Carnassiers : Une session mémorable…

Posté par admin - 20/06/2016

Par OLIVIER

Je rejoins des amis autour d’un étang privé accompagnés d’un futur guide de pêche qui souhaite nous initier à la pêche du sandre aux leurres souples…

Tous équipés de float tube, nous avons pu apprécier la température plutôt fraîche de l’eau, mais fort heureusement, j’ai pu constater que mes wadders pouvaient amplement amortir la morsure de l’eau hivernale. Le temps n’est pas spécialement de la partie en début de session, mais bon, quand on aime … on ne s’arrête pas à ce genre de détail!
Les leurres dansent dans l’eau depuis un bon moment déjà et toujours aucune attaque! Nous suivons pourtant avec attention les recommandations de notre «prof» du jour: pêcher au fond en grattant le substrat à l’aide de leurres souples type shad ou twist. Nous dirons que ça, c’est la théorie, car pour la pratique c’est à revoir car la réalité est bien différente!
A la décharge de notre accompagnateur, il nous apprend également que le sandre est un poisson chassant de préférence à la tombée de la nuit, et ayant un regain d’activité particulièrement important autour des jours de pleine lune. Cela tombe plutôt mal car il est 9h du matin et la dernière pleine lune remonte au mois dernier.
Bref , nous nous ne décourageons pas et au pire on pourra toujours faire du brochet voire du black bass dans cet étang.
Voilà deux heures que nous naviguons et lançons encore et encore… toujours rien, mes doigts eux par contre commencent à être sérieusement engourdis et je ne parle pas de mes pieds que je ne sens quasiment plus.
Vers midi, nous décidons de sortir de l’eau, profitant du soleil qui se décide enfin à percer, pour casser la croute. L’appel de l’eau se faisant toujours plus pressant, les moulinets n’ont pas eu beaucoup de temps de se refroidir. Nous lancions depuis le bord encore et encore au cas où Mr Sander ai, lui aussi, un petit creux.
Soudain, à quelques mètre de moi j’entends:  « Poisson ! Poisson ! Une épuisette , viiiiite ! » A la vue de la canne pliée, tous le monde se dit que le sandre record de l’étang va être anéanti !!! Ça ne se débat pas plus que ça. Ça l’air très lourd surtout lorsqu’on pêche avec une canne de faible puissance.
À la vue de la forme et la couleur du poisson je comprends rapidement que le record restera encore quelque temps dans les mains de mon ami William, puisque ce n’est pas un sandre au bout de la ligne mais une jolie carpe qui montre son bout du nez.
Cerise sur le gâteau, le leurre est bien engamé par le poisson, elle devait vraiment avoir les crocs!  J’avais déjà fais une petite carpe dans cet étang l’an dernier mais je l’avais « harponnée » sur le dos avec mon leurre ! Celle-ci par contre c’est dans les règles de l’art.
Au final, au cours de cette journée, 3 brochets, 1 petit black bass et une carpe seront mis au sec. No kill de rigueur, il retourneront tous à l’eau après une pause devant l’objectif. Nous n’avons pas vu l’ombre d’une canine aiguisée propre au sandre… Ce n’est que partie remise…

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Sélection leurres sandre Hook Discount
2) Moulinet Prestige Fish Different

Mots-clefs :, , , ,

Carnassiers : Sandres en eau claire…

Posté par admin - 2/11/2015

Par LAURENT

La pêche des sandres dans une eau transparente, demande un peu de doigté et de finesse. Ces conditions de clarté se rencontrent à mesure que la saison froide reprend ses droits. Repérez les bancs de poissons fourrage est essentiel !

J’ai dans l’idée que pour décider les sandres face à une telle concentration de poissons fourrage, une proie plus grosse que la moyenne devrait faire la différence. Nous distinguons tour à tour sous notre embarcation de nombreux poissons qui vaquent à leurs occupations. Soudain le miracle attendu se produit, le vent tombe d’un coup, la surface devient lisse comme un miroir. Je crois rêver quand je vois distinctement sur le fond des dizaines de sandres qui surveillent les ablettes. Certains poissons sont modestes mais plusieurs flirtent avec les 80 cm. Ils tournent sur eux-mêmes et semblent se préparer à une attaque massive, les ablettes tournoient par centaines au-dessus de leur tête. Sans réfléchir j’envoie un petit leurre vers le premier sandre que je vois. J’anime doucement presque sous son nez, aucune réaction ! Je tente un autre poisson, un peu plus loin, sans le moindre bruit, il ne bougera pas non plus une nageoire.

Dans un aquarium !

Je reviens donc à ma première idée, je change vite de canne, j’ai trop peur que le vent se lève et j’envoie à nouveau sur le premier sandre en patrouille un leurre aux reflets brillants. Dès que le leurre entre dans le cône de vision du sandre, celui-ci hérisse sa dorsale et l’engouffre en une fraction de seconde. Je ferre sans violence et notre première prise du matin est conduite dans ma grande épuisette. Un joli sandre de 4 ou 5 livres en pleine forme. Doucement remis à l’eau nous cherchons alors à vue d’autres sandres en chasse. Sur ma gauche, un autre poisson qui maraude lentement. Même animation lente et seconde prise de même taille ! Quel régal !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble Predator Luxe Carnassiers Direct
2) Lot 130 Leurres Sandre Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Sandres : cherchez les gros !

Posté par admin - 27/09/2015

Par LAURENT

Prendre de gros sandres nécessite de ne rien laisser au hasard. En pêchant classiquement le sandre au leurre vous pouvez bien entendu prendre un gros spécimen mais la quête des plus grands poissons va vous demander une forte capacité d’analyse et de compréhension afin de réussir.

Un banc de sandres du même âge va naturellement diminuer au fil du temps. Les prélèvements des pêcheurs et des prédateurs comme les cormorans vont réduire ce banc de poissons au fil des saisons à seulement quelques individus dont le comportement va évoluer. Non seulement les plus gros sandres vont doucement s’écarter des poissons plus jeunes, mais ils vont surtout chasser de manière différente sur des postes plus difficiles à cerner pour le pêcheur. Si votre échosondeur vous annonce une belle cassure magnifique, il y a fort à parier que vous n’y prendrez que des sandres moyens. Pourquoi ? Parce que les très gros sont ailleurs, dans une anfractuosité plus difficile à voir où personne ne viendra les déranger. Les plus gros sandres sont souvent des femelles et elles ont la capacité en rivière à trouver des passages dans la roche qui sont parfois difficiles à pêcher correctement. En ballastière, plans d’eau ou lacs de barrages, les bons postes sont plus difficiles à déceler. Sachez que les sandres aiment les déclivités, les cassures franches et les obstacles imposants comme les arbres noyés mais aussi toutes les structures de pierre et édifices hydrauliques !

Sandres trophées !

Encore une fois les plus gros se tiendront dans les endroits les moins évidents et lorsque le poste est « trop beau » les spécimens n’y sont pas ! Je veux dire qu’un bel arbre tombé dans l’eau est souvent un excellent poste mais il est rarement habité par un sandre trophée. Une grosse souche à quelques mètres, ou une vieille dalle cassée posée sur le fond passera totalement inaperçu aux yeux du pêcheur lambda c’est pourtant sous celle-ci que s’est posté le grand carnassier ! Les gros sandres ont cette capacité à trouver des postes inattendus car leur longue survie aux éléments en dépend. Concernant les gros spécimens j’ai remarqué que leur attitude alimentaire était différente. Comme ils chassent en groupe très réduit, souvent deux ou trois individus, ou parfois même seul, ils orientent davantage leur prédation vers le fond, sur des proies plus lentes voire isolées : petite perche, petite tanche, gardon blessé ou écrevisse plus facile à saisir sans dépenser trop d’énergie.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble predator Prestige Carnassiers Direct
2) Sélection leurres sandre Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Carnassiers : Une étonnante rencontre

Posté par admin - 4/05/2015

Par WILLIAM

C’est le début de cette nouvelle année, il fait un temps super, le soleil est au rendez-vous. L’occasion rêvée pour la première partie de l’année. Je suis tout seul, mon compagnon de pêche Olivier est en vacances…

Je vais chez un ami qui possède un superbe étang bien poissonneux. Il m’offre un café et me raconte quelques anecdotes de pêcheurs.  Ça me donne deux fois plus envie de pêcher…
Je vais récupérer mon matériel dans le coffre de ma voiture.  Mes canes et ma boite de leurres bien accrochés sur mon chariot de pêche et j’attaque ma session.
Je commence par un leurre souple type twist de couleur blanche. Je compte pêcher du sandre et entreprends de gratter le fond très lentement. J’adopte ma technique habituelle, je lance en éventail et je ramène une fois au fond, entre deux eaux, puis en surface. Quand c’est fait, je me décale d’une dizaine de mètres.
Et c’est à mon troisième poste que je ressens un coup dans le poignet. Une branche, racine ou un poisson??? (j’adore ce bref instant d’hésitation) la réponse arrive au bout d’une seconde, mon fil part sur ma gauche et comme je n’ai jamais vu de branches nager… pas de doute, il y a un poisson au bout de ma canne. Un combat s’engage, surtout psychologique parce que mon dernier poisson s’est décroché à mes pieds, et c’est hors de question de rater le premier de l’année. Je veille a bien garder ma ligne toujours en tension,  ce n’est pas le poisson de ma vie mais je devine qu’il sera de bonne taille. Il est lourd, utilise son poids pour rester au fond, pas de gros coups de tête. Je mise sur un sandre. Encore quelques secondes et j’en aurai le cœur net. Le voilà qui arrive et effectivement c’est bien un sandre. Largement maillé. Il me reste quelques petits mètres et le voilà à mes pieds, au sec.
Super, l’année commence bien. Je sors le mètre de mon gilet, roulement de tambour…68cm. Je sors l’appareil, un cliché et il repart dans le bouillon.

C’est un esturgeon, prit par la nageoire

Je continue mon tour d’étang avec le même leurre, je sortirai un autre sandre, celui-ci non maillé.
Puis même sentiment que pour le premier, je suis accroché mais à quoi? Ma cane s’emballe, il y a bien un  poisson, mais la sensation est très étrange, il y a un du poids mais très peu de résistance. Je l’aperçois brièvement, pas un sandre ni un brochet. Je le remonte de nouveau prêt de la surface et je crois rêver. C’est un esturgeon, prit par la nageoire.  Je n’en reviens pas ! Je le relâche rapidement et cours voir mon ami pour lui raconter MON anecdote.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Sélection leurres sandre Hook Discount
2) Sélection leurres souples Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Carnassiers : Leurres durs ou souples ?

Posté par admin - 2/03/2015

Par OLIVIER

Une des premières questions que se pose un pêcheur aux leurres arrivé au bord de l’eau est : que vais-je mettre au bout de ma ligne ? Un poisson nageur (PN) ou un leurre souple (LS) ou bien une cuiller?

Si nous connaissons la population piscicole présente, et que l’on recherche un type de poisson en particulier, le choix peut se faire très rapidement. En règle générale, un LS sera privilégié pour tous les percidés (perches et sandres) ainsi que pour le Black bass. Les PN pour le brochet. Malgré tout, incalculables sont les exemples qui me font et feront mentir.

Pourquoi préférer un leurre souple ?

- Tenir compte de la température de l’eau :
En début ou fin de saison, les poissons sont engourdis et seront plus réticents à attaquer un leurre rapide ou ayant une nage désordonnée. Un LS animé de façon très lente, par une série de tirées/relâches, sera plus attractif.
- La profondeur d’évolution du leurre :
Rare sont les PN qui plongent suffisamment pour atteindre plus de 5/6m et que l’on pourra animer de façon optimale. Hormis certains lipless ou gros cranck ou swimbait, le LS ne sera donc plus un choix, mais une obligation. Pensons également à adapter la taille des têtes plombées (grammage et taille de la hampe) à la taille du leurre. En effet, une tête plombée non adaptée bridera la nage du leurre (hameçon qui ressort trop loin dans le corps du leurre, le rigidifiant ainsi. A contrario, un hameçon trop court, ressortant derrière la « tête »du leurre, nous fera louper beaucoup de poissons).    
- Pêche en milieux encombré :
Un LS armé d’un seul hameçon sur le dos sera plus passe partout.
A défaut de poissons nageurs ou de leurres souples, l’option leurre métallique pourra être très  efficace. Un gros spinnerbait ou une grosse cuiller ondulante pourront provoquer une attaque réflexe d’un brochet.

Le PN à l’honneur

- Lorsqu’on repère une chasse par exemple :
On sait que le poisson est réceptif. En lui proposant un PN muni de billes bruiteuses ou brassant beaucoup d’eau, on augmentera nos chances d’attaque.
- En power fishing :
Technique qui consiste à couvrir une grande étendue d’eau en peu de temps, on préféra aussi un PN dont les signaux sonores, visuels et de vibration seront supérieurs à un LS.
- Pêche en pleine eau :
En fonction de leur bavette et de leur densité,  les PN sont conçus pour atteindre des couches d’eau bien précises.

Posséder ces 2 types de leurres dans sa boite est primordial. N’étant pas adepte des leurres métalliques, je reconnais que souvent ils me tirent d’affaire… La patience est également de mise en insistant bien sur un poste, pour pouvoir débusquer une jolie prise, énervée par le passage répétitif d’intrus dans son secteur.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Sélection Small Predator Hook Discount
2) Sélection Big Predator Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Comment voient les sandres ?

Posté par admin - 24/07/2013

Par LAURENT

Tous les pêcheurs ont un avis sur la couleur des leurres à utiliser dans certaines circonstances, mais quelques notions sur la vision du sandre sont d’un grand intérêt pour la recherche de ce carnassier atypique…

De la famille des percidés, le sandre possède des yeux riches en pigments rétiniens, qui lui permettent de bien voir même par faible luminosité. Les scientifiques ont longtemps pensé que les sandres voyaient le monde en noir et blanc. Après des années d’études et de tests, nous savons maintenant qu’ils voient, eux aussi, le monde en couleurs. Cependant, certains prétendent qu’ils ne perçoivent pas le rouge. Ils seraient comme les daltoniens, plus sensibles à une palette de couleurs qui varie essentiellement du bleu et au vert. Cela n’explique pas pourquoi les coloris fluorescents sont efficaces en eaux troubles et pourquoi un leurre qui mélange rouge pailleté et dos noir peut prendre poisson sur poisson dans certaines conditions lumineuses. Sans doute la luminosité du leurre intervient-elle autant que son coloris de base.

Les pêcheurs doivent garder à l’esprit que notre vision et celle du sandre n’ont que peu de points communs…

Les sandres possèdent des rétines qui comptent beaucoup plus de bâtonnets (cellules sensibles à la lumière) que de cônes (cellules détectant les couleurs). Leurs yeux peuvent ainsi capter la moindre parcelle de lumière, ce qui leur donne une excellente vision nocturne. Les pêcheurs doivent garder à l’esprit que notre vision et celle du sandre n’ont que peu de points communs. Autre facteur de distorsion et non des moindres, nous ne vivons pas dans le même milieu et l’élément liquide influe largement sur la perception des couleurs ! Les scientifiques parlent «  d’une perte des couleurs sous l’eau qui est due à l’absorption sélective ». En effet la lumière blanche est composée d’un spectre de couleurs : violet, bleu, vert, jaune, orange, rouge (rangées dans l’ordre des longueurs d’onde de plus en plus élevées). Sous l’eau il y a une perte rapide de l’intensité lumineuse qui dépend de la longueur d’onde de chaque composant. Ce phénomène s’appelle l’absorption sélective et il est dû aux déformations des molécules de l’eau par l’absorption de la lumière.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Sélection leurres à sandre Hook Discount
2) Ensemble Sportive Pro Carnassiers Direct

Mots-clefs :, , , ,

Le sandre au leurre souple

Posté par admin - 11/02/2013

Par DOMINIQUE L.

Pour l’une des dernières sorties de la saison (réglementation oblige), je décide par un bel après-midi de décembre d’aller sur l’un de mes terrains de jeu favoris pour taquiner le carnassier et plus particulièrement le sandre…

Si les leurres classiques et les poissons nageurs sont efficaces pour la pêche du sandre, on obtient de meilleurs résultats encore avec les leurres souples.

Les leurres souples présentent pas mal d’avantages :

  • hameçon dirigé vers le haut, ce qui évite bien des accrochages dans des secteurs encombrés
  • vibrations et ondes émises très proches de la réalité
  • facilité d’installation et grand choix de formes et de couleurs
  • engammage peu profond, ce qui permet de relâcher les petits sujets
  • enfin, des prix très abordables qui ne font pas regretter la perte d’un leurre

Personnellement, je suis comme toujours adepte de la tresse à la place de nylon, avec un bas de ligne en fluorocarbone.
La technique de pêche reste très simple. On laisse couler le  leurre jusqu’au fond, en contrôlant la descente, l’attaque pouvant se poursuivre pendant celle-ci. On manie ensuite la canne de manière à faire effectuer au leurre des petits sauts au dessus du fond, imitant un poisson blessé. N’hésitez pas à varier les animations, et à changer de type de leurre et de couleur.
Dans les fonds très encombrés de branchages, faites une dandine lente avec précautions.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Sélection leurres à sandre Hook Discount
2) Sélection 12 leurres souples prêts à pêcher Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,

Le sandre au fond… pas toujours !

Posté par admin - 31/05/2012

Par LAURENT

Existe-t-il un poisson plus compliqué à cerner que notre sandre national ? Et bien je ne crois pas. Voici un poisson que l’on peut prendre avec une belle facilité pendant plusieurs mois sur un secteur donné jusqu’au jour où il ne donne plus le moindre signe de sa présence.

10m au-dessus du fond !

Tout le monde vous dira que les sandres se prennent la plupart du temps sur le fond. Je dirais que c’est en partie vrai car pendant certaines périodes, notre carnassier n’hésite pas à se suspendre entre deux eaux. J’en veux pour preuve les très belles pêches que j’ai faites lorsque les sandres se plaçaient sous les grandes concentrations d’ablettes. Alors que mon compagnon de pêche dirigeait notre bateau vers un poste dont la profondeur avoisine les 12 mètres, je remarquais en surface une immense tache sombre parsemée de petites bulles. Ce que je pris un instant pour un immense herbier était une concentration incroyable d’ablettes de petites tailles. Nous stoppons le bateau et lâchons l’ancre à quelques mètres car j’ai de suite dans l’idée qu’un tel regroupement de fourrage va bien finir par attirer quelques carnassiers. Au bout de 10 minutes, les ablettes « s’envolent » sous l’attaque de plusieurs poissons. Premier lancer avec un leurre dur qui pêche à 80 cm sous la surface. Deux ou trois « twitch » du scion et ma canne se courbe sous une attaque lourde mais la défense est plutôt molle et courte. Un joli sandre de 2 kilos a fait les frais de mon leurre qui correspond bien à la taille des poissons fourrage qui sont là par centaines ! Je décroche doucement le poisson et lui rend sa liberté. Rien au second lancer, mais au troisième un poisson identique au premier se fera prendre de la même manière. Alors que les chasses s’intensifient, nous sommes au milieu de l’après-midi sous un soleil de plomb, je distingue nettement lorsque le banc d’ablettes s’écarte, plusieurs jolis sandres comme suspendus entre deux eaux sous leurs petites proies. Ils sont positionnés à près de 10m au-dessus du fond !

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Sélection 142 leurres sandre Hook Discount
2) Ensemble Voyage Pro Carnassiers Direct

Mots-clefs :, , , ,

Pêche au sandre dans les Dombes

Posté par admin - 29/08/2011

Par DOMINIQUE

Je suis aujourd’hui invité à pêcher dans l’Ain, belle rivière qui, comme beaucoup d’autres, a donné son nom au département qu’elle traverse. Il a plu pendant quelques jours, et les eaux ne sont pas très limpides, mais nous décidons de tenter notre chance sur les nombreux sandres présents ici…

En rivière, surtout l’été, je privilégie avant tout les confluents, arrivées de tributaires ou d’affluents, qui sont mes postes favoris, surtout s’ils forment un haut fond suivi d’une cassure. C’est sur ce type de poste que nous allons passer le plus de temps aujourd’hui, avec un certain succès.
Tous ceux qui pêchent le sandre en rivière savent qu’en cette saison, soit c’est la bredouille irrémédiable, soit c’est la prise de poissons sur des postes où l’on n’aurait aucune chance en hiver…

Au lever du jour, nous sommes en place…

Je décide d’attaquer au streamer, à l’aide d’une canne à mouche de type « mer-saumon ». Pendant une bonne heure, je n’enregistre que quelques touches fugaces et jamais concluantes. Je décide donc de passer au lancer, armé de leurres souples. J’attaque avec une tête plombée ronde de trois grammes, et des Slug que je change régulièrement (couleur et taille, toutes les combinaisons doivent être essayées) sans plus de succès.
Je décide alors de tenter ma chance au Jig, équipé d’un trailer d’écrevisse. J’anime celui-ci presque sur place, en le faisant sautiller sur le fond, par petits bonds. Et là, tout change : une première touche beaucoup plus nette, mal ferrée (plus de motivation ?), puis un peu plus d’application, et une prospection méthodique et lente me permet de sortir de l’eau, en trois quarts d’heure, quatre sandres dont un magnifique (quatre kilos et des poussières) que nous décidons de conserver pour le repas du soir.

La conclusion…

Mon copain, quant à lui, ne pêche aujourd’hui qu’aux lames vibrantes, à palette, qui lui ont permis de réaliser, la semaine dernière, une très belle pêche. Hélas pour lui, les jours se suivent, mais ne se ressemblent pas systématiquement, et, malgré son application (il lance la lame, la laisse toucher le fond, puis l’anime par des coups de scion secs, 20 à 30 centimètres d’amplitude, en laissant retomber la lame entre chaque coup sur le fond) et il ne pourra pas ferrer un seul poisson de toute la partie de pêche…
La conclusion de cette sympathique partie de pêche est qu’il n’est pas illusoire d’espérer prendre du sandre en plein été, mais que l’on doit, encore plus que d’habitude, s’adapter au milieu, aux conditions météo et au comportement atypique des poissons…

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Lot 15 jigs avec jupe Hook Discount
2) Sélection 142 leurres sandre Hook Discount

Mots-clefs :, , , ,