, liqueur de tiger, etc……  (au choix en fonction de l’appât proposé, ne pas surdoser et éviter de les mélanger).

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Canne Bait Rocket Carpe Direct
2) Tresse grise 300 m 50Lbs Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Retour dans la Sèvre Niortaise

Posté par admin - 24/10/2016

Par MICHEL

Petite session après une longue et tardive période de fraie…

Faute d’un beau printemps, j’avoue avoir négligé cette rivière dont le fort débit charriait quantité de plantes, de branches arrachées au fur et à mesure des intempéries qui furent notre lot ces derniers temps. Comment poser une ligne « pêchante » dans ce dédale d’objets flottants ? Alors à la faveur du beau temps retrouvé me voilà au bord de la Sèvre Niortaise pour quelques heures d’un bonheur retrouvé.
Armé des mes nouvelles bouillettes artisanales parfum fraise-poisson, je tire mes lignes en bordure opposée, là où il n’y a aucun passage et où j’ai repéré quelques sauts intéressants. Manifestement les carpes sont présentes mais seront-elles actives ?

Un départ de fou…

A part quelques tirettes dues aux carassins et brèmes toujours intéressés par les appâts proposés, rien ne se passe les premières heures, aucune carpe ne visite mes lignes malgré un magnifique saut juste sur au-dessus de mes bouillettes. Comme j’ai tendu en bordure où il n’y a que très peu de fond (environ 80 cm dans les herbiers), je laisse tout en état afin de ne pas effrayer les poissons présents.
Et puis, vers 12 H 30, un départ de fou ! Je saisis immédiatement la canne pour un ferrage léger, la carpe est déjà en train de foncer dans les algues qui alourdissent la ligne. Avec autorité, je la dégage et enfin elle vient en pleine eau au milieu de la rivière. Après un combat vif, elle arrive à l’épuisette, non sans avoir tenté de plonger dans les nénuphars du bord de rive.
Une magnifique commune sauvage de 7,88 kg à la robe rougeoyante se repose sur le tapis. Une photo et délicate remise à l’eau pour ce beau poisson, quel plaisir, mais elles se méritent les belles !
Faute d’ombre, la température et le soleil ont raison de ma détermination et je décide d’en rester là pour aujourd’hui, content de voir que mes bouillettes sont tout aussi performantes en rivière qu’en lac ou étang et surtout pour des carpes difficiles

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1)  Hameçons Carpe Direct
2)  Monofilament Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Bouillettes industrielles ou artisanales ?

Posté par admin - 5/09/2016

Par MICHEL

72 heures pour se faire une idée plus précise !

Comment se faire une idée plus précise sur le choix des bouillettes que nous utilisons régulièrement ? Chacun a son opinion, ses préférences et depuis le temps que j’utilise ce type d’appât, j’avoue bien humblement n’avoir pas jusqu’à maintenant d’avis tranché sur la question. Néanmoins, avec les préoccupations écologiques de plus en plus prégnantes, il existe certainement un différentiel de qualité car certaines, artisanales, sont garanties totalement à base de composants naturels, mais aussi au niveau économique car privilégiant des produits manufacturés localement. Ceci n’est qu’indices et ne préjuge pas de leur totale efficacité auprès des carpes.
Alors pour tenter d’avoir une approche plus précise, et j’ai bien conscience que ceci n’a rien de scientifique tant les paramètres sont nombreux, j’ai décidé de faire un « test grandeur nature » dans un étang des Deux Sèvres de 21 hectares réputé poissonneux pendant 72 heures. J’utilise des montages totalement identiques (plomb 92g libre, hameçon n°6 ardillon écrasé, bas de ligne fluorocarbone 15lbs et corps de ligne 28/100) pour mes 3 cannes. La première en bouillette carnée industrielle, la seconde même parfum artisanale, la troisième avec une bouillette de parfum identique mais personnelle. L’amorçage n’est réalisé respectivement et uniquement qu’avec des billes correspondant à chaque ligne. Mais le plus important de toute façon est l’intense plaisir que nous prenons tous au bord de l’eau !

Bouillettes industrielles Bouillettes artisanales Bouillettes personnelles
CARPES J H Kg CARPES J H Kg CARPES J H Kg
Miroir 27 23 H 11,8 Miroir 27 19 H 14 Miroir 28 01 H 16,6
x x x x Commune 28 05 H 7,8 Miroir 28 22 H 14,4
x x x x Miroir 29 00 H 12,3 x x x x
x x x x Commune 29 01 H 11,7 x x x x

Donc voici le résultat, seulement 7 poissons de pris pendant cette session du fait notamment d’un début d’été assez déplorable au niveau du temps, mais j’estime que cette première approche (je recommencerai) a le mérite d’avoir dessinée une tendance franche d’efficacité pour les bouillettes artisanales de bonne qualité. Effectivement avec près de 60 % de réussite, on peut valablement dire que les carpes les ont nettement préférées. Mais aussi qu’elles sont restées plus performantes sur la durée, tout en ne prenant que  des poissons de taille plus modeste qu’avec des bouillettes personnelles. Quant aux billes industrielles, avec un résultat de seulement 14 %, elles n’ont pas tenu la distance, et ce,  malgré un début de session prometteur.
Dans quelques jours je vais aller poser mes lignes armées de bouillettes artisanales dans la Sèvre Niortaise, dans une fosse que je connais afin de tenter de débusquer les belles communes qui s’y trouvent, tout en sachant que cet endroit est aussi occupé par de gros silures qui ne détestent pas mes appâts et qui m’ont fait bien des misères il y a quelques semaines, mais ceci est une autre histoire !

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Sac soluble Carpe Direct
2) Flotteurs Marker Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

72 Heures en étang dans les Deux-Sèvres

Posté par admin - 27/06/2016

Par MICHEL

Alors que l’hiver a été particulièrement doux dans ma région cette année, il a fallu que je choisisse la semaine la plus froide pour faire une session de trois jours avec des températures matinales très négatives. Mais ceci n’a pas suffit à me décourager tant le désir de retrouver le bord de l’eau me titillait après plusieurs semaines de pause…

Malgré les cannes recouvertes de givre et l’eau du seau gelée sur un bon centimètre, j’ai voulu néanmoins « réveiller » de beaux poissons avec mes bouillettes enrobées pour l’occasion.
Comme l’activité des carpes dans cette eau à 3°C est réduite au strict minimum, tout amorçage massif est totalement contre-productif. Il faut alors contourner cet état de fait mais tenter quand même de stimuler leur appétit, je décide donc de réaliser une pâte d’enrobage dont je donne la recette. Je l’ai fait la veille de ma session afin qu’elle conserve toute ses qualités et sa fraicheur.

- Moudre finement 500 g des bouillettes de bonne qualité que vous avez choisi pour pêcher  (j’ai écrasé des Monster Crab)
- 5 ml d’attractant Monster Crab
- 20 ml de BHA (riche en protéines solubles)
- 5 œufs
- Malaxer jusqu’à l’obtention d’une pâte homogène et enrober généreusement les bouillettes sur le cheveu ainsi que les plombs.

Bon maintenant me voilà prêt, et à 14h00 du premier jour, mes lignes sont tendues, je fonce me mettre à l’abri car un fort vent du nord me glace totalement. Dans la nuit vers 01h00 du matin un départ mais sans suite. Et puis à 05h30, il fait – 3°C, un long et puissant départ m’oblige à quitter le sac de couchage, c’est une magnifique carpe miroir de 15,4 kg qui s’étale dans le tapis de réception après un combat indécis du fait de quelques souches à proximité. Et puis plus aucune activité la journée suivante ainsi que la deuxième nuit. Le temps est épouvantable, il pleut à seau et un vent tempétueux en bourrasque balaye l’étang soulevant de belles vagues.
Malgré quelques petites touches en pleine tempête ; le deuxième jour, il aura fallu attendre jusqu’à 18h30 pour qu’une jolie carpe commune de 12,4 kg se laisse séduire par ma bouillette enrobée. La nuit tombe à présent et le vent ne faiblit pas encore, rendant le placement des lignes moins précis et plutôt compliqué. Il est temps d’aller s’abriter pour se réchauffer et prendre un bon café.
Cette dernière nuit se passe sans aucun bip jusqu’au lever du jour où je vais retendre mes lignes, le temps est plus calme et la température est plus clémente. Pas de gel ce matin. A 9h20 un départ canon, après un bref mais puissant combat, je glisse une carpe  miroir à la robe dorée rougeoyante de 11,6 kg dans l’épuisette. Une petite photo dans son tapis de réception et retour dans son environnement habituel.
Le vent s’est bien calmé mais la pluie revient doucement, alors je décide de mettre fin à cette session que je juge réussie et  riche en enseignements, en fonction de conditions climatiques dantesques…

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Ensemble Bait Rocket Luxe Carpe Direct
2) Ensemble sac Carry All et paniers Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Carpe : Pêche à l’asticot en hiver

Posté par admin - 13/04/2015

Par ROMAIN

Durant les périodes froides j’affectionne tout particulièrement la pêche à l’asticot car c’est elle qui me réussit le plus.

Pour ce type de pêche j’utilise des magots clips pour pouvoir faire une boule d’asticots. Lors du placement de mes cannes j’incorpore à mon bas de ligne un stick qui est constitué d’asticots enrobés de robin red car c’est une épice que les carpes raffolent et qui permet de faire la différence en hiver.
Pour réaliser mais sticks j’utilise le filet soluble Carpe Direct, c’est un très bon produit car les mailles sont solides,  de bonne taille et se dissolvent parfaitement dans l’eau froide, car j’ai eu des surprises en ramenant mes cannes en eau très froide mon stick ne c’était pas dissous.
Vu que les carpes ne s’alimentent que très peu l’hiver cette méthode est la meilleure, il faut l’essayer pour l’adopter. Cette pêche peut être utilisée aussi bien en pêche rapide que lors d’une session de plusieurs jours. J’ai exécuté cette méthode lors d’une pêche de quelques heures où la température de l’eau était d’environ 6°C. Mes cannes étaient eschées de bouillettes confectionnées par moi-même et une à l’asticot pour mettre à l’épreuve mes asticots contres mais bouillettes. Encore une fois, ce sera l’asticot qui remportera la bataille car il me rapportera le seul poisson de cette pêche rapide.
J’ai pu attraper pas mal de beaux poissons sur un fond vaseux en pleine eau avec ce type de pêche, alors ne négligez pas et ne pensez pas que les poissons blancs vont venir ingurgiter les asticots, vous pouvez les utiliser en toute confiance. N’oubliez pas que l’asticot ressemble fortement aux vers de vase, une fois les asticots enfouis dans la vase la carpe pense que c’est des vers de vase est vu qu’elles aiment les chercher dans la vase, c’est gagné !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Sac soluble Carpe Direct
2) Hameçons Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Pêche carpe : Nature Printanière

Posté par admin - 1/07/2012

Par JORDAN

Les beaux jours sont enfin arrivés, les températures sont agréables et Dame carpe connait un regain d’activité avant la période de reproduction. Toutes ces conditions me semblent idéales pour me rendre sur une gravière inconnue proche de chez moi…

L’endroit est magnifique, rempli de verdure, d’arbres immergés et vierge de toute pression de pêche. Une trouée dans la végétation me permet de déposer mon rod pod dans l’eau sur un banc de gravier, facilitant par la même occasion le lancer de mes montages. Les waders Carpe Direct m’accompagnent d’ailleurs continuellement en journée …
Un bon sondage s’impose pour assurer la présentation des mes appâts au milieu de ce dense tapis d’herbiers, pour l’occasion j’ai monté sur chacune de mes cannes un chod rig qui optimise la présentation de mes bouillettes.  Niveau appât, j’utilise une fois de plus mes billes maison sur une base carnée dont une partie a été roulée autour de billes en liège pour obtenir des pop up.
Chaque montage est lancé sur une zone propre et accompagné de 500g de pellets boostés. Mes freins sont serrés au maximum et je compte sur la tresse Carpe Direct pour venir trancher les herbiers lors d’un départ. Les combats s’annoncent rudes !
La matinée est bien calme, les impacts de mes montages ont du éloigner les poissons mais l’espoir persiste…
Quelques bips viennent interrompre ma sieste et après un ferrage énergique pour dégager la ligne des herbiers un combat acharné s’engage entre moi qui souhaite sortir ce poisson de cet enfer vert et lui qui veut s’y enfoncer !
La chance me sourit, le poisson a pris le chemin de l’épuisette. Une belle commune de plus de douze kilos est au tapis, ce week-end de pêche commence bien !

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Tresse Carpe Direct
2) Fil Nylon Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Session carpe de 96 heures

Posté par admin - 5/06/2012

Par DOMINIQUE L.

Depuis déjà quelques temps, une session de 96 heures était prévue sur une ancienne gravière du 19 au 23 mars 2012. Après cette longue attente, le moment est enfin venu de charger la voiture. C’est avec le cœur battant est rempli d’espoir que je prends la route au petit matin…

Après deux heures de voiture j’arrive enfin sur les lieux et fait connaissance avec mon poste (et un cygne qui me tiendra compagnie tout le long de ces 5 jours) pour la semaine à venir.
Dans un premier temps, je décharge la voiture et m’installe correctement pour cette session qui s’annonce excellente d’autant plus que le soleil sera de la partie toute la semaine. Le campement monté, j’équipe la barque de mon échosondeur, mes repaires, et me voilà sur ma zone de pêche. Je distingue d’excellents spots où mes repaires serons déposés, la profondeur moyenne est de 4 mètres avec une eau à 8°, oups, ce ne sera peut-être pas si facile que prévu, la température de l’eau est encore basse !
Au vue des éléments récupérés au sondage, je décide d’avoir la main légère sur l’amorçage. La première canne sera eschée d’une bouillette flottante au scopex sur un petit tapis de pellets et quelques bouillettes d’amorçage du même parfum. La seconde et la troisième seront échées à la tiger nut, sur un tapis de mélange de graines. La quatrième et dernière canne recevra une bouillette flottante carnée parfum thon sur un tapis de pellets.

Le poisson semble bouger sur le secteur…

Les premières heures de pêche me laissent présager une session plus que productive, effectivement très vite, les détecteurs se font entendre par quelques tirettes. Le poisson semble bouger sur le secteur. Néanmoins, je n’observerais aucun saut ni ramassage sur le plan d’eau.
Au bout d’un peu plus de 24 heures, aucun départ enregistré ! Je décide d’utiliser une canne en tête chercheuse pendant 24 heures, en prenant soin de changer de spot et d’appât. Rien n’y fera, aucune touche !
Au milieu de la troisième nuit, un violant départ me sort du biwy, mais fausse alerte, c’est mon ami le cygne qui se prend dans l’une de mes lignes. Le lendemain matin, je reprends la barque et trouve d’autres spots tout aussi intéressants que les premiers. Je redépose mes repaires et tends à nouveau mes lignes. 72 heures se sont déjà écoulées et toujours pas de poisson ! Il faut se rendre à l’évidence, le poisson n’est pas mordeur et les dernières 24 heures s’annoncent des plus difficiles. Le moral tombe en flèche. Il est 22h30 dans la dernière nuit, quand un détecteur s’emballe ! Je mettrais au sec une jolie brème qui flirte avec les 5 kg. Je relance la canne au même endroit, et un quart d’heure plus tard,  c’est une jolie carpe de 15kg qui sera sur le tapis de réception !

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1)  Ensemble nuit Luxe Carpe Direct
2) Détecteurs de touche Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

« Previous Entries