Peche carpe : Parlons de la confiance

Posté par admin - 5/11/2017

Par MICHEL

En son amorçage, son matériel, ses montages…. Gage de réussite !

La confiance est un sujet peu ou pas abordé par les carpistes, mais tous, consciemment ou inconsciemment savons particulièrement qu’elle joue un rôle primordial dans notre pratique de la pêche de la carpe et surtout de notre satisfaction au bord de l’eau et donc de la réussite de notre session.
Comme toujours je ne prétends pas détenir la vérité, ni une vérité, mais basé sur une expérience solide, j’ai pu constater au fil du temps écoulé combien « faire la différence » n’était pas simplement qu’un élément subjectif, mais une réalité observée à maintes reprises.

Faire la différence…

Cette notion assez diffuse alors, m’est apparue à l’avènement, au moins pour moi, de la bouillette et du montage en cheveu. Pratiquant la pêche de ce magnifique poisson qu’est la carpe jusqu’en 1989 avec les appâts traditionnels tels que le maïs, la pomme de terre, le ver de terre ou l’asticot (la pêche de nuit n’étant pas pratiquée à cette époque), je n’imaginais pas changer mes habitudes, ma pratique, qui donnait d’ailleurs des résultats assez corrects. Mais à la faveur d’une amicale rencontre avec un carpiste (qui fait encore autorité aujourd’hui) au Réservoir du Bourdon dans l’Yonne, je me suis essayé à la bouillette montée sur un cheveu. Pêchant alors à 3 cannes et de jour, mes premiers résultats n’étaient pas au rendez-vous par rapport à la pêche que j’affectionnais particulièrement, il ne s’agissait à mon sens qu’un manque de confiance en moi, car juste à côté, ce  « carpiste moderne » sortait de magnifiques poissons avec ces scopex. Peu à peu convaincu de la redoutable efficacité de ce type de pratique, qui avait d’ailleurs l’immense avantage de pouvoir remettre les carpes à l’eau sans les abîmer, je mettais moi aussi un pied dans la modernité.

Le bon poste…

N’avez-vous jamais été obligés de vous installer sur un poste qui n’était pas votre premier choix ? Même dans un étang réputé au fort cheptel et peu difficile, votre session n’a pas été à la hauteur de vos espérances alors que d’autres un peu plus loin multipliaient les départs….et la mise au sec. Ne cherchez pas trop loin les explications, il s’agit sans doute du fruit de votre déception de ne pas pouvoir vous installer là où vous le souhaitiez, et la confiance avait totalement disparu, ce qui engendra votre déconvenue.

Côté  matériel…

Il en va de même après tout changement de matériel : cannes, moulinets, fils, etc.…, les réactions étant inconnues lors des premiers combats, vous font douter de leur efficacité et bien souvent, une décroche vient conclure notre action. Et puis le fait de s’interroger pour savoir si on a fait le bon choix, si le montage déposé est assez opérant, toutes ces petites choses qui font que nous ne sommes plus aussi performants, n’est qu’un problème de confiance.
Je ne sais pas si ces quelques exemples vous auront convaincus, mais à force de pratique et du temps écoulé, cet aspect a revêtu pour moi une dimension très importante, à tel titre que lors d’une compétition, si le tirage au sort du poste est très éloigné de mon imaginaire, je ne suis plus du tout dans la course, à l’inverse et même sur un plan d’eau difficile, si je suis en totale confiance, le résultat est là !
Bon, sans doute, faut-il moins s’impliquer afin de passer de bons moments au bord de l’eau, mais comme un sage disait « La confiance pousse aussi lentement qu’un cocotier, mais tombe aussi vite qu’une noix de coco ».

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Ensemble pêche de nuit Carpe Direct
2) Ensemble carpe Prestige Carpe Direct

Mots-clefs :, , , , ,

Championnat France 1ère manche 2017

Posté par admin - 9/10/2017

Par Michel

Championnat de France de pêche sportive de la carpe séniors 2017.
1ère manche qualificative de 48 heures lac de Verdon – La tessoualle 49 Maine- et-Loire : un résultat encourageant!

C’est par un temps plutôt moyen avec pas mal de vent froid que s’est déroulée cette compétition. Notre préparation à mon frère et moi a été beaucoup plus soignée que l’année passée où nous n’avions pas été très bons et les tirages au sort de postes assez défavorables. Cette fois-ci, la chance allait-elle nous sourire ? Nous tirons un des deux postes au pied du barrage avec une profondeur importante à distance et une belle cassure à environ 40 mètres du bord. Au niveau de l’amorçage nous avons choisi de faire uniquement un tapis de bouillettes artisanales que nous utilisons exclusivement au large et plutôt un mélange de graines derrière la cassure. 2 lignes à plus de 100 mètres et deux autres à la cassure. Le lac de Verdon est encore un peu bas à cette époque mais reste un géant de plus de 200 hectares, les postes étant bien dégagés qui permettent des lancers sans contraintes particulières.

L’après-midi se passe avec quelques bips et une petite tirette sur une ligne lointaine mais tout reste bien calme, aussi bien pour nous que pour les 17 autres équipes engagées. Seule une carpe de plus de 10 kilos est faire sur le secteur opposé au nôtre.

Il faut attendre 23 H 30, alors que quelques goutes de pluie commencent à tomber, pour connaître le premier départ sur la ligne lointaine de mon frère, c’est une magnifique commune à la bouche bien dure et pas abimée du tout qui rejoint le tapis et pesée par les commissaires à 9,4 kg, nous plaçant ainsi à la deuxième place du classement. Il faut savoir que seules les trois premières équipes seront qualifiées pour le championnat de France 2017 à la fin des deux manches qualificatives.

Le sommeil ne vient plus, mais nous nous recouchons, à 64 et 60 ans, ce type de challenge devient bien difficile ! Mais quel bonheur de pouvoir y participer encore.

A 02 H 20 nouveau départ sur ma ligne au large, une vraie furie ! Après un combat assez difficile parce que le poisson est parti complètement  de côté ce qui nous oblige à lever les lignes pour ne pas perdre le poisson, une carpe commune de toute beauté de 11,750 kg est acceptée par les officiels. Et nous voilà en première position provisoire, puisqu’il ne s’est fait qu’un seul poisson de 12 kg sur le secteur opposé et que notre poids total est de 21,150 kg. A cette heure, après avoir pris un café parce qu’il ne fait pas bien chaud et relancer les lignes nous décidons de nous allonger de nouveau mais le sommeil ne vient plus !

Mais en pleine somnolence quand même, à 04 H 30, nouveau départ de folie sur ma deuxième ligne de cassure, pour une troisième commune, aussi belle que les deux autres, qui sera pesée et comptabilisée à 8,430 kg nous consolidant ainsi provisoirement en première place avec un total de 29,580 kg.

Et puis, à part quelques petites touchettes sans suite, il ne se passera plus rien jusqu’à la fin des 48 heures. Et ce qui est pour nous l’est aussi pour la quasi-totalité des nos adversaires puisqu’il ne sera pris aucun poisson sur tout notre secteur et seulement trois poissons de plus sur le secteur opposé par des équipes différentes.

Pour le bilan il n’aura été pris que 8 poissons pour les 18 équipes présentes par 5 équipes et donc 13 équipes capot. Nous gagnons cette manche difficile et nous en sommes vraiment heureux car c’est la dernière année où nous serons confrontés directement aux plus jeunes qui peuvent atteindre des distances de lancer de prêts de 200 m, mais comme il n’existe pas encore de championnat de France pour les vétérans, la compétition est rude ! Mais il semblerait qu’en 2018 ceci devrait voir le jour.

Quoiqu’il en soit, nous voilà dans une position favorable pour aborder la deuxième manche qui se tiendra dans environ un mois dans la Sarthe 72 – Lac de la Rougeraie à la Chartre sur le Loir. Nous espérons vraiment se classer dans les trois premiers pour aller se confronter aux toutes meilleures équipes qui sillonnent la France. En tout cas….nous ferons tout pour réussir ce challenge si difficile pour nous, mais combien formidable!

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1)    Détecteurs de touche Carpe Direct
2)    Lit pliable Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Peche carpe 2016 : un bilan mitigé !

Posté par admin - 2/06/2017

Par : MICHEL

Des saisons aux contours mal définies et des poissons de plus en plus difficiles, mais aussi des comportements inadéquats…

Quelques mots sur cette année assez particulière où les conditions climatiques ont, à mon sens, beaucoup influé, sur le comportement des poissons et notamment des carpes, complexifiant à outrance, la pêche de jour comme de nuit.

Effectivement, après un hiver globalement doux où les températures ne sont jamais vraiment descendues négativement, permettant ainsi de profiter de  beaux et agréables moments au bord de l’eau, les carpes n’ont malheureusement pas été aussi attentives à nos appâts que l’on aurait pu s’y attendre. A mon sens ces contours saisonniers mal définis agissent négativement sur les poissons. Et il devient difficile de faire de belles sessions.

On sait que l’activité des carpes est notamment fonction de son besoin en énergie. Si pour diverses raisons, le climat défavorable par exemple comme ce fut malheureusement le cas en 2016, la carpe est peu active on peut en déduire qu’elle ne s’alimentera que très peu et encore avec ce qu’elle a l’habitude de trouver dans son milieu, sans faire le moindre effort. C’est aussi pour cela que si elle ne bouge pas elle peut se passer totalement de nourriture pendant bien longtemps. Donc ce qu’on peut lui proposer reste sans résultat et les sessions infructueuses ne sont plus exceptionnelles. Et puis, il ne faut pas le nier, les poissons s’éduquent il nous faut sans cesse ruser et améliorer notre pratique pour les séduire.

Le jour ou la nuit ?

Par ailleurs, un débat sans cesse renouvelé traverse le monde carpiste, il s’agit des meilleurs moments pour la carpe. Le jour ou la nuit ? Je dois dire n’avoir pas vraiment tranché la question en ce qui me concerne dans des conditions de pêche normales. Je m’explique. Ce que j’entends par conditions normales est le fait d’une grande discrétion au bord de l’eau, tant dans sa tenue (couleur d’habits sombre) que par les bruits que nous faisons les uns et les autres et que nous devons surtout le jour, à tout prix éviter. Bruits réalisés lors des amorçages, bruits dus à notre simple présence par nos va-et-vient incessants près de nos cannes, bruits de portière de voiture, bruits divers…. Faisant fuir les carpes bien loin de nos zones de pêche. Mais il y a aussi les bruits que de pseudo-carpistes génèrent sans vergogne. Il m’est arrivé lors d’une petite session d’automne dans un grand lac de l’ouest de la France, de voir sur un grand poste de la rive opposée à la mienne, s’organiser en toute bordure de l’eau, une partie de pétanque en plein après-midi. J’aime mieux vous dire que les carpes ont déménagé de toute la zone jusqu’à la fin de la session !

Alors il est vrai, que les carpes sont surement plus mordeuses la nuit que le jour, mais c’est certainement parce que c’est simplement plus calme et que la concurrence alimentaire avec les autres poissons blancs notamment est amoindrie.

Pour finir et dans ces conditions difficiles, j’éprouve toujours autant de plaisir à  aller au bord de l’eau dans l’espoir de combattre ce si magnifique poisson qu’est la carpe et ce, qu’elle que soit sa taille et gageons que nous allons profiter de futures belles sessions pour vivre à fond notre passion.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Ensemble carpe Bagagerie Carpe Direct
2) Chariot de transport Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Carpe: observation et technique

Posté par admin - 16/01/2017

Par MICHEL

C’est aussi l’amour et le respect de l’environnement et de la nature !

Loin des clichés trop souvent habituels et rémanents du carpiste vautré dans son level-chair, un verre à la main et des lignes qui pêchent toutes seules, il existe heureusement une autre figure de ce pêcheur si particulier. Attentif, observateur et respectueux du milieu qu’il fréquente, il met en œuvre une véritable stratégie pour décider les carpes de plus en plus difficiles à venir s’intéresser à ses lignes et ses appâts.
Il n’est pas rare de voir ce personnage si mystérieux regarder pendant de très, très longs moments le plan d’eau ou la rivière choisis avant de se mettre à pêcher ; de le voir aussi sonder méticuleusement tout l’espace qui s’offre à lui afin de trouver, selon lui,  l’endroit le plus propice à la dépose de ses lignes.
Et puis, un sac poubelle à la main, faire un ménage méticuleux de tout son poste avant et après sa session. Oui ! Ceux-là existent bel et bien ! Car pour eux, l’important est dans le détail, et la seule prise d’un poisson, traité avec beaucoup de respect et promptement remis à l’eau, ne suffit pas à l’intégralité de leur bonheur.
Le partage de cette nature, la vue des changements permanents de lumière au gré du temps qui s’écoule dans l’attente du départ, des lueurs de l’aube aux assombrissements du crépuscule où la vie animale vous oublie l’espace de ces instants. Effectivement qui n’a pas lors de ces longs moments d’attente, admiré les va-et-vient incessants des foulques, des canards et des grèbes qui peuplent nos eaux ? Qui, par chance, ne s’est pas retrouvé sur le passage de ce magnifique martin-pêcheur à la robe bleue et orangée si particulière ? Ou, le soir venu, la nage silencieuse et régulière des ragondins qui fendent l’eau en un ballet sans cesse renouvelé ?
En ces instants, précieux, mais de plus en plus rares, n’a-t-on pas le sentiment de faire parti de cet environnement, d’être accepté non pas comme un prédateur, mais comme un acteur conscient de sa responsabilité dont l’objectif est de partager son plaisir…sans déranger, ou alors le moins possible ?
Oui, la pêche de la carpe, c’est aussi cela, et quoique carpiste confirmé, il faut bien avouer que je passe plus de temps à observer la nature qu’à faire venir les belles dames dans l’épuisette !
Maintenant l’automne arrive, même si une certaine canicule est encore bien présente, je prépare avec beaucoup de plaisir ma future session dans l’Yonne au Réservoir du Bourdon, juste après la tenue des championnats du monde de pêche sportive de la carpe qui s’y déroulent, j’imagine déjà cette explosion de couleurs automnales et les derniers préparatifs des animaux qui l’habitent afin de passer l’hiver qui vient. Je vous raconterai…..

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Jumelles et Lunettes Carpe Direct
2) Level chair avec shelter Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Une petite session au lac du Marillet…

Posté par admin - 18/07/2016

Par MICHEL

Pour  la préparation des qualifications au championnat de France de pêche sportive de la carpe, j’ai effectué une petite session de reconnaissance au lac du Marillet en Vendée…

Le lac du Marillet a été choisi par le GR Carpe Pays de Loire pour la 2ème manche qualificative. Et comme, quoique vendéen, je n’ai jamais pêché la carpe dans ce lac de 127 hectares situé au pied de la commune de Château Guibert en Vendée, j’ai décidé d’aller faire un court repérage de quelques heures afin de collecter le maximum d’informations pour que notre équipe puisse aborder cette compétition avec quelques connaissances.
D’abord,  ce lac tout en longueur, puisque créé avec un barrage sur la rivière « le Marillet », est d’un accès difficile pour la pêche du bord, du fait de rives hautes et escarpées sur une grande partie du lac. Mais, en cherchant un peu, et comme la pêche des carnassiers est encore fermée, j’ai pu poser ma batterie dans un joli endroit, exempt de tout pêcheur alentours.
Le fond, sablonneux et caillouteux à ce poste, avec une jolie cassure à environ 30 mètres m’a permis de faire un amorçage pas trop lourd à base de tigers nuts sur la gauche pour mes deux premières cannes eschées de tigers et amorces carnées à base de farine de poisson pour mes 2 autres cannes garnies de bouillettes monster crab de 14mm à droite.

La journée…

Quelques petites touches des deux côtés, donnant un gros carassin à la graine et un poisson chat sur les petites bouillettes. A la levée des lignes je vois que mes bouillettes sont régulièrement dévorées par d’autres poissons que des carpes, c’est très gênant. Plus rien jusqu’à la nuit.
Vers deux heures du matin, un énorme départ sur la gauche et une décroche dès la prise en main de la canne, grosse frustration !! Puis après avoir retendue toutes les lignes, une heure plus tard, nouveau départ sur la même canne, et après un bref combat, une petite commune de 3,3 kg repose sur le tapis.
Le lendemain matin, afin de voir un peu ce qui se passe dans ce lac, je tendais mes lignes bien plus au large. La journée se passe avec des attaques régulières de petits poissons et aucun départ sérieux.

Au retour…

Je notais scrupuleusement les informations collectées pour les partager avec mon coéquipier (mon frère, toujours en activité) qui réside en Ile de France et qui ne peut se déplacer aussi facilement. Une chose est sûre, c’est que cette brève expérience va nous permettre de définir une stratégie pour cette manche qui s’avère délicate. Mais, quelque soit le résultat, je promets d’en communiquer tous les moments. Donc à suivre….

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Bed chair Prestige Carpe Direct
2) Table de biwy alu réglable Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Pêche Carpe: Le lac de Gévrioux

Posté par admin - 22/02/2016

Par MICHEL

Une finale tourangelle…

Avec mon frère, excellent carpiste, nous avons l’habitude de se lancer des défis et de se retrouver dans des lieux inconnus afin de poser nos batteries et d’en découdre pendant des sessions de plusieurs jours.  Après un enduro sur la Sèvre niortaise que mon frère avait gagné nous sommes allés dans des étangs de Seine et Marne qui m’ont permis bien difficilement de tirer mon épingle du jeu. Nous avons décidé de faire une finale à mi-chemin de nos résidences respectives dans le lac de Gévrioux en Touraine.
Le lac de Gévrioux, ancienne carrière en bordure de Loire de 12 hectares est particulièrement bien géré par l’association « La carpe tourangelle ». Il se situe près de Tours entre les communes de La Riche et Saint Genouph. C’est un site protégé par un accès réglementé puisqu’il faut une autorisation pour une session jour-nuit, gratuite, dès lors que l’on s’est acquitté de la carte de pêche annuelle d’un montant de 40 €. Toutes les infos détaillées se trouvent sur le site de l’association. L’installation est facile et le cadre très agréable. Le bateau est interdit mais le bateau amorceur autorisé.

Concernant le cheptel…

Il est composé de carpes communes en majorité dont le plus beau spécimen pris cette année avoisinait les 22 kg mais il y a certainement plus gros, quelques esturgeons, des silures et de grosses brêmes ainsi que des tanches. La pêche est assez technique car il y a abondance de nourriture naturelle, le fond est propre, ce qui protège le matériel et permet des combats sans obstacles majeurs. La profondeur moyenne est de 2m50 à 4m50 avec quelques trous plus importants. Bouillettes et graines fonctionnent bien du moment où ces belles dames sont décidées.
Pour finir, c’est un bien bel endroit qui mérite sans doute que nous y retournions afin de découvrir tous ses secrets, et la victoire est revenue à mon frère avec notamment une commune de 12,3 kg sortie de l’eau avec sa nouvelle épuisette achetée pour l’occasion chez Pêche-Direct.com.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Epuisette Carpe Direct
2) Level chair Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Pêche de la carpe: Pêche de nuit

Posté par admin - 25/09/2015

Par MICHEL

De la difficile cohabitation de tous …

Beaucoup de choses ont été dites sur la pêche de la carpe de nuit et peut-être ce modeste propos n’enrichira pas le débat. Mais confronté aux diverses difficultés de la pratiquer surtout lorsque l’âge et la réduction de la mobilité viennent à créer un handicap, l’on se retrouve de plus en plus souvent à être confronté au choix d’aller poser ses lignes dans le privé plutôt que de légitimement profiter du domaine public. Et ceci n’est ni équitable, ni véritablement économiquement concevable, surtout dans une période où les ressources sont rares.
Néanmoins je n’opposerai pas « privé et public » car chacun a bien le droit de trouver son plaisir où il le souhaite, mais si nos fédérations et associations écoutaient un peu plus les carpistes, peut-être pourrions-nous pratiquer notre passion plus normalement et avec un minimum de sécurité.
Je prends pour exemple un secteur de nuit situé au bord de la Sèvre niortaise à VIX en Vendée (mais les exemples de ce type sont innombrables) d’environ 1600m, il est au bord d’une route assez passante dont le stationnement des véhicules est interdit et pratiquement sans place suffisante pour y déposer un rod pod et sa batterie. Donc fort danger potentiel pour les carpistes et impossibilité d’installation avec un minimum de confort pour la nuit. A d’autres endroits, il existe des parcours de nuit, mais ceux-ci sont totalement inaccessibles du fait de la végétation.

Pourquoi certains départements autorisent facilement la pêche de nuit et d’autres non, ou alors avec des restrictions telles que cette pratique est quasiment impossible ?

Il n’existe sans doute pas qu’une seule réponse à ce problème mais un ensemble non exhaustif d’hypothèses dont certaines apparaissent comme assez évidentes. En premier lieu il s’agit sans aucun doute de nos propres comportements au bord de l’eau avec les riverains, les autres pêcheurs qui pratiquent une autre pêche…combien de fois n’avons-nous pas entendus des plaintes concernant le fait que certains s’alcoolisent à outrance et ne respectent plus rien ni personne, combien confondent installation légère et discrète avec camping familial organisé, combien aussi, à la fin de leur session, oublient de laisser une place propre sans détritus divers ? Et la liste est longue !
Ensuite, les carpistes n’étant pas majoritaires, les associations, les fédérations ne se sentent pas suffisamment investies pour leur donner satisfaction, de plus les carpistes sont assez individualistes par nature et ne se mobilisent pas collectivement pour peser efficacement afin de faire évoluer la situation.
Bien sûr, il ne s’agit pas de la majorité, loin de là, mais pour ces quelques abus, toute évolution, toute autorisation nouvelle devient un véritable parcours du combattant. Je viens de faire une petite session de 24 heures au bord de la Sèvre Niortaise sur un petit parcours initialement long de 400 m qui jouxte en partie un champ de blé, l’agriculteur s’est plaint au Président de l’association de pêche que des pêcheurs faisaient demi-tour avec leur véhicule dans son champ endommageant ses cultures. Résultat : fermeture quasi définitive de la moitié de ce joli parcours.
Néanmoins, j’ai tiré mon épingle du jeu en prenant 4 carpes communes dans la matinée de 5, 7, 8 et 10 kg. Ma seule pensée aujourd’hui est de préserver à tout prix, ces endroits qui font les joies de notre passion commune.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Sac de conservation Carpe Direct
2) Lampe frontale & Lampe de biwy Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Peche carpe : Session en Seine-et-Marne

Posté par admin - 11/06/2015

Par MICHEL

Des poissons très difficiles, mais des cannes et moulinets FISH DIFFERENT au top !

Malgré un temps épouvantable, une pluie incessante et un vent tempétueux pratiquement toute la semaine en Ile-de-France, le soleil ne s’étant montré qu’une journée, je n’ai absolument pas renoncé à tester mes cannes et moulinets de marque FISH DIFFERENT récemment acquis chez Peche-direct.com. Il aura fallu beaucoup d’inventivité pour réveiller les carpes totalement inactives pendant cette semaine, et seules quelques très belles tanches de 2 kilos environ, de grosses brèmes et d’imposants gardons se sont laissés tenter.
Mais au quatrième jour, une de mes cannes Carpe Prestige 390 CFD27 Fish Different associée au moulinet débrayable carpe MFD16 de même marque, m’a permis, sans aucun effort, de poser un montage à grande distance où j’avais remarqué un marsouinage lointain. Les bouillettes s’avérant inefficaces, j’optais pour un panaché « maïs-pâte cuite ». Trente minutes plus tard le détecteur s’emballe pour un départ rapide et continu, je me saisis de la canne et après un beau combat avec le poisson je mettais à l’épuisette une magnifique commune pesée 10,3 kg.
Je voudrai mettre l’accent sur la qualité des sensations et la forte impression de sûreté que cet ensemble FISH DIFFERENT m’a apporté, pour les lancers d’une part, pour les combats d’autre part. Je ne doute pas dès à présent que je vais, comme tous ceux qui feront le choix de ce super matériel, améliorer sensiblement mes performances et surtout la qualité de ma pêche. Et j’imagine que beaucoup de beaux poissons seront pêchés avec un plaisir immense et pour ceux qui sont plutôt adeptes de compétition ou d’enduros, ils auront à coup sûr, un avantage certain au niveau des distances à atteindre ainsi que de la maîtrise des poissons jusqu’à l’épuisette.

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Canne à carpe Fish Different
2) Moulinet débrayable Fish Different

Mots-clefs :, , , ,

Carpe : Session dans le Gers

Posté par admin - 29/09/2014

Par ROMAIN

Suite à de longues semaines de travail, je décide de prendre du bon temps pendant 10 jours au bord d’un grand lac dans le Gers que j’affectionne beaucoup pour la beauté de ses poissons…

Avant de pratiquer cette longue session, j’ai effectué plusieurs petites sessions sur ce lac pour comprendre les poissons et savoir comment il se pêche. Pour cette session j’utiliserai des bouillettes fabriquée par moi-même car il est primordial d’avoir des appâts de haute qualité pour ce genre de pêche.

Ma technique…

Je pêcherai à longue distance car c’est ma technique préférée et c’est elle qui marche le mieux sur ce lac car à environ 200 mètres de ma berge il y a une ligne de grosses souches et les poissons aiment bien s’y réfugier.
J’amorcerai avec mes billes et un mélange de graines maïs, tiger, chènevis propulsé avec ma canne à spod.  Lors de mon arrivée il y avait quelques pêcheurs sur le lac. Je commence à m’installer sur le poste ou j’avais déjà pu pêcher auparavant.

Ma pêche…

Après m’être installé, je place mes cannes à longue distance entre 130 et 150 mètres dans un rayon de 100 mètres et j’amorce chaque canne avec 3 kilos de billes et 1 kilo de graines. J’utiliserai comme esches mes bouillettes en 24mm. Quelques minutes d’attente et un de mes détecteurs se met à s’emballer. J’étais surpris d’avoir un départ aussi vite, cela annonçait une suite très prometteuse !
Les carpes ont répondu très rapidement à l’amorçage car les départs s’enchainèrent par la suite. Mes bouillettes auront encore fait un ravage car depuis mon arrivée les pêcheurs ne faisaient plus aucun poisson. Avec mon amorçage lourd à longue distance, j’avais fait un barrage et empêché les carpes à naviguer pour se nourrir.
Durant cette session, je totaliserai 150 départs pour 125 carpes. Une magnifique session avec des moments magiques et des courbatures à force d’amorcer.
Je vous conseille, amis carpistes, de mettre en œuvre ma technique car elle vous permettra à coup sûr,  à vous aussi, de vivre des moments inoubliables !

Mon conseil matériel Peche Direct :

1) Ensemble bait rocket Carpe Direct
2) Ensemble longue session Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

Peche carpe : Vive le vent d’hiver !

Posté par admin - 11/03/2013

Par JORDAN

En cette fin Janvier, je me suis décidé  à rejoindre une gravière technique où la pêche s’effectue principalement à longue distance.

Les conditions climatiques du moment sont assez difficiles avec un vent soutenu, des températures basses et des pluies annoncées tout le week-end. Je m’attendais en toute logique à une pêche délicate avec des poissons très peu actifs.
J’ai mis en place trois types d’amorçages différents pour cette session :
       -spod
       -amorçage large à la bille 
       -sac soluble
Ces stratégies d’amorçages ne sont pas dues au hasard, elles coïncident avec les spots pêchés.
En effet, j’ai effectué une pêche au spod sur un spot très restreint: une tâche de gravier de 4 m² située à 80 m du bord. En amorçant au spod, je gagne énormément en précision !  
Malgré les faibles températures, j’ai vu un poisson sauter dès mon arrivée près d’une grande île à 120 m de mon poste. Je n’ai rien trouvé d’intéressant au fond hormis une zone assez vaste où la couche de vase semble moins épaisse. J’ai donc exploité ce poste avec un amorçage éparse à la bouillette…
Ma dernière canne pêchera en tête chercheuse avec des sacs solubles surboostés avec des micro pellets. Le montage utilisé est esché d’une pop up blanche de 12 mm…

Stratégie

Arrivé sur le poste vers 16h, j’ai commencé par repérer soigneusement les distances de mes spots à l’aide d’élastiques fluos noués sur mon corps de ligne. Ainsi, il m’est possible de relancer toujours au même endroit en m’alignant sur un repère placé sur la berge opposée et ce même de nuit.
10 spods ont rejoint mon premier spot et ma canne eschée d’une noix tigrée a rapidement rejoint l’amorçage.
Ma seconde canne est lancée à proximité de la position où a sauté la carpe à mon arrivée, une cinquantaine de billes l’accompagnent. 
Le dernier montage est quant à lui déposé en bas de cassure à 15 m du bord. 
La nuit tombe très vite à cette époque. Je m’abrite alors dans mon biwy appréciant une boisson chaude, l’attente commence, il est 19h30 quelques bips retentissent.
C’est la canne placée sur l’amorçage aux particules qui a démarré, une miroir de 15 kg rejoint mon tapis, semblant paralysée par la température de l’eau qui frôle les 4 °C.  
4 autres poissons m’ont rejoint au cours de cette session avec une moyenne de poids élevée. 
En conclusion, j’ai pu me rendre compte de l’importance d’utiliser des amorçages adaptés à chaque situation qui m’ont pour le coup apporté des poissons sympathiques.

Mon conseil matériel Pêche Direct :

1) Bait rocket & Spod Carpe Direct
2) Biwy & Bed chair Prestige Carpe Direct

Mots-clefs :, , , ,

« Previous Entries