Championnat France 1ère manche 2017

Posté par admin - 9/10/2017

Par Michel

Championnat de France de pêche sportive de la carpe séniors 2017.
1ère manche qualificative de 48 heures lac de Verdon – La tessoualle 49 Maine- et-Loire : un résultat encourageant!

C’est par un temps plutôt moyen avec pas mal de vent froid que s’est déroulée cette compétition. Notre préparation à mon frère et moi a été beaucoup plus soignée que l’année passée où nous n’avions pas été très bons et les tirages au sort de postes assez défavorables. Cette fois-ci, la chance allait-elle nous sourire ? Nous tirons un des deux postes au pied du barrage avec une profondeur importante à distance et une belle cassure à environ 40 mètres du bord. Au niveau de l’amorçage nous avons choisi de faire uniquement un tapis de bouillettes artisanales que nous utilisons exclusivement au large et plutôt un mélange de graines derrière la cassure. 2 lignes à plus de 100 mètres et deux autres à la cassure. Le lac de Verdon est encore un peu bas à cette époque mais reste un géant de plus de 200 hectares, les postes étant bien dégagés qui permettent des lancers sans contraintes particulières.

L’après-midi se passe avec quelques bips et une petite tirette sur une ligne lointaine mais tout reste bien calme, aussi bien pour nous que pour les 17 autres équipes engagées. Seule une carpe de plus de 10 kilos est faire sur le secteur opposé au nôtre.

Il faut attendre 23 H 30, alors que quelques goutes de pluie commencent à tomber, pour connaître le premier départ sur la ligne lointaine de mon frère, c’est une magnifique commune à la bouche bien dure et pas abimée du tout qui rejoint le tapis et pesée par les commissaires à 9,4 kg, nous plaçant ainsi à la deuxième place du classement. Il faut savoir que seules les trois premières équipes seront qualifiées pour le championnat de France 2017 à la fin des deux manches qualificatives.

Le sommeil ne vient plus, mais nous nous recouchons, à 64 et 60 ans, ce type de challenge devient bien difficile ! Mais quel bonheur de pouvoir y participer encore.

A 02 H 20 nouveau départ sur ma ligne au large, une vraie furie ! Après un combat assez difficile parce que le poisson est parti complètement  de côté ce qui nous oblige à lever les lignes pour ne pas perdre le poisson, une carpe commune de toute beauté de 11,750 kg est acceptée par les officiels. Et nous voilà en première position provisoire, puisqu’il ne s’est fait qu’un seul poisson de 12 kg sur le secteur opposé et que notre poids total est de 21,150 kg. A cette heure, après avoir pris un café parce qu’il ne fait pas bien chaud et relancer les lignes nous décidons de nous allonger de nouveau mais le sommeil ne vient plus !

Mais en pleine somnolence quand même, à 04 H 30, nouveau départ de folie sur ma deuxième ligne de cassure, pour une troisième commune, aussi belle que les deux autres, qui sera pesée et comptabilisée à 8,430 kg nous consolidant ainsi provisoirement en première place avec un total de 29,580 kg.

Et puis, à part quelques petites touchettes sans suite, il ne se passera plus rien jusqu’à la fin des 48 heures. Et ce qui est pour nous l’est aussi pour la quasi-totalité des nos adversaires puisqu’il ne sera pris aucun poisson sur tout notre secteur et seulement trois poissons de plus sur le secteur opposé par des équipes différentes.

Pour le bilan il n’aura été pris que 8 poissons pour les 18 équipes présentes par 5 équipes et donc 13 équipes capot. Nous gagnons cette manche difficile et nous en sommes vraiment heureux car c’est la dernière année où nous serons confrontés directement aux plus jeunes qui peuvent atteindre des distances de lancer de prêts de 200 m, mais comme il n’existe pas encore de championnat de France pour les vétérans, la compétition est rude ! Mais il semblerait qu’en 2018 ceci devrait voir le jour.

Quoiqu’il en soit, nous voilà dans une position favorable pour aborder la deuxième manche qui se tiendra dans environ un mois dans la Sarthe 72 – Lac de la Rougeraie à la Chartre sur le Loir. Nous espérons vraiment se classer dans les trois premiers pour aller se confronter aux toutes meilleures équipes qui sillonnent la France. En tout cas….nous ferons tout pour réussir ce challenge si difficile pour nous, mais combien formidable!

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1)    Détecteurs de touche Carpe Direct
2)    Lit pliable Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Carpe : Peche dans le Marais Poitevin

Posté par admin - 17/07/2017

Par MICHEL

24 heures dans le canal de dérivation de la Sèvre Niortaise à Marans 17, juste avant la fraie des carpes dans le Marais Poitevin …

Déjà dans quelques conches du Marais Poitevin les carpes commencent à se concentrer pour venir frayer, souvent dans un vacarme assourdissant. Il n’est donc pas utile d’aller poser des lignes dans ces endroits afin de laisser à nos magnifiques compagnons de jeu sauvages tout le loisir de se reproduire en paix afin de pouvoir les combattre, en pleine forme, à l’avenir.
Mais dans le canal de dérivation, ce n’est pas encore le cas, sans doute l’eau est plus profonde, plus froide encore et aucune activité apparente ne se manifeste.
Aujourd’hui il commence à pleuvoir, j’installe à la hâte un petit biwy afin d’y trouver refuge après l’installation des lignes car le mauvais temps est annoncé au moins pour la journée. De plus, il ne fait pas chaud avec un vent fort et bien désagréable.
Pour le canal, peu large à cet endroit, j’ai privilégié mes cannes 10 pieds Carpe Direct qui sont tout à fait performantes dans ces lieux. Il n’y a que très peu de courant alors je plombe assez légèrement et au cas, bien improbable par ce temps, qu’une embarcation passe sur mes lignes, je pose des back-leads de 20 g.
J’utilise des bouillettes artisanales tendres et fruitées, avec des sticks de parfum identique préalablement congelés afin de garder au mieux tous les parfums et de ne pas perdre de temps, surtout sous la pluie, pour tendre les lignes.

Les conditions sont difficiles…

La pluie tombe maintenant de plus en plus et le vent redouble, il fait froid, et il aura fallu attendre 18 H 30 pour un premier départ se dirigeant directement vers les nénuphars, c’est un petit poisson malgré une énergie digne de la rivière et voilà une petite commune de 3 kg dans l’épuisette. Je retends la ligne avec un nouveau stick puis je retourne au chaud avec un bon thé sucré au lait. Une heure après ; nouveau départ, mais le temps de réagir le poisson est déjà dans les herbiers, qui malgré le début de la saison, sont déjà bien présents. La voilà tanquée solidement et plus rien ne bouge, j’arpente la berge en faisant des relâchés pour essayer de la faire sortir de là sans l’abimer et au bout de plusieurs longues minutes, je sens le poisson tirer de nouveau, ça est, elle s’est libérée et après un beau combat je pose une magnifique carpe miroir de 8,450 kg sur le tapis et des passants que mon comportement avait intrigué me propose de prendre la photo.

La carpe est très vive…

Juste avant la tombée de la nuit, alors que la pluie vient de cesser, je retends toutes les lignes. A 3 h 00 quelques bips me sortent du sommeil, puis plus rien, je me lève à la hâte et je me poste derrière les cannes sans allumer la lampe frontale, et d’un coup la ligne déroule, le combat ne dure pas longtemps mais la carpe est très vive, c’est une commune pesée 6,1 kg que je remets bien vite dans son milieu. Il fait froid et j’ai du mal à trouver le sommeil. A 7 h 30, encore un départ mais là le poisson file par le milieu du canal, donc pas de grand danger, elle combat avec ardeur mais vient assez facilement à l’épuisette, c’est encore une belle commune linéaire sauvage de 5,2 kg, avec une belle robe légèrement dorée et manifestement jamais piquée. C’est vraiment superbe de prendre de tels poissons, globalement le domaine public et notamment le Marais Poitevin, offre bien souvent de ces moments magiques.
Je commence à plier, il est presque 10 h 00 le biwy est sec et le matériel aussi grâce au vent. Je suis très satisfait de cette petite session, qui me permet notamment de mettre au point des techniques qui vont m’être bien utiles pour de futures compétitions.
Maintenant, dans quelques jours, la fraie va aussi commencer dans la Sèvre et ses canaux, alors je ne vais pas venir les déranger et attendre que la nature fasse son œuvre avant de reposer mes lignes en ces endroits.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Canne carpe 10ft/3lbs Carpe Direct
2) Ensemble bait rocket Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Pêche de la carpe: Pêche de nuit

Posté par admin - 25/09/2015

Par MICHEL

De la difficile cohabitation de tous …

Beaucoup de choses ont été dites sur la pêche de la carpe de nuit et peut-être ce modeste propos n’enrichira pas le débat. Mais confronté aux diverses difficultés de la pratiquer surtout lorsque l’âge et la réduction de la mobilité viennent à créer un handicap, l’on se retrouve de plus en plus souvent à être confronté au choix d’aller poser ses lignes dans le privé plutôt que de légitimement profiter du domaine public. Et ceci n’est ni équitable, ni véritablement économiquement concevable, surtout dans une période où les ressources sont rares.
Néanmoins je n’opposerai pas « privé et public » car chacun a bien le droit de trouver son plaisir où il le souhaite, mais si nos fédérations et associations écoutaient un peu plus les carpistes, peut-être pourrions-nous pratiquer notre passion plus normalement et avec un minimum de sécurité.
Je prends pour exemple un secteur de nuit situé au bord de la Sèvre niortaise à VIX en Vendée (mais les exemples de ce type sont innombrables) d’environ 1600m, il est au bord d’une route assez passante dont le stationnement des véhicules est interdit et pratiquement sans place suffisante pour y déposer un rod pod et sa batterie. Donc fort danger potentiel pour les carpistes et impossibilité d’installation avec un minimum de confort pour la nuit. A d’autres endroits, il existe des parcours de nuit, mais ceux-ci sont totalement inaccessibles du fait de la végétation.

Pourquoi certains départements autorisent facilement la pêche de nuit et d’autres non, ou alors avec des restrictions telles que cette pratique est quasiment impossible ?

Il n’existe sans doute pas qu’une seule réponse à ce problème mais un ensemble non exhaustif d’hypothèses dont certaines apparaissent comme assez évidentes. En premier lieu il s’agit sans aucun doute de nos propres comportements au bord de l’eau avec les riverains, les autres pêcheurs qui pratiquent une autre pêche…combien de fois n’avons-nous pas entendus des plaintes concernant le fait que certains s’alcoolisent à outrance et ne respectent plus rien ni personne, combien confondent installation légère et discrète avec camping familial organisé, combien aussi, à la fin de leur session, oublient de laisser une place propre sans détritus divers ? Et la liste est longue !
Ensuite, les carpistes n’étant pas majoritaires, les associations, les fédérations ne se sentent pas suffisamment investies pour leur donner satisfaction, de plus les carpistes sont assez individualistes par nature et ne se mobilisent pas collectivement pour peser efficacement afin de faire évoluer la situation.
Bien sûr, il ne s’agit pas de la majorité, loin de là, mais pour ces quelques abus, toute évolution, toute autorisation nouvelle devient un véritable parcours du combattant. Je viens de faire une petite session de 24 heures au bord de la Sèvre Niortaise sur un petit parcours initialement long de 400 m qui jouxte en partie un champ de blé, l’agriculteur s’est plaint au Président de l’association de pêche que des pêcheurs faisaient demi-tour avec leur véhicule dans son champ endommageant ses cultures. Résultat : fermeture quasi définitive de la moitié de ce joli parcours.
Néanmoins, j’ai tiré mon épingle du jeu en prenant 4 carpes communes dans la matinée de 5, 7, 8 et 10 kg. Ma seule pensée aujourd’hui est de préserver à tout prix, ces endroits qui font les joies de notre passion commune.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Sac de conservation Carpe Direct
2) Lampe frontale & Lampe de biwy Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Peche carpe: une belle suprise!

Posté par admin - 23/09/2013

Par TEDDY

Arrivé sur le plan d’eau d’une dizaine d’hectares, je commence tout d’abord à observer le lac, et je m’aperçois qu’il n’y a pas beaucoup d’activité…

Après avoir passé quelques temps sur les berges, je m’empare de ma canne à sonder car pour moi c’est là ou se joue toute ma pêche. Je lance mon premier lancer et commence à sonder : il y a 3m d’eau. Je ramène de quelques mètres mon plomb et je sens une grosse tache de gravier sur le fond. Je sonde et  trouve 2m50 d’eau, c’est un bon endroit pour moi. Je continue et  trouve à quelques mètres à la même distance la fameuse tache de gravier, je placerais la canne sur ce fond. Je mets deux cannes plus au large dans plus de fond et sur une fine couche de vase pour voir laquelle donnera les meilleurs résultats.

Mes appâts et montages

Mes cannes seront armées de tresse souple et  de petit hameçon (6-8). Ma première canne sera eschée d’une pop-up 10mm sur un hameçon n°8 monté sur un bas de ligne court  pour pouvoir le mettre dans un sac PVA. Ce sac sera rempli d’un petit peu de pellets de plusieurs tailles et de plusieurs couleurs, ainsi que de farine à stick mix pour faire un nuage de fines particules. Je compacte bien le tout et rabats les coins du sac vers l’intérieur pour que le sac soit encore une fois plus compact. Je prends soins  à l’aide de mon aiguille à bouillettes de faire quelques trous pour que l’eau s’imprègne plus rapidement à l’aide d’une seringue que j’ai pris soins de remplir de booster. Je plante mon aiguille dans mon sac et libère mon booster ce qui  augmentera son attractivité.
Quant à mes cannes qui pêcheront plus au large, l’une d’entre elles sera équipée d’un Chod-rig (un de mes montages préférés que j’utilise pratiquement sur toutes mes pêches), elle aussi sera eschée d’une pop-up 15mm sur un hameçon n°6 et pêchera sans amorçage. Je pêcherais fil détendu, le montage sera ainsi bien plaqué sur le fond permettant de gagner en discrétion.
Pour ma troisième canne, j’opte pour un montage que grand nombre de pêcheurs connaissent très bien « le
kd-rig » qui lui sera esché d’une pop-up de 12mm et d’un faux grain de maïs.

Je pars très confiant pour cette session…

Malgré tout, avec des températures très élevées en ce début de saison je me dis qu’il sera très difficile de sortir un poisson !
Aux alentours de 22h j’étais  bien confortablement couché dans mon bivouac lorsque quelques Bip me feront sortir. Je regarde donc mon écureuil et remarque que c’est une touche en retour… Je retends mon fil et là un départ surgit.. Je ferre ! Je sens que ce n’est pas très lourd mais c’est un super combat quand même, je remonte la tête du poisson hors de l’eau, et je m’aperçois surpris que je mettrai au sec un super Esturgeon !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Montages Carpes Direct
2) Ensemble bivouac pêche de nuit Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Peche Carpe : Installation de nuit

Posté par admin - 3/12/2012

Par JORDAN

Pour pratiquer au mieux en cette fin de saison, où les jours raccourcissent fortement, je vais vous présenter deux approches que j’utilise lorsque je suis contraint de m’installer une fois la nuit tombée.

La première approche consiste à utiliser une même canne pour effectuer plusieurs opérations différentes en aveugle. Pour cela, j’ôte le bas de ligne de mon montage et n’y laisse que le plomb. Je lance ensuite en direction d’un repère visible de nuit sur la berge d’en face (colline, arbre, poteau électrique) et bloque la sortie du fil de mon moulinet afin que mon plomb touche le fond avec la ligne tendue. De la sorte je serai capable de ressentir l’impact de ce dernier sur le fond. Si l’impact est peu marqué, il y a de grandes chances que je sois tombé sur une zone herbeuse ou envasée. Je ramène mon montage et recommence l’opération jusqu’à trouver une zone « propre ». Par ailleurs, avec cette technique, il est aussi possible d’estimer la profondeur en comptant le nombre de secondes qui séparent les impacts du plomb en surface et sur le fond, un plomb seul descend environ un mètre d’eau par seconde…
Une fois ma zone repérée, je bloque ma ligne dans le clip du moulinet et ramène mon montage. J’utilise systématiquement un clip rapide pour relier mes bas de ligne, ce dernier me sert aussi à fixer un bait rocket de petite taille. Ainsi en relançant en direction de mon repère visuel je peux amorcer précisément la zone propre repérée préalablement. Il ne me reste plus qu’à ramener le bait rocket après la séance d’amorçage, de le troquer pour un bas de ligne esché et de recommencer l’opération avec les autres cannes.
La seconde technique est plus aléatoire au niveau du placement des lignes mais assure tout de même un montage pêchant quelque soit la nature du fond. Pour cela j’utilise un sac PVA rempli d’amorce très attractive. 
Je fais en sorte de toujours avoir des bas de ligne préparés dans des sacs déjà remplis pour être opérationnel le plus rapidement possible. Pêchant souvent qu’à deux cannes, j’ai toujours au moins 2 sacs PVA prêts à être reliés à mes cannes. Et dès que je ramène un montage, je prépare un sac PVA dans la foulée pour la fois suivante…
Cette approche est aussi plus discrète. Si en arrivant sur place on entend un saut dans une zone, il sera plus discret d’y lancer un sac PVA, qu’un plomb et un bait rocket à plusieurs reprises.
En espérant que cet article vous fournisse quelques astuces assez motivantes pour vous donner l’envie d’aller au bord de l’eau même s’il fait déjà nuit !

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Accessoires d’amorçage Carpe Direct
2) Accessoires pêche de nuit Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Amorçage préalable pour pêches de jour

Posté par admin - 8/11/2012

Par JORDAN

Délaissée de tous, cette gravière girondine peut révéler de bonnes surprises même si elle n’est praticable que de jour !

J’ai découvert il y a peu une gravière girondine forte sympathique avec un cheptel intéressant. Malgré tout, cette gravière est délaissée par les carpistes du coin. La raison ? Des horaires d’accès qui bloquent la pêche de nuit ! Tant pis pour eux, pêche de nuit ou pas, je fonce…
Je ne vais pas à travers ce billet vous dévoiler mes techniques de fraudes pour pratiquer la nuit sur les secteurs interdits, mais plutôt vous décrire l’approche que j’utilise sur ce plan d’eau pour réussir malgré les restrictions horaires.
Pour m’assurer un succès constant sur ce plan d’eau, je mets en place avant chaque sortie un amorçage étalé sur 2 ou 3 jours. Cet amorçage préalable me permet de concentrer les poissons sur le secteur que je pêche, de les habituer à mes appâts et de les rendre moins méfiants.

Les carpes, habituées à recevoir régulièrement de la nourriture sur un spot, perdent de leur méfiance.

Préalablement, j’ai passé pas mal de temps au sondage afin de dénicher le poste qui me permettra d’avoir des résultats dans la durée. Ainsi j’ai choisi de pêcher à partir d’une pointe qui m’offre la possibilité en pêchant sur ces deux flans d’avoir une large étendue d’eau à ma portée. J’évite ainsi de matraquer les poissons sur un petit secteur, qui risqueraient de répondre négativement à cette pression de pêche.
Niveau appâts, j’utilise toujours mes billes maisons, en 20 ou 24 mm histoire de sélectionner la taille de mes prises. Pour accoutumer les poissons à mes appâts, j’utilise évidement la même base de mix à chaque sortie en faisant évoluer certains éléments (en jouant sur les quantités) au cours des saisons pour être sûr qu’ils soient digestes quelle que soit la température de l’eau.
Ainsi, depuis le début de l’année j’ai pratiqué une dizaine de fois de la sorte sur ce plan d’eau, ne repartant jamais bredouille. Les amorçages préalables avec des appâts de qualité et en l’absence de pression de pêche me permettent même de réaliser de belles pêches avec parfois des moments de frénésies alimentaires aux heures régulières d’amorçages !

Mon conseil matériel Pêche Direct : 

1) Ensemble bouillettes Carpe Direct
2) Ensemble amorçage Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Carpe : Maxi résultat, en journée !

Posté par admin - 4/10/2012

Par JORDAN

Voila quelques articles que je vous parle des effets néfastes de la pression de pêche sur les poissons. J’ai notamment évoqué la disposition des cannes et le nombre de lignes à l’eau mais le temps de pêche est un point important qu’il faut savoir gérer au mieux.

Pour illustrer mes propos, je vais vous rapporter une de mes dernières sessions sur un grand plan d’eau public très réputé et qui subit une forte pression de pêche toute l’année. Sur ce plan d’eau, la quantité de poissons est très importante mais les cartons sont rares à cause d’un grand nombre de pêcheurs et des approches non adaptées. Lorsque je me suis rendu sur ce plan d’eau pour ma session, le poste que j’occupais était plutôt défavorable, situé entre deux campements de plusieurs pêcheurs. J’ai du mettre en place une stratégie adaptée à la situation.
Pour tirer mon épingle du jeu, je me suis limité pour ces 72h à n’utiliser que deux cannes. Mon amorçage a été conséquent, j’ai prévu 8 kg de deux sortes de bouillettes par jour. Les bouillettes que j’ai utilisées en début de session ont été préparées avec un mix crémeux/sucré qui a l’avantage d’être attractif très rapidement, mais dont l’effet sur le long terme est limité. Pour pallier à ce problème, j’ai élaboré un second type d’appât très protéiné à base de différentes farines de poisson qui sera plus prenant sur le long terme et qui aura tendance à attirer des poissons plus gros.
Durant les premières heures de ma pêche, les résultats ont plutôt été moyens mais j’ai remarqué rapidement un comportement étrange des poissons : ils se font plus facilement piéger lorsqu’un spot est amorcé quelques heures avant d’y tendre une ligne. A partir de ce constat, j’ai limité mon temps de pêche en ne pêchant que la journée et en faisant l’effort d’amorcer plusieurs fois la nuit. Ainsi, les poissons se sont nourris en toute confiance de mes appâts la nuit et se sont fait prendre, par manque de vigilance, en journée.
En limitant mon temps de pêche et en diminuant le nombre de cannes à l’eau, j’ai pu mettre les poissons en confiance et les prendre plus facilement, ce qui m’a permis de terminer ma session bien mieux que mes voisins avec plus d’une vingtaine de poissons bien calibrés…

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Ensemble débrayable 10ft Carpe Direct
2) Moulinet débrayable Prestige Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Billet d’humeur : Coup de gueule

Posté par admin - 6/12/2011

Par ROMAIN

Ce mois-ci, pas de poissons, pas de technique, je vous parlerai seulement de quelque chose qui commence à sérieusement agacer une minorité de carpistes…

Je vais parler au nom de ceux qui pêchent pour la passion et dont le principal but est de pêcher le mieux possible pour traquer le plus de poissons possible et passer un bon moment au bord de l’eau. Un moment souvent incompris des gens qui nous entourent, j’ai souvent entendu des amis me dire  »…mais tu es complètement fou de passer la nuit dehors a 5°C tout ça pour des poissons ! » Je réponds avec le sourire :  » Oui ! Mais j’aime ça ! » Nous avons tous une passion incomprise par les gens qui nous entourent. Bref, je ne le répéterai jamais assez : on naît pêcheur, on ne le devient pas !

Vous avez déjà sûrement remarqué des  »carpistes » qui débarquent sur un bon petit carpodrome avec du matériel dernier cri acheté à un vendeur arnaqueur qui a promis à l’apprenti pêcheur des carpes grosses comme des maisons, dignes des magazines spécialisés. Toujours est-il que si le cheptel du lac est représenté par des carpes de 10 kg en moyenne, vous ne ferez pas un mammouth de 30 kg… Et je vous rassure, le matériel ne fait pas le pêcheur, je prends un plaisir cynique à écouter nos amis les apprentis carpistes à faire la promo de leur matériel super ultra performant. Et lorsqu’ils voient mon matériel que je traîne depuis plusieurs années et que j’ai acheté à moindre coût ainsi que mon album photo, ils comprennent que le matériel ne joue pas un rôle primordial dans la qualité de la pêche. Un ami me dit toujours : le plus important ce sont les derniers centimètres de la ligne et l’endroit ou elle est placée.

Pour en revenir à nos moutons…noirs ! Je dirais que beaucoup trop de  »soi disant pêcheurs » se prennent pour des organisateurs de soirées sauvages. Je vois régulièrement des booms parties au bord des étangs ou la musique, l’alcool et le barbecue sont invités à la fête. Eh, messieurs les fêtards, il y a des boites de nuit pour ça, essayez de réfléchir au dérangement que vous causez aux autres pêcheurs et surtout à l’image que vous donnez des carpistes qui passent aujourd’hui pour les pêcheurs les plus irrespectueux de l’environnement.

J’entends souvent dire qu’il n’y a pas assez de secteurs de nuit, je réponds que forcement si le carpiste respectait un peu plus son prochain ainsi que le lieu que la nature lui offre pour s’affaire à son hobby favori, les fédérations de pêche feraient des efforts et écouteraient un peu plus les besoins de ces pêcheurs.
Cette année je pêche beaucoup un lac réputé pour ces poissons hors norme, heureusement pour ces pauvres carpes il n’est pas en secteur de nuit (sinon les poissons seraient sûrement dans en état lamentable…) et connaissant bien les gardes de pêche qui y contrôlent tous les jours j’apprends chaque fois que j’y vais le nombre de PV délivrés dans la semaine. Toujours les mêmes raisons : pêche de nuit, camping sauvage, cannes hors de portée, récidive… Bref, moi je dis que c’est dommage que des pêcheurs ne respectent pas les lois, mais tant mieux, qu’ils se fassent régulièrement verbaliser (ça fait de l’argent pour les fédérations de pêche, elles en ont besoin!).

Enfin pour finir je dirais, amis carpistes, profitez et respectez les faibles richesses de notre dame nature ainsi que les derniers endroits de calme qui nous restent à ce jour, et dites vous que si vous ne respectez pas ces cadeaux de la nature vos enfants ne les connaîtrons jamais et ce serait bien dommage…

Mots-clefs :, , , ,

Des kilomètres pour des carpes…

Posté par admin - 22/09/2011

Par ROMAIN

Nous avons prévu depuis une semaine de pêcher un lac en haute Garonne avec un ami…

Samedi midi à l’heure de partir nous décidons de rejoindre des amis sur la goutte dans le Tarn. Arrivés sur place après une heure de route nous constatons avec désespoir qu’il y a déjà 3 carpistes sur le secteur et que l’espace de pêche est trop restreint pour accueillir deux pêcheurs de plus.
Donc c’est reparti pour notre première idée, après avoir traversé les départements du Tarn et de l’Aude, nous arrivons vers 19 heures sur ce fameux lac de la haute Garonne. Le temps de gonfler et charger le bateau, nous sommes partis pour se poster sur un secteur que nous avions déjà pêché il y a quelques années. Nous avons juste le temps de s’installer, de sonder le poste et de jeter les cannes avant que la nuit tombe.
Je décide de pêcher à la graine à cause des indésirables qui sont présents sur le lac et Franck pêchera avec des bouillettes blindées carnées. La nuit se passe sans le moindre bip !
Dimanche 10 heures, nous ne sommes pas confiants et décidons de plier pour retourner sur un lac qui se trouve à 40 minutes de là, réputé pour ces jolis poissons. Franck décide d’abandonner en cours de route, mais moi je continue jusqu’ au lac ou je vais rejoindre deux autres amis à qui nous avions donné rendez-vous pour pêcher l’après midi. A 13h nous sommes tous les trois installés. Je suis le premier à avoir un départ : une jolie miroir de 19,4 kg viens nous rendre visite sur le tapis. Vers 19h je décrocherai sur un départ digne d’une voiture de formule 1, la canne pourtant bloquée sur les supports et le frein du moulinet bien ouvert c’est vue faire un bond d’un mètre et a failli disparaître au fond du lac… mes amis ferons deux poissons de 13 kg.
Le lac n’étant pas en secteur de nuit je décide de rentrer à la maison au coucher du soleil, je reviendrai le lendemain matin avec Franck. La journée sera animée avec 10 départs dont 3 poissons décrochés, une casse et 6 poissons allant de 11 a 19kg. J’ai parcouru au moins 400km ce week-end mais notre détermination a payé, nous avons trouvé du poisson et passé un week-end avec des prises hors normes. Il faut juste que je pense à remettre de l’essence dans la voiture avant de tomber en panne !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1)  Fourreau prestige Carpe Direct
2) Sac carry all Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Carpe : pêche rapide d’une nuit…

Posté par admin - 28/05/2011

Par JORDAN

Disposant de peu de temps en cette période de l’année, je suis parti sans grande préparation pour une pêche de nuit sur une gravière assez technique…

Ma pêche a démarré assez tardivement en fin de journée, aux alentours de 17h, et après un rapide sondage j’ai décidé de placer deux cannes sur un haut fond, une autre proche d’un arbre immergé en bordure, quant à la dernière, elle sera régulièrement relancée, équipée d’un sac soluble !
Niveau amorçage, je me suis improvisé un spod mix à base de graines prêtes à l’emploie (blé, chènevis, maïs…) auxquelles j’ai ajouté des micro-pellets et des billes broyées. Je nappe le tout de CSL (liqueur de maïs) pour avoir une diffusion aussi bien horizontale que verticalement, dans toutes les couches d’eau. Pour lancer le coup, j’envoie 10 baits rockets par canne au niveau du haut fond que j’essaye de concentrer le plus possible.
Ma canne de bordure recevra trois frondes de noix tigrées, que j’ai préparées moi-même : trempage de 48h et cuisson d’une demi-heure dans l’eau bouillante sans oublier l’ajout de sucre…

Des tigers bien préparées: une arme infaillible !

Le temps se dégradant très vite, je monte rapidement mon abri, juste à temps pour m’abriter d’un terrible orage ! Le déluge passé, je m’inquiète de ne toujours pas avoir enregistré de départ, j’en profite pour replacer une canne que j’escherai d’un pellet à la moule verte et d’un sac soluble rempli de billes découpées le tout fortement boosté.

Les pellets sont idéaux pour prendre rapidement un poisson…

Une demi-heure plus tard cette canne démarre et une première commune de 6 kilos rejoint mon épuisette ! S’en suivra six poissons au cours de la nuit dont 5 sur la canne de bordure…
 Je prendrais soins après chaque départ de renvoyer quelques tigers sur mon poste avant de replacer ma pop up fluo de 16 mm aux épices sur montage KD-rig, ce qui à l’air de me réussir !
 Au petit matin, un départ violent me réveille en sursaut et après un âpre combat une commune vierge de toutes piqures et parfaitement proportionnée posera devant mon réflex.   
Après avoir subit de fortes pluies de 5h30 à 10h00 du matin, je remballerai mon matériel, satisfait du résultat de ces 15h de pêche…

Mon conseil matériel PECHE DIRECT:

1) Accessoire d’amorçage bait rocket CARPE DIRECT
2) Noix tigrées STAR PECHE

Mots-clefs :, , , ,

« Previous Entries