Peche carpe : Parlons de la confiance

Posté par admin - 5/11/2017

Par MICHEL

En son amorçage, son matériel, ses montages…. Gage de réussite !

La confiance est un sujet peu ou pas abordé par les carpistes, mais tous, consciemment ou inconsciemment savons particulièrement qu’elle joue un rôle primordial dans notre pratique de la pêche de la carpe et surtout de notre satisfaction au bord de l’eau et donc de la réussite de notre session.
Comme toujours je ne prétends pas détenir la vérité, ni une vérité, mais basé sur une expérience solide, j’ai pu constater au fil du temps écoulé combien « faire la différence » n’était pas simplement qu’un élément subjectif, mais une réalité observée à maintes reprises.

Faire la différence…

Cette notion assez diffuse alors, m’est apparue à l’avènement, au moins pour moi, de la bouillette et du montage en cheveu. Pratiquant la pêche de ce magnifique poisson qu’est la carpe jusqu’en 1989 avec les appâts traditionnels tels que le maïs, la pomme de terre, le ver de terre ou l’asticot (la pêche de nuit n’étant pas pratiquée à cette époque), je n’imaginais pas changer mes habitudes, ma pratique, qui donnait d’ailleurs des résultats assez corrects. Mais à la faveur d’une amicale rencontre avec un carpiste (qui fait encore autorité aujourd’hui) au Réservoir du Bourdon dans l’Yonne, je me suis essayé à la bouillette montée sur un cheveu. Pêchant alors à 3 cannes et de jour, mes premiers résultats n’étaient pas au rendez-vous par rapport à la pêche que j’affectionnais particulièrement, il ne s’agissait à mon sens qu’un manque de confiance en moi, car juste à côté, ce  « carpiste moderne » sortait de magnifiques poissons avec ces scopex. Peu à peu convaincu de la redoutable efficacité de ce type de pratique, qui avait d’ailleurs l’immense avantage de pouvoir remettre les carpes à l’eau sans les abîmer, je mettais moi aussi un pied dans la modernité.

Le bon poste…

N’avez-vous jamais été obligés de vous installer sur un poste qui n’était pas votre premier choix ? Même dans un étang réputé au fort cheptel et peu difficile, votre session n’a pas été à la hauteur de vos espérances alors que d’autres un peu plus loin multipliaient les départs….et la mise au sec. Ne cherchez pas trop loin les explications, il s’agit sans doute du fruit de votre déception de ne pas pouvoir vous installer là où vous le souhaitiez, et la confiance avait totalement disparu, ce qui engendra votre déconvenue.

Côté  matériel…

Il en va de même après tout changement de matériel : cannes, moulinets, fils, etc.…, les réactions étant inconnues lors des premiers combats, vous font douter de leur efficacité et bien souvent, une décroche vient conclure notre action. Et puis le fait de s’interroger pour savoir si on a fait le bon choix, si le montage déposé est assez opérant, toutes ces petites choses qui font que nous ne sommes plus aussi performants, n’est qu’un problème de confiance.
Je ne sais pas si ces quelques exemples vous auront convaincus, mais à force de pratique et du temps écoulé, cet aspect a revêtu pour moi une dimension très importante, à tel titre que lors d’une compétition, si le tirage au sort du poste est très éloigné de mon imaginaire, je ne suis plus du tout dans la course, à l’inverse et même sur un plan d’eau difficile, si je suis en totale confiance, le résultat est là !
Bon, sans doute, faut-il moins s’impliquer afin de passer de bons moments au bord de l’eau, mais comme un sage disait « La confiance pousse aussi lentement qu’un cocotier, mais tombe aussi vite qu’une noix de coco ».

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Ensemble pêche de nuit Carpe Direct
2) Ensemble carpe Prestige Carpe Direct

Mots-clefs :, , , , ,

Pêche de la carpe: Pêche de nuit

Posté par admin - 25/09/2015

Par MICHEL

De la difficile cohabitation de tous …

Beaucoup de choses ont été dites sur la pêche de la carpe de nuit et peut-être ce modeste propos n’enrichira pas le débat. Mais confronté aux diverses difficultés de la pratiquer surtout lorsque l’âge et la réduction de la mobilité viennent à créer un handicap, l’on se retrouve de plus en plus souvent à être confronté au choix d’aller poser ses lignes dans le privé plutôt que de légitimement profiter du domaine public. Et ceci n’est ni équitable, ni véritablement économiquement concevable, surtout dans une période où les ressources sont rares.
Néanmoins je n’opposerai pas « privé et public » car chacun a bien le droit de trouver son plaisir où il le souhaite, mais si nos fédérations et associations écoutaient un peu plus les carpistes, peut-être pourrions-nous pratiquer notre passion plus normalement et avec un minimum de sécurité.
Je prends pour exemple un secteur de nuit situé au bord de la Sèvre niortaise à VIX en Vendée (mais les exemples de ce type sont innombrables) d’environ 1600m, il est au bord d’une route assez passante dont le stationnement des véhicules est interdit et pratiquement sans place suffisante pour y déposer un rod pod et sa batterie. Donc fort danger potentiel pour les carpistes et impossibilité d’installation avec un minimum de confort pour la nuit. A d’autres endroits, il existe des parcours de nuit, mais ceux-ci sont totalement inaccessibles du fait de la végétation.

Pourquoi certains départements autorisent facilement la pêche de nuit et d’autres non, ou alors avec des restrictions telles que cette pratique est quasiment impossible ?

Il n’existe sans doute pas qu’une seule réponse à ce problème mais un ensemble non exhaustif d’hypothèses dont certaines apparaissent comme assez évidentes. En premier lieu il s’agit sans aucun doute de nos propres comportements au bord de l’eau avec les riverains, les autres pêcheurs qui pratiquent une autre pêche…combien de fois n’avons-nous pas entendus des plaintes concernant le fait que certains s’alcoolisent à outrance et ne respectent plus rien ni personne, combien confondent installation légère et discrète avec camping familial organisé, combien aussi, à la fin de leur session, oublient de laisser une place propre sans détritus divers ? Et la liste est longue !
Ensuite, les carpistes n’étant pas majoritaires, les associations, les fédérations ne se sentent pas suffisamment investies pour leur donner satisfaction, de plus les carpistes sont assez individualistes par nature et ne se mobilisent pas collectivement pour peser efficacement afin de faire évoluer la situation.
Bien sûr, il ne s’agit pas de la majorité, loin de là, mais pour ces quelques abus, toute évolution, toute autorisation nouvelle devient un véritable parcours du combattant. Je viens de faire une petite session de 24 heures au bord de la Sèvre Niortaise sur un petit parcours initialement long de 400 m qui jouxte en partie un champ de blé, l’agriculteur s’est plaint au Président de l’association de pêche que des pêcheurs faisaient demi-tour avec leur véhicule dans son champ endommageant ses cultures. Résultat : fermeture quasi définitive de la moitié de ce joli parcours.
Néanmoins, j’ai tiré mon épingle du jeu en prenant 4 carpes communes dans la matinée de 5, 7, 8 et 10 kg. Ma seule pensée aujourd’hui est de préserver à tout prix, ces endroits qui font les joies de notre passion commune.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Sac de conservation Carpe Direct
2) Lampe frontale & Lampe de biwy Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Peche Carpe : Installation de nuit

Posté par admin - 3/12/2012

Par JORDAN

Pour pratiquer au mieux en cette fin de saison, où les jours raccourcissent fortement, je vais vous présenter deux approches que j’utilise lorsque je suis contraint de m’installer une fois la nuit tombée.

La première approche consiste à utiliser une même canne pour effectuer plusieurs opérations différentes en aveugle. Pour cela, j’ôte le bas de ligne de mon montage et n’y laisse que le plomb. Je lance ensuite en direction d’un repère visible de nuit sur la berge d’en face (colline, arbre, poteau électrique) et bloque la sortie du fil de mon moulinet afin que mon plomb touche le fond avec la ligne tendue. De la sorte je serai capable de ressentir l’impact de ce dernier sur le fond. Si l’impact est peu marqué, il y a de grandes chances que je sois tombé sur une zone herbeuse ou envasée. Je ramène mon montage et recommence l’opération jusqu’à trouver une zone « propre ». Par ailleurs, avec cette technique, il est aussi possible d’estimer la profondeur en comptant le nombre de secondes qui séparent les impacts du plomb en surface et sur le fond, un plomb seul descend environ un mètre d’eau par seconde…
Une fois ma zone repérée, je bloque ma ligne dans le clip du moulinet et ramène mon montage. J’utilise systématiquement un clip rapide pour relier mes bas de ligne, ce dernier me sert aussi à fixer un bait rocket de petite taille. Ainsi en relançant en direction de mon repère visuel je peux amorcer précisément la zone propre repérée préalablement. Il ne me reste plus qu’à ramener le bait rocket après la séance d’amorçage, de le troquer pour un bas de ligne esché et de recommencer l’opération avec les autres cannes.
La seconde technique est plus aléatoire au niveau du placement des lignes mais assure tout de même un montage pêchant quelque soit la nature du fond. Pour cela j’utilise un sac PVA rempli d’amorce très attractive. 
Je fais en sorte de toujours avoir des bas de ligne préparés dans des sacs déjà remplis pour être opérationnel le plus rapidement possible. Pêchant souvent qu’à deux cannes, j’ai toujours au moins 2 sacs PVA prêts à être reliés à mes cannes. Et dès que je ramène un montage, je prépare un sac PVA dans la foulée pour la fois suivante…
Cette approche est aussi plus discrète. Si en arrivant sur place on entend un saut dans une zone, il sera plus discret d’y lancer un sac PVA, qu’un plomb et un bait rocket à plusieurs reprises.
En espérant que cet article vous fournisse quelques astuces assez motivantes pour vous donner l’envie d’aller au bord de l’eau même s’il fait déjà nuit !

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Accessoires d’amorçage Carpe Direct
2) Accessoires pêche de nuit Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Amorçage préalable pour pêches de jour

Posté par admin - 8/11/2012

Par JORDAN

Délaissée de tous, cette gravière girondine peut révéler de bonnes surprises même si elle n’est praticable que de jour !

J’ai découvert il y a peu une gravière girondine forte sympathique avec un cheptel intéressant. Malgré tout, cette gravière est délaissée par les carpistes du coin. La raison ? Des horaires d’accès qui bloquent la pêche de nuit ! Tant pis pour eux, pêche de nuit ou pas, je fonce…
Je ne vais pas à travers ce billet vous dévoiler mes techniques de fraudes pour pratiquer la nuit sur les secteurs interdits, mais plutôt vous décrire l’approche que j’utilise sur ce plan d’eau pour réussir malgré les restrictions horaires.
Pour m’assurer un succès constant sur ce plan d’eau, je mets en place avant chaque sortie un amorçage étalé sur 2 ou 3 jours. Cet amorçage préalable me permet de concentrer les poissons sur le secteur que je pêche, de les habituer à mes appâts et de les rendre moins méfiants.

Les carpes, habituées à recevoir régulièrement de la nourriture sur un spot, perdent de leur méfiance.

Préalablement, j’ai passé pas mal de temps au sondage afin de dénicher le poste qui me permettra d’avoir des résultats dans la durée. Ainsi j’ai choisi de pêcher à partir d’une pointe qui m’offre la possibilité en pêchant sur ces deux flans d’avoir une large étendue d’eau à ma portée. J’évite ainsi de matraquer les poissons sur un petit secteur, qui risqueraient de répondre négativement à cette pression de pêche.
Niveau appâts, j’utilise toujours mes billes maisons, en 20 ou 24 mm histoire de sélectionner la taille de mes prises. Pour accoutumer les poissons à mes appâts, j’utilise évidement la même base de mix à chaque sortie en faisant évoluer certains éléments (en jouant sur les quantités) au cours des saisons pour être sûr qu’ils soient digestes quelle que soit la température de l’eau.
Ainsi, depuis le début de l’année j’ai pratiqué une dizaine de fois de la sorte sur ce plan d’eau, ne repartant jamais bredouille. Les amorçages préalables avec des appâts de qualité et en l’absence de pression de pêche me permettent même de réaliser de belles pêches avec parfois des moments de frénésies alimentaires aux heures régulières d’amorçages !

Mon conseil matériel Pêche Direct : 

1) Ensemble bouillettes Carpe Direct
2) Ensemble amorçage Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Carpe : Maxi résultat, en journée !

Posté par admin - 4/10/2012

Par JORDAN

Voila quelques articles que je vous parle des effets néfastes de la pression de pêche sur les poissons. J’ai notamment évoqué la disposition des cannes et le nombre de lignes à l’eau mais le temps de pêche est un point important qu’il faut savoir gérer au mieux.

Pour illustrer mes propos, je vais vous rapporter une de mes dernières sessions sur un grand plan d’eau public très réputé et qui subit une forte pression de pêche toute l’année. Sur ce plan d’eau, la quantité de poissons est très importante mais les cartons sont rares à cause d’un grand nombre de pêcheurs et des approches non adaptées. Lorsque je me suis rendu sur ce plan d’eau pour ma session, le poste que j’occupais était plutôt défavorable, situé entre deux campements de plusieurs pêcheurs. J’ai du mettre en place une stratégie adaptée à la situation.
Pour tirer mon épingle du jeu, je me suis limité pour ces 72h à n’utiliser que deux cannes. Mon amorçage a été conséquent, j’ai prévu 8 kg de deux sortes de bouillettes par jour. Les bouillettes que j’ai utilisées en début de session ont été préparées avec un mix crémeux/sucré qui a l’avantage d’être attractif très rapidement, mais dont l’effet sur le long terme est limité. Pour pallier à ce problème, j’ai élaboré un second type d’appât très protéiné à base de différentes farines de poisson qui sera plus prenant sur le long terme et qui aura tendance à attirer des poissons plus gros.
Durant les premières heures de ma pêche, les résultats ont plutôt été moyens mais j’ai remarqué rapidement un comportement étrange des poissons : ils se font plus facilement piéger lorsqu’un spot est amorcé quelques heures avant d’y tendre une ligne. A partir de ce constat, j’ai limité mon temps de pêche en ne pêchant que la journée et en faisant l’effort d’amorcer plusieurs fois la nuit. Ainsi, les poissons se sont nourris en toute confiance de mes appâts la nuit et se sont fait prendre, par manque de vigilance, en journée.
En limitant mon temps de pêche et en diminuant le nombre de cannes à l’eau, j’ai pu mettre les poissons en confiance et les prendre plus facilement, ce qui m’a permis de terminer ma session bien mieux que mes voisins avec plus d’une vingtaine de poissons bien calibrés…

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Ensemble débrayable 10ft Carpe Direct
2) Moulinet débrayable Prestige Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,