48 heures de pur plaisir, enfin presque !

Posté par admin - 3/10/2017

Par MICHEL

Un entrainement riche d’enseignements…

D’importantes compétitions arrivent, alors il est nécessaire de ne pas perdre les automatismes mais aussi de préparer diverses stratégies en fonction des nombreux aléas que nous allons rencontrer. Que ce soit la météo, le lieu, la nature de l’eau et tant d’autres facteurs sur lesquels nous n’avons aucune prise et que nous subissons plus ou moins, il est donc plutôt raisonnable d’anticiper plusieurs scénarios afin d’être le plus compétitif possible. Ceci ne devant pas nous interdire de prendre du plaisir lors de la session même si elle reste studieuse.

Et ce fut le cas cette fois-ci ! Arrivé au bord de l’eau vers midi, je m’occupe de suite à préparer mes lignes et faire un amorçage léger mais ciblé avec quelques boules de mix enrichi de graines et de chènevis sur des bouillettes préalablement lancées au cobra. Et hormis quelques billes renouvelées après chaque touche, il n’y a pas eu d’autres amorçages afin de ne pas déranger le poisson présent. Et cette stratégie a particulièrement fonctionnée car dès le premier jour ce fut 4 départs enregistrés. Et c’est là que les choses ne se sont pas passées comme prévu puisque je n’ai pris aucun poisson ! Effectivement, je devais avoir la tête ailleurs, comme si j’avais perdu ma  pêche habituelle car après des combats souvent longs sur de beaux poissons, j’ai cassé à deux reprises et enregistré deux décrochages de plus au ras de l’épuisette.

Mais les choses se sont arrangées le deuxième jour avec des poissons toujours bien présents et cinq poissons se sont laissés séduire par mes bouillettes artisanales fruitées. La première fut une carpe commune de 9,6 kg très vive au combat, et puis une autre commune de 8,1 kg alors qu’une averse orageuse m’arrosait copieusement. En début de nuit, après un départ de fou et un combat intense mais bref, je subissais une décroche due sans doute à un faux mouvement de ma part facilitant la libération du poisson sur l’hameçon n°6 sans ardillon. Pas cool !

Vers minuit et demi, nouveau départ et la première carpe miroir de 10,4 kg s’étalait sur le tapis pour ma plus grande satisfaction. J’ai attendu quatre heures du matin pour une nouvelle touche qui me valait d’amener à l’épuisette une belle miroir de 13,7 kg. Et puis plus rien jusqu’au moment de plier avec le sentiment mitigé d’avoir réussi à installer les poissons sur mon spot, mais aussi d’avoir vraiment très mal pêché depuis bien longtemps.

De tout ceci reste que jamais rien n’est acquis dans l’art de mener notre passion et qu’il va falloir redoubler tant de vigilance que d’humilité pour aborder les futures échéances au risque de payer cash la désinvolture….mais quel plaisir la pêche de la carpe !

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Hameçons Carpe Direct
2) Canne Prestige Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Peche de la carpe en NO-KILL

Posté par admin - 7/08/2017

Par MICHEL

Améliorons nos pratiques lorsque nous pêchons en NO-KILL

Cette pratique du NO-KILL chère à présent à la majorité des carpistes et l’on ne peut que s’en féliciter n’est pas qu’une philosophie, c’est aussi et surtout une façon toute particulière de respecter les poissons en évitant au maximum de les faire souffrir.

Car il ne suffit pas de dire « moi je remets les poissons à l’eau » pour maîtriser l’ensemble des gestes qu’il convient afin de faire en sorte que notre partenaire de jeu subisse le moins d’inconvénient possible lors de sa capture et du combat souvent terrible qu’il vient de mener et de perdre.

Les quelques conseils qui vont suivre ne se veulent pas, ni «  donneur de leçon » ni, les seuls gestes qu’il convient de faire pour protéger les poissons, mais tout au plus, la volonté d’éviter trop de désagréments voire pire aux poissons qui nous donnent tant de plaisir !

Cela commence par le poste que nous choisissons car même si les carpes ont tendance à préférer les endroits très encombrés il y a fort à parier qu’au moindre départ elles s’enfoncent directement dans les branches immergées et qu’elle se blessent irrémédiablement, il est donc préférable de ne pas poser ses montages trop près de ces endroits quitte à générer moins de touches. Concernant les montages, en cas de casse il est indispensable que le plomb puisse se libérer sans contrainte afin qu’elles ne le trainent pas et aillent se coincer et ne puisse facilement se libérer.

Lorsque le poisson arrive dans l’épuisette, attendre quelques instants qu’il se soit calmé et défaire la tête de l’épuisette pour replier les bras afin d’envelopper la carpe le plus délicatement possible pour aller la poser ainsi dans un tapis enveloppant, propre et sans adhérence tout en prévoyant toujours un seau d’eau propre à coté afin d’humecter le poisson si besoin.

Afin d’éviter de trop longues manipulations et une attente trop pénible, il est recommandé d’avoir tout mis en place préalablement pour l’éventuelle photo. Alors prendre le poisson délicatement et surtout rester à genou au dessus du tapis afin que le poisson, s’il s’agite, ne tombe à terre, ce qui lui causerait des blessures souvent fatales.

La remise à l’eau doit se faire aussi très progressivement sans heurt sans « jeter » le poisson à l’eau comme malheureusement je l’ai déjà vu faire.

Pour finir lors de l’élaboration de vos montages, vous pouvez privilégier les hameçons sans ardillons, micro-ardillons ou écrasés, c’est tout aussi efficace et cela réduit beaucoup les risques de blessure de la bouche des poissons. Et puis toujours avoir avec soi un antiseptique en gel ou de la bétadine afin de désinfecter la piqure de l’hameçon ou les éventuelles blessures du poisson.

Ces quelques précautions vous permettront sans nul doute de reprendre les plus beaux poissons avec quelques kilos en plus !

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Epuisette Flotteur Pelle Carpe Direct
2) Sac Soluble Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Retour dans la Sèvre Niortaise

Posté par admin - 24/10/2016

Par MICHEL

Petite session après une longue et tardive période de fraie…

Faute d’un beau printemps, j’avoue avoir négligé cette rivière dont le fort débit charriait quantité de plantes, de branches arrachées au fur et à mesure des intempéries qui furent notre lot ces derniers temps. Comment poser une ligne « pêchante » dans ce dédale d’objets flottants ? Alors à la faveur du beau temps retrouvé me voilà au bord de la Sèvre Niortaise pour quelques heures d’un bonheur retrouvé.
Armé des mes nouvelles bouillettes artisanales parfum fraise-poisson, je tire mes lignes en bordure opposée, là où il n’y a aucun passage et où j’ai repéré quelques sauts intéressants. Manifestement les carpes sont présentes mais seront-elles actives ?

Un départ de fou…

A part quelques tirettes dues aux carassins et brèmes toujours intéressés par les appâts proposés, rien ne se passe les premières heures, aucune carpe ne visite mes lignes malgré un magnifique saut juste sur au-dessus de mes bouillettes. Comme j’ai tendu en bordure où il n’y a que très peu de fond (environ 80 cm dans les herbiers), je laisse tout en état afin de ne pas effrayer les poissons présents.
Et puis, vers 12 H 30, un départ de fou ! Je saisis immédiatement la canne pour un ferrage léger, la carpe est déjà en train de foncer dans les algues qui alourdissent la ligne. Avec autorité, je la dégage et enfin elle vient en pleine eau au milieu de la rivière. Après un combat vif, elle arrive à l’épuisette, non sans avoir tenté de plonger dans les nénuphars du bord de rive.
Une magnifique commune sauvage de 7,88 kg à la robe rougeoyante se repose sur le tapis. Une photo et délicate remise à l’eau pour ce beau poisson, quel plaisir, mais elles se méritent les belles !
Faute d’ombre, la température et le soleil ont raison de ma détermination et je décide d’en rester là pour aujourd’hui, content de voir que mes bouillettes sont tout aussi performantes en rivière qu’en lac ou étang et surtout pour des carpes difficiles

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1)  Hameçons Carpe Direct
2)  Monofilament Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Pêche Carpe: Le lac de Gévrioux

Posté par admin - 22/02/2016

Par MICHEL

Une finale tourangelle…

Avec mon frère, excellent carpiste, nous avons l’habitude de se lancer des défis et de se retrouver dans des lieux inconnus afin de poser nos batteries et d’en découdre pendant des sessions de plusieurs jours.  Après un enduro sur la Sèvre niortaise que mon frère avait gagné nous sommes allés dans des étangs de Seine et Marne qui m’ont permis bien difficilement de tirer mon épingle du jeu. Nous avons décidé de faire une finale à mi-chemin de nos résidences respectives dans le lac de Gévrioux en Touraine.
Le lac de Gévrioux, ancienne carrière en bordure de Loire de 12 hectares est particulièrement bien géré par l’association « La carpe tourangelle ». Il se situe près de Tours entre les communes de La Riche et Saint Genouph. C’est un site protégé par un accès réglementé puisqu’il faut une autorisation pour une session jour-nuit, gratuite, dès lors que l’on s’est acquitté de la carte de pêche annuelle d’un montant de 40 €. Toutes les infos détaillées se trouvent sur le site de l’association. L’installation est facile et le cadre très agréable. Le bateau est interdit mais le bateau amorceur autorisé.

Concernant le cheptel…

Il est composé de carpes communes en majorité dont le plus beau spécimen pris cette année avoisinait les 22 kg mais il y a certainement plus gros, quelques esturgeons, des silures et de grosses brêmes ainsi que des tanches. La pêche est assez technique car il y a abondance de nourriture naturelle, le fond est propre, ce qui protège le matériel et permet des combats sans obstacles majeurs. La profondeur moyenne est de 2m50 à 4m50 avec quelques trous plus importants. Bouillettes et graines fonctionnent bien du moment où ces belles dames sont décidées.
Pour finir, c’est un bien bel endroit qui mérite sans doute que nous y retournions afin de découvrir tous ses secrets, et la victoire est revenue à mon frère avec notamment une commune de 12,3 kg sortie de l’eau avec sa nouvelle épuisette achetée pour l’occasion chez Pêche-Direct.com.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Epuisette Carpe Direct
2) Level chair Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Pêche carpe : A la recherche de «Lucy»

Posté par admin - 30/11/2015

Par MICHEL

Lorsque l’on avance en âge et que la retraite est venue, on peut, soit laisser courir tranquillement le temps qui reste à vivre, soit se fixer encore des challenges et des objectifs à atteindre. C’est plutôt la deuxième voie que j’ai choisie.

Ce blog de novembre est pour moi une sorte d’anniversaire. Effectivement, cela fait quarante ans ce mois-ci que j’ai pris ma plus grosse carpe dans le domaine public. Elle pesait 29 kilos et croyez-moi rien n’a été facile pour la mettre au sec.  En vacances dans le Berry, je pêchais la carpe dans un canal désaffecté malgré un temps froid et pluvieux. Un escadron de gendarmerie, à l’entrainement pas loin venait me rendre visite de temps à autre et heureusement qu’ils étaient là car sans leur précieux concours, cette magnifique carpe ne serait jamais sortie de son canal. Après une lutte acharnée avec le poisson, fatiguée, la carpe en bordure ne se débattait presque plus, mais comment faire pour la sortir de là ? Les gendarmes alertés par mes incessants  va-et-vient  se sont approchés et deux d’entre eux, bien courageux, se sont mis à l’eau froide et vaseuse pour prendre la belle à bras le corps et la porter sur la berge. Encore merci pour leur aide.

C’était une autre époque !

A cette époque lointaine, le matériel était bien différent et la simplicité des montages et des esches était de règle. Et l’hameçon triple était couramment utilisé. Comme à chaque fois que j’abordais la pêche en canal sans navigation, je posais seulement deux lignes sans plombs et bouchons coulissants, fil libre. Une boule de terre lourde et légèrement glaiseuse de la taille d’une mandarine et enrichie avec du pain, du blé, de la pomme de terre entourait le triple garni d’un gros carré de pomme de terre juste cuite. On posait la canne sur un support en bordure avec le pick-up du moulinet ouvert et on lançait le plus délicatement possible la boule dans l’eau. Et puis,  après de longues heures d’attente, il arrivait souvent que l’on aperçoive monter des bulles précédées d’un nuage vaseux autour du bouchon coulissant : un vrai signal avant un départ terrible !

Un challenge bien compliqué dans le domaine public…

Sans téléphone portable, encore moins de réseaux sociaux, et donc la notoriété restait très localisée, mais ceci n’avait pas grande importance tant le plaisir était immense.
Depuis tout ce temps, je me suis fixé comme objectif de dépasser la barre mythique des 30 kilos dans le domaine public sans pour l’instant y parvenir, même si, à plusieurs reprises lors de beaux et bien difficiles combats, j’ai cru enfin l’avoir au bout de la ligne.
Alors comme le disait si  bien Ronsard le poète : « Le temps s’en va, le temps s’en va…. » et Lucy (nom de ma chimère) n’est toujours pas venue se saisir de ma bouillette. Mais je ne désespère pas et malgré tout, je prends néanmoins, comme vous, je suppose, énormément de plaisir à prendre et remettre à l’eau de bien belles carpes moins fabuleuses…..en continuant de rêver et d’espérer à chaque nouveau départ !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Siège de pêche pliable Mission Peche
2) Bacs à appâts Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Carpe : Le montage bonhomme de neige

Posté par admin - 2/08/2015

Par ROMAIN

Ce montage est sans doute l’un de mes préférés car il m’a sauvé de plusieurs capots dans des conditions difficiles…

Le montage que j’utilise pour le montage bonhomme de neige est le KD-rig et je vais vous décrire la façon dont je l’ai utilisé lors de ma pêche. Dans un premier temps j’ai repéré le substrat sur lequel j’allais tendre mes lignes. J’opterai pour une tâche de gravier de plusieurs dizaines de mètres de diamètre. Deux cannes seront propulsées sur ce spot et une autre juste à côté de ce plateau de grave dans la vase à environ 3,5 mètres en pleine eau. Comme appâts j’utiliserai une bouillette de 20mm confectionnée par moi même est une pop-up de 10mm pour simplement  poser en équilibre mes esches sur ce fond vaseux. Mon amorçage sera composé d’une dizaine de bouillettes et un stick constitué du mix boosté avec du liquide bloodworm (vers de vase) propulsé lors du lancer. Mes autres montages sur le plateau de grave seront des montages tricheurs c’est à dire une bouillette (faite maison pour ma part) avec un faux grain de maïs, ce montage me réussit énormément en ce début de saison.
Aux alentours de trois heures du matin un départ vif me fit sortir de mon biwi en vitesse, je sens que le poisson est lourd mais calme. C’est une fois arrivé au bord qu’il décida d’aller dans l’herbier situé à ma gauche, je n’ai pas pu l’en empêcher mais grâce à ma tête de ligne en tresse j’ai pu couper les herbes est ne pas abimer ni perdre le poisson. Ce n’est qu’après l’avoir sorti des herbiers et mis dans mon épuisette, que je me suis aperçu de sa taille honorable car c’est une belle miroir de plus de 15kg qui me rendra visite. Une heure plus tard une commune de 9 kilos succombera à mon montage tricheur sur un amorçage lourd avec mes bouillettes.
Pour conclure, le montage bonhomme de neige sélectionnera les prises comme vous pouvez le constater dans ce récit, et je vous le confirme en l’ayant mis à tout épreuve, il m’a toujours rapporté gros ! Alors croyez en ce montage et il vous donnera satisfaction.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Sélection accessoires de montage Carpe Direct
2) Epuisette Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Le respect du poisson avant tout

Posté par admin - 8/09/2014

Par ROMAIN

Suite à ces beaux jours je décide d’aller pêcher pendant 72 heures sur un lac où je n’avais jamais pêché…

Installé vers 22h je décide d’observer le lac pour essayer d’estimer l’activité des carpes. Malheureusement un violent orage arriva, j’ai donc été obligé de sortir sous la pluie pour empêcher les affaires de s’envoler. Aussitôt l’orage fini, un violent départ surgit sur ma canne du milieu. Je prends vite contact car mes cannes sont placées près d’un plateau de dressens. Le combat fut lourd et nerveux, je mis au sec une belle commune de 14+. Ce poisson avait des traces de piqures d’hameçons, je décide alors de diminuer la taille de mes hameçons pour éviter toutes décroches.
Après un autre orage, j’enregistre un autre départ, cette fois-ci ce sera une magnifique miroir de 15+ qui me rend visite. Ce poisson était de toute splendeur, mais il était abîmé au niveau de la bouche. Les pêcheurs qui ferrent en reculant de trois mètres et en bridant les poissons comme des malades…  La pêche doit nous permettre de prendre du plaisir, il vaudrait mieux remercier les carpes au lieu de les torturer ! J’ai aussi vu des personnes prendre des photos de carpes debout ce qu’il ne faut surtout pas faire car la carpe se débat et se retrouvera par terre en sang, ce comportement est inadmissible. Il est vrai que certains pêcheurs oublient l’importance du respect du poisson et cela est très décevant, mais heureusement on n’est pas tous comme ça…
Durant la nuit je mettrai au sec 7 poissons de 15+ à 5 kilos, j’étais ravi de ma technique car j’utilisais 2 petites billes de 10mm sur mes trois cannes amorcées qu’avec des billes de 20mm surboostées. La deuxième nuit je totaliserai 4 poissons de 8 à 5 kilos. Le temps n’était plus avec moi car il ne faisait que pleuvoir. Pendant ces 3 jours je n’aurais fais aucun poisson de journée mais uniquement la nuit de 22h30 à 6h. Sur chaque extrémité du lac il y avait une réserve fortement encombrée de nénuphars et de bois morts, j’en ai donc déduit que les carpes bougeaient et allaient se nourrir la nuit. Surtout, n’oubliez pas de pêcher avec des petits appâts car comme je peux vous le démontrer cela ne sert à rien d’utiliser des appâts d’énorme taille qui n’ont pour effet que d’effrayer les poissons.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble réception pesée Carpe Direct
2) Sac de conservation Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Carpe : travailler un gros poisson

Posté par admin - 27/05/2013

Par DOMINIQUE L.

Faire mordre un beau poisson c’est bien. L’amener à l’épuisette, même si c’est pour le relâcher ensuite, c’est mieux !

Au cours de la bagarre avec un poisson, qui se déroule essentiellement dans l’eau, seule intervient la force musculaire de celui-ci et non pas son poids. Si l’on se souvient du principe d’Archimède, qui veut que « tout corps plongé dans un liquide subit une poussée vers le haut égale à la masse du volume de liquide déplacé », dans l’eau, un poisson ne pèse rien.
Quand ils n’ont pas été perdus dans les secondes qui suivent un ferrage défectueux (canne trop souple, fil trop élastique, frein du moulinet desserré, pointes des hameçons émoussées, inattention du pêcheur…), c’est presque toujours en fin de bagarre que les gros poissons se décrochent. Plus la lutte s’éternise, plus les risques de décrochage, bien évidemment, augmentent. Sous la traction continue de la ligne, la plaie de pénétration de l’hameçon va s’agrandir et se transformer en boutonnière. Il suffira alors d’un peu de mou dans le fil ou une simple pirouette du poisson pour que l’hameçon sorte sans effort de son logement.

Autre cause fréquente de décrochage…

Autre cause fréquente de décrochage, et même souvent de casse : quand un beau poisson a été trop « fatigué » dans un courant. S’il convient en théorie d’amener un poisson sur le flanc au-dessus de l’épuisette ou à portée de la main, il faut faire attention, dans un cours d’eau au courant puissant, à ne pas attendre qu’il soit complètement exténué pour tenter ces manœuvres. En effet, tant qu’il leur reste un peu de forces, un esturgeon, une carpe ou un silure auront naturellement tendance à se maintenir en position de nage, face au courant, voir même à le remonter d’eux-mêmes. En fait, tant qu’un poisson se maintient en position de nage, il n’oppose au courant qu’une résistance minime.  La traction sur la gueule du poisson est modérée, et il ne devrait pas y avoir le moindre risque de rupture du fil. En outre, tant qu’il restera en position verticale de nage, on arrivera, en manœuvrant la canne, à l’orienter facilement, à le sortir de la veine de courant principal, puis à la guider vers une zone ou le courant plus calme permettra soit de l’échouer, soit de l’épuiser ou de le prendre à la main.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Epuisette Carpe Direct
2) Tapis de réception Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Pêche carpe : Nature Printanière

Posté par admin - 1/07/2012

Par JORDAN

Les beaux jours sont enfin arrivés, les températures sont agréables et Dame carpe connait un regain d’activité avant la période de reproduction. Toutes ces conditions me semblent idéales pour me rendre sur une gravière inconnue proche de chez moi…

L’endroit est magnifique, rempli de verdure, d’arbres immergés et vierge de toute pression de pêche. Une trouée dans la végétation me permet de déposer mon rod pod dans l’eau sur un banc de gravier, facilitant par la même occasion le lancer de mes montages. Les waders Carpe Direct m’accompagnent d’ailleurs continuellement en journée …
Un bon sondage s’impose pour assurer la présentation des mes appâts au milieu de ce dense tapis d’herbiers, pour l’occasion j’ai monté sur chacune de mes cannes un chod rig qui optimise la présentation de mes bouillettes.  Niveau appât, j’utilise une fois de plus mes billes maison sur une base carnée dont une partie a été roulée autour de billes en liège pour obtenir des pop up.
Chaque montage est lancé sur une zone propre et accompagné de 500g de pellets boostés. Mes freins sont serrés au maximum et je compte sur la tresse Carpe Direct pour venir trancher les herbiers lors d’un départ. Les combats s’annoncent rudes !
La matinée est bien calme, les impacts de mes montages ont du éloigner les poissons mais l’espoir persiste…
Quelques bips viennent interrompre ma sieste et après un ferrage énergique pour dégager la ligne des herbiers un combat acharné s’engage entre moi qui souhaite sortir ce poisson de cet enfer vert et lui qui veut s’y enfoncer !
La chance me sourit, le poisson a pris le chemin de l’épuisette. Une belle commune de plus de douze kilos est au tapis, ce week-end de pêche commence bien !

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Tresse Carpe Direct
2) Fil Nylon Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Test : Tapis vert pour ces dames …

Posté par admin - 26/05/2012

Par JORDAN

L’évolution de la pêche de la carpe s’est accompagnée de la démocratisation du no-kill, consistant à relâcher systématiquement nos partenaires de jeu. Cependant pour pouvoir continuer à pratiquer notre passion dans de bonnes conditions, il est nécessaire de relâcher nos poissons dans les meilleures conditions possibles.

Dominique L.  a déjà publié un article sur le sujet bien complet,  je ne vais donc pas le paraphraser mais plutôt vous présenter en détails un accessoire indispensable pour la pratique du no-kill, le tapis de réception Prestige, proposé par Carpe Direct.
Ce tapis aux dimensions généreuses offrant une surface de plus d’un mètre carré, présente l’avantage de se replier sur lui-même et de se fermer grâce à deux fermetures éclaires de bonne qualité. Il est ainsi possible de porter le poisson sans risque, de le tenir emprisonner le temps d’attraper un appareil photo ou un sac de conservation voir même de s’en servir comme sac de pesée ! Le matelas fait plusieurs centimètres d’épaisseurs assurant sécurité au poisson, mais il reste cependant léger pour ne pas entraver les déplacements du pêcheur.
On peut noter aussi que chaque coin du tapis est équipé d’un anneau permettant de fixer la tapis au sol avec 4 sardines (fournies), très utile les jours de grands vents ou pour ceux qui comme les enduristes utilisent un trépied de pesée afin d’avoir une protection en cas de chute du poisson du sac lors de l’opération fatidique !
Point très important pour moi, à la différence de la quasi-totalité des tapis de réception, celui-ci est vendu avec un sac de transport, il est ainsi possible de le ranger à la fin de chaque session évitant de polluer la totalité du matériel !
Puis pour finir, le prix : 29,99 euros ! Et vu la qualité, on est très largement gagnant. Donc pour tous ceux qui comptent prendre soin de leur poisson cette année, achetez ce tapis sans attendre !

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Tapis de réception Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

« Previous Entries