Retour d’expérience de 3 années de VIP

Posté par admin - 20/09/2017

Par OLIVIER

Pour mon dernier article en tant que VIP je voulais faire un petit retour d’expérience…

Pêcheur depuis tout petit, passion transmise par mon père et mon grand père, voilà 6 ans seulement que je me suis réellement lancé pleinement dans cette activité. Je me suis orienté vers une seule technique: les carnassiers aux leurres.

Rechercher les meilleurs postes, ce déplacer constamment, lancer, ramener, trouver le leurre qui fera la différence et surtout leurrer le poisson avec un morceau de plastique…. Voilà tout autant de petites choses que j’apprécie et essaie de transmettre autour de moi afin de « casser » les préjugés encore bien trop présents que la pêche c’est pour les retraités !

J’ai contacté Pêche Direct dans l’optique de pouvoir bénéficier de matériel afin de le tester, et d’apporter ma petite contribution en faisant quelques retour d’expériences. Mais il ne faut pas non plus se voiler la face, la pêche aux leurres quand on débute, est très couteuse, vu le nombre de leurres, d’attaches rapides ou de plombs que l’on laisse au fond de l’eau voire dans les branches des arbres sur l’autre rive!!! Ravi donc d’avoir pu bénéficier de leurres en quantité !

J’ai pour habitude de pêcher en compagnie de mon camarade et ami William. Lui aussi pêcheur de carnassiers mais utilisant d’autres techniques comme le vif ou le mort posé.

Lui aussi a tenté l’expérience Pêche Direct et nous avions été ravi de pouvoir vous conter ces dernières années nos sessions que ce soit à pieds, en barque, ou float tube.

Nous avons dû pas mal nous documenter et compléter nos acquis par la rencontre d’autre pêcheurs plus chevronnés sur les différents salons que nous faisions à la « morte saison ».

Notre tandem s’est même offert la participation à l’un des plus grand rassemblement de street fishers en Europe : Celui de Paris.

Le fait de poster tous les mois un article sur le Blog nous plaisait beaucoup. On s’est aperçu au fil de nos sessions qu’en fait il n’y a pas vraiment de formule magique pour prendre du poisson. Les différentes techniques que nous avions partagées avec vous sont des outils ni plus ni moins… chacun possède ses petits secrets. Et ce qui est vrai le lundi… ne fonctionne plus le mardi.

Merci donc à Pêche Direct de nous avoir renouvelé sa confiance chaque année. William a quitté le navire en 2015 par choix personnel, c’est à mon tour en 2016 de débarquer. En tous les cas ce fût extrêmement enrichissant. De la place se libère pour de nouveaux VIP … à chacun son tour. Longue vie à vous !

Mots-clefs :, , , ,

Pêche hivernale des carnassiers

Posté par admin - 5/12/2016

Par OLIVIER

Malgré les apparences, l’hiver est bien présent. Avec lui arrive des comportements alimentaires spécifiques. La majorité des carnassiers vont rechercher les profondeurs et chasser au niveau du substrat. A nous de suivre ce changement de mœurs afin de pouvoir terminer cette saison avec un maximum de réussite…

Le maître mot, lorsque nous pêchons aux leurres durant cette période est la patience. Fini de courir sur les berges en lançant 2 -3 fois sur chaque poste. Maintenant, il faut passer au peigne fin chaque poste en animant les leurres très lentement.
Pour ceci il faut commencer par mettre de coté les leurres nécessitant de la vitesse pour qu’ils « prennent vie ». Je favorise personnellement 3 type de leurres bien différents afin de palier à toutes les situations.
Je privilégie dans un premier temps les leurres souples (voire très souples) d’une bonne dizaine de cm minimum. Il convient de les armer d’une tête plombée adaptée voire sous plombée pour garder un effet planant au leurre lors de la retombée au fond. L’animation est enfantine. J’anime en linéaire, en faisant lentement un ou deux tours de manivelle et laissant retomber le leurre au fond. Je gratte ainsi le fond. Un petit coup de scion vers le haut pour décoller le leurre et je reprends l’animation lentement.
Si je n’ai pas de réponse de la part du poisson, je vais lui présenter un poisson nageur articulé sans bavette (appelé swimbait) ayant pour particularité de pouvoir rester entre deux eaux lors de l’arrêt de sa récupération (suspending). Une récupération lente est de rigueur également, entrecoupée de poses.
Enfin si toujours aucunes attaques, je mise alors tout sur une grosse cuiller à double et larges palettes permettant une récupération lente. Bien souvent cette dernière est décisive sur un poisson peu enclin a vouloir manger… on vient juste le taquiner en faisant ressortir son coté territorial.
Je garde toujours aussi un popper à porter de main, même en hiver dans des eaux peu profondes lors de belles journée ensoleillées sur les coup de midi… j’ai déjà eu de belle surprises!
Question couleurs des leurres, rien ne change. Du flashy en eau sombre, du naturel en eau claire avec une légère préférence pour le bleu dans des eaux limpides! Ayez toujours avec vous le bon vieux twist blanc… indétrônable dans toutes les situations.
Vous voici parés pour clore cette saison de pêche. Sauf si vous pêchez en domaine privé… mais là aussi, les poissons ont besoin de calme pour se reproduire dans de bonne conditions… Le stress d’une capture et d’une relâche peut rapidement mettre fin à une descendance.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Sélection leurres Swimbaits Hook Discount
2) Sélection leurres souples Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Peche des carnassiers en lac

Posté par admin - 6/06/2016

Par CHRISTOPHE

Pendant la longue mais nécessaire fermeture de la pêche de la truite, je consacre mes quelques sorties à la pêche des carnassiers avec mon fils Mathieu qui lui recherche tous les carnassiers mais principalement le silure…

Je vis dans une région où il y a de nombreux lacs d’irrigation avec des profondeurs allant jusqu’à 6 mètres, actuellement les niveaux d’eau sont de 4 mètres mais le plus défavorisant pour la pêche des carnassiers c’est la température de l’eau. En effet, les eaux sont encore chaudes et on remarque encore beaucoup d’activité sur les plans d’eau: les carpes sautent encore beaucoup, des bancs d’ablettes et plus généralement les poissons blancs mouchent encore.
J’ai réalisé mes plus belles pêches de carnassiers par temps froid et quand le poisson fourrage est calé (je ne peux m’empêcher de repenser à mes sorties dans le secteur de la Motte Tilly dans l’Aube, et plus particulièrement dans le casier N°3 pour les intéressés). J’espère pouvoir y retourner un jour et voir si le poste est toujours bien pourvu en sandres car à chaque session de 4 heures j’en prenais environ 4 mais au moins le double de départ.
Les lacs où je pêche maintenant dans le Tarn pendant la fermeture de la truite sont plutôt pourvus en perches, brochets et blacks bass, mais leur pêche est actuellement très difficile vu l’activité du poisson fourrage.
Il est indispensable de régulièrement changer de leurres afin de trouver celui qui fonctionne le mieux. Pour ma part je préfère la pêche à la cuiller tournante mais là encore il faut trouver la bonne couleur et la bonne taille, mais dans tous les cas avec un teaser sur l’hameçon ce qui renforce son attractivité.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) 30 cuillers carnassiers Hook Discount
2) 10 leurres spinnerbaits Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Un cyprinidé pas comme les autres

Posté par admin - 18/04/2016

Par OLIVIER

Ce mois ci, je vais vous présenter un poisson qui peuple nos rivières et qui peut être très intéressant à pêcher aux leurres pour les amateurs comme moi de cette technique: il s’agit du chevesne ou chevaine (2 orthographes possibles).

Le chevesne a la grande particularité d’être présent en nombre en rivière car peu recherché par les pêcheurs voulant à tout prix remplir leurs bourriches. En effet, sa chair étant plus que médiocre, il est délaissé au profit de poisson plus « nobles ».
D’une taille moyenne de 30 cm, il n’est pas rare d’en croiser dont la taille évolue plus aux alentours de 50/60cm. Faisant parti de la famille des « poissons blancs », le chevesne est un cyprinidé ayant très bon appétit, mangeant de tout, et surtout se délectant de petites proies vivantes, aussi bien insectes que petits poissons. Ainsi, la plupart des techniques de pêche dite sportive des carnassiers sont valables pour capturer du chevesne.
En été, le chevesne est actif de préférence le matin et le soir. Pour le trouver en rivière il faut aller le débusquer au niveau des buissons plongeant dans l’eau. Il se régale de petits fruits tombant dans l’eau tels que les mures par exemple. Et surtout,il profite de l’ombre du buisson pendant les fortes chaleurs.
Poisson ne se déplaçant pas pour rien, il faut être armé de patience si monsieur n’est pas dans sa phase de chasse. La discrétion sera aussi maître mot. En phase de repos, il faudra lui présenter un leurre venant sur son territoire pour déclencher une attaque réflexe, de protection.
En période de chasse, le chevesne se déplace beaucoup, souvent en petit banc. Prospectez toutes les zones de la rivière, aussi bien le courant que les zones calmes, piliers de pont…
Les leurres à utiliser sont de petits leurres souples montés sur une petite tête plombée. Laissez le leurre tomber au fond et faites lui faire des petits bonds au fond tout en récupérant la ligne. En préférant un grammage vraiment faible, on va favoriser le coté planant du leurre lors de la descente… très souvent efficace.
Un deuxième type de leurre à utiliser est le poisson nageur initialement destiné aux truites ou petites perches,  5-6cm pas plus. En récupération linaire à grande vitesse, cela permet de couvrir de vastes étendues d’eau et c’est souvent payant sur du poisson actif. Si vous êtes témoin d’un suivi de leurre, ne freinez pas votre récupération mais accélérez plutôt le tour de manivelle… effet garanti !
Enfin, l’utilisation de leurres de surface est très efficace en été. Soit de petits stickbait ou popper, soit des leurres souples flottant imitant des insectes, l’utilisation de mouches est possible en la laissant descendre le courant. Les attaques ne seront pas spécialement franches comme une perche ou un black bass venant fendre la surface… ça sera plutôt un gobage du leurre tout paisible.
Le dernier en date que j’ai eu l’occasion de piquer a succombé aux charmes d’un petit spinnerbait. Je ne recherchais pas spécialement le chevesne. ll m’a mis une belle secousse dans le poignet. Poisson aimant se réfugier dans les branches immergées, les montages trop fins sont déconseillés pour pouvoir le dégager aisément (ça sent le vécu non?)
Grâce à son omniprésence dans nos rivières, le chevesne est un poisson qui peut très largement sauver une session mais surtout sa pêche est très ludique pour les plus jeunes qui se lancent dans la pêche aux leurres ou bien pour les plus aguerris désireux de peaufiner des techniques.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Sac à leurres avec 4 boîtes Hook Discount
2) Sélection de leurres Spinning Light Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

L’ouverture des carnassiers

Posté par admin - 15/06/2015

Par WILLIAM

Pour ceux qui souhaitent faire l’ouverture sur un lac ou un étang, il faut se diriger vers les endroits peu profonds…

La « friture » ou poissons blancs et les carnassiers recherchent des eaux plus chaudes, là où il y a plus de végétaux nécessaires à la reproduction. Favorisez les zones abritées du vent, elles se réchauffent beaucoup plus vite. Et c’est encore plus vrai par vent froid du nord.
Après avoir passé l’hiver dans les grandes profondeurs, les carnassiers remontent progressivement sur les différents secteurs et c’est précisément le moment d’agir.
C’est une des meilleures périodes de l’année pour capturer les femelles brochets. Après leur cycle de reproduction, ces jeunes mamans perdent beaucoup de poids, elles restent longuement sur leurs zones de fraie. Et quand elles pointent le bout de leur bec, ce n’est pas pour tricoter… elles ont faim, très faim même !!!

Gros leurre = gros poisson !

Et comme pour le début de l’hiver, n’ayez pas peur de sortir du lourd, gros poissons nageurs ou gros leurres souples.
Grâce au moment de tranquillité accordé par la fermeture annuelle, les carnassiers sont un peu moins méfiants, ça fait plusieurs mois qu’ils n’ont pas vu passer le moindre leurre devant eux.
Si il fait chaud, vous pouvez attaquer avec des leurres de surface. Les brochets, perches et black bass s’en réjouiront et vous aussi. C’est la saison des têtards et petites grenouilles qui  représentent une bonne partie de leur alimentation. Donc les leurres de surfaces auront le succès recherché. Mais ATTENTION pour le black-bass, d’avril à juin il est en pleine période de fraie. Donc on évite de le traquer. D’autant plus que ce n’est pas encore les grosses chaleurs, et les blacks ne sont pas encore au top de leur activité.

Bonne ouverture à tous !

En revanche, le sandre est plus actif. Lorsque les sandres ont fini de frayer au mois d’avril dans la logique des choses, ils ne pensent qu’à manger et sont encore plus « agressifs », recherchez les cassures ou la proximité de hauts fonds. Les leurres à forte vibration offrent de bons résultats (spinnerbait, cuiller…).
Avec des eaux froides, le brochet et la perche sont les plus actifs. Par contre, toutes les espèces sont susceptibles de prendre à un moment ou un autre votre leurre. Avec des eaux plus chaudes, le black bass sera très, très actif.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Leurres spinnerbaits Hook Discount
2) Sélection leurres carnassiers Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Test : Canne ultra light CCD83

Posté par admin - 20/10/2014

Par OLIVIER

Ce mois ci je vous propose un test de la canne ultra-light CCD83 longueur 210 puissance 1-10g de la marque Carnassiers Direct…

Cette canne mesurant 2m10, idéale pour la pêche itinérante, est composée de 2 brins. Son blank en carbone lui donne la légèreté et la résistance recherchées par les pêcheurs du bord. Nue, elle pèse 90g…
Légèreté: un bon point.

Question look, avec son style moderne et épuré, elle séduira les plus pointilleux. Canne très bien finie avec une mousse très agréable et résistante.
Look : + 1

D’une puissance de 1-10g, elle propulse vos leurres les plus légers sur orbite. J’ai donc ressorti du fond de ma boite à leurres mes plus petites cuillers et poissons nageurs… Quel plaisir de les voir prendre leur envol… même un petit leurre souple monté en direct sur un hameçon sans aucun lest peux être propulsé à une dizaine de mètres sans problème. De plus, un leurre de 10-15g ne la dérange guerre.
Lancer: + 1

Coté résonance, on ressent bien le contact du leurre avec le fond. Toutes les vibrations des leurres métalliques et poissons nageurs seront retransmises dans le poignet sans difficultés… Imaginez alors la sensation lors d’une attaque! Je ne vous parle pas d’une attaque d’un sandre de 80 cm! Non… juste une perchette de 15cm suffit pour avoir la petite décharge d’adrénaline qui nous rend fou! Et lorsqu’on rencontre un banc de perches, on ressent d’abord tous les coups de gueule dans le leurre avant de sentir le fish pendu.
Sensation: un point de plus.

Pour tester l’action propre de la canne, je l’ai mise à l’épreuve avec deux leurres de surface qui demandent une animation particulière en donnant des coups de scion secs. Passage haut la main du test. Mon popper et mon stickbait ont répondu idéalement à mes animations.
Pour l’action: un point supplémentaire

Pour une question d’objectivité et pour compléter ce test voici les 2 points « négatifs » que j’ai pu constatés:
- Canne qui peine avec des leurres brassant beaucoup d’eau (type poisson nageur à grande bavette ou spinnerbait à grande palettes)
- Talon un peu grand a mon goût (ça reste personnel). Je l’ai amputée de quelques cm pour que le talon repose bien sous mon avant bras. Et ça ne la déséquilibre pas pour autant!

Canne destinée à des pêches fines, pouvant mettre au sec de jolis poissons malgré tout (pour ma part, un brocheton de 40cm et un black bass de 42cm) elle séduira les adeptes de la pêche aux leurres à coup sûr. L’ensemble ultra-light est un bijou signé Carnassiers Direct.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Canne ultra light CCD83 Carnassiers Direct
2) Ensemble ultra light 210 Carnassiers Direct

Mots-clefs :, , , ,

Carnassiers : Mars et ça repart…

Posté par admin - 21/04/2014

Par WILLIAM

Nouvelle session avec mon partenaire Olivier. Nous partons dans un étang privé car la fermeture du carnassier est effective. Le temps n’est pas fameux, c’est très humide, il fait froid, il y a de la boue et nous essuyons quelques averses… bref, il faut vraiment aimer la pêche !

C’est parti !!! Nous commençons par prospecter méticuleusement le fond, le plus lentement possible, avec un assez large panel de leurres, mais malheureusement la première zone ne donne rien.
On se décale, re-changement de leurre, on essaye de varier les profondeurs. Olive est dix mètres devant moi et j’entends ce bon vieux cri « fissshhhhhh ».
Je m’approche de lui à grands pas mais le combat est très rapide, son poisson est mis au sec, en moins de 15 secondes…, c’est un magnifique spécimen : un sandre qui atteint la taille vertigineuse d’une vingtaine de centimètres… nous rigolons deux minutes, c’est un petit sandre mais sandre quand même. Quelques photos, et nous le renvoyons dans les jupes de sa mère.

C’est bon signe, s’il y en a un, il doit y en avoir d’autres…

Les sandres sont des poissons grégaires et se déplacent très souvent en banc et il n’est pas rare d’en prendre plusieurs dans la même zone. Mais visiblement ils ne sont pas décidés à mordre, et ce n’est pourtant pas faute d’essayer.
Nous varions les passages lents, rapides, avec des pauses, toutes les techniques y passent…et rien !
Nous avançons tranquillement quand  j’apperçois un herbier, je décide de l’exploiter. J’utilise, pour ce faire, un shad monté sur un montage texan, je lance en plein milieu et le laisse couler gentiment, une petite tirée et boom : la canne est pliée en deux : « fissshhhhhh ».
Ça bagarre là-dessous, je le vois furtivement c’est un bec, et au ressenti des coups de tête il n’y a pas de doute. Il a décidé que ça ne serait pas aussi facile. Quelques petites minutes à batailler  (j’ai peur qu’il coupe mon fluoro) et le voilà dans l’herbe. Un joli brochet qui dépasse les 50cm.
Même scénario que pour le sandre: photos, mesure, et nous constatons qu’il a pris un joli coup de dent sur le corps, mais il a l’air en pleine forme avec de jolies couleurs bien brillantes.
C’est bientôt la fin de la session et nous avons chacun pris un poisson. On a connu mieux mais les conditions ne sont pas les meilleures. Vivement que les eaux se réchauffent…

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Sélection  leurres à sandre Hook Discount
2) Sélection leurres à brochet Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Petit Street Fishing à Chartres

Posté par admin - 16/04/2013

Par NICOLAS

Je suppose que vous connaissez tous le Street Fishing qui consiste à pêcher en plein centre ville…

Me voilà parti en centre ville de Chartres (28). L’inconvénient, c’est le manque de place mais on peu très bien s’amuser quand même.
N’étant pas beaucoup pêchés, les centres ville restent un bon repaire pour la pêche, les poissons n’étant pas très éduqués, ils mordent à tous et n’importe quoi et ils sont de taille généreuse la plupart du temps.
Nous voilà partis avec deux amis en centre ville… Certes bruit et circulation sont au rendez-vous également mais on les oublie vite. Nous avons commencé au début de la ville pour remonter vers le centre, première fois pour moi que je fais du street, vite payant par une armée de perches prises au drop shot !
Nous continuons vers le centre ville. Le manque d’herbier est comblé par la multitude de recoins, d’épaves…  qui recouvrent la rivière. Quelques petits brochetons on fait  leur apparition, pas plus de 30 cm… dommage!
Les ponts, eux sont très bons, il faut pêcher dessous, une multitude de poissons se cachent soit au niveau des pilonnes ou à l’ombre du pont lui même. Je recommande aux pêcheurs de bien faire attention à leurs montages car les morceaux de métal, grillage… auront raison de vos ligne, alors doucement !
Après deux heures de pêche, une bonne quinzaine de perches, deux petits brochets (qui ne valaient même pas la photo) demi tour et seconde rive.
Payant également une des personne m’accompagnant, a sorti un beau brochet de 70cm.
Photos prises, poissons relâchés, nous avons soldé notre partie de pêche par d’autre perches affamées. Alors amis pêcheurs, les centres ville ont parfois du bon !!!

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Nylon Carnassiers Direct
2) Gilet de pêche Carnassiers Direct

Mots-clefs :, , , ,

Test : pince à poisson Fish Grip

Posté par admin - 3/01/2013

Par DOMINIQUE L.

Le Fish Grip (pince à poisson) est arrivé depuis maintenant quelques années en France. Il permet aux pêcheurs de carnassiers de ne pas se balader avec une épuisette bien trop encombrante et de remettre à l’eau nos compagnons de jeu dans les meilleures conditions possibles.

Le Fish Grip permet une prise du poisson sans danger pour le pêcheur. Mais attention, elle peut néanmoins blesser le poisson. En effet, sous son poids et ces mouvements, il peut arriver que la pince traverse la peau fine du poisson. C’est pourquoi, lors de l’achat d’un tel outil, assurez-vous que la partie portant les mâchoires tourne librement autour de la partie haute pour une totale sécurité du poisson.
Sur le site www.peche-direct.com la boutique Carnassiers Direct propose une superbe pince multifonctions (3 outils en 1) :
La pince en elle-même conçue pour sortir des prises jusqu’à 25 kilos :
- mâchoires puissantes à ressort
- acier inoxydable
- poignée antiglisse
- mâchoires rotatives indépendantes de la poignée
- lanière de poignet
Elle dispose dans le manche d’un mètre intégré (1 mètre). Et pour finir, un système de pesée allant jusqu’à 25 kilos !
Cette pince est très bien conçue et permet de manipuler et de peser vos prises en toute sécurité. Très facile d’utilisation, il vous suffit de refermer la pince sur la mâchoire inférieure du poisson. Un outil très efficace et indispensable dans toutes les musettes.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Pince à poisson (Fish Grip) Carnassiers Direct

Mots-clefs :, , , ,

Coup de gueule : L’élodée de Nuttall

Posté par admin - 22/11/2012

Par DOMINIQUE L.

J’avais pour habitude de taquiner la carpe, le carnassier et surtout le silure sur un lac à une petite demi-heure en voiture de la maison (un des rares endroits où l’on en trouve dans ma région). Il est malheureusement devenu impossible d’y pratiquer sur ce plan d’eau. Le responsable L’ ELODEE DE NUTALL.

Cette plante aquatique se développe jusqu’à des profondeurs de 3 mètres. Elle tolère des températures fraîches. Elle se développe dans une eau relativement riche en nutriments et minéraux. Sa reproduction est assurée par un fort développement végétatif. Des fragments de plantes arrachés peuvent engendrer des nouveaux plants après s’être enracinés. Elle provoque un dysfonctionnement des écosystèmes. Quand cette plante meurt, elle génère une grande quantité de matière organique qui s’accumule au fond des plans d’eau. Elle est donc classée comme espèce invasive.
Les politiques se creusent donc la tête pour trouver une échappée. Mais au moment même où je rédige ce billet, l’élodée de Nutall règne toujours en maître à la surface et dans les profondeurs du lac.
Je pratique régulièrement aussi le soir sur un petit étang à 5 minutes de la maison. Lors d’une de mes sorties, je croise le garde fédéral. Nous échangeons quelques mots et m’annonce que ce plan d’eau ne sera plus autorisé à la pêche en 2013. Et là, ce n’est certainement pas de la faute de dame nature, mais plutôt des pêcheurs peu scrupuleux qui ne respectent pas les consignes et les lieux. Malgré l’interdiction de pêche de nuit, certains pensent être au dessus des lois et plantent leurs biwies. Pire encore, ils s’autorisent des feux au sol, alors que ce plan d’eau est en plein milieu d’une forêt ! En oubliant au passage, bien sur, leurs détritus divers et variés. Par le  manque de civisme et de responsabilité de certains, c’est tous les pêcheurs qui vont trinquer. Merci à eux !

Mots-clefs :, , , ,

« Previous Entries